Justice coloniale, justice de classe

Brève
09/03/2009

En Guadeloupe, la justice a engagé des poursuites contre le leader du LKP, Élie Domota, pour "incitation à la haine raciale" et "tentative d'extorsion de signature".

Domota a dénoncé, à juste titre, le grand patronat local, les "békés". Ces descendants des propriétaires blancs d'esclaves noirs en ont hérité la mentalité et le contrôle de la plus grande partie des richesses aux Antilles. Et ils refusent d'appliquer l'augmentation de 200 euros des bas salaires que les travailleurs guadeloupéens ont obtenue par la grève générale.

En fait, les tribunaux pourraient accuser tous les travailleurs de vouloir extorquer la signature de leur patron quand ils font grève pour leurs revendications. Mais ont-ils d'autres moyens de les obtenir ?

Et pourquoi les tribunaux ne poursuivent-ils pas les patrons pour abus de pouvoir et extorsion du fruit du travail de leurs salariés ?

Les dernières brèves