La crise frappe durement les nantis

Brève
03/03/2009

Le patron du géant du BTP Eiffage, Jean-François Roverato, conscient que tout le monde doit faire des efforts face à la crise, a pris une mesure héroïque : baisser sa propre rémunération de 10%.

Avec un salaire qui n'atteindra que 4 400 euros par jour cette année, le voilà quasiment au bord de la misère. Ça va être dur.

Les dernières brèves