Le public toujours au secours du privé

Brève
02/03/2009

Le futur patron de la banque qui résulte de la fusion Banque populaire et Caisse d'Épargne étant le secrétaire général-adjoint de l'Élysée, cela soulève des protestations. Et contrairement aux affirmations de Sarkozy, la commission de déontologie, qui aurait due être saisie, n'a même pas été consultée.

Il est habituel que des hauts fonctionnaires ou des politiciens passent du service de l'État au service du secteur privé. Et vice-versa.

Mais même sans cela, ils servent de gros intérêts privés. On le voit bien en ce moment quand, pour éponger les pertes abyssales des banques, les "serviteurs de l'État" versent à jet continu des milliards d'argent public dans les coffres des banquiers.

C'est une preuve - une de plus - que cet État, et les hauts fonctionnaires qui le composent, ne sont pas au service de tous, mais exclusivement au service des plus riches !