Peut mieux faire

Brève
21/09/2012

L'annonce tonitruante par Vincent Peillon que le ministère de l'Éducation nationale allait recruter 40 000 enseignants en 2013, a provoqué des réactions. Outrancières à droite où l'on devient enragé dès qu'on prononce le mot « fonctionnaire » et gênées du côté de Matignon où l'on prêche la rigueur à tout va.

Même si cette annonce devait se concrétiser, ce qui reste à vérifier, il n'y a pas de quoi s'extasier. Si l'on déduit le remplacement des 22 000 départs à la retraite, il ne reste plus que 18 000 créations de postes. Or en cinq ans, Sarkozy en a supprimé près de 80 000, dégradant gravement les conditions d'accueil des élèves. Le ministre Peillon a de la marge pour améliorer sa copie et pour que l'on revienne à une situation plus acceptable dans l'enseignement.

Les dernières brèves