Salaires, prix et profits

Brève
23/02/2009

Les prix de la grande consommation doivent changer au 1er mars et en ce moment fournisseurs et distributeurs discutent sur les tarifs dans le dos des consommateurs.

Même le secrétaire d'État à la consommation, Luc Chatel, annonce que des industriels "ne jouent pas le jeu". Ainsi les pâtes ne baissent pas alors que le prix du blé est revenu à son niveau d'avant la crise. D'autres encore réclameraient des hausses injustifiées de 5 à 15 %.

Une fois de plus, les fournisseurs, anticipant une baisse des volumes vendus, veulent maintenir des prix élevés pour garantir leurs profits.

Une raison supplémentaire d'exiger 300 euros d'augmentation pour tous !

Les dernières brèves