Suite du G 20 : L’esbroufe de la lutte contre la fraude fiscale

Brève
18/06/2009

À partir du 1er janvier 2010, le fisc français pourra obtenir des renseignements de l'administration fiscale suisse en fournissant le nom, l'adresse d'une personne soupçonnée de fraude fiscale ainsi que quelques renseignements simples. Aux questions posées sur la rentabilité d'une telle mesure, le ministre du budget M.Woerth a répondu : "On voulait juste des relations normales avec les Suisses". Le secret bancaire ne sera plus opposable mais pour que rien ne change, il suffit de ne rien demander !

Les dernières brèves