Un symptôme de la catastrophe sociale

Brève
21/07/2011

Interrogé sur cette démission qui dérange, le secrétaire d'État au Logement Benoist Apparu s'est gargarisé de la politique du gouvernement.

Il ne faut pas manquer de culot : la situation de plus en plus de familles devient tellement catastrophique que certaines d'entre elles en sont réduites à passer la nuit dans les services d'urgence des hôpitaux : ainsi les responsables de l'hôpital Robert-Debré à Paris expliquent-ils que s'ils n'avaient que « quatre ou cinq demandes de ce type par an » auparavant, ils en ont aujourd'hui « cinq par semaine ».

Apparu est très bien logé, et en plus il est content.

Les dernières brèves