Une vérité que Parisot ne veut pas entendre

Brève
10/03/2009

Laurence Parisot, la responsable du Medef, s'offusque que les grévistes guadeloupéens et leurs dirigeants rappellent ouvertement le passé esclavagiste des familles fortunées qui contrôlent l'économie des Antilles.

Rendez-vous compte, ils osent évoquer le sang et la boue sur lesquelles se sont érigés le capitalisme et la bourgeoisie ! Que la vérité est dure à avaler quand elle est dite avec la force d'une grève générale.

On peut être sûr que le souhait de la bourgeoisie française et antillaise, que Parisot représente, est de perpétuer le plus longtemps possible l'esclavage salarié qui met tous les jours à la merci des décisions du patronat les travailleurs. Du moins tant qu'ils ne rentrent pas en lutte.