La catastrophe de Haïti, et l’hypocrisie des grandes puissances

Communiqué
16/01/2010

Après le tremblement de terre du 12 janvier, les grandes puissances, à commencer par les USA et la France, se sont répandues en discours pour mettre en valeur l'aide qu'elles allaient apporter à la population de l'île. Mais après le séisme lui-même, c'est maintenant le manque total de moyens de secours qui tue les Haïtiens. Le manque de médecins, d'équipements hospitaliers, d'engins pour dégager les victimes ensevelies sous les débris, de nourriture, d'eau potable.

Mais cette misère, elle existait déjà avant le séisme. Et il y a déjà six ans que la « Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti » est présente sur place. Elle ne pouvait pas ignorer dans quelles conditions indignes vivait la population de cette île, que le colonialisme français, puis l'impérialisme américain, avait ruiné. Et elle n'a rien fait, en dehors de former une force de police capable de s'opposer à d'éventuels troubles sociaux.

Aujourd'hui, c'est bien le moins que les pays riches envoient quelques équipes de secours, mais les moyens qu'ils mobilisent (trois avions et 200 hommes pour la France) sont dérisoires en comparaison de ceux qu'ils ont déployés en Irak ou en Afghanistan !

Alors, la simple décence voudrait qu'ils envoient plus d'aide, et qu'ils cessent de s'en vanter !

Arlette LAGUILLER