Plus le mensonge est gros…

Communiqué
03/02/2010

Le projet de décret prévoyant la possibilité pour l'État de mettre en disponibilité, c'est-à-dire de priver de salaire, sans même qu'il puisse bénéficier des allocations chômage, un fonctionnaire qui refuserait trois propositions de mutation successives, provoque un tollé chez toutes les organisations syndicales concernées, qui le considèrent à juste titre comme un moyen de licencier pour réduire les effectifs.

Bien sûr le gouvernement assure qu'il fera des propositions « raisonnables », mais il sera le seul juge du caractère « raisonnable » de ces propositions. L'État n'a pas la possibilité, comme l'ont fait certains patrons du privé, de proposer des postes « raisonnables » en Inde ou en Roumanie. Mais il pourra proposer à un fonctionnaire de le muter à l'autre bout de la France, sans se préoccuper des problèmes matériels ou familiaux que cela peut lui poser.

Sur les ondes de Europe 1, Fillon a osé affirmer sans rire que ce texte constituait en réalité un progrès par rapport au statut des fonctionnaires.

Menteur comme un arracheur de dents est vraiment une expression dépassée. Menteur comme un ministre conviendrait mieux !

Nathalie ARTHAUD