Sarkozy fait du vent, qu'il récolte la tempête

Communiqué
18/02/2009

Sarkozy, qui n'en est pas à une contradiction près, est venu dire ce soir que nous sommes au milieu de la crise, avant d'affirmer que personne ne peut prévoir jusqu'à quand elle durera !

Il a annoncé une série de mesurettes qui apporteront quelques centaines d'euros de plus cette année à un certain nombre de personnes dans le besoin, mais rien à côté des cadeaux qu'il a multipliés en faveur des plus riches.

Il s'est catégoriquement refusé à revaloriser le Smic, comme bien sûr les autres salaires. Surtout il a affirmé sa volonté de poursuivre ce qu'il appelle ses réformes, c'est-à-dire le démantèlement des services publics : le système hospitalier, l'enseignement etc.

Vis-à-vis des patrons des grandes entreprises et des actionnaires, il a joué les moralistes en faisant appel à leur bonne volonté. Le Medef lui avait répondu par avance qu'il n'était pas question d'accepter de voir remis en cause ce que les patrons considèrent comme leur droit ; et Sarkozy ne leur imposera rien car il est à leur service.

Il faudra absolument que les organisations syndicales prennent toutes les mesures nécessaires pour faire du 19 mars le point de départ de la lutte d'ensemble du monde du travail qui s'impose.

Arlette LAGUILLER