Haïti : les effets d'une catastrophe naturelle... et de l'exploitation coloniale puis impérialiste

Editorial des bulletins d'entreprise
18/01/2010

Le séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier a fait des dizaines de milliers de victimes, des millions sans doute de sans-abri, et il est évident que l'organisation et la coordination des secours dans un pays dont la plupart des infrastructures ont été détruites ne sont pas choses aisées. Mais le sort de la population pauvre est d'autant plus terrible qu'elle vivait déjà dans la misère, que la consommation de galettes de terre pour tromper la faim faisait partie de la vie quotidienne des Haïtiens les plus pauvres, bien avant ce tremblement de terre.

Haïti n'est pas victime d'une malédiction. Haïti a d'abord été victime de l'exploitation coloniale par la France, puis de l'impérialisme nord-américain.

Le commerce et l'exploitation sans frein des esclaves noirs dans les plantations de canne à sucre au XVIIe et au XVIIIe siècle ont été l'une des principales sources d'enrichissement de la bourgeoisie française durant cette période. C'est sur leur sueur et leur sang qu'ont été bâtis les hôtels particuliers de Nantes, de Bordeaux et de bien d'autres villes. Et quand, embrasé par le souffle de la révolution française, Haïti a aboli l'esclavage, a vaincu les armées que Napoléon Bonaparte avait envoyées pour tenter de rétablir celui-ci, la France n'accepta de reconnaître l'indépendance de l'île qu'en échange d'une indemnisation colossale, qui ruinera les finances de Haïti jusqu'en 1888.

Au XXe siècle, les États-Unis ont pris le relais dans l'exploitation de l'île, en mettant la main sur les meilleures terres agricoles, en utilisant dans la zone industrielle de Port-au-Prince des travailleurs sous-payés : moins de deux dollars par jour ces dernières années. Et, parallèlement à cette présence économique, les États-Unis ne cessent d'intervenir dans la vie politique haïtienne : déposition du président Aristide en 1991, rétablissement de ce dernier en 1994 (après un séjour aux États-Unis destiné à le convaincre de changer de politique), expédition en exil du même Aristide en 2004, et mise en place, sous le couvert de l'ONU, d'une "mission" de 6 000 militaires et 1 400 policiers chargés de "maintenir l'ordre" de l'impérialisme en Haïti.

Alors, Obama peut bien faire des discours humanitaires, confier à Clinton et à Bush (tout un symbole) le soin de réunir des fonds pour Haïti. Ses principales préoccupations sont ,d'une part, d'éviter un afflux massif de réfugiés haïtiens aux États-Unis, comme cela s'était produit lors de récents cyclones dévastateurs, où ceux qui fuyaient l'île sur des embarcations de fortune avaient été impitoyablement refoulés ; et, d'autre part, d'éviter tout risque d'explosion sociale menaçant les intérêts de l'impérialisme américain comme ceux des riches Haïtiens qui sont les alliés locaux de celui-ci.

L'une des premières mesures d'Obama a été d'envoyer 10 000 marines à Haïti. Pour assurer la sécurité des transports et des distributions de vivres ? Sans doute, mais prêts aussi à assurer l'ordre impérialiste. Quant à Sarkozy, pour ne pas être en reste, il a proposé à son tour d'y envoyer 1 000 gendarmes européens.

Dans la tragédie qu'il vit, le peuple haïtien a besoin de la solidarité de toutes les bonnes volontés. Et il est bon que la générosité populaire, qui ne fait pas, elle, de calculs politiques, se soit une fois de plus manifestée. Mais ce peuple qui, le premier, a su briser les chaînes de l'esclavage n'échappera vraiment à la misère que le jour où tous les exploités, tous les opprimés de la terre, ceux d'Haïti comme ceux de tous les autres pays, auront mis à bas le système capitaliste, construit une société qui se donnera les moyens de faire face aux conséquences des catastrophes naturelles, au lieu de consacrer des fortunes à produire des engins de guerre.

Car que représentent les 100 millions de dollars débloqués par Obama, les 20 millions d'euros débloqués par la France pour Haïti, au regard des 377 millions de dollars que coûte chaque jour l'intervention militaire des États-Unis en Irak et en Afghanistan ?

Arlette LAGUILLER