Le 14 mars, élections régionales : montrez votre opposition résolue à la politique de régression sociale que veut nous imposer le patronat

Editorial des bulletins d'entreprise
01/03/2010

La CNAM (Caisse Nationale d'Assurance Maladie) a rendu publique, le 26 février, une liste de quelque 200 médicaments qu'elle envisage de ne plus rembourser qu'au taux de 15 %. Prétendre, comme cela s'est fait au moment d'autres vagues de déremboursements, qu'il s'agirait de « médicaments de confort » serait cette fois-ci un mensonge encore plus flagrant que d'habitude. On trouve en effet sur cette liste des produits dont beaucoup sont absolument indispensables pour le traitement de certains malades. Certains de ces médicaments ne peuvent être délivrés que sur prescription médicale et étaient jusque-là remboursés à 35 %. Le seul point commun de tous ces produits, c'est d'avoir déjà quelques années d'existence et que ce n'est pas sur eux que les grands laboratoires pharmaceutiques comptent pour engranger le maximum de profits. Car pour réduire le déficit de la Sécurité sociale, il n'est évidemment pas question pour le gouvernement - qui est bien évidemment à l'origine de ce projet - de prendre sur les profits de ces laboratoires : les dividendes des actionnaires passent pour lui avant le droit d'être soignées correctement pour les classes populaires.

D'ailleurs, si déficit de la Sécurité sociale il y a, ce n'est pas parce que les assurés se soignent trop. C'est à cause de la diminution des rentrées dues aux cadeaux faits au patronat sous forme de diminution de cotisations sociales, que l'État ne compense que partiellement ; c'est à cause du chômage qui flambe parce que les patrons suppriment des emplois à tour de bras, avec la bénédiction du gouvernement ; c'est à cause d'une politique de bas salaires menée ensemble par le gouvernement et par le patronat. Et ce déficit, qu'on nous dit « abyssal », ne représente qu'une broutille à côté des centaines de milliards distribués aux banques et au grand patronat... avec lesquels ils continuent de spéculer.

Cela fait maintenant près de trente ans que tous les gouvernements successifs se sont employés à restreindre les prestations de la Sécurité sociale. Cela a commencé avec la mise en place en 1983, sous le gouvernement du socialiste Pierre Mauroy, du forfait hospitalier qui, au fil des ans, est passé de 20 francs (3 euros) à 18 euros, et avec la création de la « vignette bleue » qui a baissé de 70 à 35 % le remboursement de 1 700 médicaments. La politique de déremboursement de certains médicaments a, elle, été inaugurée en 1987 par le gouvernement Chirac et poursuivie depuis, en particulier sous le gouvernement du socialiste Jospin par Martine Aubry, qui a fait dérembourser des centaines de produits.

C'est là une politique qui, en écartant de l'accès aux soins de larges couches de la population, est véritablement criminelle. Et puisqu'on nous convie à aller voter le 14 mars pour les élections régionales, servons-nous de notre bulletin de vote pour dire notre indignation devant la dégradation incessante des prestations de la Sécurité sociale, et plus généralement du système de santé français.

Se servir de son bulletin de vote pour infliger un camouflet à l'UMP, à Sarkozy-Bachelot, les responsables actuels de cette régression, c'est la moindre des choses. Mais on ne peut pas le faire clairement en votant pour le Parti Socialiste ou pour les partis du « Front de gauche » qui n'ont pas mené une politique différente quand ils étaient au gouvernement.

Il n'y a que le bulletin Lutte Ouvrière qui peut permettre aux travailleurs de condamner clairement les fossoyeurs de la Sécurité sociale comme la politique qui vise à distribuer des milliards aux banquiers, aux grands industriels, pour leur permettre de continuer à spéculer, en même temps qu'elle impose chaque jour de nouveaux sacrifices à la population laborieuse. Qui permette aussi aux travailleurs de dire qu'ils ne comptent pas sur ces élections, mais sur leurs luttes, pour imposer une autre politique.

Le 14 mars, votez « Lutte Ouvrière ».

Arlette LAGUILLER