LE PARTI COMMUNISTE ET LE GOUVERNEMENT : UN JEU DE DUPES POUR LES TRAVAILLEURS

Editorial des bulletins d'entreprise
17/09/2012

Malgré tous ceux qui rêvent d'enterrer le Parti communiste français, la fête de l'Humanité reste une grande fête populaire, le plus grand rassemblement politique et militant du pays qui mobilise, bénévolement, des milliers de militants et de sympathisants du PCF.

Au fil des ans, la fête de l'Humanité est aussi devenue le passage obligé pour les ténors du Parti socialiste à la recherche des voix des classes populaires. L'année dernière, Royal, Aubry et Montebourg, candidats à la primaire du PS, s'y étaient bousculés. Cette année, rien de tel. Le PS s'est fait discret et aucun « poids lourd » du gouvernement n'a fait le déplacement. Montebourg, qui avait été chaleureusement accueilli l'année dernière, s'est bien gardé d'y mettre un pied. De peur sans doute qu'on ne lui demande des comptes sur les licenciements et les fermetures d'entreprises qu'il cautionne.

Que le PS au gouvernement n'ait envoyé que trois seconds rôles à la fête de l'Humanité, alors que onze ministres de premier plan s'étaient déplacés à l'université d'été du Medef, est révélateur. Si Hollande doit aussi son élection aux quatre millions d'électeurs du Front de Gauche, venus s'ajouter au deuxième tour à ceux du PS, ce n'est pas à eux qu'il se sent lié et ce n'est pas vis-à-vis d'eux qu'il se sent engagé, mais vis-à-vis du patronat.

Mélenchon qui se pose en « ayant-droit de la victoire » en est d'autant plus ridicule. Le seul « ayant-droit » de la victoire est Hollande et il ne gouvernera pas sous la pression de l'électorat de Mélenchon mais sous les recommandations, voire sous les ordres du grand patronat et des financiers. Avec l'annonce du plan d'austérité sans précédent de la semaine dernière, le message du gouvernement est clair, mais il n'y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Et la direction du Parti communiste joue au sourd quand elle choisit de faire partie de la majorité présidentielle.

Les dirigeants du PCF « veulent croire » à la réussite de la gauche et ils affirment qu'ils auront une attitude constructive. Si le gouvernement socialiste venait à prendre des mesures un tant soit peu favorables aux travailleurs, rien n'empêcherait de les soutenir. Mais où sont donc ces mesures ?

Il n'y a aucune raison de faire crédit à un gouvernement alors qu'il n'annonce que des sacrifices aux classes populaires ! Ce n'est pas parce que le gouvernement est estampillé de « gauche » qu'il faut se laisser faire sans réagir !

La pire des choses serait que les militants du Parti communiste, en particulier les militants ouvriers croient et fassent croire autour d'eux que nous avons des alliés au gouvernement. Ce serait une façon de démobiliser, de désarmer les travailleurs, et ce fut le cas sous les gouvernements Mitterrand et Jospin avec des militants qui sont restés l'arme au pied. Les travailleurs doivent savoir qu'il n'y a qu'eux qui peuvent changer le rapport de forces avec le grand patronat, par leur lutte. Au lieu de cela, la direction du PCF continue de les bercer d'illusions.

La direction du PCF a choisi de faire du combat contre le traité budgétaire européen, le combat de la rentrée. Mais si elle a choisi ce terrain, c'est justement parce que c'est celui qui gêne le moins le gouvernement : les premiers visés sont l'Europe et Merkel, et l'attention des travailleurs est ainsi détournée vers un faux combat.

Au lieu de proposer aux travailleurs des objectifs pour défendre leur emploi et leur salaire, la direction du PCF leur demande de se mobiliser pour un referendum... contre ce traité budgétaire européen ! Se battre pour demander un référendum est ridicule ! En 2005, un référendum a eu lieu, le « Non » a gagné, et le pouvoir s'est assis dessus.

Quant au traité, c'est un chiffon de papier car aucun gouvernement n'a attendu ce traité pour imposer l'austérité aux travailleurs et ce n'est pas ce traité qui oblige les patrons à licencier, à bloquer les salaires et à aggraver l'exploitation.

Une mobilisation, même victorieuse, contre ce traité ne ferait pas avancer d'un pouce les revendications vitales du monde du travail.

Alors, les travailleurs ont mieux à faire. Ils doivent se défendre contre les licenciements, en imposant leur interdiction et la répartition du travail entre tous sans diminution de salaire. Et ils doivent se battre avec leurs propres armes que sont les grèves et les manifestations. C'est de cette lutte que leur vie dépend. Le reste est de la diversion.