Quand la course au profit transforme les progrès techniques en sources de catastrophes

Editorial
31/05/2010

La énième tentative du groupe pétrolier BP pour colmater la fuite de pétrole de sa plate-forme du golfe du Mexique a échoué. Depuis l'explosion de cette plate-forme, le 20 avril, tuant onze ouvriers, plus de 2 000 tonnes de pétrole se déversent chaque jour dans la mer sans que les ingénieurs de la compagnie trouvent la moindre solution pour arrêter la fuite.

Les dirigeants américains commencent à parler de "la pire catastrophe écologique aux États-Unis". Aux dégâts causés à la faune marine s'ajoutent, au fur et à mesure que la nappe atteint les côtes, les dégâts à l'écosystème du delta du Mississipi. Des centaines d'espèces d'oiseaux, de poissons, de crustacés sont menacées de disparition, avec des conséquences sur l'activité professionnelle des hommes qui en vivent : pêcheurs, ostréiculteurs ou producteurs de crevettes. Sans parler de tous ceux qui vivent du tourisme.

La fuite n'étant pas colmatée et personne n'ayant l'air de savoir comment y parvenir, il est impossible de prévoir l'ampleur du désastre. La plus puissante nation capitaliste semble désarmée devant le problème.

Plus le temps passe, plus se dévoile la chaîne des irresponsabilités qui ont conduit à l'explosion de cette plate-forme pétrolière. Les puits exploités par BP montraient, avant l'explosion d'avril, nombre de faiblesses. Des ingénieurs avaient pointé des signes annonciateurs d'une catastrophe sans qu'aucune mesure ne soit prise.

Les grands journaux américains ont publié des enquêtes démontrant que le trust pétrolier, en retard sur son plan de marche, aurait notamment abrégé une procédure pour détecter et retirer du gaz dans les puits, aurait négligé de tester le ciment autour du tuyau de forage et n'aurait pas utilisé les instruments adéquats pour centrer le tuyau.

C'était un forage parmi des centaines d'autres qui parsèment le golfe du Mexique, "pas le plus risqué ni le plus spectaculaire", affirment les spécialistes. En somme, un accident banal. Mais, justement. Ce qui se passe aujourd'hui, l'agitation affolée des dirigeants du trust comme de l'administration américaine, montre que la technologie des forages en eaux profondes n'est pas assez maîtrisée pour faire face aux accidents. Alors, pourquoi y avoir procédé ? Pourquoi l'administration de l'Etat, censée contrôler, a-t-elle donné les autorisations nécessaires ?

"Accident" n'est pas le mot juste. En tout cas, ce n'est pas un accident de la nature. C'est la conséquence statistiquement inévitable d'une économie basée sur la course au profit. Comme l'ont été les accidents des pétroliers géants Exxon Valdes, Amoco Cadix ou, plus près dans le temps et dans l'espace, Erika qui a souillé des centaines de kilomètres de côtes de Bretagne et de Vendée.

Barack Obama a beau faire des effets de manche devant les médias, son administration a sa part de responsabilité en accordant les licences de forage aux pétroliers aussi facilement que l'a fait l'administration républicaine dont les principaux dirigeants étaient notoirement liés aux grands trusts du pétrole.

Ce n'est pas seulement une question de corruption, comme le prétendent aujourd'hui les dirigeants politiques qui viennent de pousser à la démission la présidente de l'agence ministérielle qui accorde les licences. C'est que le droit au profit est, dans l'économie capitaliste, un droit supérieur à tous les autres, quelles qu'en soient les conséquences pour la nature et pour la société.

Les grands trusts pétroliers constituent la quintessence du capitalisme, avec les grandes banques et les multinationales de quelques autres secteurs de l'économie. Ce sont eux qui dirigent l'économie.

Cette marée noire, un crime annoncé, illustre une fois de plus leur irresponsabilité. L'écologie étant à la mode dans tous les pays du monde, on a créé partout des ministères pour s'en occuper, et on vote loi sur loi. Mais toute cette agitation est dérisoire face au pouvoir de nuisance des grands groupes capitalistes. Comme apparaît puérile l'agitation de tous ceux qui se proclament écologistes sans mettre en cause le capitalisme lui-même. L'homme ne parviendra à développer ses activités productives dans le respect de la nature et de l'avenir de la planète qu'à condition de se débarrasser des grands trusts et de mettre fin à l'organisation capitaliste de l'économie dont le seul moteur est le profit.

Arlette LAGUILLER