L'Echo Républicain - Eure-et-Loir :  Vincent Chevrollier sera la tête de la liste de Lutte ouvrière à Chartres

Article de presse
07/02/2020

Vincent Chevrollier sera la tête de liste de Lutte ouvrière à Chartres aux élections municipales

Comme en 2014, Vincent Chevrollier mène la liste Lutte ouvrière "Faire entendre le camp des travailleurs", à l’élection municipale de Chartres.

Il a déposé sa liste, ce jeudi 6 février 2020, dès 9 heures, à la préfecture d’Eure-et-Loir, avant d’aller manifester dans les rues de Chartres contre le projet de réforme des retraites. Vincent Chevrollier, 48 ans, professeur des écoles, mène la liste de Lutte ouvrière (LO) à l’élection municipale de Chartres. C’est la cinquième tête de liste à annoncer sa candidature dans la capitale beauceronne.

Son visage n’est pas inconnu dans le paysage politique départemental. En 2019, le Chartrain Vincent Chevrollier, porte-parole du parti d’extrême gauche en Eure-et-Loir, était candidat aux européennes, en 32e position sur la liste LO, conduite par Nathalie Arthaud.

Localement, c’est la quatrième fois que le militant est candidat à l’élection municipale, depuis 2001. Il est tête de liste pour la deuxième fois consécutive.

« À Lutte ouvrière, on a décidé de se présenter partout où on peut pour faire entendre notre camp, celui des travailleurs », explique Vincent Chevrollier.

« Nous avons commencé à rechercher des candidats depuis plus de quatre mois, dans les quartiers de Chartres. Cela ne se fait pas d’un claquement de doigts. Nous sommes allés à la rencontre des gens. »

Cet enseignant part avec une liste renouvelée aux trois-quarts. « C’est une liste de petites gens issus des quartiers populaires, qui n’ont comme ressources que leur force de travail, qui n’exploitent personne pour gagner de l’argent », insiste-t-il.

En 2008, LO avait fait liste commune avec le Parti communiste. Comme il y a six ans, les deux mouvements partent désunis pour cette nouvelle échéance. La liste Chartres à gauche, menée par Jacqueline Marre, comporte notamment des candidats encartés au PC et au PS.

« Avec les militants du PC, on se croise dans les manifestations. On a des relations fraternelles. Mais ça a été vite vu, dès le départ, que l’on ne partirait pas avec eux. Ils ont choisi de faire une liste avec le PS, qui a mis au pouvoir Emmanuel Macron. Je viens de faire quinze jours de grève contre lui et son gouvernement », explique Vincent Chevrollier, qui attend que sa liste soit validée par la préfecture pour en dévoiler les noms.

Le candidat ne fera pas campagne sur des sujets purement municipaux. « On ne veut pas discuter sur la largeur des trottoirs et les espaces verts. On ne veut faire aucune promesse », ajoute le candidat. « Je ne serai pas élu maire de Chartres. Je ne veux pas le faire croire aux gens. Mais si on a des élus au Conseil municipal, ce sera précieux. On votera pour tout ce qui va dans le sens des intérêts des travailleurs. Ce sera un point d’appui pour être leurs yeux, leur voix et leurs oreilles. » 

article d'Hélène Bonnet

Fichier attachéTaille
Icône image LEcho_Republicain_7_fevrier_2020.jpg834.94 Ko