La crise du golfe : nouvelle agression impérialiste au Moyen Orient

Cercle Léon Trotsky
05/10/1990

Il a suffi que les troupes irakiennes occupent le Koweït, le 2 août dernier, pour que la planète bascule dans une atmosphère de guerre.

En l'espace de quelques jours, à l'initiative quasi personnelle du président américain Bush, on a vu se rassembler une coalition militaire occidentale comme on n'en avait pas vu depuis la Seconde Guerre mondiale. Bush a décrété une mobilisation invraisemblable.

On nous dit chaque jour que l'Irak menace la paix du monde comme Hitler la menaçait en 1938. Mais comment un petit pays de 18 millions d'habitants peut-il représenter une menace contre toutes les grandes puissances coalisées ? Plus la mobilisation occidentale devient massive, plus ses prétextes apparaissent dérisoires.

La vraie menace ne vient pas d'Irak. Elle vient des grandes puissances occidentales elles-mêmes. Elle vient de leur détermination à imposer coûte que coûte leurs volontés, leurs décisions, aux peuples du monde entier. La menace, ce sont les dirigeants du système impérialiste, les Bush, les Thatcher, les Mitterrand, qui la brandissent aujourd'hui en voulant à tout prix faire la loi, leur loi, au Moyen-Orient comme ailleurs. Elle est dirigée contre les peuples, contre tous les peuples. Et c'est une menace aussi contre la classe ouvrière, ici, en France et dans les autres pays impérialistes.

C'est pourquoi tous les travailleurs conscients doivent s'opposer à cette guerre, à l'envoi de troupes dans le Golfe, à l'intervention militaire occidentale. Et si cette guerre a lieu quand même, eh bien nous souhaiterons la défaite de notre propre impérialisme, nous souhaiterons qu'elle se transforme en débâcle pour les dirigeants américains, français, britanniques et autres qui l'ont organisée, les Bush, les Mitterrand, les Thatcher.

Car cette guerre n'est pas notre guerre. La seule chose que les dirigeants impérialistes vont défendre là-bas, c'est leur pouvoir, leur domination, leur mainmise sur les richesses de la planète.

Si le Moyen-Orient est aujourd'hui une région aussi sensible, c'est bien parce que l'impérialisme, pour imposer sa domination aux peuples de la région, y a créé un incroyable écheveau de contradictions, de conflits qui ne peuvent que se rallumer sans cesse. Et avant de parler du conflit actuel, nous voudrions parler de la façon dont, historiquement, l'impérialisme est intervenu dans cette région du monde pour la dominer et la contrôler.

Une région convoitée par l'impérialisme.

Les États qui composent le Moyen-Orient, les frontières qui le découpent, ont pour la plupart été créés et dessinés au sortir de la Première Guerre mondiale ; non pas en fonction des aspirations nationales des peuples qui y vivent, mais le plus souvent en fonction des rivalités entre les puissances impérialistes d'Occident ou bien de leur volonté de s'octroyer des territoires jugés riches. Et au Moyen-Orient richesse signifie évidemment pétrole.

Cette région, délimitée au Nord et à l'Est par la Turquie et l'Iran, et qui inclut l'Egypte, l'Irak, la Syrie ainsi que tous les pays qui bordent la Méditerranée orientale, la Mer Rouge et le Golfe Persique, a une longue histoire souvent commune.

Les peuples arabes, puisque c'est d'eux qu'il s'agit, y avaient même, durant le Moyen-Age, maintenu une civilisation plus avancée sur bien des plans que celle de l'Europe d'alors. Mais le monde arabe a ensuite connu le déclin, puis il est tombé au seizième siècle sous la domination turque, dite ottomane.

La pénétration directe des puissances coloniales d'Europe se fit au XVIIIe et surtout au XIXe siècle. Elle se fit d'abord en Egypte, où elles intervinrent militairement pour briser les velléités d'indépendance et de modernisation du pays entreprises au siècle dernier par Mehmet Ali. Le marché égyptien fut ouvert à la pénétration économique européenne et le canal de Suez percé grâce aux capitaux anglo-français. L'économie du pays fut la proie des impérialistes britanniques et dans une moindre mesure français, qui imposèrent même, au sein du gouvernement égyptien, un ministre britannique aux Finances et un ministre français aux Travaux publics. Et cela, avant même que la Grande-Bretagne ne mette directement l'Egypte sous sa tutelle.

Toujours au milieu du XIXe siècle, la Grande-Bretagne occupa Aden, au sud de l'Arabie, pour surveiller et contrôler la route des Indes. Puis, elle imposa son hégémonie sur les cheiks et autres sultans ou émirs d'Abu-Dhabi, du Qatar, de Bahrein, de Mascate, d'Oman et finalement du Koweït. Tous ces territoires, qui jalonnent la rive occidentale du Golfe Persique, étaient à l'origine des sortes de principautés s'adonnant surtout à la piraterie. Placées aux limites entre l'influence perse et l'influence ottomane, ces petites régions ou plutôt les potentats locaux qui les gouvernaient passèrent finalement sous l'influence britannique. Une série d'accords fut signée avec les émirs qui s'engageaient à ne pas céder, hypothéquer ou disposer de leurs territoires sans le consentement de la Grande-Bretagne, à ne pas avoir de relations avec des puissances étrangères sans l'approbation du gouvernement de Londres. Ces émirats subsistèrent ainsi comme des territoires sous tutelle de la Grande-Bretagne. Leur intérêt se révéla déterminant pour celle-ci lorsque, dans la plupart de ces micro-États, on découvrit plus tard du pétrole.

La France avait elle aussi les yeux tournés vers le Moyen-Orient. Elle débarqua même des troupes au Liban, dès 1860, sous prétexte d'intervenir dans les rivalités confessionnelles qui opposaient (déjà) les Chrétiens aux Druzes. Ces rivalités avaient été sciemment exploitées, et depuis longtemps, par les puissances européennes.

Des rivalités se manifestèrent bien sûr aussi entre les différentes puissances impérialistes. Ce fut le cas notamment lorsque l'Allemagne voulut faire intrusion sur les chasses gardées britanniques. En 1898, l'Allemagne obtint du gouvernement turc la possibilité de construire un chemin de fer reliant Berlin, Bagdad et le port en eaux profondes de Koweït. Les Britanniques ne voulaient pas voir arriver leurs concurrents allemands - surtout en chemin de fer ! Ils décidèrent donc que le chemin de fer devrait s'arrêter à Bagdad et n'irait pas jusqu'à Koweït. Ils n'avaient guère de droit à le faire ; Bagdad était une ville de l'empire ottoman et Koweït aussi, puisque cette ville dépendait alors de la province ottomane de Bassorah, aujourd'hui située en Irak. En 1899, pour se protéger définitivement de ce danger d'intrusion, la Grande-Bretagne décida donc de faire officiellement du Koweït un protectorat...

Ainsi, bien avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale, le Moyen-Orient était déjà divisé par le capital occidental et placé sous sa mainmise.

Signalons aussi, au tout début du siècle, un événement qui passa alors inaperçu mais dont les conséquences furent capitales par la suite : la découverte du pétrole, en Perse (l'actuel Iran). Un riche anglais entama des négociations avec le Grand Vizir de Téhéran et obtint une concession couvrant près de la moitié de la superficie du pays (une fois et demie celle de la France.) Quelques années plus tard le pétrole jaillissait pour la première fois au Moyen-Orient, exploité par une société britannique, l'Anglo-Persian Oil Company, ancêtre de l'actuel British Petroleum.

La Première Guerre mondiale et le dépeçage de la région

En 1914, ce fut la Première Guerre mondiale. La Turquie était l'alliée de l'Allemagne. La France et la Grande-Bretagne se la partagèrent sur le papier avant même de l'avoir vaincue. Des représentants britanniques et français prévirent dans ses moindres détails un futur découpage des frontières. Ils le firent en secret car la France et la Grande-Bretagne avaient besoin des troupes arabes pour servir de chair à canon face aux armées turques. D'autres représentants de ces mêmes gouvernements étaient donc chargés, au même moment, de faire des promesses aux chefs et aux populations arabes.

On fit par exemple miroiter au prince qui régnait sur La Mecque la constitution d'un « grand royaume arabe » après la guerre. Mais dans le même temps la Grande-Bretagne promettait aux Juifs d'Europe de protéger la création d'un « foyer national juif » en Palestine, sur une terre occupée par d'autres peuples, arabes en particulier. Ce fut la célèbre « déclaration Balfour » de 1917. La bourgeoisie britannique espérait que les Juifs, venus d'Europe, deviendraient ainsi un point d'appui pour sa présence coloniale. Ainsi, « la Terre promise » l'était en effet... mais à deux peuples à la fois.

Bien sûr, une fois la victoire acquise, les promesses faites aux uns et aux autres ne furent pas tenues. En fait d'aider à la constitution d'une grande nation arabe ayant gagné son indépendance sur la Turquie, les puissances victorieuses qui occupaient militairement toute la région, mirent en application leurs accords secrets et balkanisèrent tout le Moyen-Orient.

La Turquie fut réduite au minimum. Et encore, elle n'évita d'être coupée en quatre que grâce à la guerre d'indépendance menée par un militaire, Mustafa Kemal, qui put proclamer en 1923 une république turque dans ses frontières actuelles. Mais les Arabes, eux, libérés de la domination turque, passèrent immédiatement sous celle des occidentaux.

Les Britanniques accaparèrent la majeure partie de la dépouille de l'ex-empire ottoman, avec les régions qui constituent aujourd'hui l'Irak, la Transjordanie, la Palestine, l'Egypte, le Yemen, le Koweït et d'autres émirats. Les Français s'attribuèrent la Syrie et le Liban.

Cette répartition, qui eut lieu entre 1918 et 1920, juste après la Première Guerre mondiale, ne se fit pas sans accrocs ni litige. Un prince arabe qui avait été porté par les troupes britanniques jusqu'à Damas, fut jeté hors de Syrie par les armées françaises.

La définition des frontières entre la Syrie et l'Irak eut du mal à se réaliser. Comme le reconnaissait le Premier Commissaire britannique à Bagdad, « l'idée de l'Irak avait à peine pris forme, car le pays manque d'homogénéité géographique, économique et raciale » .

Quant aux contours du Koweït, ils eurent aussi bien du mal à prendre forme. Voici comment un historien rapporte la conférence qui traita de cette question : « Le sixième jour, (le représentant britannique) prit un stylo rouge et traça sur la carte les frontières de trois pays. Il donna à l'Irak une partie de l'Arabie Saoudite et récompensa le roi de l'Arabie Saoudite Ibn Séoud en lui donnant les deux tiers du Koweït. (...) Le représentant britannique informa le cheik du Koweït du traité en lui disant que s'il ne donnait pas ces territoires à l'Arabie, ils seraient pris de toutes façons par la force » . C'est ainsi que se dessinèrent les frontières actuelles du Koweït que la Grande-Bretagne garda isolé de l'Irak. On voit quelle considération les représentants britanniques avaient pour ces frontières qu'ils déclarent aujourd'hui intouchables !

Citons aussi une autre création artificielle de ces grands travailleurs du crayon rouge : la Transjordanie, créée en 1921 parce que l'impérialisme britannique voulait une zone bien à lui entre la Syrie française et l'Arabie indépendante, pour pouvoir passer par voie de terre de la Méditerranée au Golfe Persique sans être dérangé par personne. Ca méritait bien de créer un pays !

Ajoutons que, pour être moins bien loti que son concurrent britannique, l'impérialisme français n'avait rien à lui envier dans l'art de tailler et retailler les frontières. La Syrie, par exemple, vit non seulement son territoire découpé en quatre régions autonomes en 1920, mais aussi une partie de sa façade maritime devenir en 1926 l'État indépendant du Liban. Ajoutons que plus tard, en 1938, la France donna une partie du territoire syrien, autour de la ville d'Iskenderun, à la Turquie. Comme ça, pour les relations de bon voisinage !

Les peuples de la région n'acceptèrent pas sans réagir ces découpages et ces marchés sordides. Dès 1919 et 1920, des manifestations et des révoltes éclatèrent en Egypte, en Irak, écrasées par les troupes britanniques. Des peuples qui se sentaient brimés par les frontières imposées se soulevèrent, comme les Kurdes en Irak ou encore les Druzes en Syrie en 1925. Mais il n'était pas question pour les puissances occidentales de céder quoi que ce soit.

Une forte odeur de pétrole

Au moment où les grands absents du partage du Moyen-Orient, les États-Unis, arrivaient pour revendiquer leur part, l'odeur du pétrole commençait à se faire fortement sentir dans toutes les tractations internationales.

La Grande-Bretagne et la France essayèrent bien de tout garder pour elles en déclarant que les Américains, qui ne s'étaient pas battus dans cette région-là, n'avaient pas à participer au partage. Mais les États-Unis obtinrent tout de même, sinon des territoires, du moins des parts dans l'exploitation pétrolière pour leurs propres compagnies.

C'est à ce moment-là d'ailleurs, qu'eut lieu un événement qui témoigne du mépris dans lequel les Compagnies pétrolières tenaient les États, les frontières et bien sûr les peuples de la région. Ce fut, en 1927, l'accord dit de « la ligne rouge ». Réunies en Belgique, les Compagnies propriétaires de l'Irak Petroleum Company s'approprièrent, sans demander l'avis de qui que ce soit, des concessions sur un immense territoire qui comportait tout le Moyen-Orient à l'exception de l'Iran et du Koweït. Pour ce faire, il leur fallut simplement une carte du Moyen-Orient, un crayon rouge et la certitude d'avoir l'appui de leurs États respectifs. Ainsi était délimitée une zone où les compagnies signataires pouvaient, de concert, se livrer à la prospection.

A la fin des années vingt, la Grande-Bretagne restait la principale puissance occidentale dans la région. Elle avait assis sa domination sur de nombreux pays et déjà, elle pillait une de leurs richesses, le pétrole : elle exploitait la totalité des pétroles d'Iran mais aussi près de la moitié de ceux de l'Irak, moyennant de faibles redevances. Seulement, trop sûre d'elle, elle se laissa tout de même souffler une belle part du gâteau : l'Arabie.

Le roi d'Arabie, Ibn Séoud, offrit aux Britanniques la possibilité de prospecter les ressources pétrolières de son pays. Mais ceux-ci eurent le front de proposer de payer les redevances en roupies, la monnaie de l'Inde qui était une de leurs colonies ! La dite monnaie ne leur revenait pas cher, ils pouvaient être généreux. Ibn Séoud trouva à juste titre qu'on se payait sa tête. Il fit accord en 1933, mais avec des sociétés américaines qui se regroupèrent dans la fameuse Compagnie ARAMCO, et qui acceptèrent, elles, de payer en livres-or... britanniques !

Au même moment, était aussi découverte une nouvelle et abondante source de pétrole dans l'émirat du Koweït. Il y eut toute une série d'oppositions et d'accords plus ou moins secrets entre les intérêts britanniques et américains, qui déboucha sur une concession donnée à une compagnie à participations britanniques et américaines.

Une « décolonisation » très relative

A la fin de la Seconde guerre mondiale, la plupart des pays du Moyen-Orient accédèrent à l'indépendance. Ce mouvement avait d'ailleurs commencé avant le conflit, lorsque la Grande-Bretagne reconnut l'indépendance de l'Egypte et de l'Irak. Au sortir de la guerre, la Syrie, le Liban et la Transjordanie devinrent à leur tour indépendants. Mais toutes ces indépendances étaient très formelles. Les puissances occidentales restaient présentes, par le biais des régimes qu'elles avaient mis en place et dont elles s'étaient assuré la fidélité, et souvent aussi par le biais d'une présence militaire directe.

Et puis, il y eut le problème posé par la Palestine, cette colonie que les Britanniques avaient gouvernée en favorisant l'antagonisme entre Juifs et Arabes. Ils avaient promis de favoriser la création d'un « foyer national juif », c'est-à-dire en clair d'un État juif, mais, puisqu'ils avaient en même temps promis aux Arabes la création d'un État arabe, ils n'avaient tenu aucune des deux promesses et avaient créé en Palestine une situation explosive d'affrontements entre Juifs et Arabes. Du coup, ils préférèrent lever le camp. Mais ils laissaient derrière eux une situation de guerre civile.

La colonie juive, renforcée par de nombreux rescapés des camps d'extermination nazis, se battit pour son indépendance contre les Britanniques. Ses dirigeants proclamèrent l'État d'Israël en 1948. Mais cet État naissait dès le départ en chassant une grande partie de la population arabe de son territoire, une population qui croupit encore aujourd'hui dans les camps de réfugiés palestiniens.

A la recherche de soutiens, Israël trouva celui des États-Unis et aussi d'ailleurs, au début, celui de l'URSS. Du coup, Israël apparut très vite, aux yeux des Arabes, comme un véritable cheval de Troie laissé par les Occidentaux à leur départ. Les dirigeants israéliens ne s'engagèrent que plus à fond dans une politique de soutien aux intérêts occidentaux, qui fit des Juifs d'Israël une sorte de peuple soldat, prêts à se battre contre les Arabes parce qu'ils se sentaient assiégés mais qui du même coup n'avaient pas d'autre choix que d'être des otages et de servir de chair à canon aux dirigeants impérialistes. On connaît la suite : le conflit israélo-arabe n'a cessé de s'envenimer et il dure encore aujourd'hui.

Mais revenons à l'aspect économique de la domination impérialiste. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, le Moyen-Orient, malgré les indépendances, restait sous la coupe des impérialistes qui, sans vergogne et pour quelques bakchichs, pillaient la principale richesse de la région : toutes les ressources pétrolières de l'Iran, de l'Irak et de la péninsule arabique étaient directement la propriété de grandes Compagnies occidentales.

Leur mainmise sur le pétrole était en fait totale. Elles contrôlaient 95 % de la production en Irak, à Abu-Dhabi et en Iran, et 100 % de la production au Koweït et en Arabie Saoudite.

Les profits réalisés étaient énormes. Les droits d'exploitation versés aux États producteurs étaient bas, le pétrole très facile à extraire et le prix de revient d'un baril au Moyen-Orient particulièrement faible.

Pour éviter que leurs profits n'attirent le mécontentement des États producteurs ou même celui des États consommateurs, les sociétés gardèrent le secret le plus absolu sur leurs coûts de production et les clauses exactes des concessions d'exploitation. Mais on peut imaginer sans peine les surprofits que les Compagnies ont pu faire sur l'exploitation des pétroles du Moyen-Orient.

Les choses allèrent ainsi des années durant, avec quelques soubresauts tout de même. Plusieurs pays producteurs, sur le continent américain en particulier, avaient déjà tenté de secouer le joug imposé par les Compagnies. A la fin des années quarante, ils parvinrent même à arracher le partage des bénéfices moitié-moitié, en plus des droits fixes qu'on leur versait auparavant.

C'était donc l'égalité formelle, encore qu'il s'agît bien entendu des bénéfices officiellement déclarés des Compagnies, et qu'elles pouvaient déclarer ce qu'elles voulaient. Cela avait cependant une valeur d'exemple et fut vite repris par les pays du Moyen-Orient. Même les plus soumis des potentats souhaitaient augmenter leurs parts et ne plus se contenter de quelques royalties, fixées indépendamment des bénéfices même déclarés.

En 1950, le consortium américain ARAMCO, qui opérait en Arabie Saoudite, accepta ce partage moitié-moitié, et ce d'autant plus que le Trésor américain accordait aux pétroliers le droit de déduire de leurs impôts aux États-Unis l'impôt qu'ils payaient ailleurs. Le surplus de redevance à payer aux pays producteurs ne sortait donc pas de leurs poches mais de celles des contribuables américains.

Cependant, en Iran, où opérait la British Petroleum, les choses ne se passèrent pas si facilement. La société britannique refusa le partage moitié-moitié de ses bénéfices. Elle pillait tout le pétrole iranien pour la somme de dix millions de livres sterling mais ses bénéfices déclarés se montaient, en 1949 par exemple, à vingt-huit millions de livres ! Elle ne voulait pas lâcher plus.

Face à cette intransigeance, le gouvernement iranien, dirigé par un grand bourgeois milliardaire, nettement anti-communiste mais nationaliste, le docteur Mossadegh, nationalisa en mars 1951 toute l'industrie pétrolière. Ce fut aussitôt l'épreuve de force. Les Britanniques imposèrent un embargo total sur tout le pétrole iranien, aidés par toutes les autres compagnies du cartel. La production iranienne, qui était de 33 millions de tonnes en 1950, tomba à 1,3 million de tonnes en 1952. Aucun acheteur ne pouvait se présenter, de peur de voir sa cargaison confisquée. Durant les deux années du boycott, seuls vingt pétroliers purent joindre le port d'Abadan, enlevant moins de 80 000 tonnes de brut.

Au printemps 1953, poussé par la logique de la situation, Mossadegh se tourna vers l'URSS. C'en était trop ! Un complot organisé par les services secrets américains, en liaison avec le chah d'Iran, permit à l'armée de renverser Mossadegh. L'Iran était formellement un pays indépendant, mais c'était tout de même la CIA et les compagnies pétrolières qui y faisaient la loi. Et cela devait durer jusqu'en 1979 et au renversement du régime du chah !

L'omniprésence de l'impérialisme.

Les dirigeants impérialistes qui, aujourd'hui, condamnent l'annexion du Koweït par Saddam Hussein au nom du « droit des peuples » ne manquent donc pas d'arrogance. Le Moyen-Orient est une région du monde qui, comme bien d'autres, reste marquée au fer rouge par le mépris du « droit des peuples » dont les grandes puissances y font preuve depuis toujours. Elle en reste marquée, par le tracé absurde de ses frontières qui découpent des peuples en tranches, par le pillage systématique de ses richesses dont l'exploitation est mise en coupe réglée par les multinationales, par la misère dans laquelle végète la majorité de sa population pendant qu'à deux pas de là l'opulence s'étale. Et c'est une région marquée, aussi, par les conflits sans issue - conflit israélo-arabe, guerre du Liban - qui le minent comme autant de bombes à retardement abandonnées là à leur départ par les puissances occupantes, une région marquée par les interventions incessantes de ces mêmes puissances impérialistes qui veulent à tout prix la garder sous leur contrôle.

Il n'y a donc pas à s'étonner si tout ce passé, tous ces conflits restent là bien vivants, bien présents dans la mémoire, dans la conscience des peuples arabes et si, lorsqu'un Saddam Hussein s'oppose à l'Occident en annexant le Koweït, son geste apparaît comme une revanche sur tout le passé.

Echapper à la domination de l'impérialisme et au découpage qu'il continue d'imposer, reprendre le contrôle des richesses de la région, ce sont des aspirations qui naissent directement de la situation du Moyen-Orient. On les retrouve en filigrane dans toutes les luttes, dans tous les combats que les masses populaires de la région ont mené. Il n'y a pas à chercher plus loin pour expliquer pourquoi les dirigeants politiques des États du Moyen-Orient les ont souvent reprises eux aussi. Ils l'ont fait souvent par démagogie, mais aussi tout simplement parce qu'ils voulaient avancer ces revendications pour leur propre compte ; y compris lorsqu'il s'agit de dictateurs comme Saddam Hussein.

Mais à chaque fois, ces dirigeants politiques plus ou moins nationalistes ont eu à se heurter aux pressions de l'impérialisme, et souvent à son intervention militaire ouverte. Il suffit de rappeler l'intervention franco-anglo-israélienne à Suez, en 1956, en réponse à la nationalisation du canal de Suez par Nasser. Pour avoir fait cela, Nasser fut traité déjà, lui aussi, de « nouvel Hitler » qui voulait imposer à l'Occident un « nouveau Munich ».

Et puis citons aussi le débarquement américain en 1958 au Liban, qui était un coup de semonce porté contre les velléités des dirigeants musulmans libanais de se joindre au mouvement d'unité arabe, et en même temps un avertissement à l'Irak, dont la monarchie venait d'être renversée ; citons l'intervention des troupes anglaises en 1961 au Koweït, déjà, pour s'opposer à l'Irak qui cherchait à l'annexer ; la guerre israélo-arabe de 1967, qui fut déclenchée par Israël avec l'appui de l'impérialisme pour donner un coup de semonce au régime nationaliste syrien et qui amena Israël à occuper de nouveaux territoires arabes où il est resté malgré toutes les résolutions de l'ONU. Et puis il y a eu toutes les interventions impérialistes et celle d'Israël dans la guerre civile du Liban, pendant les quinze ans qu'elle a duré de 1975 à aujourd'hui.

Le Baath en Syrie et en Iran.

Il faut parler un peu plus en détail de deux dirigeants nationalistes encore en place aujourd'hui : Assad en Syrie et Saddam Hussein en Irak. Ils ont cherché eux aussi, chacun pour leur compte, à sortir du cadre des frontières imposées par l'impérialisme. Ils ont d'ailleurs mené ces tentatives sous la direction d'un même parti politique : le parti Baath, sans que cela empêche ces deux hommes de se combattre férocement.

Les origines du Baath, ce parti nationaliste qui est aujourd'hui celui de Saddam Hussein, remontent aux années 1940. Baath, en arabe, signifie « résurrection » et le nom complet de ce parti est « parti de la résurrection arabe et socialiste ». Son fondateur Michel Aflaq fut le théoricien d'une révolution bourgeoise à l'échelle du monde arabe, débouchant sur son unification en un seul État allant de l'Atlantique au Golfe. La devise du Baath tient en trois mots : « unité, liberté, socialisme ». C'était un parti nationaliste arabe, dont l'originalité était de tenter de se constituer en un parti présent partout du Golfe à l'Atlantique, comprenant dans les différents pays des « directions régionales », elles-mêmes coiffées par le « commandement national » censé diriger le parti à l'échelle du monde arabe tout entier.

Cela dit, la réalité resta bien en-deçà des aspirations du Baath à devenir le parti nationaliste de l'ensemble du monde arabe. Géographiquement, le Baath ne s'implanta vraiment qu'en Syrie et en Irak. Socialement, il resta limité à des milieux d'intellectuels et de petits-bourgeois, de fonctionnaires et de militaires. Enfin et surtout, la belle idée d'un commandement inter-arabe ne tint pas longtemps. Lorsque le Baath parvint au pouvoir en Syrie et en Irak, il éclata entre deux fractions, l'une syrienne, l'autre irakienne, qui épousèrent les querelles et les rivalités entre ces deux États arabes et leurs bourgeoisies respectives.

Ajoutons que dans les deux pays, la prise du pouvoir par le Baath aboutit à une dictature féroce. Une des principales préoccupations du Baath fut de neutraliser, sur sa gauche, les Partis communistes. Cela fut fait soit en les associant aux gouvernements, soit en massacrant leurs militants, soit en combinant les deux. Ainsi, en Syrie, le front gouvernemental comprend des communistes obéissant scrupuleusement à Assad... tandis que les dissidents communistes opposés à cette participation sont, eux, pourchassés et emprisonnés. En Irak, la participation des communistes au gouvernement aux côtés du Baath, n'a pas empêché celui-ci de les combattre férocement. Saddam Hussein fit ainsi ses premières armes de militant du Baath en assassinant un responsable communiste de son village... Quant à la période de participation gouvernementale du PC, elle s'acheva à la fin des années soixante-dix par une répression meurtrières.

Les deux dictatures, syrienne et irakienne, ont cherché à tirer leur épingle du jeu, chacune pour leur propre compte et même, très souvent, l'une contre l'autre.

Le syrien Assad a cherché à tirer parti de la guerre civile libanaise, par exemple, pour reprendre pied dans ce pays détaché de la Syrie par le colonialisme français. L'impérialisme a préféré jusqu'à présent laisser la guerre civile continuer que de lui donner satisfaction. Et ce qu'Assad a cherché à faire dans sa zone d'influence au Liban, Saddam Hussein a cherché à le faire aussi - et en plus grand - dans sa propre zone, c'est-à-dire dans le Golfe, au cours de la longue et meurtrière guerre avec l'Iran.

1980 : Saddam Hussein à l'assaut de l'Iran.

En septembre 1980, lorsque Saddam Hussein déclencha la guerre contre l'Iran, il estimait qu'il y avait pour lui une chance à saisir. Le chah avait été renversé un peu plus d'un an auparavant. Le nouveau régime iranien, sous la direction de l'ayatollah Khomeiny, n'était pas encore stabilisé. Il contestait violemment, au moins au niveau verbal, l'emprise de l'Occident impérialiste sur la région. Ses dénonciations et l'exemple de la révolution qui avait balayé le régime pro-impérialiste du chah éveillaient des échos dans les masses populaires de tout le Moyen-Orient. Les régimes d'Arabie Saoudite et les émirats du Golfe s'inquiétaient d'une possible contagion de la révolution iranienne. Le régime du chah avait été pendant des années la principale puissance militaire du Golfe, le gendarme prêt à intervenir contre toute révolte ou tentative de modifier le statu quo. De puissance stabilisatrice, il était devenu une source de déstabilisation. La place de gendarme du Golfe devenait vacante. Saddam Hussein se porta candidat.

L'Irak a-t-il attaqué l'Iran avec l'accord explicite, ou seulement tacite, des dirigeants impérialistes ? On ne le saura peut-être jamais, mais peu importe. Dans le contexte d'alors, il était évident pour tout le monde, et pour Saddam Hussein en premier lieu, qu'en attaquant l'Iran il comblait les voeux des dirigeants impérialistes, des dirigeants des émirats et de l'Arabie Saoudite, bref de tous ceux que le nouveau régime iranien inquiétait. Et il pouvait espérer avoir tout le soutien nécessaire de ce côté-là et penser que, si l'armée irakienne se montrait capable de briser l'Iran, l'Irak serait payé de retour.

Et en effet, lorsque Saddam Hussein déclencha son attaque contre l'Iran, personne en Occident ne cria au scandale comme cela s'est produit dernièrement, lorsqu'il a envahi le Koweït. Chacun regarda avec intérêt ce qui allait se passer.

Mais contrairement à ce qu'espérait sans doute Saddam Hussein, le régime iranien ne s'est pas écroulé, ni à la première attaque, ni à la suivante. Il a même à un certain moment infligé des revers à l'armée irakienne. Et cette guerre a été atroce, meurtrière. Elle s'est soldée par au moins un million de morts et des destructions énormes. Personne, parmi les grandes puissances qui camouflent aujourd'hui leur intervention derrière les mots de « maintien de la paix » ou de « droit international » n'a rien fait pour l'arrêter. Les dirigeants occidentaux étaient trop contents de voir Irakiens et Iraniens s'entre--tuer.

L'impérialisme et la guerre du Golfe

Le calcul de Saddam Hussein était tout de même en partie juste. Il n'a pas manqué de soutiens et d'encouragements. Lorsqu'il s'est rendu auprès des émirats du Golfe ou des dirigeants saoudites pour leur demander leur aide en tirant argument du service qu'il leur rendait en attaquant l'Iran, ceux-ci ne se sont pas trop fait prier. Ils ont bien voulu lui accorder des prêts, des facilités financières.. remboursables bien entendu, mais plus tard, lorsque l'Irak aurait vaincu et qu'il toucherait tous les bénéfices de l'opération !

Du côté occidental, Saddam Hussein a trouvé des soutiens un peu plus généreux. Cela a été le cas en particulier en France. Le gouvernement français, qui s'était déjà engagé depuis plusieurs années dans une politique de bonnes relations et de ventes d'armements à l'Irak, ne s'est pas fait prier. Il s'est montré larde en crédits, plus large que les États du Golfe. Il est vrai que les largesses en question étaient surtout destinées aux marchands français d'armement, vers qui tous ces crédits revenaient sous forme de commandes.

Pendant huit ans, l'impérialisme français s'est donc penché avec d'autant plus d'intérêt sur l'Irak qu'il y trouvait un intérêt bassement mercantile. Chacun savait bien que la dette irakienne, contractée dans ces conditions, avait de fortes chances de n'être jamais payée. Mais peu importe ; les marchands de canons, eux, étaient sûrs de l'être, grâce à cette fameuse COFACE, cette assurance à l'exportation financée par le contribuable et qui paye les factures si le client ne le fait pas...

Mais au-delà, il y avait un calcul plus politique de l'impérialisme, et en particulier des dirigeants de l'impérialisme américain.

Bien sûr, si Saddam Hussein avait fait s'écrouler en quelques jours le régime iranien, les dirigeants américains ne l'auraient pas regretté. Mais lorsqu'il devint évident que le régime ne s'écroulerait pas si vite et que la guerre allait durer, les dirigeants impérialistes virent aussi tout le parti qu'il y avait à tirer de cette situation.

Car même si le régime iranien ne s'écroulait pas, la prolongation de la guerre ne pouvait de toute façon que l'affaiblir, renforcer en son sein les fractions les plus autoritaires et en tout cas faire payer cher au peuple iranien l'audace dont il avait fait preuve en renversant le chah.

Et puis, si les dirigeants américains craignaient l'Iran, ils se méfiaient aussi de l'Irak et ne tenaient pas à le voir sortir vainqueur d'une façon trop éclatante. L'Irak pouvait en être renforcé et devenir ainsi une nouvelle puissance régionale avec laquelle il faudrait compter. Au contraire, la guerre durant, les deux puissances s'affaiblissaient réciproquement.

Il y a eu des dirigeants ou des conseillers américains, comme Kissinger, pour formuler ce calcul explicitement en disant qu'il y avait autant à craindre de l'Irak laïque que de l'Iran islamique. Et du coup, les dirigeants occidentaux ont même fait ce qu'il fallait pour que, pendant qu'ils aidaient officiellement l'Irak, des armes parviennent aussi à l'Iran. L'affaire de l'« Irangate » aux États-Unis l'a bien révélé.

La guerre irako-iranienne s'est terminée en 1988, au bout de huit ans, par épuisement réciproque. L'armée irakienne avait un léger avantage grâce à l'ultime coup de pouce donné - déjà - par une intervention occidentale dans le Golfe. Car, souvenons-nous, il y en a déjà eu une il y a trois ans, à partir d'août 1987 ; mais celle-là était favorable à l'Irak et dirigée contre l'Iran. Les porte-avions occidentaux ont pris le chemin du Golfe sous prétexte de sauvegarder la liberté de navigation et, en toute objectivité, ils s'en sont pris à l'Iran... alors que c'était les missiles irakiens qui atteignaient les pétroliers ! Et c'est ce qui a permis à Saddam Hussein un an plus tard, au sortir de la guerre, de se féliciter devant son peuple de sa « victoire » militaire.

Les pressions contre l'Irak.

Il n'a pas fallu longtemps pour voir que la « victoire » de Saddam Hussein dans le Golfe n'en était pas une. L'Irak était épuisé par huit ans de guerre au plus grand profit de l'impérialisme, mais celui-ci ne lui a pas fait plus de cadeaux qu'à Assad pour être intervenu au Liban.

Les richissimes régimes des émirats du Golfe ou de l'Arabie Saoudite, qui avaient prodigué leurs encouragements à Saddam Hussein durant toute la guerre, n'ont pas voulu ouvrir leurs comptes en banque pour permettre à l'Irak de diminuer l'énorme dette extérieure accumulée en huit ans, ni même se concerter pour permettre au moins une remontée des cours du pétrole permettant à l'Irak d'échapper à la banqueroute.

Saddam Hussein espérait engranger les bénéfices de ce qu'il a appelé sa « victoire » contre l'Iran. En fait il a surtout reçu les factures !

Tant que la guerre durait, tant que ce Saddam Hussein et ses soldats avaient l'obligeance de se faire tuer avec du matériel occidental pour mettre à la raison le nationalisme iranien, il n'avait pas de problèmes pour se faire ouvrir des crédits, en particulier en France.

Mais la guerre avec l'Iran terminée, les banquiers occidentaux ont présenté l'addition. Si Saddam Hussein avait cru qu'on prendrait en considération ses bons et loyaux services et qu'on lui ferait cadeau d'une partie de ses dettes, il a dû déchanter. On lui a fait observer que la dette irakienne se montait à quelques 75 milliards de dollars et qu'il fallait désormais la payer. Cette dette atteint les trois quarts de la dette du Mexique par exemple, dette qui est de 100 milliards de dollars. Mais le Mexique a 83 millions d'habitants et l'Irak seulement 18 !

Du coup, en France, en Grande-Bretagne, lorsque l'Irak est venu demander de nouveaux crédits pour financer sa reconstruction, les banquiers se sont montrés réticents. Même en France, celui des pays impérialistes qui s'est toujours montré le plus complaisant avec son protégé irakien, la COFACE a cessé de garantir les nouveaux contrats avec l'Irak à la fin de 1988, en attendant un accord pour le ré-échelonnement de la dette, qui n'a été signé qu'à la fin 1989.

L'Irak était preneur de nouveaux crédits pour sa reconstruction : de l'ordre de 50 à 60 milliards de dollars. Il était preneur aussi de nouveaux contrats, et de nouveaux crédits pour son armement. Mais subitement les banquiers occidentaux étaient devenus plus tatillons.

Et puis subitement aussi, la presse occidentale s'est mise à parler défavorablement des projets d'armement de Bagdad. Chacun sait qu'en Occident, la presse est parfaitement indépendante. Elle n'est pas aux ordres comme dans les pays « totalitaires » ; c'est spontanément qu'elle comprend ce qu'on attend d'elle. Les journalistes français, qui sont comme chacun sait très intelligents, ont compris par exemple tout seuls, pendant huit ans, qu'il ne fallait pas trop s'étendre sur les petits défauts de Saddam Hussein, ce si grand ami de la France. On n'a vraiment entendu parler de sa dictature que lorsque Saddam Hussein a utilisé les armes chimiques préparées avec la technologie occidentale contre la population kurde pour lui faire passer l'envie de revendiquer son autonomie. Mais même là, ce n'était pas encore à la mode de le traiter de « nouvel Hitler ». La mode était plutôt à dénoncer le « fanatisme » des ayatollahs.

Le ton a commencé à changer plusieurs mois avant l'invasion du Koweït, plus d'ailleurs dans les pays anglo-saxons qu'en France. Il y a eu l'affaire de ce journaliste britannique parti enquêter sur les usines d'armement irakiennes, et que Saddam Hussein a fait exécuter au printemps 1990. Celui-ci a sans doute payé de sa vie un marchandage souterrain. Saddam Hussein, à sa manière brutale et sans scrupule, a peut-être cherché à l'échanger contre un peu plus de complaisance britannique, dans la presse et surtout du côté des banques. A quoi Thatcher, dont on sait qu'elle est tout aussi sans scrupule, a sans doute répondu avec la fermeté dont elle est toujours prête à faire preuve avec la peau des autres...

Et puis l'attitude des États-Unis durant la guerre entre l'Irak et l'Iran avait montré qu'ils préféraient voir les deux puissances iranienne et irakienne s'annihiler l'une l'autre, plutôt que de laisser à l'Irak la possibilité de se présenter en vainqueur de la guerre contre l'Iran et de s'affirmer comme la nouvelle puissance régionale. Cette guerre terminée, les puissances impérialistes voulaient faire comprendre à Saddam Hussein qu'il ne devait pas se croire tout permis. Comment mieux le faire qu'en lui expliquant qu'on le « tenait » grâce à sa dette, et qu'il lui fallait la payer avant toute chose ?

De la même façon, et ce n'est certainement pas par hasard, les émirats du Golfe et l'Arabie Saoudite, qui s'étaient montrés compréhensifs pour les besoins d'argent de l'Irak pendant sa guerre contre l'Iran, se sont montrés beaucoup moins compréhensifs ensuite ; il fallait que l'Irak paye sa dette ! L'Irak a bien proposé un arrangement : que tous les États du Golfe et l'Irak se mettent d'accord au sein de l'OPEP pour faire remonter un peu les prix du pétrole, ce qui aurait augmenté les recettes de tous, y compris de l'Irak et lui aurait permis de rembourser sa dette et en même temps aurait remonté les finances de tous les autres. Mais cela aussi, les émirats et en particulier le Koweït l'ont refusé.

Tout cela semble indiquer que les dirigeants impérialistes s'étaient mis d'accord pour rogner les ailes de l'Irak. Mais ce qu'ils n'avaient sans doute pas prévu au programme, c'est le retournement de Saddam Hussein qui l'a conduit à envahir le Koweït.

Koweït... ou le canal de Suez de Saddam Hussein

C'est une sorte de quitte ou double qu'a fait Saddam Hussein lorsque, tout comme un Nasser en 1956 avait réagi aux pressions de l'impérialisme en nationalisant le canal de Suez, il a en quelque sorte nationalisé ce qui ressemble à un canal de Suez de l'Irak : le Koweït.

Le canal de Suez, dans l'Egypte d'avant 1956, c'était une sorte d'État dans l'État, une enclave britannique en territoire égyptien, une des rares choses qui en Egypte pouvait apporter des devises, mais qui justement en rapportait non à l'Egypte, mais à la Grande-Bretagne. Le Koweït, il suffit de regarder une carte pour le voir, c'est à peu près la même chose vis-à-vis de l'Irak, avec il est vrai une importance et des dimensions tout autres, en particulier financières.

Cet émirat, grand comme trois départements français, n'est pas seulement placé au fond du Golfe précisément à l'endroit qui semblerait le débouché naturel de l'Irak sur la mer. Ces 0,0035 % de la surface de la planète renferment à eux seuls 10 % des réserves mondiales de pétrole prouvées à ce jour. Il faut reconnaître que ces frontières tombent bien et valent assez cher aux yeux des puissances impérialistes pour qu'elles ne les laissent pas remettre en cause. Il faut aussi rappeler que le Koweït n'a cessé d'être un protectorat britannique et n'a accédé à l'indépendance qu'en 1961. Dès cette époque, le dirigeant irakien d'alors, le général Kassem, organisa une expédition militaire pour annexer ce territoire qu'il considérait comme devant faire partie de l'Irak. Il y eut aussitôt une intervention des troupes anglaises pour le faire reculer. Comme quoi, cet État « indépendant » était tout de même resté sous la protection britannique, tout comme il est aujourd'hui sous la protection occidentale.

Les habitants du Koweït, du moins ceux de nationalité koweïti, ne se plaignaient sans doute pas de ce découpage des frontières imposé et maintenu avec la protection de l'impérialisme. Le revenu par habitant au Koweït était un des plus élevés du monde, de l'ordre de celui des États-Unis ou de l'Allemagne fédérale. Il était cinq fois plus élevé que ce qu'il était dans l'Irak voisin, et encore deux fois plus élevé qu'en Arabie Saoudite. Mais cela n'était qu'une moyenne. Il y avait avant l'invasion irakienne un peu moins de deux millions d'habitants au Koweït, dont un peu moins de huit cent mille ayant la nationalité koweïti et un peu plus d'un million d'émigrés venus travailler là de tout le monde arabe et même d'Inde ou du Pakistan. Ceux-là n'étaient pas payés cher, on s'en doute. La plupart de ceux qui avaient la nationalité koweïti l'étaient un peu plus. Une des « activités » les mieux rémunérées était par exemple de servir de prête-nom à des sociétés occidentales ayant besoin, pour des raisons juridiques, de passer par un intermédiaire de nationalité koweïti.

Ces quelques centaines de milliers de personnes de « nationalité » koweïti formaient ainsi une sorte de petite-bourgeoisie occidentale en plein Moyen-Orient, attachée bien sûr à cet avantage et pleine de morgue à l'égard des « immigrés », même s'il s'agissait d'Arabes comme eux.

Mais cette petite-bourgeoisie locale, relativement privilégiée, qui formait en quelque sorte la base sociale du pouvoir politique de l'émir du Koweït, n'était même pas l'essentiel. L'essentiel, c'était - et c'est toujours - la puissance financière que représente le Koweït. Les revenus pétroliers ont été « recyclés »... mais pas recyclés au Moyen-Orient ; ils n'ont même pas été recyclés de la même façon qu'ils l'ont été par exemple en Arabie Saoudite, au moins en partie, sous forme de grands projets pour fertiliser le désert et tenter à grands frais de créer une agriculture là où il n'y avait que du sable. Ils sont repartis presque entièrement dans les circuits financiers internationaux, par l'intermédiaire notamment d'une institution de l'État koweïti, le KIO, Koweït Investment Office, le Bureau d'Investissement du Koweït. C'est-à-dire que tout cet argent s'est placé en spéculation immobilière sur les Champs--Elysées, en participations dans les bourses de Londres et de New York, en achats de grandes entreprises occidentales, de préférence bien rentables. Au point qu'aujourd'hui, l'ensemble de ces investissements se monterait à quelques 100 milliards de dollars - plus que la dette extérieure de l'Irak - et lui assure un revenu égal et parfois supérieur aux revenus pétroliers proprement dit. Aujourd'hui, les financiers koweïti peuvent continuer à subsister... sans le Koweït ! Et même si tout cet argent appartient nominalement à l'État koweïti, il n'y a jamais eu grande différence entre les propriétés de cet État et celles de l'émir du Koweït et de sa famille...

Comme on sait, d'ailleurs, dès que le Koweït a été envahi par l'Irak, les avoirs koweïtiens à l'étranger ont été « gelés ».. à la demande des dirigeants koweïti eux-mêmes. Cela veut dire que les États et les banques du monde entier se sont mis d'accord pour ne pas donner un sou de tout ce pactole à l'Irak qui, en annexant le Koweït, considérait qu'il lui revenait de droit.

A vrai dire, Saddam Hussein n'avait sans doute pas beaucoup d'illusions sur ce point. Mais même s'il ne pouvait mettre la main sur les avoirs koweïtiens à l'étranger, il pouvait mettre la main sur ses puits de pétrole et sur les revenus correspondants, et cela lui suffisait sans doute.

Bush sonne la charge

Saddam Hussein avait-il entièrement prévu les réactions qui se sont produites après l'occupation du Koweït ? Personne ne le sait, évidemment. En tout cas on sait que la réaction de l'impérialisme a été rapide... Toucher au Koweït, à son pétrole, à sa richesse, à ses intérêts financiers, il n'était pas question pour les dirigeants impérialistes de laisser faire cela sans réagir !

Les dirigeants impérialistes et d'abord leur chef de file, Bush, ont aussitôt sonné la charge pour rameuter toutes les troupes des États considérés comme des alliés du camp occidental, et pas seulement eux. C'est presque à l'échelle de la planète qu'ils ont passé en revue les troupes. Comme un amiral dans son escadre, Bush a décrété qu'il voulait voir tout le monde sur le pont et, un par un, il pointe les présents pour vérifier si tout le monde est là. Chacun est prié de donner sa contribution, en hommes ou à défaut en argent. Les États européens, bien sûr, sont de la partie : la Grande-Bretagne de Thatcher suivie de près par la France de Mitterrand, mais aussi tous les autres : l'Espagne, l'Italie ; l'Allemagne qui, a défaut d'envoyer des troupes a été priée de payer. Le Japon est lui aussi de la croisade : il enverra des troupes « non combattantes ». Mais ce n'est pas tout : l'URSS de Gorbatchev a été priée de mettre en pratique ses promesses de collaboration avec l'Occident, elle l'a fait sans rechigner et il n'est même pas exclu qu'elle envoie des troupes elle aussi. La Chine est aussi de la partie, qui vote au Conseil de Sécurité dont elle est l'un des membres permanents tout ce qu'on lui demande : la coalition pour ce fameux « droit international » si cher à Mitterrand l'a généreusement admise dans ses rangs en passant pour l'occasion l'éponge sur le massacre de la place Tien An Men dont on parlait tant jusqu'ici.

Les étranges alliés de la « démocratie occidentale »

Tous les pays proches du théâtre d'opérations ont été démarchés un par un.

Au nord de l'Irak, la Turquie de Turgut Özal, un État dont la façade de démocratie parlementaire laisse encore bien visibles tous ses traits de dictature militaire, s'est fait juste un peu prier, le temps d'obtenir de ses alliés occidentaux des compensations et des promesses. Bush a promis qu'on n'oublierait pas de la dédommager financièrement des dommages subis du fait de l'interruption des relations économiques avec l'Irak. Les autres dirigeants européens ont laissé entendre qu'ils se montreraient à l'avenir moins réticents sur la candidature de la Turquie à l'entrée dans le Marché Commun. Là aussi, on cessera sans doute de faire la fine bouche sur le respect des droits de l'homme en Turquie. La Turquie est démocratique.. puisqu'elle est du bon côté !

Et puis, la Turquie a depuis longtemps des revendications sur les régions de Mossoul et de Kirkouk, au nord de l'Irak et près de la frontière des deux pays, parce qu'il s'y trouve des minorités turques et aussi, ça ne gâte rien, puits de pétrole. Si demain l'Irak est démembré à la suite d'une intervention impérialiste, la Turquie est déjà sur les rangs pour s'en attribuer les dépouilles. Et qui sait si un Bush ou un Mitterrand ne lui ont pas déjà promis secrètement ces zones qu'elle convoite ? En tous cas, non seulement l'armée américaine pourra utiliser les bases situées en Turquie pour d'éventuelles attaques aériennes, mais Özal s'est fait voter par le parlement turc l'autorisation d'entrer en guerre contre l'Irak si cela était nécessaire. Ainsi, si la guerre éclate, les prolétaires turcs seront peut-être appelés eux aussi à aller se faire tuer aux frontières pour les gros profits de l'impérialisme et pour les requins qui auront négocié l'entrée en guerre de leur pays.

Il faut citer aussi la participation des troupes du Pakistan, ce beau régime démocratique dont les militaires viennent de démettre la présidente élue Benazir Bhutto parce que, toute grande bourgeoise qu'elle soit, elle dérangeait encore trop les clans au pouvoir et leurs petites affaires. Qui, dans le contexte actuel, irait faire la fine bouche sur le régime pakistanais ?

Et puis, un par un aussi, les États arabes ont été démarchés pour faire partie de la coalition anti-Saddam Hussein.

L'Arabie Saoudite a fourni non seulement son armée, mais tout son territoire dont les déserts de cailloux servent aujourd'hui de champ de manoeuvre à des armées venues de tous les continents. Moyennant quoi personne ne croit bon aujourd'hui de nous rappeler que cet allié si précieux de l'Occident dit « démocratique » est le siège de la dictature féroce d'une poignée de princes richissimes qui musellent toute opposition, interdisent les partis politiques quels qu'ils soient, et ne reconnaissent comme loi que le Coran dans l'interprétation wahhabite, ce qui inclut la main coupée pour les voleurs, la lapidation des femmes adultères et de toute façon l'oppression des femmes, à qui il est interdit même de conduire une voiture. Ce pays où les exécutions publiques par décapitation au sabre sont toujours monnaie courante fait partie à part entière de la grande croisade pour le soi-disant « droit international »...

On a même vu d'ailleurs Mitterrand se rendre dans le Golfe pour une « tournée des popotes » auprès des soldats français et, par la même occasion, pour une visite au roi Fahd d'Arabie. Il paraît que cet homme était fâché des paroles de Mitterrand à la tribune de l'ONU, qui avait insinué que, si on remettait l'émir du Koweït sur son trône, il faudrait faire un régime « plus démocratique ». Le roi Fahd se serait senti visé... Mitterrand a tout arrangé, paraît-il. Il a sans doute expliqué à Fahd qu'il avait dit ça pour rire ; chacun sait que, depuis longtemps, la République française ne coupe plus la tête aux rois !

Enfin, tous les autres États arabes ont été priés de s'engager eux aussi, fût-ce de façon symbolique. L'égyptien Moubarak a envoyé des troupes, et aussi le roi du Maroc Hassan II, ce monarque sanglant dont la sinistre compagnie ne semble décidément dégoûter personne parmi les dirigeants du monde dit démocratique.

Dans cette coalition, on retrouve même le syrien Hafez El Assad, ce collègue « baathiste » de Saddam Hussein. Il a saisi l'occasion d'être du côté du manche pour régler ses comptes avec ce vieux rival. Assad avait mauvaise presse dans les pays occidentaux du fait de son intervention au Liban, et était accusé de favoriser le terrorisme international. Mais tout cela aussi a été subitement oublié et, qui sait, peut-être Bush lui a-t-il fait des promesses de compensations, dans la discrétion d'un coup de téléphone. Il pourra toujours les oublier après. En attendant, Assad est allé jouer les commis voyageurs jusqu'à Téhéran, où il a servi d'intermédiaire auprès des dirigeants iraniens pour les inciter à ne pas se placer dans toute cette affaire du côté de l'Irak. Là aussi, en passant, tout le monde a cessé de traiter le régime des ayatollahs de « dictature fanatique ». On a trop besoin d'eux... Le terme est désormais réservé à l'Irak !

Indépendamment de l'apport militaire négligeable, et certainement pas très fiable, que représentent les troupes égyptiennes, syriennes ou marocaines, les dirigeants impérialistes ont besoin de l'appui de ces régimes comme d'une caution pour démontrer que l'expédition militaire du Golfe n'est pas une croisade anti-arabe puisque des dirigeants comme Moubarak, Assad, Hassan II ou Fahd d'Arabie en sont partie prenante. Quant à la Turquie ou au Pakistan, à défaut d'être des pays arabes, ce sont des pays où domine la religion islamique et leur caution aussi est utile de ce point de vue.

Selon la presse, c'est Bush, ce président américain ancien directeur de la CIA, qui a été le grand organisateur de la croisade anti-Saddam Hussein. Il paraît qu'avec Bush l'Amérique a enfin un grand président qui connaît lui-même les dossiers, au lieu de les faire traiter par ses conseillers. Au contraire d'un Reagan qui ne connaissait guère qu'Hollywood, ou d'un Carter qui ne connaissait que la liste des paroisses de sa Géorgie, Bush aurait, lui, pu user des connaissances et des relations accumulées au cours de sa carrière ; il aurait lui-même décroché le téléphone pour parler directement avec les dirigeants de tous ces États. Qu'a-t-il fait exactement à chacun comme promesses ? On ne le saura sans doute jamais, d'autant plus qu'il ne les tiendra probablement pas. Encore qu'après les scandales du « Watergate » et de l'« Irangate », Bush devrait se méfier des écoutes téléphoniques. Il y aura peut-être d'ici quelques années un scandale du « Koweïtgate » qui nous apprendra de drôles de choses !

On sait par exemple que l'Egypte ou la Turquie, touchées par l'interruption des relations économiques avec l'Irak, devraient recevoir des compensations financières. Ceux qui les toucheront ne seront évidemment pas les travailleurs mis au chômage ou les camionneurs qui auront cesser leur activité, mais les margoulins proches du pouvoir pour qui ce sera 100 % de bénéfice.

Mais qui sait aussi quelles promesses de découpage ont été faites, plus discrètement, par les puissances impérialistes, en cas d'éclatement d'un conflit ? Comme ce fut le cas pour les maquignonnages franco-anglais de la Première Guerre mondiale ?

Le « droit des peuples »... et les intérêts impérialistes

Sans parler de tout ce qui est sous la table dans l'offensive impérialiste d'aujourd'hui, il y a déjà tout ce qui est visible, et d'abord les raisons de fond de cet incroyable branle-bas de combat.

Sans vergogne, les dirigeants impérialistes ajoutent souvent aux mots de « droit international » les mots de « droits des peuples ». Ce sont ces droits qu'ils voudraient soudain faire respecter à tout prix. Mais toute l'histoire lointaine ou plus récente du Moyen-Orient - et du reste de la planète - montre leur mépris complet de ce « droit des peuples ». Qu'est-ce que ce soi-disant attachement au « droit à l'autodétermination » du peuple koweïti qui n'a pas empêché la Grande-Bretagne de maintenir le Koweït sous son joug colonial pendant plus de soixante ans ? Quand a-t-on jamais demandé aux peuples arabes s'ils trouvaient justifié d'être partagés, par le simple coup de crayon d'un ministre sur une carte, en une poussière d'États ? Quand a-t-on cherché à faire respecter les droits des Palestiniens, chassés de leurs terres, parqués dans des camps de réfugiés et subissant une guerre après l'autre ? Qui parmi les dirigeants des puissances occidentales a jamais parlé d'aller forcer l'armée israélienne a cesser ses exactions contre l'Intifada, ce mouvement de révolte qui secoue depuis trois ans - en fait depuis bien avant - les Palestiniens des territoires occupés ? C'est vrai, les Palestiniens aussi ont eu droit depuis quarante ans à bien des résolutions de l'ONU. Mais celles-là, personne n'a parlé d'aller les faire appliquer par la force !

Et dans une autre partie du monde, l'Afrique du Sud, a-t-on jamais vu les grandes puissances dites « démocratiques » parler d'intervenir pour renverser ce monstrueux régime d'apartheid installé en 1948, trois ans après la victoire des nations dites « antifascistes »... Un régime qui a tenu quarante ans et qu'on ne parle de modifier que depuis quelques années !

Le « droit des peuples », les dirigeants impérialistes s'en moquent bien. C'est tout au plus un mot dont ils se servent quand il semble aller dans leur sens pour justifier leur intervention et dissimuler ses vraies raisons. Mais ce « droit », c'est tout au plus celui de l'émir du Koweït, que Bush veut à tout prix rétablir sur son trône, ou celui du roi Fahd et de toute sa famille à continuer d'amasser des fortunes aux dépens des peuples arabes et d'aller les jouer ensuite dans les casinos de la Côte d'Azur ou tout simplement à la Bourse de Paris, de New York ou de Tokyo.

Alors l'intervention impérialiste protège le « droit des peuples », oui, si on considère que les « peuples », ce sont ces roitelets richissimes !

Un enjeu qui concerne tout le Tiers Monde

Dans cette intervention impérialiste, il y a encore en jeu des intérêts bien plus fondamentaux que ceux des monarques du Golfe.

Il y a les intérêts pétroliers bien sûr. Les compagnies pétrolières n'ont aucune envie de devoir partager leur pactole, si peu que ce soit, avec le régime de Saddam Hussein. Encore que, si Saddam Hussein voulait se servir de son contrôle sur les puits du Koweït pour faire monter les prix du pétrole, il n'aurait en fait qu'une marge de manoeuvre limitée. Toute la presse nous l'explique aujourd'hui, nous ne sommes plus en 1973 ; la part dans le marché du pétrole de l'OPEP, cette Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole qui avait alors fait monter les prix, s'est réduite. Le contrôle occidental sur le marché pétrolier s'est renforcé ces dernières années grâce à l'augmentation de la part des pays non membres de l'OPEP, y compris des pays occidentaux comme la Grande-Bretagne avec le pétrole de la Mer du Nord. Le Golfe ne représente plus qu'un tiers de la consommation mondiale contre plus de la moitié il y a quelques années et l'OPEP n'est paraît-il plus en mesure de contrôler le marché. Il faut ajouter que la part du pétrole dans la consommation d'énergie a diminué au profit d'autres énergies comme le gaz naturel ou l'énergie atomique.

Tout cela n'empêche pas les prix de monter depuis le 2 août, mais chacun sait que c'est uniquement à cause des spéculateurs qui opèrent sur les marchés occidentaux et que personne ne parle d'ailleurs de mettre à la raison. Pourtant, eux, il n'y aurait pas besoin d'aller les chercher en Irak et de mobiliser pour cela toute une armada !

Alors, la raison de l'intervention armée occidentale n'est pas de protéger l'économie mondiale d'un éventuel « choc pétrolier ». Le cours du pétrole était de toute façon tombé trop bas, de l'avis des compagnies pétrolières occidentales elles-mêmes. Même aujourd'hui après deux mois de spéculation, le cours du pétrole est encore, compte tenu de l'inflation, la moitié de ce qu'il était en 1980, lors de ce qu'on a appelé le troisième choc pétrolier. Si cela se traduit déjà par la hausse des prix du super à la pompe pour le consommateur occidental, c'est uniquement à cause de la spéculation des compagnies pétrolières et de la complaisance des gouvernements - ou de leurs choix politiques.

Inutile de dire aussi que ce n'est pas la « menace militaire irakienne » qui fait ainsi peur aux plus grandes puissances du monde coalisées, même si elles invoquent ce prétexte. Face à l'armada occidentale, l'Irak représente peu de choses ; Bush et Mitterrand le savent bien, et Saddam Hussein aussi.

Alors, au-delà des raisons visant à protéger leurs intérêts immédiats, il y a dans l'intervention des dirigeants occidentaux des préoccupations plus générales qui ne concernent pas seulement le Moyen-Orient. Bush, Mitterrand, Thatcher et leurs compères raisonnent en dirigeants de l'impérialisme, de ce système mondial basé sur un partage des richesses, sur un découpage des frontières et des zones d'influence, sur un entrelacs d'intérêts, de pouvoirs locaux, de relations, de conflits qui a été édifié au cours de deux siècles et plus d'interventions, de pressions économiques combinées aux interventions militaires qui ont façonné la planète avec ses frontières d'aujourd'hui. Ce qu'ils appellent le « droit international », c'est le maintien de cet édifice qu'ils ont forgé, effectivement, par le droit.. mais en fait par le droit du plus fort.

Car, justement, ils sont les premiers à savoir que l'équilibre de cet édifice est instable et qu'il peut suffire d'en ôter certaines pierres pour qu'il s'écroule.

Ils savent que ce sont tous les régimes du Tiers Monde qui sont mis au bord de l'explosion par la domination de l'impérialisme et par la crise économique, par l'augmentation démentielle de la dette et l'énorme ponction qu'elle constitue sur le revenu de leur peuple. Ce qu'a fait Saddam Hussein parce que son régime est étranglé par la dette, c'est ce que peut être tenté de faire demain n'importe quel régime du Tiers-Monde. Ces régimes sont, exactement comme l'Irak, étranglés par les exigences des banquiers occidentaux, pris en tenaille entre les diktats du FMI et la résistance de leurs peuples qui supportent de plus en plus mal de devoir se saigner aux quatre veines pour remplir le trou sans fond de la spéculation internationale.

Saddam Hussein n'est qu'un cas parmi d'autres même si le caractère militaire, dictatorial, de son régime, sa propension à se lancer dans des aventures militaires, la situation du Moyen-Orient expliquent pourquoi c'est lui qui a osé à un certain moment se retourner contre l'impérialisme et le braver en envahissant le Koweït. Mais, s'il l'a fait, c'est que d'autres peuvent le faire.

On a bien vu l'an dernier un général Noriega, qui n'était pourtant qu'une créature de la CIA et pas un dirigeant nationaliste comme Saddam Hussein, braver les diktats de Bush et être d'ailleurs renversé, déjà, par une intervention militaire américaine. On a même vu il y a quelques années les généraux argentins se lancer dans une aventure analogue à celle de l'Irak en allant occuper les Malouines. Et on a vu aussi alors la Grande-Bretagne se lancer à l'assaut de ces îles perdues du bout du monde, sans aucun intérêt économique ni même stratégique, avec le soutien de tous les dirigeants impérialistes, pour qu'il ne soit pas dit qu'un régime comme celui de l'Argentine puisse remettre en cause impunément le partage du monde.

C'est une démonstration du même ordre que les dirigeants impérialistes veulent faire aujourd'hui au Moyen-Orient, dans une région autrement déterminante pour leurs intérêts et leurs positions que ne le sont les Malouines et l'Atlantique Sud. Cette démonstration s'adresse aux dirigeants, mais aussi derrière eux à l'ensemble des peuples du Moyen-Orient. C'est eux qui sont ainsi avertis que l'impérialisme ne laissera rien remettre en cause des frontières et du partage des richesses auxquels il a procédé. Et au-delà, cette démonstration s'adresse à l'ensemble des peuples de la planète, et en premier lieu à ceux du Tiers-Monde pour leur dire : attention, l'ordre impérialiste sera maintenu à tout prix et quoi qu'il arrive.

Quand ils veulent rétablir l'émir du Koweït dans ses droits et quand ils parlent de la menace qui plane aujourd'hui, Bush, Mitterrand ou Thatcher ne pensent pas seulement au Koweït. C'est une guerre qui n'est pas seulement dirigée contre Saddam Hussein. Il n'est d'ailleurs même pas exclu qu'on voie demain l'impérialisme trouver un terrain d'accord avec Saddam Hussein et les voies d'une nouvelle collaboration. Mais les dirigeants impérialistes voudraient démontrer d'abord, de toute façon, à tous les dirigeants du Tiers-Monde, que s'ils se permettent une incartade, ils la payeront jusqu'au bout. Et c'est une occasion aussi pour les forcer à se compromettre jusqu'au bout avec l'impérialisme, en participant eux-mêmes à la croisade contre l'Irak, de façon que face à leurs peuples ils se sentent liés corps et biens à la défense de l'ordre impérialiste mondial. C'est un grand coup de poing sur la table, à l'échelle mondiale, frappé bien fort pour que personne ne puisse dire qu'il n'a pas entendu.

Ajoutons qu'en passant, et accessoirement, il y a là des opérations politiques à usage plus limité de la part des dirigeants impérialistes. Un Bush a saisi l'occasion de démontrer à tous ceux qui parlaient ces derniers temps du « déclin » de la puissance américaine que les États-Unis sont toujours la première puissance mondiale, la seule en mesure de tenir vraiment en respect les peuples du Tiers Monde et d'organiser en quelques jours une intervention militaire impressionnante jusqu'au coeur du désert d'Arabie, à laquelle tous ses partenaires se sentent obligés de se rallier.

Bush a également saisi l'occasion, sur le plan intérieur, de tenter de montrer qu'il n'est pas fait de la même pâte qu'un Carter que l'échec de son opération pour tenter de libérer les otages de l'ambassade américaine de Téhéran avait ridiculisé. Mais sur ce plan comme sur les autres, justement, la démonstration n'est pas encore faite et, plus le branle-bas de combat est massif, plus ces grands roulements de tambours médiatiques, s'ils n'aboutissent à rien, pourraient se transformer en une démonstration contraire, en un aveu de faiblesse de l'impérialisme.

Les hésitations de Bush

Aujourd'hui tous les roulements de tambour n'y font rien. Bush, Mitterrand et l'ensemble des dirigeants impérialistes hésitent à passer de la mobilisation armée à la guerre ouverte. On les voit même passer, d'un jour à l'autre, d'une déclaration guerrière qui affole les marchés boursiers à une déclaration plus conciliante qui leur redonne le moral. Comme si, après avoir acheminé des centaines de milliers d'hommes et des tonnes de matériel dans le désert d'Arabie, un Bush commençait tout juste à se poser le problème des conséquences politiques que pourrait avoir un conflit armé avec l'Irak.

Mais en fait, c'est depuis le début que cette hésitation est visible, même si les dirigeants impérialistes ont cherché à la dissimuler derrière le fracas de leur branle-bas de combat, en se disant que tout cet étalage de force suffirait bien, sinon à faire reculer l'Irak, du moins à impressionner le monde entier.

Les troupes américaines, françaises ou autres débarquées en Arabie Saoudite n'ont pas été envoyées séance tenante combattre l'Irak. Chacun sait qu'elles sont parquées dans des hangars sous le doux soleil d'Arabie où elles tuent le temps en devant se contenter - paraît-il - d'eau ou de Coca-Cola parce que l'usage de boissons plus alcoolisées risquerait de créer des problèmes avec les interdits de la religion officielle, le tout assorti pour la même raison d'une interdiction de tenter un rapprochement avec la partie féminine de la population... Cela vaut mieux que de se faire tuer, bien sûr mais à ce régime les « marines » doivent trouver le temps long et leur ardeur combative risque de s'émousser...

Est-ce à dire que les puissances occidentales hésitent devant l'armée irakienne elle-même ? Certainement pas. Le rapport de forces militaires serait, d'une façon écrasante, en leur faveur. Encore que la reconquête du Koweït et, éventuellement, celle de l'Irak, ne seraient certainement pas une partie de plaisir pour les troupes occidentales. Il ne suffirait pas d'écraser les villes et les installations militaires irakiennes sous les bombes, ce qui ne poserait pas de grands problèmes à l'aviation des grandes puissances impérialistes. Tous les états-majors savent que la guerre presse-boutons n'existe pas. En dernière analyse, c'est toujours avec l'infanterie que se gagnent les guerres car après avoir pressé les boutons pour larguer les bombes, il faut toujours ensuite occuper le terrain...

Et là, dans les villes dévastées, il faudrait encore peut-être se battre rue par rue, quartier par quartier, avant de se retrouver ensuite dans la situation d'une armée d'occupation ayant à faire face à des révoltes de la population, à des attentats, à une guérilla. Les armées occidentales, française et américaine justement, en ont fait l'expérience il n'y a pas si longtemps, en 1983, lors de leur débarquement au Liban. Des casernes de marines et de paras français ont alors sauté dans des attentats-suicide au camion piégé. Les troupes françaises et américaines ont finalement préféré plier bagage et laisser le terrain.

Or, faire la guerre au Koweït et en Irak, ce serait risquer de se retrouver dans la même situation, à une toute autre échelle. Les dirigeants impérialistes ne peuvent pas ne pas le savoir. Ce serait peut-être mettre le doigt dans l'engrenage d'une épreuve de force à l'issue imprévisible, une guerre du Liban ou d'Algérie qui, dans quinze ans, durerait peut-être encore sans qu'on en voie la fin. Ce serait devoir faire face, peut-être, à une nouvelle « Intifada » en Irak, face à laquelle ce ne serait plus l'armée israélienne mais les armées américaine, française, britannique, qui seraient engluées. Et reculer alors, ce serait donner aux peuples la démonstration politique inverse de celle que veulent administrer aujourd'hui Bush et Mitterrand.

Mais aussi, et ce n'est pas la moindre des raisons qui retiennent le Président des USA, une telle intervention, si elle durait, ne pourrait que poser des problèmes politiques intérieurs aux États-Unis. C'est une chose d'envoyer des troupes en quelques jours en clamant partout, par l'intermédiaire d'une télévision aux ordres, qu'il faut bien répondre à l'« agression » irakienne. Mais ce serait autre chose que de devoir faire accepter les sacrifices financiers et surtout humains correspondants, pendant peut-être des mois sinon des années, à la population américaine. Après avoir envoyé des jeunes se faire tuer,il faudrait en envoyer d'autres, et encore d'autres, dont certains ne reviendraient pas; il faudrait faire accepter à l'opinion de les laisser partir dans une aventure à l'enjeu de moins en moins clair.

Tout cela, les dirigeants américains le savent. Ils ont l'expérience encore toute proche de la guerre du Viet-Nam... et leur attitude au Liban il y a tout juste quelques années montre qu'ils ne sont pas très chauds pour mettre vraiment le doigt dans un tel engrenage. Ils préfèrent laisser d'autres se battre à leur place.

Or, au Liban, il y avait les différentes milices chrétiennes, l'armée syrienne et l'armée israélienne. Mais l'armée israélienne serait bien insuffisante pour aller occuper l'Irak. Quant aux soldats égyptiens, marocains, syriens ou même saoudiens ou turcs, de quel côté se mettraient-ils en cas de révolte de la population irakienne ou des émigrés palestiniens qui forment une grande partie de la population du Koweït ? L'État-major américain n'est sans doute pas encore prêt à parier qu'ils seront vraiment de leur côté.

Des risques dans tout le monde arabe

Mais le risque, justement, n'est pas seulement en Irak ou au Koweït. Il est aussi dans tout le Moyen-Orient ou même le monde arabe. Combien de temps, en effet, les régimes arabes qui se sont rangés aux côtés de l'impérialisme dans cette affaire pourraient-ils tenir face à leur opinion publique, il est permis de se le demander.

Une partie des dirigeants des États arabes ont d'ailleurs eu une attitude plus prudente que les dirigeants syriens, saoudiens ou égyptiens. La Libye, la Tunisie, l'Algérie ont évité de s'aligner sur l'attitude occidentale. Même le roi Hussein de Jordanie, tout attaché qu'il soit à l'alliance occidentale, a refusé de le faire, apparemment convaincu que, sinon, son trône ne tiendrait pas longtemps.

Alors, une expédition militaire dans laquelle un régime comme celui de Moubarak en Egypte s'engagerait à fond aux côtés des armées américaine, française et britannique, dans une véritable guerre coloniale contre une autre population arabe, ce serait peut-être à terme le risque de voir ce régime sombrer corps et biens, renversé par un coup d'État nationaliste ou par un mouvement populaire. Et ce serait peut-être courir le même risque au Maroc, en Syrie ou en Arabie Saoudite, en même temps qu'on verrait peut-être d'autres régimes, en Algérie ou en Tunisie par exemple, se radicaliser pour ne pas être emportés.

C'est tout cela, c'est ce risque politique qu'ils courent vis-à-vis de la population de l'ensemble des pays arabes, qui retient encore aujourd'hui le bras des dirigeants impérialistes. D'autant plus que Saddam Hussein le sait et tente de se servir de cette arme politique qui est en fait sa seule arme réelle.

On l'a vu par exemple lorsque, dès le 12 août, Saddam Hussein a proposé d'appliquer les résolutions de l'ONU et de retirer ses troupes du Koweït... à condition qu'on applique au même moment les autres résolutions de l'ONU, sans effet depuis plus de vingt ans, qui demandent le retrait des troupes israéliennes des territoires occupés. Il s'adressait évidemment, avant tout, à l'opinion des pays arabes ; des manifestations de sympathie ont d'ailleurs accueilli ce discours dans plusieurs pays. Saddam Hussein, depuis, s'est adressé de nouveau aux masses populaires des pays arabes en usant de plusieurs registres : aux discours aux accents nassériens sur la nécessaire unité arabe, dénonçant les « traîtres à la nation arabe » Moubarak ou Assad, se sont ajoutés les discours aux accents islamiques appelant au « Djihad », à la guerre sainte contre l'Occident pour libérer les lieux saints de l'Islam, La Mecque et Médine, de l'emprise du roi Fahd d'Arabie, dénoncé comme un traître qui s'est allié à l'impérialisme et a ouvert son territoire aux troupes occidentales.

Evidemment, Saddam Hussein ne manque pas de cynisme, lui qui a été pendant des années l'allié privilégié de l'Occident impérialiste contre Khomeiny et sa « république islamique » et qui allait alors demander l'aide financière du même roi Fahd pour l'aider à protéger les mêmes lieux saints de l'Islam, cette fois contre la menace de Khomeiny qui, lui aussi, appelait alors à les libérer de l'emprise du dit roi Fahd. A ce moment-là, les discours de Saddam Hussein faisaient plutôt appel au registre des vieilles haines nationales des Arabes contre les Perses. Et aujourd'hui, au moment où pour tenter de se réconcilier avec l'Iran il ramène les troupes engagées dans l'offensive contre ce pays sur la frontière d'avant 1980, comme si les huit ans de guerre n'avaient été qu'un regrettable malentendu, les peuples irakien et iranien seraient en droit de lui demander au nom de quoi il leur a fait subir ces huit ans de tuerie pour rien...

Mais ce qui compte n'est pas tant les discours de Saddam Hussein que les sentiments de la population des pays arabes qu'il cherche ainsi à toucher. Et les masses populaires de l'ensemble des pays arabes, et même de bien d'autres pays du Tiers-Monde, se sentent en grande partie, instinctivement, du côté de l'Irak dans toute cette affaire, parce qu'elles voient bien que tout ce que les dirigeants occidentaux lui reprochent est d'avoir touché, pour une fois, aux intérêts impérialistes.

Saddam Hussein, un espoir pour les masses arabes ?

Est-ce à dire que Saddam Hussein a changé et que les masses populaires du Tiers-Monde doivent voir en lui un homme qui combat pour leurs intérêts ? Certainement pas. Et en ce qui nous concerne, nous n'avons pas plus de sympathie aujourd'hui pour Saddam Hussein et pour son régime de dictature et d'oppression que nous n'en avions avant le 2 août. Saddam Hussein est toujours le même et son régime aussi, une dictature féroce à l'égal de celles qui règnent dans bien des pays du Tiers-Monde, oscillant entre l'alignement pur et simple sur l'impérialisme et des velléités de lui arracher des concessions. Sa tentative de s'approprier le Koweït, même si elle réussit, ne sera qu'une velléité de plus des bourgeoisies des États arabes et sûrement pas une rupture avec l'impuissance dont celles-ci font preuve depuis quarante ans, avec leur incapacité à faire un seul pas dans la direction de cette fameuse unité arabe dont leurs dirigeants parlent tant dans leurs discours.

Pour avancer vers cette unité, il faudrait avoir une politique révolutionnaire. Il faudrait être prêt à s'appuyer sur les masses populaires de l'ensemble du Moyen-Orient, sur leurs aspirations, sur ce sentiment de solidarité contre l'impérialisme qui s'exprime dans l'idée de l'unité arabe. Il faudrait être prêt à s'appuyer sur leurs initiatives, sur leur révolte, pour briser tous ces appareils d'État, ces appareils politiques et militaires dont le conservatisme, les rivalités, les liens avec les classes possédantes locales et avec l'impérialisme forment autant d'obstacles à cette unité. Un Saddam Hussein en est tout aussi incapable que tous les autres dirigeants arabes. Tout au plus est-il capable, comme les autres aussi, de faire un peu de démagogie pour se rendre populaire contre ses rivaux, qu'ils s'appellent Fahd, Assad ou Moubarak. Mais son mépris pour ces « masses arabes et musulmanes » auxquelles il fait appel dans ses discours, éclate à chacun de ses gestes.

On l'a vu par exemple, dans l'attitude du régime irakien lors de son entrée au Koweït. L'armée irakienne a trouvé là un million de travailleurs émigrés égyptiens, palestiniens, pakistanais, indiens, ou autres. Elle n'a rien fait, semble-t-il, pour se rendre populaire auprès d'eux, si l'on en juge par ces foules de travailleurs égyptiens ou indiens qui se sont précipités pour rentrer dans leur pays et dont la télévision a montré des images, perdus dans le désert aux confins de la Jordanie et de l'Irak, à la recherche désespérée de vivres et d'eau, rudoyés par la police jordanienne après l'avoir été par l'armée irakienne et avoir tout perdu au Koweït... En les renvoyant dans leur pays dans ces conditions, Saddam Hussein n'a certainement pas contribué à renforcer sa propre popularité en Egypte par exemple, et a plutôt fourni des armes à Moubarak.

Quant aux masses irakiennes elles-mêmes, elles risquent de se lasser vite de servir de masse de manoeuvre, quand ce n'est pas de chair à canon, pour les zigzags contradictoires de Saddam Hussein.

Qui sait d'ailleurs, de ce point de vue, de combien de retournements un Saddam Hussein est encore capable ? Qui peut parier qu'il ne sera pas, d'ici quelques années par exemple, redevenu un interlocuteur respecté par les dirigeants impérialistes comme il l'était encore il y a quelques mois, décevant une nouvelle fois ceux qui auraient mis en lui leurs espoirs ? Il n'y a d'ailleurs pas, de ce point de vue, de miracle historique à attendre. Les bourgeoisies arabes sont trop tard venues, dans un Moyen-Orient taillé en pièces par l'impérialisme, pour être capables de faire sur la route de leur unité autre chose que des pas de clerc. L'unité arabe ne sera pas l'oeuvre de Saddam Hussein, pas plus qu'elle n'a été celle de Nasser, de Assad ou de Kadhafi. Tout au plus restera-t-elle pour de tels dirigeants un slogan, de plus en plus défraîchi tant il aura été mis à toutes les sauces.

L'unité elle-même ne pourra pas être l'oeuvre des bourgeoisies arabes, même travesties de radicalisme à la mode nassérienne ou baathiste. Elle sera l'oeuvre des masses populaires, et d'abord du prolétariat, s'il sait trouver la voie de sa propre politique, d'une politique de classe. Il ne s'agira d'ailleurs même plus de l'unité arabe car le prolétariat du Moyen-Orient devra trouver le moyen de dépasser, dans la lutte, les oppositions nationales entre les Arabes et les non-Arabes qui sont nombreux aussi dans la région : les Kurdes, les Juifs israéliens, mais aussi peut-être les Turcs au Nord et les Iraniens à l'Est, doivent eux aussi trouver leur place dans la construction d'une Fédération socialiste des peuples du Moyen-Orient qui serait le seul moyen de dépasser les divisions d'aujourd'hui, d'en finir avec l'éclatement du Moyen-Orient en une poussière d'États rivaux. Et l'on ne discutera plus alors de savoir si le Koweït doit être ou non absorbé par l'Irak... Il est de toute façon au Moyen-Orient et ce sera aux peuples du Moyen-Orient de décider, ensemble, de l'utilisation de ses richesses.

Quant à Saddam Hussein, il faudra bien sûr que les peuples du Moyen-Orient abattent sa dictature tout comme il leur faudra abattre le régime de Fahd d'Arabie ou de Hussein de Jordanie, les régimes de Moubarak en Egypte et de Assad en Syrie, et bien sûr le régime israélien. Mais ce sera à eux de le faire car eux seuls pourront à la place instaurer un pouvoir politique qui soit celui des ouvriers et des masses populaires de tout le Moyen-Orient.

Nous sommes pour la défaite de l'impérialisme

Le problème qui nous concerne directement aujourd'hui, c'est celui de notre attitude ici, c'est celui de l'attitude de la classe ouvrière dans un pays impérialiste comme la France, à l'égard de l'offensive des armées occidentales au Moyen-Orient. Nous pensons que la classe ouvrière doit choisir son camp, et qu'elle ne peut pas se trouver dans le même camp que les dirigeants impérialistes, dans le même camp que les Bush ou les Mitterrand, ou les dirigeants des banques et des compagnies pétrolières ou les marchands d'armement dont ils défendent les intérêts. Dans la guerre qui va peut-être s'engager demain, comme dans la pression militaire et économique qui s'exerce déjà aujourd'hui contre l'Irak, nous sommes pour la défaite de notre propre impérialisme et donc pour la victoire de l'Irak.

Les dirigeants impérialistes, les Bush et les Mitterrand et les journalistes payés pour nous bourrer le crâne disent qu'il faut abattre cette dictature de Saddam Hussein dont, jusqu'au 2 août, ils s'accommodaient pourtant fort bien. Mais si les armées américaine, française et autres réussissaient à abattre Saddam Hussein comme elles le déclarent, le régime qu'elles installeraient à la place ne pourrait être que pire. Ce serait un Irak livré à des armées d'occupation, peut-être découpé en plusieurs morceaux attribués à des cliques militaires rivales, balkanisé à son tour ou, si l'on veut, libanisé.

Bien sûr, un Saddam Hussein ne fait rien pour s'attirer la sympathie. Même ici, il joue le rôle de repoussoir. Il se moque bien de l'opinion qu'ont de lui les prolétaires d'ici. Il n'a pas plus de considération pour eux que pour les prolétaires égyptiens du Koweït qu'il a jeté dehors ou pour les prolétaires irakiens eux-mêmes. Et les dirigeants impérialistes se servent bien sûr de l'existence des « otages » pour justifier leur intervention.

Mais les travailleurs, les prolétaires de France, des autres pays européens ou des États-Unis ne doivent pas marcher dans ces raisons qui ne sont pour les dirigeants occidentaux que des prétextes. Ce sera au peuple et au prolétariat irakiens, aux peuples et aux prolétaires du Moyen-Orient, quand ils auront conscience de cette nécessité, de régler leurs comptes avec Saddam Hussein et avec un certain nombre d'autres, en même temps qu'ils en finiront avec la domination impérialiste sur toute la région. Le problème posé aujourd'hui aux travailleurs, dans les pays occidentaux, ce n'est pas Saddam Hussein. C'est l'attitude, c'est l'intervention de leur propre impérialisme.

Car le cynisme de Saddam Hussein n'est rien à côté du cynisme et de l'hypocrisie de ces gens qui n'ont que les mots « droit international » à la bouche alors que c'est leur droit à mettre la planète en coupe réglée qu'ils défendent.

Vers une guerre pour le Koweït ?

La mobilisation actuelle débouchera-t-elle sur la guerre ouverte ? Nous ne le savons pas et personne ne le sait, pas même Bush peut-être. Il oscille maintenant du ton guerrier à un ton plus conciliant, sans qu'on puisse savoir si cela reflète une hésitation, une manoeuvre vis-à-vis de sa propre opinion ou un virage réel de sa politique.

Quant à Mitterrand, qui exprime l'attitude de l'impérialisme français dans l'affaire, ses déclarations varient de la même façon. Une chose paraît sûre pourtant : si les dirigeants américains décident la guerre, la France devra bien suivre.

Mitterrand y tient, non seulement à cause de la pression des États-Unis, mais aussi et surtout parce qu'il s'agit des intérêts propres de l'impérialisme français qui a, lui aussi, un long passé d'interventions au Moyen-Orient, qui a sa part dans son découpage, dans son exploitation et son oppression, et qui a eu une place dans toutes ses guerres. L'impérialisme français ne veut pas être écarté d'un futur règlement au Moyen-Orient, quel qu'il soit.

Il est vrai que Mitterrand maintient aussi, dans ses propos, un léger décalage avec Bush. C'est simplement un de ces chefs-d'oeuvre d'hypocrisie dont les chefs d'État sont coutumiers. Car si les dirigeants américains s'orientent vers une négociation, Mitterrand pourra dire que c'est grâce à la France et à ses petites phrases, de façon à tenter de sauvegarder cette petite position particulière qu'a gardée l'impérialisme français en se présentant comme un « interlocuteur » du monde arabe et en prétendant quu'il serait, plus que les autres, à l'écoute de ses problèmes. Cette « écoute », il l'a pratiquée de la façon que l'on sait en Algérie, en Tunisie, au Maroc, en Syrie et au Liban !

Alors oui, nous sommes peut-être à la veille d'une guerre ouverte au Moyen-Orient. Même s'ils n'ont pas encore décidé d'appuyer sur la détente, les dirigeants impérialistes s'y préparent et ils nous y préparent. Car ils savent que l'affaire ne se joue pas seulement là-bas dans les sables de l'Arabie et de l'Irak. L'affaire se joue aussi pour eux au niveau des réactions des peuples des USA et des pays arabes. Et plus il sera convaincu que le peuple américain le suivra, moins Bush hésitera à se lancer dans une telle aventure. C'est entre autres le précédent du Viet-Nam, le souvenir des difficultés politiques que cela a entraînées, qui le retiennent encore.

Leur peur des peuples, une raison d'espérer

Ce qui doit nous donner à réfléchir ici, c'est que si les idées révolutionnaires, les partis révolutionnaires sont faibles, peu puissants et même peu représentatifs, la crainte des réactions populaires est toujours grande chez les dirigeants des pays impérialistes.

Oui, les peuples sont divisés par des passions nationalistes. Oui, le prolétariat du monde entier, que ce soit celui de l'URSS ou celui des pays impérialistes, ne semble pas vouloir intervenir sur la scène politique, de façon autonome. Oui, les États modernes disposent d'un arsenal de puissance fantastique. Mais il n'empêche que ce qui lie les mains à Bush depuis plus de deux mois, c'est la crainte des réactions du peuple américain et des peuples arabes face à la guerre qu'il voudrait bien pouvoir mener contre l'Irak.

Journalistes et politiciens nous expliquent depuis des mois que nous assisterions, avec les transformations de l'Europe centrale et de l'URSS, à la faillite définitive du communisme.

Pour eux, le stalinisme et ses variantes sont bien entendu des produits du communisme. Et tous de dire qu'avec cette faillite du bloc soviétique, assimilé au communisme et à son système social, le danger de guerre aurait reculé et que l'hégémonie de l'impérialisme serait maintenant totale faute d'ennemis.

Ce que nous enseigne la crise du Golfe, c'est que le communisme, au sens des possibilités d'initiative révolutionnaire des masses, n'était pas représenté par l'URSS, que ce soit celle de Staline ou celle de Gorbatchev, mais par les masses elles-mêmes.

On voit que ce qui retient la première puissance impérialiste mondiale, la seule capable de mobiliser des centaines de milliers d'hommes en quelques semaines sinon en quelques jours, et d'amonceler une quantité fantastique d'armes destructrices, la seule capable de faire la guerre à un petit peuple presque quinze fois moins peuplé, c'est la crainte des réactions populaires.

Cette crainte n'arrêtera pas forcément toujours les dirigeants des USA. Mais cela fait plus de deux mois qu'elle les retient et il est vraisemblable qu'elle les retiendra encore quelque temps ; peut-être quelques semaines, peut-être quelques mois, peut-être plus encore.

Les discours sur l'efficacité de l'embargo, qu'on ne pourrait mesurer qu'au bout de quelques mois, semblent témoigner qu'une initiative militaire n'est pas à l'ordre du jour immédiat et que les discours veulent se faire plus rassurants. Jusqu'à quand ? L'avenir nous le dira.

Mais ce que nous devons retenir, c'est que la situation de l'impérialisme n'est pas si stable, politiquement, que ses dirigeants le souhaiteraient. Les impérialismes secondaires, comme la France, l'Angleterre et quelques autres ne seraient absolument pas en état d'aller faire seuls la guerre en Irak, et ce n'est pas eux qui décident. Seuls les dirigeants des USA peuvent agir, et donc décider. Mais eux-mêmes ont à répondre de leurs actes devant le peuple américain d'abord, et devant l'ensemble des peuples arabes ensuite, même si ces peuples sont depuis des années déchirés par des rivalités nationales.

Alors bien sûr, il serait déterminant, urgent, que la classe ouvrière du monde entier et en particulier celle qui se trouve au coeur des pays impérialistes, soit en mesure de relever le drapeau de l'internationalisme prolétarien, le drapeau du communisme international, le drapeau de l'unité entre les exploités du monde entier, afin de ne pas laisser des courants bourgeois réactionnaires exploiter les sentiments anti-impérialistes des masses arabes ou les sentiments anti-guerre des peuples des pays impérialistes.

C'est une lutte qui reste à mener. Elle est indispensable, même si elle paraît être une tâche énorme, incommensurable. Ce que nous avons à défendre principalement, et surtout à transmettre, ce sont des idées ; des idées qui seront demain des armes plus puissantes que celles de toutes les armées ; des idées qui peuvent sembler venir d'un lointain passé, mais des idées qui restent modernes et neuves, et en tout cas bien plus modernes et bien plus neuves que tout ce qui ressurgit à la surface aujourd'hui, sur les vertus des démocraties parlementaires, sur les vertus des ex-monarchies de l'Europe centrale, ou sur les vertus de la jungle du marché capitaliste, voire sur les vertus des idées les plus obscurantistes des religions juive, musulmane ou chrétienne, qu'on nous présente aujourd'hui comme le nec plus ultra de l'humanisme.

Alors, camarades, nous devons lutter systématiquement, par nos écrits, par nos interventions autour de nous, contre toute cette propagande de guerre, avant d'avoir à lutter peut-être contre la guerre elle-même. Mais sans oublier que cette lutte contre la guerre est indissociable de la défense de l'internationalisme prolétarien, de la lutte des travailleurs de tous les pays pour ouvrir à l'Humanité un autre avenir que le capitalisme ; sans oublier qu'elle est inséparable de la lutte pour une société communiste !

ANNEXE :

L'unité arabe... ou les velléités politiques des dirigeants nationalistes

Face au morcellement du Moyen-Orient par l'impérialisme, le nationalisme arabe s'est développé, en grande partie, autour de l'aspiration des peuples de la région à l'unité, et donc autour de l'idée centrale de l'unité arabe. Et tous les régimes qui se sont opposés peu ou prou à l'impérialisme ont repris, ne serait-ce que partiellement, cet objectif à leur compte.

Nous ne parlons pas bien sûr des régimes dont la docilité à l'égard de l'impérialisme est assurée comme ceux des émirats du Golfe ou d'Arabie Saoudite, dont les dirigeants savent bien qu'ils doivent l'importance de leurs revenus à leur existence séparée sous la protection des grandes puissances. Encore que même de tels régimes se sentent contraints, de temps en temps, à quelques hommages rhétoriques à l'unité arabe, et même à fournir des contributions financières aux États « frères » ou à la Ligue Arabe, cet organisme d'unité factice créé sous l'égide de la Grande-Bretagne à la fin de la Seconde Guerre mondiale avec l'objectif, à l'époque, de tenter de maintenir une sorte de protectorat sur l'ensemble de la région.

Mais dans les autres États du Moyen-Orient, plus vastes, plus peuplés et bien plus pauvres du fait même du découpage des richesses fait par l'impérialisme, la position des dirigeants politiques mis en place par celui-ci s'est avérée bien plus précaire.

Plusieurs de ces régimes, qu'il s'agisse - tradition oblige - de monarchies comme dans les anciennes colonies britanniques, ou de républiques comme dans les anciennes colonies françaises, ont été balayés. Emporté le roi Farouk d'Egypte qui dut plier bagage en 1952 devant le coup d'État des « Officiers libres » Neguib et Nasser ; emportée aussi la monarchie irakienne. Là aussi, le 14 juillet 1958 à Bagdad, un coup d'État dirigé par le général Kassem entraîna le massacre de toute la famille royale et le lynchage de Nouri Saïd, le Premier ministre qui avait été pendant vingt ans l'homme des Britanniques.

De même, le régime mis en place par la France en Syrie ne tint pas longtemps. Il fut renversé par le coup d'État du colonel Husni Zaïm, dès 1949.

Les régimes qui se sont mis en place ensuite, au moins en Irak, en Syrie, en Egypte se sont tous réclamés à un moment ou à un autre du nationalisme arabe et ont invoqué la nécessaire unité, même si cela a débouché sur des échecs et des désillusions successives.

Le nassérisme.

C'est l'expérience de Nasser en Egypte qui a certainement le plus marqué l'après-guerre dans le monde arabe. Membre du « Comité des Officiers libres » qui renversa le roi Farouk en 1952, Nasser était un militaire conservateur, mais aussi un nationaliste, issu de cette petite-bourgeoisie égyptienne qui espérait que le départ du colonialisme anglais lui donnerait l'occasion d'avoir enfin sa place au soleil et dont les fils, bien souvent, ne voyaient s'ouvrir devant eux qu'une modeste carrière de fonctionnaire mal payé ou, comme Nasser lui-même, une carrière d'officier.

Devenu président de l'Egypte après avoir destitué son rival le général Neguib, Nasser atteignit sa plus grande popularité non seulement dans son pays, mais dans tout le monde arabe, le jour de juillet 1956 où il annonça la nationalisation du canal de Suez. Jusqu'alors propriété d'une compagnie franco-anglaise, le canal de Suez rapportait aux dires de Nasser 100 millions de dollars par an, sur lesquels l'Egypte n'en touchait que trois...

Les dirigeants américains venaient d'assener à Nasser une véritable gifle en refusant de donner leur feu vert pour le financement des travaux du barrage d'Assouan. C'est alors, et alors seulement, que Nasser déclara que, puisqu'il en était ainsi, il financerait le barrage par les revenus du canal, désormais nationalisé...

Tout comme un Saddam Hussein aujourd'hui lorsqu'il s'en prend au Koweït, Nasser récolta de la part de la presse et des dirigeants occidentaux les pires épithètes. C'était à les en croire « un nouveau pharaon » et même, lui aussi, un « nouvel Hitler ». Et la France et l'Angleterre, conjointement avec Israël organisèrent l'expédition militaire de Suez, pour tenter de l'abattre.

Ce furent les dirigeants américains qui intimèrent l'ordre à la France et à la Grande-Bretagne de retirer leurs troupes. Les États-Unis devinrent du même coup, définitivement, les maîtres du jeu au Moyen-Orient. Mais son coup d'audace fit de Nasser, pour quelques années, le leader le plus populaire non seulement de l'Egypte, mais aussi du reste du monde arabe et même d'une grande partie du Tiers-Monde ; il apparaissait comme l'homme qui avait osé tenir tête à l'impérialisme, osé reprendre à celui-ci une partie des richesses extorquées au peuple égyptien... Et pendant plusieurs années, de l'Irak à l'Algérie ou au Yemen, tous les leaders nationalistes du monde arabe se sentirent obligés de se référer d'une façon ou d'une autre à Nasser.

1958 : l'unité égypto-syrienne.

La politique de Nasser sembla pendant quelques temps pouvoir incarner le rêve de l'unité arabe, qui devint un thème constant de ses discours. Cette unité sembla connaître un début de réalisation à partir de 1958, lorsque la Syrie et l'Egypte s'associèrent pour former la République Arabe Unie. Ce fut l'enthousiasme dans tout le monde arabe.

Mais, justement à partir de ce moment-là, les limites politiques de tous ces régimes nationalistes des pays arabes devinrent évidentes, dans leur incapacité à dépasser les structures, les divisions, héritées du colonialisme. Et c'est là, dans les grandes années du nassérisme, que l'on vit que l'unité arabe n'était, pour ces dirigeants nationalistes, qu'un thème de discours.

Ce n'est pas que Nasser, par exemple, à la tête de l'État égyptien, ait été contre l'unité arabe. Cette unité arabe, il la souhaitait sans doute sincèrement... à condition qu'il n'y perde aucune de ses prérogatives ; à condition que lui, Nasser, et l'État qu'il dirigeait, l'État égyptien, ne perdeent rien de leur pouvoir. L'État égyptien était déjà pour son propre peuple et même pour sa propre bourgeoisie, un État bonapartiste, un État policier ne laissant aucune place à une vie démocratique et à l'expression de tendances politiques un tant soit peu diverses. Il n'y avait aucune raison qu'il se comporte différemment vis-à-vis de la population syrienne, et même de la bourgeoisie et des dirigeants syriens eux-mêmes.

D'ailleurs, les dirigeants syriens n'avaient recherché l'unité avec l'Egypte en cette année 1958 que pour se sauver d'autres périls qui, pour l'heure, leur paraissaient plus grands. Ils s'étaient engagés, à la suite de l'Egypte nassérienne, dans une politique « neutraliste » consistant à rechercher l'alliance et l'aide de l'URSS pour faire contrepoids à la pression de l'impérialisme. Les États-Unis, sous la direction d'Eisenhower, inquiets de la montée du nationalisme arabe, cherchaient à constituer une alliance militaire. Sur le modèle de l'alliance atlantique, ils avaient commencé à constituer cette alliance sous la forme du « pacte de Bagdad », signé entre la Turquie et l'Irak, auxquels s'étaient joints le Pakistan et l'Iran. Ils cherchaient à y adjoindre la Syrie et multipliaient les pressions contre le régime de Damas, accusé de devenir un satellite de la Russie soviétique au Moyen-Orient. Une intervention militaire était même préparée, par l'intermédiaire de la Turquie. Des troupes, massées à la frontière turco-syrienne, semblaient n'attendre qu'une provocation pour entrer en Syrie. Pour les dirigeants syriens, essentiellement les nationalistes du parti Baath, la menace immédiate était donc une intervention militaire qui se serait traduite par l'installation d'un régime pro-occidental sous la garantie de la Turquie et de l'Irak. De plus, sur le plan intérieur, ils avaient à faire face à la montée de l'influence du parti communiste syrien. Se mettre sous la protection de l'Egypte nassérienne semblait, dans ces conditions, la seule planche de salut. Bien plus que l'incarnation de l'unité arabe, Nasser leur semblait l'homme qui pouvait les sauver des deux menaces opposées que représentaient une intervention occidentale d'une part, la radicalisation des masses populaires syriennes d'autre part.

La création de la République Arabe Unie ne fut donc, pour l'unité arabe, qu'un succès éphémère.

D'abord, cette union ne se fit qu'à deux. On vit bien pendant quelques temps le Yemen du Nord déclarer qu'il allait s'y joindre. De même, en juillet 1958, lorsque le régime pro-occidental de l'Irak fut renversé par un coup d'État d'officiers nationalistes, il sembla aussi que Bagdad allait se joindre à l'union égypto-syrienne. On assista aussi, au même moment, à une montée du nassérisme dans la fraction musulmane de la population libanaise. Mais les dirigeants américains veillaient. Les « marines » de la 6e flotte débarquèrent au Liban pour faire comprendre aux dirigeants musulmans libanais, ainsi qu'à Nasser et aux dirigeants syriens, qu'il n'était pas question de changer quoi que ce soit au statut du Liban. C'était en même temps une menace ouverte contre l'Irak, au cas où ses nouveaux dirigeants se seraient avisés de rejoindre à leur tour la République Arabe Unie.

En fait il apparut vite que le coup d'État de Bagdad avait plutôt eu un caractère préventif. Les officiers nationalistes groupés autour de Kassem affirmèrent sans doute des sympathies pour le nationalisme arabe, mais en fait leur coup d'État avait eu davantage pour but de prévenir la vague nassérienne que de préparer son succès. De toute évidence les dirigeants irakiens voulaient continuer à faire cavalier seul.

La bourgeoisie syrienne se retrouva donc bien vite seule à dialoguer avec son encombrant partenaire égyptien. Et pendant que l'enthousiasme soulevé aux premiers jours de l'union retombait peu à peu, il apparut vite que ni la bourgeoisie égyptienne, ni la bourgeoisie syrienne, ni les dirigeants de leurs États respectifs n'avaient décidé soudain d'oublier leurs intérêts propres et de sacrifier leurs prérogatives particulières au nom de l'unité. Les circonstances de l'année 1958 avaient seulement créé une conjonction d'intérêts qui leur avaient fait reconnaître, en Nasser, leur sauveur commun. Mais à mesure que cette conjonction d'intérêts disparaissait, la République Arabe Unie se déchira, aussi vite qu'elle s'était créée.

Il ne fallut pas trois ans, en effet, pour que la bourgeoisie syrienne en ait assez de la tutelle égyptienne. Dans l'armée, dans l'appareil d'État, les Egyptiens traitaient la Syrie comme une simple dépendance. Elle était d'ailleurs tout simplement devenue « la province Nord » de la République Arabe Unie. Si l'ancien gouvernement syrien pouvait à la rigueur s'occuper des affaires intérieures de cette « province Nord », il n'eut en revanche que trois postes sur quatorze dans le gouvernement central. Tous les grands ministères, de la Défense nationale aux Affaires étrangères, l'Education nationale, l'Industrie, l'Intérieur, restèrent aux mains des Egyptiens.

Sur le plan économique, l'union se traduisit dans l'immédiat par une concurrence accrue entre les économies égyptienne et syrienne, qui n'étaient nullement complémentaires, et par une crise économique aggravée.

Enfin, tout comme dans l'Egypte du « progressiste » Nasser, les partis furent interdits, en premier lieu le Parti Communiste, dont les militants furent pourchassés. Ce dernier point correspondait sans doute aux voeux des dirigeants syriens, c'était même une des raisons qui les avaient poussés à l'unité. Le problème est que leur propre parti nationaliste, le Baath, fut lui-même à peine toléré par Nasser : il aurait pu devenir un rival politique de son propre parti unique.

Pour toutes ces raisons, aussitôt qu'ils s'estimèrent en état de reprendre seuls les rênes du pouvoir, les dirigeants syriens en finirent avec cette encombrante union avec l'Egypte. En septembre 1961, des troupes syriennes firent un coup d'État et proclamèrent la sécession de la « province Nord ».

Quelle « Prusse » pour le monde arabe ?

Depuis leur sécession, les deux États, égyptien et syrien, ont mené de nouveau leur propre politique, chacun de son côté. Mais le monde arabe a encore été assez fertile en projets d'unification. Si l'union égypto-syrienne fut la seule à connaître un début de réalité, il y eut aussi des projets entre la Jordanie et l'Irak, entre le Yemen du Nord et la République Arabe Unie, entre la Tunisie et la Libye, la Syrie et l'Irak et d'autres encore, sans parler des différents projets de « Maghreb uni ». Mais à chaque fois il s'agissait, plus que d'un réel projet d'union, d'une conjonction d'intérêts provisoire qui, dans la rivalité entre les différents États arabes, amenait deux ou plusieurs d'entre eux à faire alliance contre les autres en en profitant pour faire un peu vibrer auprès de leur peuple la corde toujours sensible de l'unité arabe. Et face à l'opposition de l'impérialisme et aussi des autres États arabes, ces projets ne reçurent jamais le moindre début de réalisation.

L'Egypte aurait peut-être été, de tous les États concernés, du fait de sa taille, de sa population, de son passé, de son influence politique et intellectuelle, celui qui était le plus susceptible d'être une sorte de Prusse ou de Piémont du Moyen-Orient qui aurait unifié les autres pays autour d'elle tout comme ces États d'Europe avaient pu en leur temps unifier autour d'eux, l'un l'Allemagne, et l'autre l'Italie. Mais après l'échec de l'union égypto-syrienne, après la guerre israélo-arabe de 1967, le nassérisme s'est trouvé politiquement de plus en plus affaibli et Nasser a adopté un profil de plus en plus bas, s'est fait de plus en plus accommodant avec l'impérialisme. Ses successeurs Sadate et Moubarak ont poursuivi sur cette voie, au point qu'aujourd'hui l'Egypte apparaît comme un des États de la région les plus dociles à l'égard de l'impérialisme occidental.

Cela dit, l'expérience nassérienne a inspiré les dirigeants syriens et irakiens, qui ont cherché à en tirer les leçons et à la poursuivre, chacun pour son propre compte. Mais si la Syrie et l'Irak ont cherché aussi à être, à leur façon, la Prusse ou le Piémont de l'unité arabe, alors ce furent des « Prusse » ou des « Piémont » bien faibles et velléitaires.

Les couches dirigeantes de Syrie et d'Irak sont dans une situation aussi précaire l'une que l'autre. Elles ne disposent pas, comme les roitelets du Golfe ou d'Arabie, de la manne pétrolière ; ou bien, lorsqu'elles ont des revenus pétroliers, comme c'est le cas de l'Irak, il s'agit de pays trop peuplés pour que cette rente pétrolière soit une assurance suffisante contre les explosions sociales. L'impérialisme a délibérément créé des pays mutilés, dépendants, à l'économie non viable, en les amputant tantôt de leurs terres fertiles, tantôt de leur façade maritime et de leurs ports, tantôt des deux. Tenter de sortir de cet encerclement était une nécessité que les régimes des deux pays ne pouvaient que ressentir. Mais ils n'avaient pas pour autant les moyens de la réaliser et cela s'est traduit par une politique encore plus louvoyante que celle de Nasser.

Puisque l'expérience nassérienne semblait montrer que rien ne pouvait se faire sans l'autorisation et le soutien de l'impérialisme, les dirigeants syriens et irakiens ont cherché, chacun de son côté, à obtenir ce soutien pour leurs entreprises.

Le syrien Assad a fourni le premier un exemple d'une telle politique en intervenant au Liban, dans la guerre civile commencée en 1975. Il est intervenu au moment où, en 1976, les milices phalangistes, les milices de cette extrême-droite chrétienne qui avait déclenché la guerre civile, se sont retrouvées en mauvaise posture face aux milices de la gauche libanaise et des Palestiniens.

Le calcul fait par Assad aurait été digne de Machiavel. En se portant au secours de la bourgeoisie chrétienne du Liban, il savait qu'il aurait l'accord de celle-ci bien sûr, et au-delà de l'impérialisme, bien content de ne pas avoir à intervenir directement dans le guêpier libanais. Mais Assad espérait qu'en échange, il obtiendrait un règlement de la crise libanaise dans lequel l'impérialisme accepterait d'aller vers une réunification du Liban et de la Syrie. Ce fut peine perdue.

Il n'a jamais été question, pour l'impérialisme et ses protégés les chrétiens libanais, de remercier Assad. A travers les innombrables épisodes de la guerre civile libanaise depuis quinze ans, l'impérialisme et la bourgeoisie libanaise se sont opposés à tout règlement qui modifierait l'équilibre politique colonial sur la base duquel l'État libanais a été créé au temps du Mandat français, même si cet État n'existe plus, en fait, que sur le papier. Et la question libanaise demeure donc aujourd'hui un des multiples problèmes non réglés du Moyen-Orient.

Mais la politique d'Assad a visiblement inspiré son frère ennemi du Baath irakien, c'est-à-dire Saddam Hussein, lorsque celui-ci a mené la guerre du Golfe contre l'Iran, en comptant sur le soutien de l'impérialisme. Là aussi, il a bien eu ce soutien - discret - tant que celui-ci y trouva son intérêt, mais le perdit dès que l'impérialisme estima que la puissance croissante de l'Irak pouvait devenir gênante. A plus forte raison lorsque Saddam Hussein s'attaqua au Koweït...