Le Chili : de l'Unité populaire à la dictature militaire (1970-1973)

Cercle Léon Trotsky
27/09/1985

Le 11 septembre 1973, la junte militaire présidée par le général Pinochet renversait le gouvernement de gauche du président Salvador Allende et commençait l'une des plus sanglantes répressions que la gauche et la classe ouvrière aient eu à subir de par le monde ces dernières années.

L'un des membres de cette junte, le général d'aviation Augusto Leigh, expliquait froidement : « Nous agissons ainsi, car c'est préférable qu'il y ait 100 000 morts en trois jours, et non un million en trois ans, comme en Espagne » . La référence était claire. Et l'objectif parfaitement défini.

L'un des premiers décrets de la junte fut d'ailleurs celui qui prononçait la dissolution de toutes les organisations de gauche ainsi que la dissolution des syndicats.

La répression ne fut pas à la mesure de la résistance. Cette dernière avait été réduite. Les massacres, eux, furent massifs et systématiques.

Il n'y eut pas les 100 000 morts en trois jours annoncés par Leigh, mais il y en eut tout de même 30 000 dans un pays de 10 millions d'habitants. A ces assassinats, il fallait ajouter ceux que l'on emprisonna dans les casernes, les commissariats, dans les stades, le plus souvent après qu'on les ait torturés.

Le commandant du stade « Chile » à Santiago, qui regroupait de 5 000 à 7 000 prisonniers, s'adressait ainsi aux prisonniers : « Vous êtes des prisonniers de guerre. Vous n'êtes pas des Chiliens, mais des marxistes, des étrangers. Aussi sommes-nous décidés à vous tuer jusqu'au dernier. En ce qui me concerne, je le ferais avec un grand plaisir, avec une joie toute particulière. Ne croyez pas que j'aurais des remords de conscience, si aucun de vous ne sort vivant de ce camp de prisonniers » .

Oui, la junte avait frappé fort et vite. Elle frappait surtout les pauvres, les travailleurs, les paysans.

Les ouvriers étaient les premiers visés, mais aussi les paysans, comme en témoigne ce récit, publié dans le Nouvel Observateur, qui montre que l'armée ne lésinait pas sur les moyens : « Trois mille soldats ont ratissé le secteur. Du haut des hélicoptères, ils ont tiré les paysans comme des lapins. L'aviation a fini le travail au napalm. Six jours après, c'était fini. Il y a eu des centaines de victimes » .

Oui, c'était une armée qui faisait la guerre au peuple chilien, comme l'armée française pacifiait l'Algérie dans les années soixante.

La bourgeoisie chilienne, grande, moyenne ou petite, faisait payer de cette manière la grande peur qu'elle avait eue devant la montée des grèves, devant les nationalisations, devant la réforme agraire, applaudissant aux débordements d'une soldatesque ivre de vengeance.

Mais derrière tout cela, il y avait un choix politique, un plan lucide des militaires et des milieux d'affaires. Ce choix, c'était celui de briser la classe ouvrière, en lui interdisant toute possibilité de s'organiser. Les généraux ne se contentaient pas d'interdire le Parti Socialiste, le Parti Communiste, le MAPU, le MIR ou la CUT (la centrale syndicale). Il ne leur suffisait pas d'emprisonner ou même d'assassiner les dirigeants, les militants politiques. Il leur fallait s'attaquer à l'ensemble de la classe ouvrière, éliminer les plus déterminés, intimider les autres.

Aux assassinats, aux tortures, aux emprisonnements s'ajoutèrent des licenciements. Il y en eut 300 000 dans les douze premiers mois de la dictature. Un travailleur chilien sur dix. Il y eut une véritable mise en fiche de la classe ouvrière. Chaque employeur, industriel et commerçant, devait envoyer une copie du certificat de travail de chacun de ses employés aux autorités militaires. Tout nouveau demandeur d'emploi devait remplir un questionnaire dans lequel il devait faire état de ses antécédents politiques.

De fait, la junte mit en tutelle tout le pays. On expulsa de l'enseignement 40 % des instituteurs et des professeurs de lycée, 20 à 30 % des professeurs de l'enseignement supérieur.

Cette dictature a créé les conditions d'une surexploitation de la classe ouvrière chilienne.

En quelques années, le pouvoir d'achat des salariés a été réduit de 40 %. Le taux du chômage a vite atteint 15 à 20 %. Des dizaines de milliers de chômeurs ont été contraints de prendre des emplois dans des travaux d'utilité publique, sorte d'ateliers nationaux, où ils ne touchaient que le tiers du minimum vital.

Et voilà comment le Chili, ce pays dont on nous avait appris qu'il était l'Angleterre de l'Amérique, tellement il était attaché à la légalité, passa sous la dictature la plus féroce et la plus tenace du continent.

Entre 1970 et 1973, toute la France de gauche a vécu à l'heure du Chili et de l'Unité populaire et en partagea les illusions. Les dirigeants du Parti Communiste, comme ceux du Parti Socialiste nous vantaient alors les mérites de la voie chilienne au socialisme qui devait en préfigurer la voie française !

Aujourd'hui, le Chili est quasiment relégué au rang des innombrables et obscures dictatures qu'on dit propres aux pays sous-développés. Et pourtant non. La dictature qui sévit au Chili est de la même espèce que celles, justement, qu'a connues l'Europe.

Car la défaite du prolétariat chilien est survenue par les mêmes mécanismes fondamentaux que ceux qui ont abouti à la défaite du prolétariat italien en 1922, du prolétariat allemand en 1933 et du prolétariat espagnol en 1939.

Car l'appareil militaire de la bourgeoisie sait ce qu'il fait. Quand cette dernière voit la classe ouvrière montrer sa force sans être encore prête à s'en servir, quand la révolution n'est pas encore là mais qu'elle pourrait bien venir, comme c'était le cas au Chili, elle préfère prendre les devants. Elle n'a pas encore trouvé pour cela d'autres méthodes que la répression féroce, le massacre de l'avant-garde, l'exécution des dirigeants.

Et ces méthodes-là se sont toujours montrées terriblement efficaces. La bourgeoisie le sait depuis 1848 et s'en est transmis le savoir-faire dans le monde entier. Il n'y a que le prolétariat mondial qui en refait régulièrement, ici ou là, l'expérience sans se la transmettre faute de dirigeants révolutionnaires capables de la garder en mémoire et d'en tirer les leçons.

Tous les ouvriers et les militants honnêtes, à commencer par les militants révolutionnaires, accordent leur entière sympathie aux victimes du bourreau. Mais, pour paraphraser Trotsky en 1933, qui parlait des communistes et des socialistes allemands : ce serait le comble de l'hypocrisie que d'exiger le silence sur la politique funeste des organisations de la gauche chilienne sous Allende, sous prétexte que leurs représentants en sont devenus les victimes. Car, disait Trotsky, « seule l'explication marxiste de tout ce qui s'est passé peut rendre à l'avant-garde prolétarienne sa confiance en elle-même. Il ne suffit pas d'exprimer sa sympathie aux victimes, il faut devenir plus forts, pour renverser et étouffer le bourreau » .

De la même façon, aujourd'hui, les organisations révolutionnaires authentiques doivent une solidarité entière aux combattants actuels de plus en plus nombreux au Chili. Quels que soient les drapeaux et les programmes derrière lesquels ils combattent, ils risquent chaque jour leur vie. Mais là aussi, ce serait le comble de l'hypocrisie, en tout cas une preuve d'indifférence, de se refuser à discuter les politiques au nom desquelles les ouvriers, comme les militants, sont appelés à mourir. Car toute l'histoire du mouvement ouvrier a montré que l'abnégation, l'héroïsme des masses comme des militants, ne suffit pas. Les travailleurs, les pauvres savent mourir. Mais ils ont trop souvent offert leur immense bravoure à leurs exploiteurs politiques. Ils sont trop souvent morts pour rien. Et quand bien même il leur arrive de remporter la victoire, ils ont alors l'habitude de ne pas savoir en profiter, et de préparer ainsi leur propre perte.

C'est pourquoi notre solidarité entière à tous les combattants chiliens actuels ne nous empêche pas - mais au contraire nous oblige - à porter un jugement sur la politique et la nature des organisations derrière lesquelles ils ont été mobilisés et conduits au massacre, il y a douze ans, et qui sont les mêmes derrière lesquelles on leur propose de se mobiliser aujourd'hui.

Le Chili en 1970

Bien que le Chili ait été l'un des pays ayant le revenu par tête d'habitant le plus haut d'Amérique latine - il vaudrait mieux dire le moins bas - c'était un pays sous-développé, avec tous les problèmes liés à cette situation.

Celui de la terre, bien entendu. Bon nombre de paysans n'avaient pas de terre, ou trop peu pour faire vivre leur famille. 2 % des propriétaires possédaient à eux seuls plus de la moitié des terres cultivables.

Le secteur industriel et financier était, lui, dominé par quelques grandes familles. Et surtout par les capitaux nord-américains qui régnaient sur les secteurs les plus lucratifs, en particulier sur le cuivre, qui représentait l'essentiel des richesses du pays. Le cuivre, c'était le domaine des compagnies nord-américaines de l'Anaconda et de la Kennecott.

A cela, il fallait ajouter le poids, de plus en plus lourd, de la dette extérieure, qui accroissait encore l'emprise des banques, et plus particulièrement des banques nord-américaines, sur le pays.

Au milieu des années soixante, le démocrate chrétien Eduardo Frei, en se présentant aux élections présidentielles de 1964, se déclara « Prêt à rompre avec les forces traditionnelles » et à passer dans le camp populaire » . Il ne recula devant aucun discours radical : « Il faut, disait-il, mettre l'accent sur le mot révolution, parce que, aujourd'hui, sur notre continent, il n'est plus temps de recourir à l'évolution » .

Tout cela ne l'empêchait d'ailleurs pas de recevoir, durant toute sa campagne, un million de dollars par mois des États-Unis.

En 1964, Frei fut élu avec plus de 56 % des voix. Le candidat de la gauche, Allende, en recueillit 39 %.

Frei faisait voter la loi de réforme agraire promise qui prévoyait l'expropriation des domaines au-dessus de 80 hectares. Dans les villes, et surtout dans les bidonvilles de leur périphérie, il favorisait la création de toutes sortes d'associations. Dans la classe ouvrière, mais aussi dans les campagnes, la libéralisation du droit syndical s'accompagnait d'un accroissement considérable du nombre de syndiqués. En 1967, le gouvernement Frei négociait avec les trusts américains du cuivre, le rachat de 51 % de leurs actifs. C'était la « chilénisation » du cuivre promise.

Mais les limites de sa politique apparurent rapidement.

La tentative de desserrer l'emprise américaine sur le cuivre aboutit au résultat inverse. L'État chilien accepta d'indemniser les trusts américains bien au-delà de la valeur de leurs biens. Et payer au prix fort tout cela, cela voulait dire pour l'État chilien s'endetter encore plus.

L'inflation se développait. Le chômage grandissait.

Et Frei se heurta à l'agitation des couches sociales qu'il avait tenté de séduire, ou au moins de calmer.

Dans la classe ouvrière, les mouvements de grève se multiplièrent. Dès octobre et novembre 1965, les mines de cuivre étaient paralysées pendant plus d'un mois, malgré l'instauration de l'état d'urgence et l'arrestation des dirigeants syndicaux. .

En mars 1966, l'armée tirait sur les mineurs en grève à El Salvador, faisant dix morts et plus de 60 blessés. Le détachement militaire était commandé par un certain colonel Pinochet.

L'agitation gagna aussi les bidonvilles. A Puerto Montt, dans le sud du pays, en 1969, l'intervention des carabiniers contre des sans-logis qui occupaient illégalement un terrain, fit sept morts.

Dans la capitale même, à Santiago, à la fin du mandat de Frei, des sans-logis s'installaient sur des terrains promis à la spéculation immobilière.

Dans les campagnes, l'impatience devant la lenteur de la réforme agraire se développait. Et en 1970, les occupations de grandes propriétés se comptaient par centaines.

Même l'armée revendiquait. En octobre 1969, un régiment de blindés occupait sa caserne, à Tacna, exigeait une augmentation des commandes d'armements et des soldes.

L'élection d'Allende

C'est donc dans une situation de relative agitation populaire qu'eurent lieu les élections présidentielles de novembre 1970.

Ce fut le candidat de l'Unité populaire, Salvador Allende, qui arriva en tête.

L'Unité populaire s'était formée en 1969 de l'alliance du Parti Communiste, le parti le plus implanté dans la classe ouvrière, qui dirigeait la confédération syndicale unique, la CUT ; du Parti Socialiste qui avait déjà, à la fois une longue expérience de participation ministérielle et une phraséologie très révolutionnaire ; du Parti Radical - ou du moins ce qui restait de cet ancien parti des classes moyennes qui avait fondu au profit de la Démocratie chrétienne. Et puis, il y avait aussi le MAPU, scission de gauche des démocrates chrétiens. Enfin, deux petits partis du centre.

Le programme de l'Unité populaire était radical dans le ton, dénonçant vigoureusement le pillage du pays, l'exploitation des masses populaires, stigmatisant le réformisme « incapable de résoudre les problèmes du peuple » et préconisant « les transformations révolutionnaires dont le pays avait besoin » .

Mais s'engageant à achever rapidement la réforme agraire de Frei, à nationaliser les mines de cuivre, ce programme restait pratiquement identique à celui de la Démocratie chrétienne.

Les quarante premières mesures à prendre allaient du contrôle des prix et de l'inflation à la distribution d'un demi-litre de lait par jour aux enfants, en passant par des augmentations de salaire, la médecine gratuite et des logements corrects.

Les libertés démocratiques « devaient être étendues », une nouvelle Constitution devait établir une assemblée du peuple unique comme organe suprême du pouvoir.

Salvador Allende, représentant du Parti Socialiste, était un vieux routier du Parlement : né en 1908, Salvador Allende était issu d'une famille de tradition radicale et franc-maçonne. Son grand-père avait été médecin-chef des services de santé de l'armée chilienne pendant la guerre du Pacifique, grand maître de la loge maçonnique du Chili, et sénateur du Parti Radical. Salvador Allende était lui-même médecin et franc-maçon. Dirigeant étudiant combatif, il avait été plusieurs fois inquiété, arrêté, traduit devant la cour martiale. Il soutint, en 1932, le putsch socialiste de Marmaduke Grove et, en 1933, il fut l'un des fondateurs du Parti Socialiste. Ministre de la Santé à 30 ans dans le gouvernement de Front Populaire en 1938, sénateur depuis 1945, et président du Sénat depuis 1968.

Le 4 septembre 1970, il devança Jorge Alessandri, le candidat du Parti National, de 40 000 voix, et le candidat de la Démocratie chrétienne de plus de 200 000.

La présidence n'était pourtant pas acquise car aucun candidat n'ayant obtenu la majorité absolue, il revenait au Congrès de choisir entre les deux candidats arrivés en tête.

La gauche ne pouvait compter que sur 80 parlementaires contre 45 pour Alessandri et 75 démocrates-chrétiens. Ce sont ces derniers qui allaient décider en dernier ressort. Frei hésitait.

Le trust américain ITT, en liaison avec la CIA, chercha à influencer Frei pour que la Démocratie chrétienne s'oppose à l'élection d'Allende.

Des attentats eurent lieu contre des édifices publics, un policier fut assassiné, un autre blessé, deux attentats furent organisés contre Allende. Des comploteurs incitèrent l'armée à intervenir, mais le chef des forces armées, le général Schneider, n'était pas acquis. On décida de le faire enlever, mais il résista et il fut abattu deux jours avant que le Congrès ne se prononce sur l'élection présidentielle.

Dès le 13 septembre, Allende avait lancé cette mise en garde : « le peuple sait défendre sa victoire. S'ils prétendent dans leur folie provoquer une situation que nous refusons, qu'ils sachent que le pays sera paralysé, qu'entreprises, industries, ateliers, écoles, cultures des champs s'arrêteront : ce sera notre première manifestation de force. Qu'ils sachent que les ouvriers occuperont les usines, qu'ils sachent que les paysans occuperont les terres, qu'ils sachent que les fonctionnaires entendront la voix et les consignes de l'Unité populaire. Qu'ils se rendent compte que nous avons le sens de nos responsabilités, mais qu'ils mesurent aussi la force que représente un peuple discipliné et organisé » .

Les démocrates-chrétiens furent-ils convaincus par Allende, qui se présentait donc comme le meilleur garant pour empêcher les troubles populaires, ou voulurent-ils laisser les partis de gauche se déconsidérer dans la gestion de la crise économique ? Seuls les jésuites qui les confessaient peuvent peut-être répondre à cette question.

Toujours est-il que, le 24 octobre 1970, Allende était proclamé président par l'immense majorité du Congrès : 153 voix contre 35 à Alessandri et 7 abstentions. C'est donc de la quasi-totalité de la classe politique qu'Allende tenait son pouvoir.

Le 4 novembre, après avoir reçu l'écharpe tricolore des mains de Eduardo Frei, Allende, le socialiste franc-maçon, assista au Te Deum traditionnel.

Pour accorder ses voix, la Démocratie chrétienne avait réclamé d'Allende qu'il accepte un « statut de garantie des libertés » , élaboré par une commission mixte Unité populaire - Démocratie chrétienne, qui l'engageait :

1) à garantir les droits de l'opposition et surtout son accès aux médias.

2) à lui laisser ses postes dans l'administration en déclarant l'inamovibilité des fonctionnaires.

3) à veiller à ce que la mobilisation populaire ne dépasse pas certaines limites et respecte les institutions.

Il était en effet stipulé que si « les associations de quartier, les centres ouvriers, les syndicats, les coopératives et autres organisations sociales - dont un bon nombre avait été mis en place par la Démocratie chrétienne elle-même - par lesquelles le peuple participait à la solution de ses problèmes (...) sont dotés de la personnalité juridique (...), en aucun cas ces institutions ne peuvent prétendre représenter le peuple ou se substituer à lui ni tenter d'exercer des pouvoirs appartenant aux autorités politiques » .

Allende s'en est facilement accommodé, affirmant que cela ne changeait pas une virgule du programme de l'Unité populaire. Et cela n'empêcha pas, le 5 novembre, Allende d'affirmer dans son discours inaugural : « C'est la victoire des travailleurs » .

Et Allende de citer Engels : « L'évolution pacifique de l'ancienne société vers la nouvelle est concevable dans les pays où la représentation populaire concentre en elle tout le pouvoir, où, en accord avec la Constitution, on peut faire ce que l'on désire, à partir du moment où on a derrière soi la majorité de la nation » . Et il ajouta : « Et tel est notre Chili » .

Allende voyait pourtant d'une manière très réaliste la politique de ses adversaires puisqu'il ajouta : « Mais dans les soixante jours décisifs que nous venons de vivre, le Chili et le monde entier ont été les témoins, sans équivoque, des intentions avouées pour violer frauduleusement l'esprit de notre Constitution ; pour tromper la volonté du peuple ; pour attenter à l'économie du pays et surtout, par des actes lâches de désespoir, pour provoquer un choc sanglant, violent, parmi nos citoyens » .

Il dénonçait alors les responsables, ajoutant : « Pour assurer la tranquillité, la confiance et la paix de la nation, il nous faut les affronter et les désarmer dès maintenant, sous la responsabilité du pouvoir populaire » .

Et pourtant, ce n'est pas à désarmer et mettre hors d'état de nuire tous ces réactionnaires et ennemis du peuple qu'il appela la population, mais à se remettre au travail.

Les premières réformes et leurs limites

Le gouvernement de l'Unité populaire accéléra le rythme de la réforme agraire, mais il s'en tint aux cadres définis par Frei.

En ce qui concerne les banques, l'industrie et le commerce, le gouvernement d'Unité populaire, conformément à son programme, s'employa dès son arrivée au pouvoir, à nationaliser les grandes entreprises étrangères ou chiliennes qui lui paraissaient décisives pour le contrôle de l'économie.

Mais il s'agissait souvent de racheter les actions au prix fort.

Il fit adopter par le Parlement la nationalisation des mines de cuivre. Aucun parti ne voulut voter contre, et la loi fut donc adoptée à l'unanimité, le 11 juillet 1971. Ce fut la seule loi nouvelle importante qu'Allende obtint du Parlement, où la majorité appartenait à l'opposition de la Démocratie chrétienne et du Parti National.

L'exposé des motifs de la loi concluait qu'en « un peu plus d'un demi-siècle, ces monopoles nord-américains ont tiré du Chili l'équivalent de tout ce qui a été créé par ses citoyens sous forme d'industries, de ports, de logements, d'écoles, d'hôpitaux, de commerces, durant toute son histoire ! «

Oui, les Américains avaient emporté un Chili entier avec eux.

Allende estima à 774 millions de dollars les bénéfices excessifs réalisés.

Une fois ceux-ci déduits des indemnités dues par l'État chilien, il restait 310 millions de dollars... dus par la Kennecott au gouvernement chilien et 68 millions de dollars dus par l'Anaconda. Toutefois, Allende reprenait les dettes à son compte : 700 millions de dollars. Cela n'empêcha pas les compagnies et le gouvernement des États-Unis de pousser les hauts cris.

Dans toutes les entreprises nationalisées, dans APS (le secteur de la propriété sociale), le gouvernement instaura un système de participation des travailleurs à la gestion de l'entreprise. Car pour l'Unité populaire, le gros problème, c'était d'augmenter la production. Dans les entreprises nationalisées, les cadences furent augmentées.

Finalement, fin 1971, le gouvernement de l'Unité populaire a placé sous son contrôle la quasi-totalité des ressources minières : cuivre, nitrate, charbon, ainsi que la sidérurgie. Il contrôlait également 90 % du secteur financier et bancaire, 80 % des exportations et 55 % des importations.

En 1971, la production intérieure augmenta de 8,5 % alors qu'elle stagnait à la fin du gouvernement Frei.

Sur le plan social, en dehors de l'attribution gratuite d'un demi-litre de lait quotidien à chaque enfant, qui fut l'une des mesures les plus populaires, les salaires furent augmentés de 35 % (correspondant à la hausse du coût de la vie en 1970) pour les employés, 70 % pour les militaires et les fonctionnaires, 100 % pour les ouvriers et les paysans. Près de 200 000 emplois furent créés en un an. Par ailleurs, les prix furent bloqués.

L'augmentation des prix, qui atteignait 35 % en 1970, tomba à 20 %, et le chômage dans le grand Santiago passa de 8,3 % fin 1970 à 3,8 % fin 1971.

Dès mars 1971, les résultats des élections municipales constituèrent un premier succès puisque l'Unité populaire y recueillit la majorité absolue, 50,9 % des voix exactement.

Ne pas toucher à l'appareil d'État

Pourtant Allende et l'Unité populaire ne s'appuyèrent pas sur les premiers succès pour pousser leur avantage. Bien au contraire.

L'Unité populaire renonça à briser la résistance du Parlement en utilisant la voie du référendum pour opérer les nationalisations et la révision de la Constitution. La promesse d'une assemblée unique et de la réforme des institutions fut abandonnée.

Allende respecta sa promesse de ne pas toucher aux fonctionnaires d'une administration démocrate-chrétienne ou de droite qui lui était hostile.

Il respecta également le pouvoir judiciaire. Après avoir signé un projet de loi destiné à mettre sur pied des tribunaux de quartiers et avoir demandé, fin janvier 1971, au Parlement d'en discuter d'urgence, il retira finalement début mars le projet, devant le tollé qu'il suscita de la part de la droite.

Et, alors que la Cour Suprême refusa, début janvier, la levée de l'immunité parlementaire d'un sénateur compromis dans le complot qui aboutit à l'assassinat du général Schneider, Allende se contenta, dans un meeting à Valparaiso, le 6 janvier, d'une allusion timide : « je n'ai pas l'intention de critiquer la Cour Suprême (...) qu'elle reste où elle est, nous, nous resterons là où nous sommes » . Il ordonna même de faire effacer toutes les inscriptions murales hostiles à la Cour Suprême que les militants de gauche, indignés, dénonçaient avec vigueur.

La police elle-même est restée intacte.

Cela signifiait tout simplement que la police et la justice poursuivaient leur travail habituel, intervenant en défendant des propriétaires contre les paysans qui occupaient les terres ou contre les ouvriers qui occupaient leurs usines, expulsant, condamnant, incarcérant par dizaines les gens du peuple.

C'est ainsi que, le 22 octobre 1971, les bandes armées des propriétaires attaquèrent des paysans qui occupaient un de leurs domaines. Ils ouvrirent le feu, tuèrent un paysan, militant du MIR, une organisation d'extrême-gauche castriste, qui ne faisait pas partie de l'Unité populaire, mais soutenait le gouvernement, ils en blessèrent d'autres et parvinrent à déloger les paysans.

Lors des obsèques du paysan assassiné, le dirigeant du MIR, Miguel Enriquez, raconta : « Trois carabiniers prêtèrent main forte aux propriétaires ; le gouverneur (...) fut appelé trois fois dans l'espoir qu'il s'entremettrait. Mais il n'en fit rien, il s'abstint, il ne bougea pas. Il accepta que les propriétaires tiraillent pendant trois heures contre les paysans (...) Un paysan a été assassiné, et le ministre de l'Intérieur, après avoir laissé faire des heures, en profite pour condamner les occupations des grands domaines par les paysans » .

En ce qui concerne l'armée, le gouvernement de l'Unité populaire fit tous ses efforts pour convaincre l'état-major que l'Unité populaire ne lui voulait que du bien.

Les achats de matériel militaire aux États-Unis passèrent de 3,2 millions de dollars en 1970, à 13,5 millions de dollars en 1972. C'est d'ailleurs bien le seul domaine où l'aide américaine ne fut pas réduite.

Les officiers continuèrent à faire des stages auprès des instructeurs nord-américains, les manœuvres conjointes entre l'armée américaine et l'armée chilienne dans le cadre des pactes militaires furent maintenues, etc.

On confia aux officiers supérieurs des postes de responsabilité dans les conseils d'administration de dizaines d'entreprises d'État, dans les mines, dans le complexe de l'acier, à la commission de l'énergie nucléaire, au conseil de recherche et de développement scientifique, etc.

Par contre, rien ne fut tenté pour s'adresser aux soldats ou aux sous-officiers. Au contraire, le ministre de la Défense, un radical, Rios Valdivia, affirma d'emblée la couleur : « Je ne permettrai pas que les partis politiques s'introduisent dans les rangs des Forces Armées, quelles que soient les circonstances » .

Le journal du MIR, El Rebelde, fut saisi en septembre 1971 pour avoir réclamé des droits démocratiques pour les soldats.

Promis dans le programme de l'Unité populaire qui incluait le droit de vote pour les soldats et les sous-officiers, ils ne furent jamais octroyés. Seuls les officiers conservèrent le droit de voter.

Sous prétexte que l'armée devait rester apolitique, les partis de l'Unité populaire s'abstinrent de toute tentative d'organiser et de se rallier les soldats. Carlos Altamirano, le secrétaire général du Parti Socialiste, reconnaît d'ailleurs fort justement : « Socialement, l'apolitisme de l'armée est un phénomène à sens unique. Dans la mesure où il dresse une muraille face à toute influence idéologique de gauche, il la livre sans contrepoids aux idées réactionnaires » .

Les dirigeants de l'Unité populaire comprenaient fort bien le problème. Mais ils ont choisi de protéger l'armée autant que faire se pouvait de l'effervescence populaire.

Allende, comme n'importe quel politicien bourgeois, considérait l'armée comme le principal et dernier recours pour maintenir l'ordre en cas d'affrontements sociaux. Et il fit tout pour préserver intact cet instrument.

Allende ne tarissait pas de flatteries à l'égard de l'armée : « Nous sommes fiers du rôle rempli par nos Forces Armées. La caractéristique majeure des Forces Armées du Chili a été l'obéissance au pouvoir civil, l'acceptation sans conteste de la volonté populaire exprimée aux élections, l'acceptation des lois du Chili, de la Constitution chilienne. Et il est de ma volonté et de celle de l'Unité populaire d'assurer le maintien de la conscience professionnelle des Forces Armées » .

Il se défendit vigoureusement de la « calomnie qu'on a voulu propager » que le gouvernement tolérait la formation de groupes armés : « Je l'ai' dit, je le soutiens et je le réaffirme : le gouvernement populaire s'est engagé - et il faut tenir parole face au pays - à ce qu'il n'y ait pas d'autres forces armées au Chili que celles des institutions, c'est-à-dire l'armée de terre, la marine, l'aviation et les forces de police. Le peuple n'a pas besoin d'un autre moyen de défense que son unité et son respect envers les Forces Armées de la Patrie » .

Les premières difficultés Recours à l'état d'urgence

Dès le début, il est visible qu'Allende, non seulement tient à se montrer parfaitement respectueux des forces armées, mais compte sur elles pour maîtriser l'ordre et pour défendre son propre pouvoir.

En juin 1971, à la suite de l'assassinat, par un petit groupe terroriste, de l'ancien ministre de l'Intérieur démocrate-chrétien, responsable de répressions féroces sous le gouvernement Frei, il proclama à Santiago, pour la première fois, l'état d'urgence, qui consistait à donner des pouvoirs de police exceptionnels aux militaires, car il craignait des troubles de la part de l'opposition.

Le chef de la garnison de Santiago s'empressa de répondre de sa fidélité au gouvernement : « Président, l'armée répond du contrôle de la situation. Et vous pouvez être assuré de sa discipline. Le premier colonel qui bouge, je l'abats moi-même » .

Ce général s'appelait Augusto Pinochet.

Il est significatif que, dès le début, à la première difficulté, par peur d'affrontements sociaux qui n'existaient pas vraiment encore, Allende se soit empressé de recourir à l'état d'urgence, c'est-à-dire de se réfugier derrière l'autorité de l'armée, de faire d'elle l'unique sauveur possible.

La Démocratie chrétienne, qui avait accepté de porter Allende au pouvoir, ne le soutenait pas pour autant. Elle se rapprocha du Parti National, avec lequel elle fit alliance à partir de juin 1971. Et les deux partis jouèrent habilement sur les craintes des classes moyennes.

L'Unité populaire parlait tant de changements radicaux, et utilisait un verbiage si révolutionnaire, que les petits-bourgeois pouvaient craindre le pire d'un instant à l'autre.

La Démocratie chrétienne se posa en défenseur de la propriété privée menacée et déposa devant le Parlement, en octobre 1971, un projet d'amendement à la Constitution qui spécifiait qu'aucune entreprise ne pourrait passer dans le secteur mixte ou le secteur social sans une loi spéciale votée par le Parlement à cet effet.

Dès décembre 1971, la droite fit descendre ses troupes dans la rue, lors de la manifestation dite des « casseroles vides ». Une dizaine de milliers de femmes des beaux quartiers manifestèrent, leurs casseroles vides à la main, pour protester contre les difficultés d'approvisionnement, qui n'étaient encore que mineures et ne les touchaient pas, elles qui pouvaient toujours recourir au marché noir. Les femmes étaient encadrées par les groupes de choc de Patrie et Liberté, une organisation fasciste. Allende proclama à nouveau l'état d'urgence.

Le gouvernement d'Unité populaire avait cherché à séduire les classes moyennes, mais il n'a pas fallu longtemps à celles-ci pour comprendre que le gouvernement était très sensible à leur pression et que, plus on réclamait, plus on obtenait. Et que l'Unité populaire était d'autant plus timorée, prudente et lâche dans ses actes, qu'elle était révolutionnaire en paroles.

Le secrétaire général du Parti Socialiste, Carlos Altamirano, le reconnut lui-même. Il expliqua plus tard : « L'Unité populaire adopta envers ces couches une politique qui fut plus coûteuse qu'efficace. Fondamentalement, nous nous efforçâmes de satisfaire leurs revendications matérielles. Leur pouvoir d'achat fut accru, on abaissa les taux d'intérêts bancaires, la politique du crédit fut réorientée en leur faveur. Les impôts des petits commerçants furent allégés, tandis que 200 000 d'entre eux purent bénéficier de la Sécurité sociale. On n'appliqua pas aux ingénieurs et techniciens les dispositions sur la limitation des salaires dans les entreprises nationalisées » .

L'Unité populaire ne s'acquit pas pour autant la reconnaissance de la moyenne bourgeoisie, qui obtenait bien plus d'avantages en fomentant des troubles et en sabotant l'économie qu'en se ralliant à l'Unité populaire, d'autant plus que la deuxième année du gouvernement d'Unité populaire a justement vu les difficultés économiques se précipiter et la lutte des classes s'intensifier.

1972 : crise économique

Une crise mondiale a précipité la chute du prix du cuivre sur le marché international. Or le cuivre représentait 80 % des exportations du Chili.

Parallèlement, les prix des produits alimentaires firent un bond sur le marché mondial, au moment même où le Chili, du fait de l'élévation du niveau de vie, augmentait sa consommation et accroissait ses importations.

De plus, au début de l'année 1972, les USA décidèrent officiellement de supprimer toute aide au Chili tant que celui-ci n'aurait pas indemnisé « correctement » les compagnies minières nationalisées.

Dès la fin 1971, le Chili avait épuisé ses réserves de devises. Sa balance des paiements, excédentaire de 91 millions de dollars en 1970, atteignait fin 1971 l'impressionnant déficit de 315 millions de dollars.

La situation financière de l'État était d'autant plus délicate que le gouvernement de l'Unité populaire avait dû payer fort cher pour nationaliser à l'amiable un bon nombre d'entreprises. On ne parlait plus de « transition au socialisme » , mais de « transaction au socialisme » . Et puis les entreprises du secteur public qui devaient permettre à l'État, grâce à leurs profits, d'orienter et développer la production, devinrent rapidement extrêmement déficitaires par le blocage des prix décidé par le gouvernement, qui les amenena très vite à vendre au-dessous des coûts réels de production. Le déficit du secteur d'État atteignit 219 millions de dollars en 1972, et 175,8 millions en 1973.

Le Parlement refusait de son côté de voter les impôts demandés par le gouvernement, si bien que celui-ci, paralysé, ne vivait qu'en émettant de la monnaie supplémentaire. Et en 1972 et en 1973, le Chili détient le record mondial de l'inflation (163,4 % en 1972 ; 192,8 % entre décembre 1972 et septembre 1973).

Quant à la production, elle ne suivit pas la demande accrue de consommation. L'industrie existante était en bonne partie destinée à satisfaire le luxe des classes moyennes, et le gouvernement n'envisagea pas d'en reconvertir une partie vers la production des objets de première nécessité.

Ajoutons à cela que les entreprises privées qui bénéficiaient des bas prix du secteur public empochèrent les profits mais se gardèrent bien de réinvestir sur place dans la production, et que les USA retardèrent les livraisons de pièces détachées et de biens d'équipement... Par exemple, environ 30 % des autobus se trouvèrent hors d'état de marche par manque de pièces détachées et de pneus.

Le blocage des prix, combiné avec une pénurie de certains produits, entraînèrent un formidable marché noir qui accentua encore la pénurie dans les circuits de distribution normaux. Du bétail fut passé en fraude à l'étranger alors qu'on manquait de viande. On manquait de savon, de dentifrice, de sucre, d'huile, de farine, mais on pouvait tout trouver au marché noir à des prix dix fois, quinze fois supérieurs aux prix officiels.

En juin 1972, la réforme agraire était achevée, du moins telle qu'elle était prévue par la loi votée sous le gouvernement de Frei.

Près de 40 % de la surface cultivable avaient été touchés, 100 000 paysans en avaient bénéficié, ainsi que 30 000 occasionnels embauchés par les collectifs paysans.

Mais une grande partie des travailleurs des campagnes était restée à l'écart, et il restait encore 30 % des paysans sans terre.

Jacques Chonchol, le ministre de l'Agriculture, s'en expliquait ainsi : « Certes, il faudra bien un jour prendre en considération les problèmes de cette fraction de la paysannerie. Mais il faut atteindre cette étape sans désordre et, auparavant, assurer politiquement nos arrières » .

Force est de constater que l'Unité populaire a davantage tenté de renforcer et de satisfaire une couche de paysans moyens que de satisfaire les plus pauvres. Le résultat, c'est que ceux-ci s'agitèrent, réclamèrent une réforme plus radicale, tandis que les paysans bénéficiaires de la réforme n'en étaient pas toujours reconnaissants à l'Unité populaire et songeaient d'abord à leurs propres intérêts en se livrant au marché noir.

Le gouvernement ne se donna jamais les moyens de contrôler plus de 20 à 30 % du commerce.

75 à 80 % de la production agricole était distribuée par le secteur privé, et non par l'organisme d'État chargé de commercialiser la production agricole. Même le secteur réformé vendait parfois au privé plutôt qu'à l'État. En fait, c'était une tentation permanente pour tous ceux qui produisaient des marchandises ou les recevaient au prix fixé, de les revendre ensuite au marché noir.

En fait, l'État se contentait de fixer les prix, d'opérer des contrôles ponctuels et quelques réquisitions en cas d'accaparement et de marché noir. Mais ce ne fut jamais systématique.

D'ailleurs, cette tâche aurait largement dépassé les possibilités des fonctionnaires du ministère de l'Économie. Le ministre Pedro Vuskovic pensa bien associer la population. Dès 1971, il mit en place les JAP.

Formés, au niveau d'un quartier, de commerçants, de ménagères, de militants politiques et syndicaux, leur rôle était essentiellement la surveillance des prix. Elles pouvaient aussi s'adresser à l'État pour qu'il ravitaille les commerçants en produits manquants.

Si elles sont parvenues à résoudre au coup par coup quelques problèmes d'approvisionnement - ce qui n'était pas négligeable pour les quartiers concernés - elles ne parvinrent point à enrayer le marché noir. Parfois même, les membres des JAP et les commerçants accaparaient les produits livrés par l'État pour les revendre au marché noir. Dans les quartiers bourgeois, c'est même surtout à cela qu'elles s'employèrent. Mais quand une JAP dans un quartier populaire de Valparaiso prit l'initiative, en mars 1972, d'établir des cartes de rationnement pour la viande, la droite cria au scandale, le gouvernement recula, et la JAP dut abandonner son système.

Impuissance politique du gouvernement

L'incapacité de l'Unité populaire d'empêcher le développement du chaos économique était en fait une incapacité politique à se faire craindre des possédants, grands et petits.

Elle ne voulut pas contraindre, sous menace d'expropriation, les capitalistes à investir, elle ne les empêcha point de mettre leurs capitaux à l'abri à l'étranger, elle ne voulut point se donner les moyens de juguler le marché noir. Il aurait fallu, pour mettre la bourgeoisie hors d'état de nuire, s'appuyer résolument sur la mobilisation des classes populaires.

Allende ne voulait pas de cette guerre de classe. Il voulait effectuer certaines réformes dans le cadre du système, ce qui était impossible.

Le simple fait d'avoir augmenté les salaires entraînait la paralysie de l'économie, dont la structure n'était pas destinée à satisfaire les besoins des couches populaires. Et sans une action révolutionnaire, énergique, contre les intérêts particuliers de la bourgeoisie, sans la prise en mains de l'ensemble de l'économie, Allende ne pouvait ni enrayer le chaos économique ni empêcher les classes moyennes de se dresser de plus en plus résolument contre un gouvernement qui paraissait, lui, irrésolu et incapable.

C'est dire que ce n'est pas la crise économique qui a perdu Allende, mais bien sa politique, qui refusait de s'appuyer sur la force de la classe ouvrière et des classes pauvres pour briser la résistance des possédants.

Autant dire que la droite en profita à fond, avec de plus en plus d'audace.

En janvier 1972, les députés de la droite exigèrent la démission du ministre de l'Intérieur PS, José Toha. Allende s'en sortit par une astuce : il remplaça Toha à l'Intérieur et le nomma aussitôt - après avoir reçu l'accord des chefs d'état-major - ministre de la Défense.

La droite parlementaire utilisa à multiples reprises cette procédure pour obliger Allende à remanier son gouvernement.

Parallèlement, la bataille sur l'amendement à la Constitution déposé l'année précédente par la Démocratie chrétienne se poursuivait. Allende opposa, début 1972, son droit de veto à l'amendement voté par la Chambre, et celle-ci voulut passer outre avec la majorité simple qu'elle avait au Parlement. La gauche prétendit qu'il fallait la majorité des deux tiers. La situation était bloquée.

Inquiète, l'Unité populaire tenta de renouer le dialogue avec la Démocratie chrétienne. Elle se dit prête à accepter l'amendement à condition de se mettre d'accord avec la Démocratie chrétienne sur le nombre de nationalisations qui seraient effectuées, et elle proposa de se limiter à 91 nationalisations au lieu des 245 promises.

Dans l'armée, une nouvelle tentative de coup d'État fut déjouée en mars 1972, et on apprit qu'un officier considéré comme loyaliste, le général Canales, y était impliqué. Il fut muté, mais conserva son grade.

C'est à cette période qu'Allende trouva bon de faire entrer un militaire dans son cabinet avec le portefeuille des Mines.

Le comité central du Parti Socialiste, en mars 1972, déclara : « Expliquer que le rapport de force actuel peut permettre un développement stable, de longue durée et tranquille du processus révolutionnaire, relève moins de l'ingénuité que d'une position réformiste et aventuriste (...) Si la révolution implique, à telle ou telle étape, un affrontement violent, la position correcte n'est pas de refuser la révolution au nom du moindre coût, mais d'aborder de façon organisée l'affrontement » .

Le PS chilien était donc conscient de la situation. Cela ne le rend que plus coupable de n'avoir rien fait que des déclarations.

En avril 1972, la droite fit descendre 200 000 personnes dans la rue, « pour défendre la liberté ».

Une semaine plus tard, la gauche répondit par une manifestation de 400 000 personnes.

Cela devint vite un rite, les deux camps comptant ainsi alternativement leurs partisans dans des manifestations monstres. Le peuple de gauche s'y croyait fort, mais cela n'intimidait pas ses ennemis.

Le 12 mai, la droite appelait à une manifestation « pour la liberté » à Valparaiso. La CUT, la centrale syndicale, le MIR, les partis de gauche locaux appelèrent cette fois à une contre-manifestation le jour même. Alors que la manifestation de droite fut autorisée, celle de la gauche fut interdite. Le président lui-même intervint pour la décommander. En fait, elle eut tout de même lieu, et la police l'attaqua violemment. Un étudiant fut tué par balle et un pêcheur, militant du MAPU, poursuivi par la police dans un immeuble et jeté par une fenêtre, restera paralysé à vie. Il y eut une quarantaine de blessés.

Mobilisation ouvrière et coup d'arrêt aux réformes

Dans ce contexte de difficultés économiques croissantes et de provocations incessantes de la droite, la population laborieuse se mobilisait de plus en plus et cherchait les moyens d'imposer sa volonté.

Les grèves se multipliaient (il y a eu dix fois plus de grévistes dans l'industrie privée en mai 1972 qu'en mai 1971), les occupations d'entreprises aussi, avec pour objectif que le gouvernement intervienne pour les placer dans le secteur public (l'APS) afin d'éviter des licenciements ou leur fermeture, y compris quand il s'agissait d'entreprises auxquelles le gouvernement n'avait pas l'intention de toucher. Et le gouvernement se laissait souvent forcer la main.

C'est en juin 1972 que se forma le premier cordon industriel Cerillos-Maipu.

Cerillos était le principal faubourg industriel de Santiago, comprenant 250 usines et 46 000 ouvriers. Et Maipu, une région agricole qui le jouxte. Les paysans occupèrent plus de 150 domaines et réclamèrent la nationalisation de tous les domaines de la province de Santiago, furieux qu'ils étaient que 44 d'entre eux aient été arrêtés et condamnés par la justice pour avoir occupé un vaste domaine que le gouvernement prévoyait d'exproprier.

Dans la zone industrielle, plusieurs conflits et grèves étaient en cours, et une manifestation unique des paysans et des ouvriers des faubourgs eut lieu devant le ministère de l'Intérieur.

Les travailleurs se donnèrent une organisation réunissant les représentants des différentes usines, qui adopta un programme à la fois radical et concret pour faire face aux problèmes de l'heure.

Dans ce programme, ils affirmaient « soutenir le gouvernement dans la mesure où il exprimait les luttes et les mobilisations des travailleurs » .

Mais ils réclamaient l'expropriation de toutes les entreprises prévues dans le programme de l'Unité populaire, et de tous les patrons qui boycottaient l'économie ou qui ne remplissaient pas leurs engagements vis-à-vis des travailleurs ; le contrôle sur l'ensemble des entreprises, exercé par des conseils ouvriers élus et révocables par les travailleurs eux-mêmes, des augmentations de salaires automatiques chaque fois que le coût de la vie augmente de 5 %. Ils affirmaient qu'il fallait se débarrasser des bourgeois qui avaient trouvé refuge dans les tribunaux et au parlement. Ils demandaient la création d'un organisme national de la construction placé sous le contrôle de conseils d'ouvriers de la construction, des pauvres et des chômeurs ; enfin, le remplacement du Parlement bourgeois par une Assemblée du peuple.

Mais c'est précisément au moment où la mobilisation populaire se développait qu'Allende décida, en juin 1972, de reculer, expliquant, tout comme le Parti Communiste, que pour enrayer la crise il fallait marquer une pause pour consolider l'alliance avec les classes moyennes.

Allende espérait qu'en mettant un coup d'arrêt aux réformes, il pourrait enfin sceller l'accord avec la Démocratie chrétienne. Malgré tous les reculs de l'Unité populaire, Frei rompit les négociations.

Le gouvernement, remanié pour appliquer la pause, prit des décrets restituant aux patrons des entreprises occupées par les travailleurs, et demanda aux carabiniers de les faire appliquer. L'accent fut mis plus que jamais sur la bataille de la production.

Voici comment un dirigeant d'un syndicat de la petite industrie exprime sa déception :

« Avec ce gouvernement, je pensais que nous allions y aller fort, jusqu'à toucher au but. Au début, on y a été fort pendant huit mois, un an, puis nous avons ralenti. (...) Je veux aussi me référer au fait qu'on dit aux travailleurs : « non aux grèves », « non aux occupations », qu'on ne les acceptera pas et qu'on appliquera la loi avec rigueur. Et je me demande : quelle autre arme avons-nous, nous les travailleurs, pour frapper l'ennemi qui a toujours refusé de négocier les contrats ? « .

C'est à cette période que se situe une opération de police particulièrement violente dont on ne sait trop si elle a été délibérément décidée en haut lieu, ou si la police s'y est sentie autorisée par l'attitude plus ferme du gouvernement vis-à-vis des luttes populaires.

Toujours est-il que, le 5 août, sous prétexte de faire une perquisition pour rechercher quelqu'un dans un bidonville, celui de lo Hermida, tenu par le MIR : « À six heures un quart du matin, arrivèrent au camp trente-deux camionnettes des Renseignements, quatre bus du Groupe Mobile, deux blindés, deux camions de transport de chevaux et trois ambulances. Ils coupèrent l'électricité du secteur et, avec une camionnette à haut-parleurs, ils nous appelaient à sortir dans la rue pour défendre le gouvernement populaire qui avait été renversé. Les pobladores commencèrent à sortir dans les rues sombres ; à ce moment, la police tirant des feux de bengale qui éclairaient quelque peu le secteur, se mit à mitrailler les pobladores. Ils entraient dans les maisons, donnant des coups de pied, criaient que les dirigeants devaient se rendre et continuaient de tirer. »

En août, le gouvernement releva les prix pour tenter de freiner la demande et de stimuler la production. D'un jour à l'autre, les prix augmentèrent de 60 %, 90 %, 150 %, voire plus. Cela suscita la panique, une extension du marché noir. Les boutiques étaient vides et les commerçants se mirent en grève.

Voici un témoignage qui illustre bien l'atmosphère à Santiago :

« Presque chaque jour on perquisitionne et on trouve des tonnes de sucre accaparé et caché, des boîtes de poisson, des vitres, du poulet... Lundi, l'arrêt a été total dans le commerce, bien que la Chambre de Commerce et d'autres associations de commerçants se fussent pendant le week-end engagées à suspendre la grève.(...)

« Vers 14 heures on a entendu, à la radio nationale, le ministre de l'Économie, Carlos Matus (socialiste), annoncer qu'on ferait valoir la loi de sûreté interne de l'État envers les commerçants qui n'auraient pas ouvert dans la demi-heure ; (...)

« Nous sommes allés de suite au centre. Et ce que nous avons vu était épouvantable. Les bandes paramilitaires et d'extrême-droite de Patria y Libertad avaient pris la rue d'assaut et empêchaient les autorités d'agir. Des centaines de gars, salariés, parfaitement entraînés, armés de bâtons, de frondes (...) insultaient et agressaient les représentants du gouvernement, excitaient les carabiniers et donnaient des coups de pied dans les camions de la police. (...)

« Vers huit heures du soir en écoutant la radio, nous avons su qu' Allende était en réunion avec les chefs du commerce, les mêmes qui lui avaient promis sous serment qu'ils ne fermeraient pas, les mêmes qui n'avaient pas ouvert après les menaces de C. Matus, les mêmes qui font appel et dirigent les bandes de Patria y Libertad ; Allende était avec eux, leur promettant de n'appliquer aucune des sanctions annoncées s'ils promettaient à leur tour de ne pas récidiver...

« Les commerçants, bien sûr, ont été pardonnés. Ceux de Patria y Libertad ont incendié des cars, ont entouré la maison du ministre du Travail, qu'ils ont frappé à coups de bâton et injurié. (...) Et le comble de tout, ils ont tué deux paysans socialistes. Mais lundi, bien entendu, tous les interpellés étaient relâchés. Sous caution. Mais ils sont libres. «

C'est dire à quel point les reculs du gouvernement, sa lâcheté, non seulement ne lui ralliaient pas les classes moyennes, mais encourageaient leurs violences.

Un nouveau coup d'État était en préparation. Et cette fois-ci, le général Canales, qui en tirait les ficelles, fut effectivement mis à la retraite. Le 1er septembre, le comité exécutif de l'Unité populaire déclarait : « En cas de tentative de coup d'État de la part des conspirateurs fascistes, il faut répondre par la grève de tous les travailleurs, avec occupation des usines, des exploitations agricoles, des services » . Il appela à la constitution de comités d'autodéfense. La CUT donna les mêmes consignes.

Le 4 septembre, anniversaire de la victoire d'Allende, se déroula une immense manifestation populaire de 800 000 à un million de personnes, mécontentes du gouvernement, mais décidées à le soutenir contre la violence de la droite. Une pancarte significative : « Le gouvernement est une merde, mais c'est le mien, et je le défends » , symbolisait l'état d'esprit des masses.

La grève d'octobre 1972 et la riposte ouvrière

La droite et les patrons tentèrent, en octobre 1972, de renverser le gouvernement en se lançant dans un sabotage de l'économie. Ce fut la grève des patrons pour affamer les classes pauvres, paralyser le pays et contraindre l'armée à intervenir.

Le 10 octobre, au cours d'une manifestation de près de 300 000 personnes, les dirigeants de la droite lancèrent un appel à « lutter par tous les moyens » contre le gouvernement accusé d'illégalité. Dès le lendemain, la corporation des transporteurs routiers décida une grève illimitée.

Les commerçants de détail, les médecins, les architectes, les avocats, les employés de banque, les propriétaires de moyens de transport en commun, bref, toutes les associations professionnelles des classes moyennes, leur emboîtèrent le pas.

Et les commandos de Patrie et Liberté patrouillèrent dans les rues, s'attaquant aux commerçants, aux chauffeurs de camions ou d'autobus qui n'étaient pas en grève.

Mais l'offensive de la droite et des classes possédantes suscita une profonde réaction des classes populaires. Les ouvriers s'emparèrent des usines et redémarrèrent la production.

Les travailleurs ont, dans bien des quartiers populaires, assumé directement l'acheminement et la distribution du ravitaillement. Des représentants, élus par blocs d'immeubles, organisaient la distribution de nourriture. Cartes de rationnement et paniers de la ménagère attribués à chaque famille firent leur apparition.

Tous les services furent assurés avec l'aide des non-grévistes et des équipes de volontaires ; les hôpitaux, en particulier, continuèrent à fonctionner alors que la plupart des infirmières et des médecins étaient partis, le reste du personnel aidé de volontaires, mettant un point d'honneur à faire face aux demandes.

Des comités d'autodéfense et de vigilance se mirent en place.

Pour assurer toutes ces tâches, des cordons industriels surgirent dans les principales banlieues industrielles de Santiago, formés des représentants de toutes les entreprises, s'associant aussi les représentants des JAP, des conseils paysans, avec lesquels ils organisaient directement la livraison de produits agricoles.

De même, dans les communes, des commandos communaux furent mis en place, élus et révocables par les habitants.

Les travailleurs avaient pris des initiatives qui débordaient les consignes de la CUT et du gouvernement. Et, dans l'action commune, tous se mettaient d'accord, les militants et les sympathisants des différents partis, y compris les ouvriers démocrates-chrétiens qui participaient, eux aussi, à la lutte contre les patrons.

La classe ouvrière prenait conscience de sa force.

Voici ce que disait une habitante d'un campement en novembre 1972 :

« Nous connaissons maintenant la force du patron, mais nous savons que nous sommes forts. Maintenant, nous ne luttons pas seulement pour que les riches augmentent nos salaires, nous savons que nos droits s'étendent depuis le droit d'occuper son usine à celui de la prendre, et jusqu'à celui de la faire produire et de la diriger nous-mêmes » .

Le gouvernement avait, dès les premiers jours, proclamé une nouvelle fois l'état d'urgence. Le pouvoir civil était transféré aux militaires.

Et Allende laissa passer une loi sur le contrôle des armes votée par la droite. Cette loi permettait aux militaires, sous le contrôle du sous-secrétaire à la Défense, d'aller, suite à une simple dénonciation, perquisitionner n'importe où et chez n'importe qui pour récupérer les armes détenues illégalement.

Il a été dit après coup qu'Allende a laissé passer cette loi par négligence.

C'était surtout le gage de la volonté d'Allende de donner à l'armée tous les moyens de faire respecter l'ordre public. C'est à elle qu'il faisait confiance, et pas au mouvement des masses.

Dans la semaine qui suivit, la contre-offensive ouvrière l'emportait sur la grève patronale, et chaque jour qui passait renforçait la confiance de la classe ouvrière en elle-même.

Des petits commerçants commencèrent peu à peu à ouvrir leurs portes. Mais le gouvernement n'avait qu'une hâte : le retour au calme. Il s'agissait non pas de permettre à la classe ouvrière de pousser jusqu'au bout son avantage ; mais de mettre fin le plus vite possible à la mobilisation. Il se fit d'autant plus conciliant avec la droite. Il promit aux camionneurs qu'aucune sanction ne serait prise contre les grévistes, que les droits des petits et moyens bourgeois seraient garantis, et que des entreprises, occupées par les travailleurs, seraient rendues à leurs propriétaires.

Enfin, en accord avec la Démocratie chrétienne, il fit entrer, le 3 novembre, les trois principaux généraux au gouvernement, dont le général Prats, commandant en chef de l'armée, qui devint ministre de l'Intérieur.

Ainsi, face à l'exacerbation de la lutte de classe, Allende se servait de l'armée comme arbitre. Il fit également entrer au gouvernement le président et le secrétaire de la CUT.

Le 6 novembre, la grève s'arrêta.

Les militaires au gouvernement

Le Parti Communiste approuva la décision d'Allende. El Siglo, le quotidien du PC, écrivait : « Le peuple chilien a raison de faire une confiance totale aux Forces Armées de la patrie et à la conduite strictement professionnelle qui les distingue ».

La tâche du nouveau cabinet était d'endiguer le mouvement populaire, de ramener l'ordre et d'accomplir la promesse, faite par Allende, de rendre les usines à leurs anciens propriétaires.

Elle était également de préparer les élections législatives qui devaient avoir lieu en mars. Les militaires étaient les garants pour l'opposition de leur régularité.

Depuis octobre, dans une centaine d'entreprises, les travailleurs réclamaient leur intégration au secteur nationalisé. Le nouveau gouvernement, lui, décida d'en rendre immédiatement une vingtaine à leurs propriétaires. Mais les travailleurs n'étaient pas prêts à rendre les usines. Menacés d'expulsion par les tribunaux, mais protégés par la solidarité de leur cordon industriel, ils se refusèrent à évacuer les entreprises, décidés à rester fermes jusqu'au bout.

De leur côté, les propriétaires, encouragés par les promesses du gouvernement, s'adressaient aux tribunaux pour récupérer des usines qui étaient déjà placées sous le contrôle du gouvernement.

En janvier 1973, Millas, le ministre des Finances (communiste), présenta un projet de loi prévoyant de rendre 43 entreprises à leurs propriétaires, et pour 123 autres entreprises, déjà sous le contrôle de l'État ou autogérées depuis octobre, la mise en place d'une commission qui déciderait et pourrait rendre aux patrons les entreprises considérées non stratégiques.

Le plan Millas déclencha la colère des travailleurs et, les 25 et 26 janvier, la zone du cordon de Cerillos-Maipu se hérissa de barricades symboliques.

Millas dut retirer son projet de loi.

En ce qui concerne les problèmes de ravitaillement, la population laborieuse, les JAP des quartiers pauvres, réclamaient l'établissement de cartes de rationnement et le droit de continuer à distribuer eux-mêmes les denrées. Des magasins populaires avaient été organisés en octobre et avaient démontré leur efficacité.

Le ministre de l'Économie, Fernando Flores, du MAPU, se déclara publiquement en faveur de la carte de rationnement. La réaction de la droite fut vigoureuse. Non seulement Flores dut faire marche arrière, mais Allende chargea le 21 janvier un militaire, le général Bachelet, assisté de quatre autres officiers supérieurs, de s'occuper de la distribution.

Mais la population laborieuse restait très concernée par les problèmes d'approvisionnement qui ne s'amélioraient pas. Elle y avait entrevu des solutions pendant la grève d'octobre. Et les militaires au gouvernement ne parvinrent pas au fil des mois à la décourager de vouloir imposer ses solutions.

Mais le 4 mars 1973, l'Unité populaire obtint près de 44 % des voix et doubla son nombre de représentants au Congrès. La droite avait perdu son pari.

Mars 1973 : la droite à l'offensive

La politique du gouvernement était de freiner le mouvement populaire. Les partis de gauche s'en rendaient bien compte, mais ne voulaient pas rompre leur solidarité avec lui.

En fait, tous les partis de la droite à l'extrême-gauche n'avaient qu'un seul souci : le résultat des législatives du mois de mars. Y compris le MIR, qui soutint le PS dans ces élections.

Le Parti National et la Démocratie chrétienne avaient pour objectif d'obtenir la majorité des deux tiers au Parlement afin de pouvoir renverser Allende.

À partir de mars 1973, les événements se précipitent. Appelés au secours par la droite, utilisés par la gauche comme béquille à chaque crise, les militaires se convainquirent qu'eux seuls pouvaient sauver le pays du chaos et, plutôt que de le sauver « à la petite semaine », en s'évertuant sous les quolibets de la droite, à accomplir les basses besognes d'un gouvernement impuissant, autant le sauver une bonne fois pour toutes, en en tirant gloire et profit.

C'est à cette époque que Pinochet et d'autres officiers généraux décidèrent de préparer le plan du coup d'État.

La droite exigea le retrait des généraux du gouvernement de l'Unité populaire, afin que ceux-ci cessent de se compromettre avec la gauche. Et Allende à regret forma un nouveau gouvernement dont il écarta les militaires sauf à la direction de la distribution.

Au Parlement, le Parti National et la Démocratie chrétienne continuaient la guéguerre d'obstruction systématique, réduisant par exemple les recettes du budget de 1973.

Paralyser le gouvernement, aggraver autant que faire se pouvait le chaos économique, fomenter l'agitation sociale partout où c'était possible, mobiliser la jeunesse scolarisée contre le projet de réforme de l'enseignement, soutenir les transports en commun en grève, inciter les mineurs de cuivre à s'y mettre aussi ; l'opposition attaquait sur tous les fronts pendant que les bandes fascistes de Patrie et Liberté faisaient sauter les locaux des journaux et des partis de gauche. L'agitation et la violence se développèrent ainsi en mars, avril, mai.

Le 14 juin, les grévistes des mines de cuivre manifestaient à Santiago. De violents affrontements eurent lieu. Les dames des beaux quartiers firent des collectes et leur offrirent l'hospitalité. Des médecins, des professeurs, des étudiants se mirent en grève par solidarité.

En fait, il était évident qu'un nouveau putsch se préparait et le gouvernement eut confirmation, fin mai, d'un projet de coup d'État pour le 27 juin.

La réponse de la classe ouvrière et des partis de gauche

Face à cette nouvelle offensive des patrons, de la droite, aux attaques fascistes, les cordons industriels et les organisations populaires se mobilisent de nouveau pour combattre le marché noir, assurer le ravitaillement, mettre sur pied des groupes d'autodéfense.

La classe ouvrière est prête à agir pour peu qu'on le lui demande. Mais les dirigeants des partis de gauche ne lui proposent rien, Allende avait résumé ainsi sa politique dans un message au Congrès en mai 1973 : « Le régime démocratique et la paix civile s'appuient l'un sur l'autre de manière réciproque, et qui porte atteinte à l'un, porte atteinte à l'autre » .

Cela revenait à faire de la morale à la droite et à demander aux travailleurs de garder leur calme. Allende ne leur demandait que d'augmenter la production... pour combattre le fascisme.

Le Parti Communiste lança une campagne de pétitions « Non à la guerre civile » .

Le Parti Socialiste avait le verbe plus radical. Sepuvelda, l'un des dirigeants nationaux, expliquait (toujours en mai 1973) :

« Il faut d'abord établir clairement le caractère de cette guerre civile : c'est une guerre de classe. Ils ne prétendent pas seulement renverser le gouvernement, mais s'imposer brutalement comme classe, en versant un flot de sang pour que les travailleurs ne prétendent pas reconquérir le pouvoir de si tôt. (...)

« C'est pourquoi l'action contre la guerre civile ne peut être défensive ou passive, c'est une lutte active pour battre la contre-révolution à l'offensive qui doit s'organiser sur tous les plans » .

Fort bien. Que proposait-il donc ?

« (...) Tous les organes de masse (CUT, syndicats, cordons industriels, commandos ruraux, juntes de voisins, conseils paysans, fronts Patriotiques, jeunesses, femmes, etc.) doivent se maintenir en état d'alerte et de vigilance révolutionnaire et développer des initiatives qui viennent en aide à la défense du gouvernement, comme par exemple des forces organiques civiles qui collaborent avec la force publique dans le maintien de l'ordre et la défense du patrimoine national... »

Peut-être conscient de l'inconsistance de son verbiage, il ajoutait : 'Dans une circonstance concrète donnée, on aviserait quant aux autres initiatives à mettre en pratique » . Ce qui signifiait en clair : « On verra plus tard ».

Quant au MIR, son leader Miguel Enriquez s'exprimait ainsi :

« Nous soutenons que la tâche fondamentale est d'accumuler une force suffisante à partir des masses pour pouvoir empêcher la guerre civile, ou pour la gagner, si par hasard elle est déclenchée par une décision de la réaction. On n'arrivera à cette accumulation de forces qu'en dressant un programme révolutionnaire du peuple, qui surgirait de la discussion au sein de la classe ouvrière et du peuple, et dans le développement et le renforcement des organes de masse ».

Bref, des grandes généralités pseudo-révolutionnaires, alors que le danger est là, immédiat, concret et que la classe ouvrière n'a pas besoin de discussion sur un programme, mais de se préparer à affronter ce danger.

Voilà le drame du prolétariat chilien : c'est que tous ceux qui se prétendaient ses défenseurs, ses dirigeants, à gauche comme à l'extrême-gauche, que ce soient le Parti Communiste, le Parti Socialiste, le MIR, répétaient, clamaient : « non à la guerre civile », « non à la guerre civile ». Comme si, par leurs incantations, ils pouvaient éloigner le danger. Effrayés par le développement implacable de la lutte des classes, pris de vertiges, ils préféraient se voiler la face et regarder ailleurs. Se réfugier dans les bons sentiments, le pacifisme, la non-violence, il n'y a pas de crime plus grand pour des gens qui se prétendent les chefs de la classe ouvrière.

Car devant le danger, devant l'imminence d'une guerre à mort, ils ont désarmé la classe ouvrière. Au lieu de l'armer politiquement, moralement, matériellement, avant de la conduire au combat avec les meilleures chances de l'emporter, ils l'ont conduite - désorientée, démoralisée et désarmée - à l'abattoir.

Et pourtant, il y avait, au sein même de l'armée, des hommes qui étaient prêts à résister à leurs officiers. Dans la marine en particulier, tout un réseau de marins et de sous-officiers informaient, depuis 1972, les dirigeants de l'Unité populaire des plans de coup d'État, et ils s'étaient préparés à prendre de vitesse les putschistes. Ils avaient un plan pour s'emparer des bateaux et se servir de la puissance de feu de la marine contre les unités putschistes. Ce réseau de marins rencontra des responsables des partis de gauche. Voici ce que Juan Cardenas, l'un des organisateurs de ce réseau de marins, raconte : « Nous sommes allés, un camarade et moi, à une réunion à laquelle assistaient plusieurs dirigeants de l'Unité populaire. Là, nous avons donné tous les renseignements concernant le coup d'État (...) À ce moment-là, un membre de la commission politique du Parti Communiste nous discrédita d'entrée en disant que nous étions en train de monter l'état-major et le gouvernement l'un contre l'autre, que l'état-major était en train de travailler avec le gouvernement, de le suivre, et que pour cela c'était un état-major progressiste (...).

Auprès des camarades du MIR, nous avons suscité plus d'intérêt - c'étaient quand même les mieux de toute la gauche - mais là non plus, bien qu'ils nous aient écouté plus que les autres, nous n'avons obtenu ce que nous voulions (...).

J'en arrive au camarade Garreton (c'était le dirigeant du MAPU), un homme qui se prétendait révolutionnaire et qui était dans le MAPU chilien (...). Il nous demanda : « Et qu'est-ce que vous allez faire, vous ? « » Nous ? Nous sommes préparés pour contrecarrer cette attaque ». « Bon, mais comment allez-vous contrecarrer cette attaque ? « . « La condition numéro un, c'est que toutes les batteries soient prêtes à ouvrir le feu en une fraction de seconde ». « Bon, et pourquoi voulez-vous ouvrir le feu ? » . « Eh bien, parce que nous devons détruire toute l'infanterie de marine ». « Quant je lui eus parlé comme ça, ce monsieur ne voulut pas en entendre plus, cela ne lui plaisait plus du tout. Il nous dit que cela ne pouvait se faire, que cela allait entacher le prestige de la gauche chilienne (...) .

Malgré tout cela, nous avons ensuite essayé du côté des socialistes Là, un compagnon nous dit que notre plan était bien, mais que nous pourrions le mettre en pratique après que les militaires aient fait le coup d'État. Nous avons expliqué que cela était impossible, que dans les actions militaires, seuls sont efficaces les coups qui frappent en premier. Quand ils auront fait leur coup, il n'y aura plus aucune possibilité nous ne pourrons même pas le raconter, car nous serons morts. On nous répondit qu'il fallait attendre un peu.

Après toutes ces expériences, beaucoup de camarades ne voulaient pas aller plus loin, et d'autres en revanche, la majorité, disaient qu'il fallait chercher des soutiens, de n'importe quelle manière, car nous autres, nous sommes la classe ouvrière, et que par conséquent, nous devons être avec les ouvriers, sinon de toutes manières c'est les autres qui nous liquideront quand ils feront leur coup d'État » .

La détermination des marins, leur volonté de se battre et de se donner les moyens de gagner, se heurtait à l'irrésolution, à la passivité des dirigeants de la gauche, alors que tout le pays vivait dans l'imminence du coup d'État prévu pour la fin juin.

Le coup d'État manqué du 29 juin

Le plan des putschistes ayant été une nouvelle fois éventé, le général Prats procéda les 25 et 26 juin à l'arrestation de quelques généraux, le gouvernement proclama l'état d'urgence, et le coup d'État dut être reporté.

Mais le 29 juin, un régiment de blindés se souleva et attaqua le Palais présidentiel.

La CUT appela immédiatement les travailleurs à occuper leurs usines. Les partis de l'Unité populaire se réunirent et se dirent d'accord pour distribuer des armes aux travailleurs. Allende appela également les travailleurs à occuper leurs lieux de travail. Il annonça qu'il armerait les travailleurs « si la situation le nécessite » .

Mais ce fut le général Prats qui prit la tête des troupes fidèles et obtint personnellement la reddition des mutins. Quelques coups de feu furent échangés. Il y eut tout de même une trentaine de morts, surtout parmi les civils accourus sans armes à la rescousse.

Un vaste rassemblement eut lieu ensuite devant le Palais présidentiel, où Allende fit acclamer l'armée loyale par la foule.

Voici l'opinion d'un militant des cordons sur ces événements : « C'est bien qu'une partie des Forces Armées ait défendu le gouvernement, mais pour moi, l'armée est là pour défendre les intérêts de la bourgeoisie, et personne ne me convaincra du contraire, ni le camarade Allende, ni le parti auquel j'appartiens. Voilà ce que je pense : « Nous les ouvriers, nous devons nous préparer. Quand nous sommes allés à la manifestation, j'ai eu l'impression que le camarade Allende n'avait pas confiance dans les travailleurs » .

Comme en octobre 1972, mieux qu'en octobre, la mobilisation ouvrière répondit à la tentative de putsch. Plusieurs centaines d'entreprises furent ainsi occupées à Santiago. La résistance fut organisée par les cordons. Une coordination de tous les cordons de Santiago fut mise sur pied. La CUT se fit représenter dans tous les cordons - qu'elle reconnaissait pour la première fois. Dans les campagnes, les paysans commencèrent à s'emparer des terres qui n'avaient pas été touchées par la réforme agraire. Partout les travailleurs aspiraient à briser la puissance des classes possédantes en s'emparant des moyens de production. Partout les travailleurs se préparaient à résister.

Mais la préoccupation d'Allende était une nouvelle fois de tenter un rapprochement avec la Démocratie chrétienne. Il chercha même à faire entrer des démocrates-chrétiens dans son gouvernement. La Démocratie chrétienne s'y opposa. Il proposa un plan de redressement économique et, une nouvelle fois, Allende réclama que les travailleurs rendent les usines. Cette fois, il lui fallut plusieurs jours pour le faire admettre à la CUT. Mais, finalement, le 10 juillet, celle-ci céda. La démoralisation fut grande parmi les travailleurs.

Dans une usine textile, une ouvrière de 49 ans qui avait occupé l'usine avec ses camarades était indignée de la décision de la CUT : « Cette déclaration est une trahison de la classe ouvrière. Peut-être que cette entreprise est petite, mais au fond ce qu'il y a d'important ici, c'est politique et pas économique : si nous les travailleurs, nous voulons le pouvoir, nous ne l'obtiendrons jamais en rendant les usines, si petites soient elles » .

Malgré le lâchage de la CUT, les travailleurs tiennent bon dans une centaine d'usines. Néanmoins, beaucoup commencent à se sentir trahis.

En mettant un coup d'arrêt à la mobilisation populaire, le gouvernement se condamnait. Mais, entre la résolution révolutionnaire des problèmes par les masses prolétariennes mobilisées, et le chaos, la paralysie et bientôt la mort, Allende choisissait la mort. Tout, plutôt que s'appuyer sur la force de la classe ouvrière.

Le coup de force se prépare au grand jour : Allende couvre l'armée

Début juillet, la grève s'était arrêtée dans les mines de cuivre, mais fin juillet, ce furent les camionneurs qui prirent le relais, bientôt rejoints, une fois encore, par les boutiquiers, les médecins, les professions libérales.

Les commandos de Patrie et Liberté recommencèrent des attentats, l'aide de camp d' Allende fut assassiné. Les actions terroristes, les sabotages se multipliaient dans tout le pays à un rythme qui s'accéléra au cours du mois d'août, jusqu'à atteindre une moyenne d'un attentat par heure ! Le nombre de morts se compta par dizaines.

Parallèlement, utilisant la loi de contrôle des armes votée en octobre 1972, des détachements militaires perquisitionnaient partout, aux sièges des partis de gauche, des syndicats, dans les usines, les fermes, les écoles, les universités, les quartiers ouvriers. Partout, sauf du côté des groupes fascistes.

Voici le récit d'une telle opération dans l'extrême-sud du Chili, le 4 août : « À Punta Arenas, une ville d'environ 70 000 habitants, le matin du 4 août, quelque 800 hommes encerclaient le quartier industriel (...) Pour une opération de recherche sur huit usines, ils apportèrent des tanks, des mitraillettes sur lesquelles ils fixèrent des baïonnettes. Un avion militaire tournait au-dessus du secteur (...) Au cours de l'opération, les officiers contraignirent les travailleurs à subir, un par un, un interrogatoire intensif mené à la pointe de leur mitraillette. Ils demandaient les noms et les adresses des leaders syndicaux, leurs sympathies politiques et les noms des responsables des cordons » .

Ces opérations étaient partie intégrante de la préparation du putsch, elles permettaient d'intimider et en même temps de s'assurer que les travailleurs ne disposaient pas d'armes, et de récupérer le peu d'armes qui traînaient.

Enfin, c'était une espèce de répétition générale qui permettait de déceler les réticences à l'intérieur de l'armée elle-même.

Début août, le réseau des marins anti-putschistes fut démantelé par les officiers de la marine. Des centaines d'hommes furent arrêtés à Valparaiso, à Talcahuano, une centaine gardés en prison par leurs officiers et sauvagement torturés. Les officiers voulaient connaître leurs plans et les obliger à accuser publiquement les dirigeants des partis de gauche avec lesquels ils avaient eu des contacts : Carlos Altamirano, le secrétaire général du PS, Garreton, le dirigeant du MAPU et Miguel Enriquez, responsable du MIR, d'avoir fomenté une mutinerie dans l'armée.

Les putschistes agissaient déjà comme en pays conquis, et ce sont les hommes loyaux au gouvernement qui étaient arrêtés, torturés, emprisonnés. Et cela se savait publiquement.

Eh bien, Allende resta solidaire de l'état-major !

Il laissa la justice militaire inculper les marins pour « manquement au devoir militaire », et il les présenta comme des gauchistes manipulés par l'extrême-droite. La marine osa poursuivre les trois responsables des partis de gauche devant les tribunaux, qui demandèrent la levée de l'immunité parlementaire de Carlos Altamirano (il était sénateur).

Garcés, le conseiller personnel du président, raconte qu'Allende demanda au ministre des Affaires étrangères « de convaincre Altamirano de la nécessité de faire face personnellement à l'accusation, sans mettre en jeu la responsabilité du PS, ni les relations entre la marine et le gouvernement. Il lui conseille, à cette fin, de renoncer provisoirement à ses fonctions de secrétaire général et de s'efforcer de clarifier la portée réelle des accusations dont il est victime » .

Le 9 août, Allende appela, à nouveau, les militaires au gouvernement. Les travailleurs furent surpris et désorientés. Mais cette fois, la présence de militaires-ministres n'arrêta pas l'agitation des classes moyennes. Le ministre des Transports, le général Ruiz, chef de l'armée de l'air, refusa d'ailleurs tout net d'intervenir contre les camionneurs.

Allende dut révoquer son ministre, le 18 août, moins de deux semaines après avoir fait appel à lui, il lui retira son commandement dans l'armée de l'air mais il révoqua aussi le socialiste sous-secrétaire aux Transports qui avait osé demander l'aide de l'armée contre les grévistes.

La position des partis

Pendant les deux mois qui séparent le coup d'État manqué du 29 juin et le coup d'État réussi du 11 septembre, alors que l'armée se préparait quasi-ouvertement à renverser le gouvernement et qu'il était manifeste qu' Allende avait choisi d'attendre l'inéluctable coup d'État sans rien tenter pour l'empêcher, que tentèrent les partis de l'Unité populaire, quelle politique proposèrent-ils à leurs militants et à la classe ouvrière ?

Corvalan, le dirigeant du PC, se défendait explicitement de vouloir armer les travailleurs. En juillet, il écrivait dans El Siglo, l'organe du Parti Communiste : « Les réactionnaires (...) affirment que nous avons pour politique de remplacer l'armée de métier. Non, messieurs ! Nous continuons et nous continuerons à défendre le caractère strictement professionnel de nos institutions militaires » .

Le PC participa aux comités de défense (non armés) mis sur pied dans les usines, qui veillaient à la sécurité contre les sabotages de l'extrême-droite et se préparaient à défendre le gouvernement en cas d'attaque. Mais ce n'était pas de comités de défense, sans armes, cantonnés aux usines, dont la classe ouvrière avait besoin. Devant la montée des périls et des militaires qui s'apprêtaient à les fusiller, les travailleurs devaient trouver les moyens de s'armer, de tisser des liens entre les usines, les quartiers, les secteurs, et s'organiser pour mettre l'armée hors d'état de nuire, se préparer en un mot à prendre l'offensive, seul moyen en fait de ne pas se laisser égorger les uns après les autres, chacun dans leur usine ou leur quartier justement. Les comités de défense n'étaient que l'os à ronger jeté aux militants ouvriers combatifs, pour les détourner au contraire des tâches nécessaires.

Mais pour le Parti Communiste, il s'agissait d'empêcher la guerre civile, car il avait la certitude (c'est Corvalan lui-même qui l'affirme) que « si la guerre civile se déchaînait, nous n'avions aucune possibilité de victoire » . S'en remettre au bon vouloir des Forces Armées lui sembla donc jusqu'à la fin un pari moins risqué que de s'appuyer sur la classe ouvrière.

Le Parti Socialiste comprenait fort bien que l'on allait à la catastrophe. Son leader, Carlos Altamirano, s'affirmait partisan à la fois de l'armement des travailleurs et de l'appel à la désobéissance dans l'armée. Il pensait même que c'était la seule chance d'éviter le massacre. Il écrira plus tard, mais il en était déjà convaincu à l'époque : « le développement et la mise en œuvre d'une stratégie armée au cours du processus révolutionnaire était une chose très difficile (...) Mais la voie pacifique dans le Chili de 1970-73 était, elle, impossible ».

Mais il ne fit rien, hormis des discours combatifs. Et plus tard, il justifiera le PS en disant : « le PS fit ce qu'il put pour développer une stratégie qui assure l'autodéfense du processus révolutionnaire » c'est-à-dire que lui aussi contribua à organiser les comités de défense dans les entreprises et les quartiers. « Il ne pouvait faire plus. Aller plus loin aurait mis en péril l'unité de la coalition gouvernementale et la stabilité du régime » .

Quant au MIR, il a depuis des mois adapté sa politique à l'émergence de courants plus radicaux au sein de l'Unité populaire et en particulier du PS, et il n'a de ce fait pas non plus proposé à la classe ouvrière une politique s'opposant clairement à la politique gouvernementale.

En fait, Altamirano et la gauche du PS estimaient ne rien pouvoir faire sans le reste de l'Unité populaire et sans Allende. Quant au MIR, lui, il estimait ne rien pouvoir faire sans l'aile gauche du PS.

C'était, de fil en aiguille, faire dépendre le sort de la classe ouvrière de la politique d' Allende, qui remettait lui-même le sort des travailleurs au bon vouloir de l'armée.

Cette profonde défiance vis-à-vis de la classe ouvrière est caractéristique de partis qui ne sont pas des partis révolutionnaires prolétariens. Leur langage révolutionnaire, quand ils en ont un, sert tout juste à tromper les travailleurs, à leur faire croire qu'ils ont des chefs qui sont véritablement dans leur camp, sur lesquels ils peuvent compter, alors qu'ils n'en ont point. Si la classe ouvrière chilienne l'avait su, elle s'en serait peut-être donné d'autres, elle aurait peut-être pris les initiatives qui s'imposaient et c'est bien pour cela que la politique de la gauche et de l'extrême-gauche était, elle aussi, criminelle. Par la confusion qu'elle entretenait dans la conscience de la classe ouvrière, elle a contribué à la laisser sans défense et sans politique face à ses bourreaux.

Derniers préparatifs. Le coup d'État du 11 septembre

Le 24 août, le général Prats, qui refusait d'entrer dans le jeu des putschistes, démissionna du gouvernement et de son commandement en chef de l'armée, pour ne pas porter atteinte à l'unité de l'armée.

Allende nomma le général Pinochet commandant en chef à la place de Prats. Pour renverser Allende, l'armée n'aurait même pas à s'insurger, il lui suffirait d'obéir à son commandant en chef.

De fait, fin août, début septembre, l'armée menait déjà des actions de grande ampleur contre le mouvement populaire et s'assurait le contrôle de régions entières.

Un journaliste raconte que, dans le Cautin, région où les paysans indiens mapuches s'étaient fortement mobilisés pour récupérer la terre : « Le coup d'État militaire a eu lieu une semaine avant le coup national. Il n'est pas resté une seule coopérative des 134 de la région. Même pas une. Elles ont été rasées. Les paysans, hommes, femmes, presque tous d'origine mapuche, ont été arrêtés, torturés (on leur demandait où étaient les armes et les postes émetteurs, le nom des paysans qui s'étaient enfuis dans la montagne), puis on jetait les cadavres à la mer » .

Le 4 septembre, une énorme manifestation de soutien à Allende a lieu à Santiago. 700 000 personnes défilent devant le Palais présidentiel.

Mais le rassemblement de cette foule désarmée n'impressionne pas les militaires. Ils savent exactement à quoi s'en tenir sur la force dont disposent les travailleurs. Cela fait deux mois depuis le Tancazo, coup d'État avorté mais fort précieux (Pinochet y voyait même le doigt de Dieu lui indiquant les modifications à apporter à son plan), les officiers putschistes ont eu tout le loisir d'évaluer le rapport de force, de mesurer les résistances possibles, de tester la politique des partis, de s'assurer même au grand jour le contrôle des provinces, y brisant déjà militairement les poches de résistance qu'ils pouvaient craindre le plus. Le 5 septembre, six jours avant le coup d'État, les cordons industriels envoient une lettre à Allende, qui est un appel dramatique à agir tant qu'il en est encore temps :

« Nous pensons que, non seulement on nous engage sur la voie qui mène au fascisme à une vitesse vertigineuse, mais que l'on est en train de nous priver des moyens de nous défendre. C'est pour cela, monsieur le Président, que nous vous demandons de prendre la tête de cette armée sans armes, mais puissante de sa conscience, que nous vous demandons que les partis prolétariens laissent de côté leurs divergences et deviennent la véritable avant-garde de cette masse qui s'est organisée, mais qui n'a pas de direction » . Ils expliquent enfin que, si leur appel n'est pas entendu, « il n'y aura pas de guerre civile dans le pays, mais un massacre froid, planifié, de la classe ouvrière la plus consciente et la mieux organisée de toute l'Amérique latine » .

Leur lettre restera sans réponse.

Allende est convaincu de l'imminence d'un coup d'État. Le dimanche 9 septembre, devant la gravité de la situation, il décide d'annoncer « dans les heures qui suivent » un... référendum !

Jusqu'au dernier moment, la gauche aura opposé l'arme dérisoire de la légalité et des bulletins de vote aux troupes et aux armes bien réelles de l'état-major.

Le 10, tout est calme. Les unités de la marine quittent comme prévu le port de Valparaiso, pour des manœuvres avec la flotte américaine. Mais, dans la nuit du 10 au 11, la flotte chilienne regagne les ports après avoir jeté à la mer tous les marins et les officiers en désaccord avec le coup d'État.

Le 11, peu après 6h30, Allende apprend que la marine s'est soulevée. Il lui est impossible de joindre Pinochet et les autres responsables militaires, qui ne sont pas chez eux. Seuls les carabiniers répondent au téléphone et vont protéger le Palais présidentiel, où Allende se rend immédiatement avec ses ministres et conseillers.

À 8 heures, Allende, à la radio, annonce qu'il y a un soulèvement et appelle les travailleurs à se rendre à leurs postes de travail et à conserver « calme et sérénité » .

« Ce que je souhaite essentiellement, c'est que les travailleurs soient sur leurs gardes, qu'ils soient vigilants et évitent toute provocation. Dans une première phase, il nous faut connaître l'attitude, que j'espère positive, des soldats de la patrie qui ont juré de défendre le régime établi, lequel est l'expression de la volonté des citoyens, et qu'ils suivront la doctrine qui a fait et qui fait le prestige du Chili, grâce à la conscience professionnelle des Forces Armées. Dans ces circonstances, j'ai la conviction que les soldats sauront remplir leur devoir. Quoi qu'il en soit, le peuple et les travailleurs, surtout eux, doivent être activement mobilisés, mais en leurs lieux de travail ; ils doivent écouter l'appel que je pourrais leur lancer et les instructions que leur donnera le camarade-président de la République » .

Le premier communiqué de la junte à la radio exige la démission immédiate du président. Le putsch cette fois a entraîné toute l'armée, il entraîne aussi les carabiniers qui désertent la place devant le Palais.

Allende refuse de se rendre et de prendre l'avion pour l'étranger, comme les militaires le lui proposent.

Entre 8 heures et 9h30, Allende s'adresse cinq fois à la population, mais jamais il ne l'appelle à combattre les Forces Armées, ni à venir le défendre.

À 12h30, le Palais bombardé est en ruines, vingt hommes résistent encore ; à 14h, tout est fini, Allende est mort le fusil à la main après avoir désarmé la classe ouvrière.

La réaction des travailleurs

Garcés, le conseiller d'Allende, raconte que la direction de l'Unité populaire s'est réunie le 11 au matin pour conclure : « Il ne faut pas offrir de résistance ; les ouvriers doivent quitter les lieux de travail et rentrer chez eux » .

Corvalan expliquera plus tard que : « Pour lutter contre les putschistes, il n'aurait pas manqué de combattants. Il y avait une volonté de se battre. Mais une avant-garde responsable ne peut pas tenir compte de ce seul facteur. La vérité est que cette détermination à se battre était limitée par une impuissance réelle » .

Altamirano, lui, raconte que la commission militaire du Parti Socialiste au grand complet s'était réunie et avait conclu que « les possibilités de défense étaient pratiquement nulles. Il n'était plus possible en une seule matinée, de mettre en œuvre ce qui aurait dû être programmé depuis des mois ou pour le moins au cours des semaines précédentes. L'idée d'appeler les travailleurs au centre de Santiago ou de les appeler à une grève nationale fut écartée » .

Dans les banlieues ouvrières, dans les entreprises, les travailleurs sont mobilisés, conformément aux plans que les comités de défense avaient mis au point, et ils attendaient les consignes et surtout les armes.

Car il y avait des semaines que les travailleurs se préparaient, comme dans ce quartier de Santiago où, nous raconte-t-on : « La septième et la huitième commune sont prêtes à tenir le quartier en cas de guerre civile, c'est-à-dire occuper les points névralgiques comme la polyclinique, mais aussi défendre le quartier dans son ensemble. Ces groupes ne disposent que de peu d'armes à feu avant le coup d'État. Les partis (MAPU, MIR, PS) doivent fournir les armes et munitions. Le 11 septembre 1973, les armes sont annoncées mais rien ne se passe. Les groupes de défense occupent le quartier, tirent sur la police. Les rues se vident, les gens se terrent.

Le lendemain, les armes sont de nouveau annoncées pour la soirée. Des bruits circulent que le général Prats vient du Nord, que le général X vient du Sud. Pendant cinq jours, les militants tiennent le quartier en attendant des armes qui n'arriveront jamais » .

À l'usine Sumar, les travailleurs attendent les consignes qui n'arrivent pas. Les militants sont divisés sur ce qu'il convient de faire. On commence néanmoins à se disposer à résister sans avoir d'armes, on en récupère quelques-unes par hasard. Quand les consignes du PC arrivent, c'est la débandade. 200 ouvriers restent néanmoins et se battent avec acharnement contre la police et l'armée qui font feu de toute part. Des hélicoptères et des avions attaquent l'usine.

À l'usine de matériel électrique qui est le quartier général du cordon de Cerillos, des hommes et des armes arrivent dès le matin, venus des autres usines du cordon. Mais les travailleurs attendent les consignes, perdent un temps précieux, se disputant pour savoir s'il faut défendre l'usine ou au contraire aller combattre en dehors. Certains partent, d'autres restent.

Les partis de gauche avaient laissé les travailleurs sans direction, pratiquement sans armes, isolés les uns des autres, sans plan pour prendre rapidement l'offensive, se procurer des armes et se battre.

Pourtant, se battre n'aurait pas coûté plus cher aux travailleurs et aux militants que la victoire sans opposition réelle de Pinochet n'allait le faire. Et il y aurait eu peut-être une possibilité de vaincre. Mais voilà, après avoir refusé de croire ou de préparer le combat, les chefs de la gauche ne croyaient plus à la possibilité de le livrer quand il était engagé par l'ennemi.

Et c'était peut-être encore possible le 11 septembre.

Certes, l'armée ne s'était pas divisée en deux comme promis par les stratèges de la gauche, mais bien des troupes ont hésité, certains soldats ont refusé d'obéir et l'ont payé de leur vie.

Les carabiniers ne se sont rangés aux côtés de l'armée que lorsqu'ils ont compris qu' Allende lui-même n'appelait pas à la résistance. 3 000 carabiniers sur les 25 000 ont été passés par les armes par les putschistes pour refus d'obéissance.

Les ouvriers, en agissant vite, auraient peut-être pu encore récupérer des armes s'ils n'avaient pas fait confiance et attendu que les dirigeants leur en procurent. D'ailleurs, dans certains endroits, les travailleurs en ont récupéré dans les casernes ou les postes de police, mais ce furent des initiatives isolées.

Les moyens mis en œuvre, l'aviation, les chars, pour s'emparer de Santiago, montrent que les putschistes craignaient malgré tout le sursaut de dernière heure de la classe ouvrière. Les soldats, eux, en étaient persuadés et avaient probablement peur. Car ce fut une tactique des généraux de leur faire croire qu'un plan de subversion avait été préparé par la gauche et que les partis de gauche étaient armés jusqu'aux dents.

Ce qui manquait aux travailleurs, ce n'était ni la volonté de se battre, ni le courage. Ni le nombre, car ils étaient des centaines de milliers à Santiago, alors que l'armée n'avait, en dehors des carabiniers, que 50 000 hommes en tout. Mais ce qui a manqué aux travailleurs, c'est une direction aussi déterminée qu'eux-mêmes, qui aurait pu, avec un plan d'ensemble, donner toute son efficacité à l'énergie combattante des travailleurs.

Celle qu'ils s'étaient donnée les avait honteusement abandonnés au massacre.

Et maintenant ?

Oui, la trahison était largement consommée.

Mais qui se souvient aujourd'hui de cette vérité-là ? Qui l'a dite, qui l'a proclamée aux pauvres, aux travailleurs qui manifestent aujourd'hui contre le régime de Pinochet, en sacrifiant parfois leur vie ?

Un mois, un an, dix ans après, les dirigeants de la gauche qui se portent aujourd'hui, à nouveau, à la tête des manifestations populaires n'ont jamais su que montrer aux masses des images saintes du chemin de croix et de la passion d'Allende, vendu par judas-Pinochet. On a même fait du portrait géant d'Allende l'icône de la démocratie chilienne derrière laquelle on a fait défiler les prolétaires, comme s'ils avaient besoin d'icônes et non pas de vérité pour se redresser, se regrouper et récupérer véritablement leurs forces.

Jusqu'au bout, Allende a confié le sort de la classe ouvrière à l'armée et à son commandant en chef, Pinochet.

Marx avait déjà raillé, lors du coup d'État de Napoléon III de 1851, qui fit suite à l'écrasement des ouvriers parisiens en 1848, ces démocrates bourgeois qui sortaient toujours de la défaite la plus honteuse aussi purs qu'ils étaient entrés dans la lutte.

Il semble bien que les partenaires de l'Unité populaire, après leur terrible défaite sans combat de septembre 1973, n'aient pas fait exception à la règle.

Voilà comment on édulcore l'histoire et on trompe un peuple. Voilà comment on s'arrange pour lui faire recommencer toujours les mêmes tragédies. Voilà comment les partenaires de la prétendue Unité populaire n'ont fait de cette unité qu'un complot silencieux contre les masses.

L'histoire de la déloyauté de Pinochet est désormais célèbre. Allende aurait cru jusqu'au bout pouvoir compter sur une partie de l'état-major, et notamment sur le nouveau général en chef qu'il avait nommé lui-même, Pinochet. Il semblait offrir toute garantie, ce général si docile, si obséquieux paraît-il, si empressé !

Au lendemain du putsch, Pinochet se vantait de son habileté et déclarait devant un cercle d'officiers, à propos d'Allende : « Et dire que ce con-là, s'est confié à moi jusqu'au bout ! «

Mais si la phrase triviale juge quelqu'un, c'est Allende. Oui, Allende, jusqu'au bout, s'est confié à l'armée, ou plutôt lui a confié le sort du peuple. Ce n'était ni par bêtise, ni par crédulité, ni par aveuglement, ni par magnanimité. Allende savait ce qu'il faisait. Comme tout le monde, depuis des mois, il avait lui aussi, vu venir ce coup d'État.

Mais jusqu'au bout, Allende a refusé de s'appuyer sur la mobilisation de la classe ouvrière pour détruire l'armée. Bien trop responsable face aux intérêts généraux de la classe dominante dont l'armée constitue l'ultime garant, il a préféré le bain de sang plutôt que de toucher à l'armée. Et c'est en toute conscience qu'il a fait ce choix. Dès 1971, il affirmait : « Si certains croient qu'au Chili, un coup d'État de l'armée se réduirait, comme dans d'autres pays latino-américains, à un simple échange de la garde, à la Moneda, il se trompent grossièrement. Chez nous, si l'armée sort de la légalité, c'est la guerre civile. C'est l'Indonésie. Croyez-vous que les ouvriers se laisseront enlever leurs industries ? Et les paysans leurs terres ? Il y aura 100 000 morts, ce sera un bain de sang » .

Oui, Allende a fait un choix de classe.

C'est après chaque radicalisation de la classe ouvrière chilienne qu' Allende a constitué un gouvernement à participation militaire. Plus les travailleurs levaient la tête et montraient leur force, ne serait-ce qu'en manifestant pour Allende, plus Allende devait faire contrepoids, cajoler, chouchouter, donner des garanties à l'armée, lui tendre la main, en vérité l'appeler à l'aide.

À chaque fois, ces prétendus démocrates parvenus au pouvoir avec le consentement des masses et leur appui, s'acharnent à défendre l'ordre bourgeois contre la révolution en marche ou simplement menaçante, en faisant appel à l'appareil militaro-policier. Et quand ce ne sont pas eux qui réussissent à mener la terreur blanche eux-mêmes, c'est la dictature militaire ou fasciste qui s'en charge, dussent-ils en être les premières victimes.

Inversement, il est impossible de mener une lutte contre la réaction militaire, contre le fascisme, autrement qu'en balayant ces prétendus gouvernements du peuple contre le peuple, et cela par les méthodes de la révolution prolétarienne.

La félonie des généraux, ça a été la piètre excuse d' Allende. Le Parti Communiste, lui, se mit à accuser plus volontiers encore la CIA, l'ennemi extérieur en quelque sorte.

Alors oui, évidemment, tout le monde sait que la CIA ou d'autres services secrets impérialistes, ont partie liée avec tous les sales coups fourrés qui ont lieu ici ou là sur la planète. Quel est le coup d'État d'extrême-droite qui n'a pas bénéficié de l'aide des services secrets américains, français ou anglais, quand ce n'est pas des trois à la fois ?

Bien sûr que la réaction intérieure, aidée de la réaction extérieure, interviendra toujours dès qu'elle le pourra, dès que la situation s'y prêtera, dès qu'elle aura des chances de l'emporter. Tout cela revient à dire que les ennemis sont les ennemis. Qu'ils sont invincibles. Et qu'au bout du compte, la victoire du prolétariat est toujours impossible.

Piètre excuse. Aucun chef militaire d'une armée bourgeoise ne trouverait grâce auprès de son état-major en invoquant, pour justifier l'écrasement de son armée, la félonie, la trahison, ou la force de l'armée adverse !

Il n'y a que les prolétaires pour accepter, de la part de ceux qui parlent en leur nom, de telles excuses. Mais il est vrai que le prolétariat, lui, ne dispose pas toujours d'un état-major révolutionnaire !

Cela fait 150 ans que les prétendus démocrates qui conduisent les prolétaires désarmés à la défaite et aux massacres invoquent à chaque fois pour leur défense d'aussi honteuses excuses. Blanqui, au siècle dernier, qui, lui, fut un authentique chef révolutionnaire prolétarien, leur répondit en son temps, dans les termes qu'il fallait. Cette réponse-là, cette colère-là, même près de 150 ans après, est aujourd'hui toujours aussi salutaire. En voici quelques extraits : « La réaction n'a fait que son métier en égorgeant la démocratie. Le crime est aux traîtres que le peuple confiant avait acceptés pour guides et qui ont livré le peuple à la réaction (...) Malheur à nous si, au jour du prochain triomphe populaire, l'indulgence oublieuse des masses laissait remonter au pouvoir un de ces hommes qui ont forfait à leur mandat ! Une seconde fois, c'en serait fait de la révolution (...) Discours, sermons, programmes ne seraient encore que piperies et mensonges : les mêmes jongleurs ne reviendraient que pour exécuter le même tour avec la même gibecière ; ils formeraient le premier anneau d'une chaîne nouvelle de réactions furieuses (...) Honte et pitié sur la foule imbécile qui retomberait dans leurs filets.

Il faut se prémunir contre de nouveaux traîtres.

Traîtres seraient les gouvernants qui, élevés sur le pouvoir populaire, ne feraient pas opérer à l'instant même : 1) le désarmement général des gardes bourgeoises, 2) l'armement et l'organisation en milice nationale de tous les ouvriers.

Sans doute, il est bien d'autres mesures indispensables ; mais elles sortiront naturellement de ce premier acte, qui est la garantie préalable, l'unique gage de sécurité pour le peuple.

(...) Les armes et l'organisation, voilà l'élément décisif du progrès, le moyen sérieux d'en finir avec la misère ! Qui a du fer a du pain. On se prosterne devant les baïonnettes, on balaie les cohues désarmées(...) » .

Oui, nous pouvons nous souvenir de ces paroles de Blanqui. Ce programme qu'il trace pour les classes laborieuses aurait été, ô combien, valable pour le Chili d' Allende. Et il est toujours valable dans le Chili d'aujourd'hui.

Oui, « le premier acte », « la garantie préalable », « l'unique gage de sécurité » pour les masses populaires chiliennes qui veulent s'émanciper, ce devra être de soustraire les hommes de troupe aux ordres des officiers, et de les placer directement sous le contrôle de la population et des organisations qu'elle se donnera, de détruire l'armée, de la détruire de fond en comble

C'est-à-dire de refuser que les soldats soient encasernés, à l'écart du contrôle de la population, mais soumis entièrement au corps des officiers de métier, c'est-à-dire imposer une armée de travailleurs qui reçoivent l'instruction militaire dans leurs quartiers, sur leurs lieux de travail, sous la direction de chefs élus et sans une hiérarchie de gradés tout puissants, une armée placée sous le contrôle de la population laborieuse.

Oui, le premier acte de salut public de la classe ouvrière chilienne, le jour où elle se mobilisera à nouveau contre ses exploiteurs, ce devra être de détruire cette armée, pas de l'épurer en faisant le tri entre les bons et les mauvais officiers, pas de s'en remettre à ceux qui se prétendent loyaux, démocrates, constitutionnalistes, antifascistes, que sais-je encore, mais qui sont, on l'a vu, fondamentalement solidaires des autres. Non, il faudra détruire, briser définitivement le pouvoir du corps des officiers.

Cette leçon-là, au Chili, la dictature l'a inscrite dans la chair et dans le sang des pauvres. Et quelle que soit l'évolution du régime de Pinochet, quel que soit celui qui lui succède, les masses populaires n'auront aucune garantie tant que l'armée restera soumise au corps des officiers de métier et à l'état-major, qui aujourd'hui exerce directement le pouvoir et se livre à une répression ouverte, féroce, sanglante, et qui, dans un régime démocratique, subsisterait comme une menace permanente pour les classes populaires, menace que les politiciens de droite et de gauche n'hésitent pas à utiliser pour rappeler au peuple qu'il doit se tenir tranquille.

Alors oui, telle est la leçon du Chili des années 1970-73. Et tous ceux qui n'inscrivent pas la mise hors d'état de nuire de l'armée et de la police dans leur programme, qui ne fixent pas ouvertement cet objectif à la classe ouvrière, qui ne lui disent pas, aujourd'hui, clairement, que dès que le rapport des forces mettra le soulèvement populaire à l'ordre du jour, ce sera là la première tâche des travailleurs, tous ceux-là ne défendent pas les travailleurs, mais préparent de nouvelles désillusions, ou de nouveaux massacres.

Et les travailleurs doivent s'en méfier, quelles que soient leurs phrases révolutionnaires, ou peut-être d'autant plus que leurs phrases sont révolutionnaires.

Et, camarades, cette leçon tragique du Chili est certainement valable pour bien d'autres pays, y compris, pour nous ici en Europe.

Annexe

Chili : bref historique

Après 250 ans de colonisation espagnole, l'indépendance du Chili, proclamée le 18 septembre 1810, n'était définitivement acquise qu'après la défaite de l'armée espagnole de reconquête, en février 1817.

Les luttes de l'indépendance ne produisirent au Chili que peu de bouleversements.

Après une brève période de troubles, Diego Portales, par la Constitution de 1833, jetait les bases d'un régime fort où le Président, élu pour cinq ans, et flanqué d'un Congrès, exerçait l'essentiel du pouvoir.

Durant la période coloniale, le Chili avait été, parmi les colonies espagnoles, avec le Guatemala, l'unique exportateur de produits agricoles. Il approvisionnait la métropole et son principal centre minier, le Pérou, en blé, en laine, en viande. Après l'indépendance, ces activités continuèrent.

Les exportations de blé connurent un grand essor, lié à l'ouverture de nouveaux marchés, en particulier en Californie, au moment de la ruée vers l'or. Entre 1845 et 1875, la production agricole fut multipliée par cinq et les exportations quadruplèrent. Au même moment le Chili devenait le premier producteur de cuivre du monde, fournissant plus de 60 % du cuivre consommé dans le monde.

Les grands propriétaires ou les propriétaires de mines tirant leurs richesses des exportations, comme la bourgeoisie commerciale de Santiago et des ports, trouvaient leur compte dans un État fort qui garantissait leurs intérêts largement convergents.

Et cet État, tirant la plus grande partie de ses ressources des taxes sur le commerce extérieur, s'enrichissait, et se renforçait en même temps qu'eux.

Il joua rapidement un rôle actif dans l'économie. Le Chili fut ainsi le premier pays d'Amérique latine à se doter de communications téléphoniques, et de chemins de fer.

L'État joua aussi un rôle actif dans la répression des révoltes populaires qui éclatèrent en particulier en 1834, 1848, 1851, 1859 et 1860. Cette menace émanant des classes pauvres de la population contribua, elle aussi, à renforcer la cohésion de différentes fractions des classes dominantes derrière leur État.

La société chilienne, au sortir de l'indépendance, et tout au long du XIXe siècle, se construisit donc entièrement sur l'exportation d'un nombre limité de produits agricoles et miniers. Mais si les classes dirigeantes chiliennes y trouvèrent la prospérité, et l'État chilien la stabilité, ils tombèrent aussi dans la dépendance du marché mondial, et sous la coupe de la principale puissance capitaliste du moment : la Grande-Bretagne.

En 1845, la Grande-Bretagne absorbait 42 % des exportations chiliennes, et le Chili était son deuxième client d'Amérique latine en produits manufacturés. L'Angleterre absorbait notamment la presque totalité du cuivre chilien, dont elle contrôlait la commercialisation et la transformation. Rapidement, elle étendit son contrôle aux transports maritimes, aux chemins de fer, et au système financier.

Cette emprise économique s'accentua encore avec le développement de l'exploitation du salpêtre.

Le Chili s'y lança d'ailleurs sous la pression britannique.

En effet, en 1876, le Pérou nationalisa ses gisements de salpêtre, auxquels les Anglais commençaient à s'intéresser. Fortement encouragé par les Anglais, le Chili, en avril 1879, déclarait la guerre au Pérou, allié à la Bolivie. Après deux ans de combats, le Pérou dut abandonner au Chili les régions où étaient concentrés les plus grands gisements mondiaux de salpêtre. Le Chili allait ainsi devenir le premier producteur mondial de salpêtre. A ceci près que, à la faveur du conflit, ce sont les Anglais qui avaient fait main basse sur la plupart des mines ; un état de fait que l'État chilien, vainqueur de la guerre du Pacifique, entérina, sans autre forme de procès.

L'État chilien se contenta des taxes prélevées sur les exportations de salpêtre qui devinrent le fondement du budget de l'État chilien : en 1894-1898, elles représentaient 68 % des ressources de l'État.

Entièrement dépendants de l'exportation d'un seul produit, l'économie et l'État chiliens étaient ainsi soumis aux soubresauts de l'économie mondiale, prospéraient ou périclitaient au gré des fluctuations du marché.

Un président élu en 1886, Balmaceda, tenta de s'opposer à la mainmise anglaise sur l'industrie nitrière, se faisant le chantre d'une chilénisation des gisements. Il vit se dresser contre lui, outre la Grande-Bretagne, l'oligarchie des propriétaires terriens, des banquiers, des patrons mineurs, des commerçants, et une fraction de l'armée.

Celle-ci en effet, après la guerre contre le Pérou, avait été considérablement développée, et réorganisée. Elle atteignait en 1880 41 000 hommes. Et cette armée était, largement, sous influence étrangère.

En effet, pour faire contrepoids à la marine, soumise traditionnellement à l'influence anglaise, Balmaceda avait fait appel, pour réorganiser et moderniser son armée de terre, à des officiers allemands, dirigés par le colonel Kroener. Mais en 1891, celui-ci passant avec armes et bagages dans le camp de l'opposition au président, contribua à sa chute. Après quoi il fut nommé chef d'état-major de l'armée chilienne.

L'armée chilienne faisait ainsi son entrée sur la scène politique, pour couper court à la première tentative d'instaurer au Chili une politique qui préserve les intérêts de la bourgeoisie nationale contre l'emprise étrangère.

Ses interventions contre la classe ouvrière allaient donner la mesure de la « démocratie chilienne » .

Avec la production nitrière s'était développé une classe ouvrière nombreuse et concentrée.

Les provinces du Nord du Chili connurent une concentration ouvrière sans précédent dans l'histoire chilienne, et d'ailleurs dans l'histoire d'Amérique latine. Dans les deux seules provinces de Tarapaca et d'Antofagasta, on comptait en 1925, plus de 60 000 ouvriers mineurs, travaillant dans des exploitations rassemblant en moyenne de mille à deux mille ouvriers, parqués par milliers dans des campements installés à proximité des usines de traitement et soumis à un travail dur et dangereux.

Et à partir de 1890, date de la première grève générale qui, partie des provinces minières s'étendit, vers le Sud, à toutes les villes du pays, les mouvements de révoltes ouvrières se développèrent. Ces mouvements furent violemment réprimés par l'armée. En 1903, une grève des travailleurs de Valparaiso se soldait par cinquante morts et deux cents blessés. En octobre 1905, dans la capitale, Santiago, la population laborieuse se souleva pour protester contre l'augmentation du coût de la vie : la police tira sur la foule, et tua soixante-dix personnes. Cent morts encore en février 1906, parmi les mineurs et les ouvriers d'Antofagasta. Et en décembre 1907, ce fut la « Commune de Iquique », l'un des principaux ports des provinces minières. Les mineurs arrêtèrent le travail et se rassemblèrent dans le port. Les ouvriers se joignirent à eux pour former un comité de grève qui assuma la direction de la ville. La troupe intervint alors que 20 000 grévistes étaient rassemblés pour élaborer la liste de leurs revendications.

On dénombra trois mille morts parmi les mineurs et leur famille.

Dans le même temps, le mouvement ouvrier s'organisait sur le plan syndical et politique.

En 1912, Emilio Recabarren, ouvrier typographe, influencé par les événements de 1905 en Russie, et par ses contacts avec des militants de la IIe Internationale, fondait le Parti Socialiste Ouvrier. En 1917, il prenait la direction de la Fédération Ouvrière Chilienne, la FOCH, créée en 1909.

En 1922, la FOCH adhérait à l'internationale Syndicale Rouge. Et le Parti Socialiste Ouvrier, qui se transformait en Parti Communiste Chilien, demandait son adhésion à la IIIe Internationale. Mais, refusant la totalité des 21 conditions posées par le Deuxième Congrès de l'Internationale Communiste en 1920, refusant en particulier l'épuration des éléments .réformistes, il n'y fut admis qu'en tant qu'organisation sympathisante.

L'entre deux guerres est marqué au Chili par une instabilité économique et politique.

L'invention du nitrate synthétique en Allemagne pendant la Première Guerre mondiale, provoquait après l'armistice, en quelques semaines, l'effondrement des exportations et de la principale ressource de l'État chilien.

L'exploitation et l'exportation du cuivre prenaient le relais : dès 1921, le Chili était le deuxième producteur mondial. De producteur de salpêtre, le Chili se transformait à nouveau en producteur de cuivre. Et dans le même temps d'ailleurs, il achevait de passer des mains de l'impérialisme anglais à celles de l'impérialisme américain qui contrôlait sa production de cuivre.

Le Chili sortait à peine d'une crise qu'il replongeait dans une autre : celle de 1929, qui le frappait extrêmement durement. La valeur des exportations chiliennes chuta, entre 1929 et 1932, de 88 % et le budget de l'État fut réduit de plus de 55 % dans la même période. Près de 60 000 mineurs sur 100 000 furent privés d'emploi.

Dans toute cette période troublée des années vingt, l'armée occupa à de multiples reprises le devant de la scène politique.

En 1924, ce fut l'intervention de jeunes militaires qui contraignit le Congrès à adopter les réformes proposées par le président Alessandri parmi lesquelles un système de sécurité sociale et un code du travail.

A partir de là, les coups d'État et contre-coups d'État se succédèrent à un rythme accéléré. L'un d'entre eux proclama même en 1932 une « République socialiste » qui dura treize jours.

Et dans les six derniers mois de cette seule année 1932, il n'y eut pas moins de quatre coups d'État, le dernier imposent le retour à l'ordre constitutionnel.

C'est en 1933, après l'éphémère « République socialiste » que Marmaduke Grove, l'un des militaires putschistes, Salvador Allende et d'autres fondent le Parti Socialiste chilien.

Le PS, dans une période où le Parti Communiste, appliquant les consignes du Komintern, s'isolait dans une politique sectaire, regroupa d'anciens anarchistes, des francs-maçons, des catholiques de gauche ; des militants qui, après avoir quitté le PC avaient, pour un temps, rejoint la IVe Internationale ; et les sociaux-démocrates expulsés du PC en 1930.

Vers la fin des années trente, les effets de la crise économique s'atténuèrent.

Le Chili allait même connaître, de 1939 à 1945 et même au-delà, comme la plupart des pays d'Amérique latine, une période de relative prospérité et de développement industriel.

Mais, avec la fin de la guerre de Corée, et la chute du prix du cuivre, le pays s'enfonça à nouveau dans la crise.

Entre 1952 et 1964, les gouvernements successifs d'Ibanez et d'Alessandri firent appel massivement aux capitaux et aux prêts américains. Mais cette politique n'eut pas d'autre effet que d'accroître l'emprise américaine sur l'économie : et entre 1958 et 1964, la dette extérieure était multipliée par trois, atteignant deux milliards de dollars.

Le poids de la crise pesa durement sur la population. L'inflation atteignit jusqu'à 70 % en 1955, tandis que les salaires étaient bloqués, que le chômage se développait, touchant aussi bien la classe ouvrière des villes que la population pauvre des campagnes.

En avril 1957, à la suite de l'augmentation des tarifs de transport, les habitants des bidonvilles de Santiago descendaient dans la rue, tentaient de s'emparer du Palais présidentiel, d'incendier la cathédrale et le Congrès, mettant à sac des commerces. L'armée intervint et fit soixante-dix morts.

Sur le plan politique, cette situation se traduisit par une remontée électorale spectaculaire de la gauche.

Déjà aux élections présidentielles de 1958, Allende, candidat du Parti Socialiste, soutenu par le Parti Communiste, n'avait obtenu que 35 000 voix de moins que le candidat de la droite, Alessandri.

Pour tenter de contrer l'influence de la révolution cubaine dans cette Amérique Latine qu'un sénateur américain décrivait alors comme « un volcan sur le point d'entrer en éruption » , en 1961, Kennedy définissait la nouvelle politique d'Alliance pour le Progrès, visant à promouvoir, sous les auspices, et avec les subsides américains, une politique de développement et de réformes en Amérique Latine.

Il en traçait les grandes lignes en ces termes : « il n'y a pas de place, dans la vie démocratique, pour des institutions qui bénéficient à une minorité tandis qu'elles ignorent les besoins de la majorité, même si l'élimination de telles institutions doit nécessiter des changements difficiles, comme la réforme agraire, la réforme des impôts, et un effort accru pour l'éducation, la santé, le logement » . L'heure était donc à la réforme sous les auspices américains.

Au Chili, Eduardo Frei, qui se présentait sous l'étendard de «la révolution dans la liberté» et prétendait ouvrir «une troisième voie entre le capitalisme et le communisme» fut pour les Américains l'homme de la situation.

Et en 1964, pour empêcher l'élection du candidat de la gauche, les partis de droite s'effacèrent devant celui de la Démocratie chrétienne.