Brèves

Travailler moins pour travailler tous…

Brève
09/07/2020

Photo : @EspaceDesLuttes via Twitter

Plusieurs manifestations ont eu lieu mercredi 8 juillet contre les plans de suppressions d'emplois des grandes entreprises : à l'aéroport de Blagnac à Toulouse pour Airbus, à Morlaix pour Hop, la filiale d'Air France, à Paris pour Nokia et Sanofi, etc.

Toutes ces entreprises qui se prétendent en difficulté ont accumulé de l'argent pendant des années grâce au travail de leurs salariés, de ceux de leurs sous-traitants, tout en profitant des aides de l'Etat.

Aujourd'hui, il n'y aucune raison d'accepter la moindre suppression de poste. S'il y a moins de travail, il faut le répartir entre tous ceux qui ont besoin d'un salaire pour vivre, en prenant sur les profits présents et passés.

Castex : des clopinettes pour les hospitaliers

Brève
08/07/2020

Castex, pour inaugurer sa promotion, a promis d'allonger la somme allouée aux hospitaliers de 1,1 milliard. Mais un peu plus de pas grand-chose ne suffira pas à augmenter significativement les salaires des travailleurs de la santé, ni à pourvoir les postes qui manquent.

Castex, initiateur dans le passé de la tarification à l'acte imposé aux hôpitaux, comme son gouvernement ne céderont que face à la mobilisation collective des hospitaliers, et de l'ensemble des travailleurs du pays.

La reconnaissance des « héros » selon le gouvernement

Brève
08/07/2020

D'après un projet de décret, le gouvernement compte restreindre les conditions de reconnaissance du Covid-19 comme maladie professionnelle.

Pour les soignants, seules les séquelles respiratoires graves seraient prises en charge, et non les autres séquelles, neurologiques, rénales ou autres. Quant aux non-soignants, ils devront prouver qu'ils ont attrapé le virus au travail, ce qui est quasiment impossible.

Le gouvernement avait pourtant fait de belles promesses sur la reconnaissance automatique des séquelles du Covid-19 comme maladie professionnelle, et il n'avait pas assez de formules élogieuses sur le dévouement des travailleurs pendant la crise sanitaire.

Mais dans la réalité, il fera tout pour ne pas ouvrir les cordons de la bourse.

Valeo : pas question de travailler plus pour gagner moins

Brève
08/07/2020

Valéo, l'équipementier automobile, compte baisser ses coûts salariaux de 10 % en France et réfléchit à un futur « accord de performance ». Cette entreprise compte s'attaquer à tout : jours de congés, salaires, flexibilité horaire, majoration des heures de nuit, montant des primes de départ à la retraite, etc. Tout y passera !

La direction présente son futur plan comme une nécessité pour éviter des licenciements, mais en France, les 14 000 travailleurs du groupe ne peuvent ignorer qu'il s'agit d'un mensonge.

Ce sont aux actionnaires de payer.

L’Etat aux petits soins pour Lubrizol

Brève
08/07/2020

Les services départementaux de l'Etat ont autorisé Lubrizol à relancer une deuxième unité de production sur son site de Rouen, malgré l'opposition de toutes les associations de défense de l'environnement et même de la métropole de Rouen - les communes dans lesquelles est située l'usine n'ayant même pas été consultées.

Après l'incendie qui a plongé toute la région dans un nuage de pollution en septembre 2019, l'Etat n'a eu de cesse de couvrir Lubrizol, alors que l'entreprise est très largement responsable de la catastrophe, ayant négligé la sécurité sur le site. Depuis, les contrôles de l'Etat sur les sites à risque comme celui de Lubrizol ne sont devenus ni plus fréquents ni plus exigeants. La prise en compte de la santé de la population ne pèse vraiment pas lourd.

Nouveau casting, même scénario

Brève
07/07/2020

Après plusieurs jours de suspense soigneusement entretenu, la composition du nouveau gouvernement Macron II est enfin connue et il ressemble comme deux gouttes d'eau à Macron I. À quelques exceptions près, les principaux ministres sont soit toujours en place, soit ont troqué leur ministère pour un autre. Macron s'est contenté de licencier une poignée d'entre eux, notamment Castaner, trop impopulaire parmi les policiers, dont Macron a tant besoin.

Dans ce cinéma politicien, le choix des acteurs n'a pas grande importance puisque le scénario est déjà écrit. C'est celui mis en oeuvre depuis des années : tout pour les capitalistes.

Bruits de bottes

Brève
07/07/2020

Photo : Jeanne Menjoulet via Flickr

La marine chinoise a organisé des manoeuvres importantes en mer de Chine méridionale, début juillet, autour d'îles disputées entre la Chine et le Vietnam. Ces manoeuvres militaires ont déclenché une vague de réactions de réprobation de la part des pays de la région et comme réplique, les États-Unis ont envoyé deux porte-avions patrouiller dans la même zone.

Les relations commerciales et diplomatiques se tendent depuis plusieurs années entre les États-Unis et la Chine et dans cette confrontation, chacun montre ses muscles à la moindre occasion.

Avec la crise économique, ces tensions vont encore s'aggraver, et les bruits de bottes se multiplier. Jusqu'où ?

Lits supprimés, santé sacrifiée

Brève
07/07/2020

Un rapport du ministère de la Santé vient de rappeler, avec deux ans de retard, que 4200 lits avaient été supprimés en France dans les hôpitaux publics et privés en 2018. D'après les syndicats, ce sont plus de 12 000 lits qui ont été fermés, rien qu'en Île-de-France, entre 1992 et 2020.

Pour arroser toujours plus le grand patronat, les gouvernements ont réduit drastiquement les moyens des services nécessaires à la population, en particulier dans les hôpitaux. Cette politique a eu récemment les conséquences que l'on sait avec la saturation des hôpitaux, notamment franciliens.

Cela n'empêche pourtant pas le gouvernement de prévoir la fermeture de centaines de lits dans les années à venir, y compris dans les services de gériatrie.

De quoi alimenter encore la mobilisation des soignants et de tous les travailleurs.

Plan d’économie à EDF : un mimosa qui ne sent pas bon

Brève
07/07/2020

La direction d'EDF a annoncé un plan d'économie, appelé Mimosa, de 2 à 3 milliards d'euros, pour, dit-elle, éponger les pertes subies pendant la crise sanitaire.

Outre la cession d'actifs, les économies porteraient sur les effectifs, avec un gel des embauches. D'autres économies budgétaires seront dévoilées fin juillet.

À EDF comme ailleurs, pas question de se laisser faire.

Imprimer txt