Brèves

Ruptures conventionnelles en hausse, conditions de travail en baisse

Brève
13/02/2019

Selon les dernières statistiques du ministère du Travail, le nombre des ruptures conventionnelles de contrat serait en constante augmentation depuis son instauration en 2008. Preuve, selon le ministère, que « les Français plébiscitent » ce dispositif.

Mais ces ruptures de contrat censées se faire « à l’amiable » entre le salarié et son patron restent des licenciements. Et si quelqu’un les plébiscite, ce sont les patrons, qui profitent de cette forme de précarité qui semble consensuelle, mais qui est en fait choisie, pour ne pas dire imposée, par l’employeur. Cela permet aux patrons de se débarrasser à bon compte des travailleurs dont ils ne veulent plus et de faire pression sur tous pour leur faire accepter leurs conditions de travail et de salaires au rabais.

Actes antisémites : le poison et les empoisonneurs

Brève
12/02/2019

Le ministère de l'Intérieur annonce une hausse des actes antisémites en France : + 74 % entre 2017 et 2018. Ces jours derniers, la presse a fait état, dans différents endroits, de graffitis anti-juifs tagués sur des boutiques ou des murs. Si, pour le moment, on peut espérer que ces exactions restent malgré tout le fait d’individus, ou de groupes marginaux, on aurait tort de ne pas s’en inquiéter. L’antisémitisme, comme toute forme de racisme et de xénophobie, a été utilisé par des régimes dictatoriaux pour asseoir leur pouvoir. Depuis les pogroms de la Russie tsariste jusqu’aux abominations des massacres à grande échelle par les nazis en Allemagne, dont on peut encore cotoyer des victimes et des témoins.

Les gouvernements savent utiliser, voire fabriquer, des boucs émissaires pour détourner la colère des véritables responsables de la crise et de la misère et maintenir en place, de la façon la plus barbare qui soit, le capitalisme.

"Contrat du siècle": des profits insubmersibles

Brève
12/02/2019

La France, 3ème exportateur mondial d’engins de mort, vient de signer avec l'Australie un très gros contrat portant sur douze sous-marins pour 30 milliards d'euros. Le gouvernement a encore une fois joué son rôle de VRP de la bourgeoisie française, en l'occurrence de l'entreprise Naval Group, dans laquelle l’Etat est majoritaire mais dont le groupe Thales contrôle 30 % des actions. Il sera chargé de la conception et de la construction de ces submersibles.

Ces engins de guerre joueront leur rôle dans l'aggravation de la tension avec la Chine. Mais pour les capitalistes, les armes sont une marchandise comme une autre, particulièrement rentable.

Présidentielles en Algérie : on prend les mêmes...

Brève
12/02/2019

Abdelaziz Bouteflika vient d'annoncer, sans grande surprise, qu'il serait de nouveau candidat pour la 5ème fois consécutive à l'élection présidentielle en Algérie qui doit avoir lieu en avril prochain. Qu'il ait 81 ans et qu'il soit tellement diminué que les rumeurs de sa mort circulent régulièrement ne rentre absolument pas en ligne de compte. La seule chose qui importe aux bourgeois, algériens comme étrangers, c'est qu'il assure une certaine continuité du pouvoir et qu’il y ait le moins de vagues possible dans une région sensible depuis les révoltes dans les pays arabes.

Aux grands mots, les petits moyens

Brève
12/02/2019

Le ministre de l'Éducation Nationale vient d'annoncer un énième plan, baptisé « pour une école de la confiance ». Mais ce plan, une fois de plus, ne donne aucun moyen supplémentaire pour pallier les difficultés des enfants. La seule enveloppe concernera les maternelles privées, qui pourront être financées en partie par les mairies, donc par l’impôt de la collectivité.

Pour le reste, il faudra se contenter de drapeaux tricolores et européens dans les salles de classe, de stagiaires qui le resteront plus longtemps, de surveillants qui feront office de professeurs remplaçants, faute de créations suffisantes de postes d’enseignants.

Bref, dans l’Education comme ailleurs, il faudrait se contenter des discours et avoir confiance en des ministres qui usent et abusent de mots creux ! C’est plus que maigre !

Harcèlement sexiste « d’élite »

Brève
12/02/2019

Les agissements d’un groupe de journalistes, publicitaires et de « professionnels de la communication » regroupés dans un groupe Facebook baptisé « la ligue du LOL », ont été dénoncés récemment. Plusieurs d’entre eux ont été mis à pied par les rédactions qui les emploient.

Entre 2009 et 2013, ce groupe a harcelé via internet, des dizaines de personnes, en grande majorité des femmes, elles aussi journalistes ou blogueuses, en leur envoyant des montages pornographiques, des insultes sexistes, racistes ou homophobes…

En matière de comportement méprisables et de préjugés rétrogrades, les salons parisiens et les soirées branchées ne sont pas en reste. Avec une bonne dose d’hypocrisie en plus, puisqu’on trouve, dans cette ligue du LOL, des journalistes auteurs d’articles contre le harcèlement.

Moins d’embauches, plus de profits et de précarité

Brève
11/02/2019

Le nombre des emplois créés a beaucoup diminué cette année. Il était de 328 000 en 2017, mais de 106 100 seulement en 2018, soit trois fois moins. Ce serait dû à un recul de la croissance économique.

Le chômage, lui, ne diminue pas. Quant à la précarité, elle éclate, car 90 % des postes créés sont en intérim ou en CDD. Et même la ministre du Travail de Macron avoue qu'« un tiers des CDD ne sont que d'une journée ».

S'il n'y a pas assez de travail pour tout le monde, il faut le répartir entre tous et sans perte de salaire. Et ce n'est pas l'argent qui manque pour cela quand, recul de la croissance ou pas, les profits des entreprises, et d'abord ceux des plus grandes, battent des records.

Amazon, les gilets jaunes et le carton rouge

Brève
11/02/2019

Amazon a licencié quatre de ses salariés du Nord, du Loiret et de la Drôme pour des « manquements à l'obligation de loyauté ». En fait, pour s'être réjouis sur les réseaux sociaux ou avoir appelé au blocage par les gilets jaunes de plateformes du géant de la distribution.

Un salarié a le droit d'avoir son opinion, mais, et c'est ça la démocratie selon les bourgeois, rien n'interdit à son patron de lui imposer de se taire, ni de le virer quand cette opinion lui déplait.

Chez Amazon, propriété de l'homme le plus riche de la planète, comme partout, la classe ouvrière a les moyens de se défendre, de défendre le camp des travailleurs contre celui du patronat.

Petit rappel

Brève
11/02/2019

Valls, cet ex-Premier ministre socialiste de Hollande qui vise maintenant la mairie de Barcelone, a défilé dimanche à Madrid avec la droite et l'extrême droite contre le gouvernement espagnol dirigé par le parti socialiste.

Valls rappelle à sa façon que les étiquettes de « gauche », du « centre » ou de « droite » sont interchangeables.

Pour de tels politiciens, l'important est de servir leur ambition, et du même coup la bourgeoisie, donc sans rien céder aux travailleurs.

Imprimer txt txt