Brèves

Ségolène Royal a les amis qu’elle mérite

Brève
16/01/2020

Après avoir obtenu de Macron, comme récompense de son soutien, une sinécure grassement financée dont elle s’est copieusement servie, Ségolène Royal est désormais dans le collimateur du gouvernement. Une enquête préliminaire du Parquet national financier vient d’être ouverte à propos de ses dépenses douteuses et elle va être licenciée pour avoir mal parlé de son employeur. Pour cette fois, on ne protestera pas contre un licenciement... de pure comédie.

Main basse sur le livret A

Brève
16/01/2020

Le ministre Le Maire vient de faire passer le taux d’intérêt du livret A de 0,75 % à 0,50 %. Le taux du livret le plus utilisé dans les couches populaires pour placer leurs maigres économies n’avait jamais été si bas. Les moins riches sont cette fois encore visés par le gouvernement.

L’objectif à peine caché de cette décision est de « réorienter » l’épargne des petits épargnants vers d’autres placements comme les plans épargne retraite. Un détournement de fonds qui ne dit pas son nom.

Macron : le roi du mépris est de retour

Brève
15/01/2020

Interpellé par un enseignant lors d’une visite près de Pau, Macron a asséné à son contradicteur : « vous n'êtes pas sympathique, ni respectueux ». Il a ajouté, reprenant les grands airs qu’on lui connaît et dont il a vainement essayé de se débarrasser depuis que les Gilets Jaunes l’ont obligé à affecter une fausse humilité « quand on explique et qu'on écoute, généralement on arrive à comprendre ». Il répète en somme que ceux qui ne sont pas d’accord avec sa Majesté sont des imbéciles de mauvaise foi. De quoi redonner envie de se mobiliser pour la journée de grève et de manifestations de ce jeudi 16 janvier.

Violences d’Etat

Brève
15/01/2020

Macron s’est contenté d’une petite phrase adressée aux forces dites de l'ordre pour évoquer les violences policières qui s’accumulent depuis un an. Mais cette violence a été encouragée et instrumentalisée par son gouvernement. Si le pouvoir protège et cajole ses forces de répression c’est qu’il en a besoin pour intimider ceux qui veulent s’attaquer à sa politique de dégradation des conditions de vie de la population laborieuse.

Manque de chance pour ce valet des riches, la contestation ne cesse pas, elle s‘amplifie et se renouvelle de mois en mois.

Auchan : les multimilliardaires tueurs d’emplois n’en ont jamais assez !

Brève
15/01/2020

Auchan vient d’annoncer la suppression de 517 emplois, invoquant le recul des ventes dans ses hyper et supermarchés. Sa direction entend réaliser plus d’un milliard d’économies et retrouver « efficacité opérationnelle » et « agilité ». Mais l’AFM (pour Association familiale Mulliez) propriétaire d’Auchan est loin d’être sur la paille. Les actionnaires du groupe, qui comprend également, entre autres, Pimkie, Acadie, Kiabi, Boulanger, Mobivia, Norauto,  la banque Accord, Leroy Merlin et une partie de Décathlon, disposent d’une fortune estimée à 32 milliards d’euros. Et celle-ci a doublé en dix ans !

Autant dire que ces bourgeois repus qui prospèrent grâce à l’exploitation de leurs salariés ont plus que les moyens de maintenir les emplois.

Dix ans après...

Brève
15/01/2020

Depuis le tremblement de terre qui a fait en 2010 200 000 morts et 300 000 blessés à Haïti, les populations pauvres vivent toujours dans des logements de fortune, des bidonvilles, l’hôpital n’est toujours pas reconstruit. Les milliards qui ont été donnés pour la reconstruction ont été engloutis par des politiciens corrompus, détournés par des entrepreneurs avides d’argent facile et par certaines ONG. Tout cela avec la complicité des grandes puissances.

Aujourd’hui encore ces grandes puissances, en particulier les États-Unis, soutiennent la clique au pouvoir malgré les exactions qu’elle commandite contre la population pauvre révoltée par cette corruption et par les conditions de vie qu’elle subit.

Ghosn : après la fuite en jet, le saut en parachute doré ?

Brève
14/01/2020

L'ex-PDG de Renault, en exil doré au Liban a annoncé qu’il allait saisir différents tribunaux, dont les prud’hommes, pour exiger de Renault plus de 15 millions d'euros, en plus d'une retraite de 800 000 euros annuels. Et rien ne dit d’ailleurs que la Justice de cette société bourgeoise ne lui donnera pas, même partiellement, raison. Le cynisme et le pouvoir de ces patrons voyous et licencieurs ne cesseront que lorsque les travailleurs leur arracheront définitivement le pouvoir pour diriger eux-mêmes la société.

Discrimination à l’embauche, gouvernement complaisant

Brève
14/01/2020

Une campagne de « testing » vient de révéler que dans de nombreuses grosses entreprises, la discrimination à l’embauche est toujours vivace.

Si vous portez un nom à consonance maghrébine vous aurez 20 % de chances en moins de recevoir une réponse à votre candidature d’embauche que si votre nom sonne franchouillard (et 30 % de différence pour une candidature spontanée). Et les entreprises qui pratiquent cette discrimination raciste sont même de celles qui signent des chartes, qui sont engagées dans des labels, etc. Belle hypocrisie !

Or le gouvernement, qui a pourtant commandé cette enquête, refuse, depuis 8 mois, de dévoiler les noms des entreprises qui ont ces pratiques abjectes. Si ça, ça n’est pas couvrir des pratiques racistes, on se demande ce que c’est.

Troupes françaises : hors d’Afrique !

Brève
14/01/2020

Après avoir réuni, pour ne pas dire convoqué, à Pau les dirigeants des pays dits du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad), Macron a annoncé l’envoi de 220 militaires supplémentaires pour renforcer l’opération Barkhane et la mise en place d’une « coalition pour la Sahel ». Lancée au nom de la lutte contre le terrorisme, celle-ci, comme la présence permanente de bases militaires françaises en Afrique, a pour fonction de préserver les intérêts de l’impérialisme français et de ses entreprises dans la région.

La colère des populations contre l’État français qui n’a abandonné sa prétention a régenter ses anciennes colonies est légitime : à bas la Françafrique, à bas l’impérialisme français.

Imprimer txt