Brèves

Retraites : préparons la riposte

Brève
02/01/2023

Macron, lors de ses vœux pour le nouvel an, a confirmé ses attaques contre les retraites, qui devraient comprendre l’élévation de l’âge légal de la retraite. Les détails seront annoncés par Borne le 10 janvier, après des rencontres avec les directions syndicales. Il ne sortira évidemment rien de ces parlottes.

En revanche, Macron avait dû remballer ses réformes des retraites lors de son quinquennat précédent face à la mobilisation des travailleurs, notamment des transports. Faisons en sorte que le projet actuellement sur les rails reçoive le même accueil et le renvoie là où est sa place : à la poubelle.

Nouvelle année, nouvelles augmentations…

Brève
02/01/2023

Avec la nouvelle année arrive son train d’augmentations. On nous dit que le Smic augmente de 1,8 %, soit 24 euros net par mois. Tandis que dans le même temps le gouvernement annonce que l’augmentation du gaz pour chaque ménage sera en moyenne de 25 euros et de 20 euros pour l’électricité… Cherchez l’erreur.

À cela il faut ajouter la flambée du carburant et toutes les autres augmentations de prix que l’on n’arrive même plus à lister et qui grèvent pourtant bien le budget des travailleurs.

Pour ne pas continuer à nous appauvrir cette année en engraissant tous les spéculateurs de l’industrie et de la distribution, il faudra nous mobiliser pour arracher des salaires dignes ainsi que leur indexation sur les prix !

L’Église et ceux qui s’inclinent devant elle

Brève
02/01/2023

Des représentants politiques du monde entier ont assisté à l'encensement de l’ex-pape Benoît XVI. C’est un hommage mérité de gouvernements bourgeois à un religieux aux positions réactionnaires marquées contre le préservatif et à son soutien aux prêtres pédophiles.

D’un pape à l’autre, l’Église reste un pilier de la réaction.

Sunak : le coup de com fait flop

Brève
30/12/2022

Rishi Sunak, Premier ministre conservateur du Royaume-Uni, a tenté de redorer son image en se faisant filmer en train de servir des repas à des personnes nécessiteuses. Mais les caméras l’ont montré demandant, tout sourire, à l’une d’entre elles dans quoi elle travaillait et quels étaient ses projets pour la période des fêtes… La vidéo a fait le tour des réseaux sociaux, réduisant à néant son opération de relooking compassionnel.

Le mépris de cet ex-banquier, époux d’une héritière multimillionnaire, pour les travailleurs pauvres crève l’écran dès qu’il ouvre la bouche… Comme pour Macron en France, c’est un mépris de dingue !

Orange : suppressions d’emplois pour le profit

Brève
30/12/2022

Il y a plusieurs mois, le groupe Orange avait décidé de ne pas renouveler son contrat de sous-traitance avec Scopelec, une société coopérative de 2 300 salariés qui installent et assurent la maintenance des lignes dans la partie sud du pays.

Perdant son principal client, placée en redressement judiciaire en septembre, Scopelec vient de se voir attribuer par le tribunal de commerce de Lyon un repreneur, Circet, propriété d’un fonds d’investissement, qui ne prévoit de reprendre qu’un millier de salariés sur les 2300.

C’est de cette façon que le groupe Orange peut se vanter de ses excellentes performances vis-à-vis de ses actionnaires, annonce de versement de dividendes à l’appui…

Cars scolaires : et les salaires ?

Brève
30/12/2022

Afin de pallier le manque de chauffeurs de cars scolaires, un décret paru le 29 décembre rend possible pour les fonctionnaires le cumul de leur emploi avec cette activité. C’est en soi un aveu que les salaires des fonctionnaires sont trop bas !

La pénurie de conducteurs s’explique par les conditions de travail, le temps partiel, les horaires coupés avec des services le matin et le soir, et une paye comprise entre 600 et 800 euros ne permettant pas de vivre.

De nouvelles mobilisations seront nécessaires pour imposer aux employeurs des fonctionnaires et des chauffeurs des augmentations de salaires conséquentes.

Drame des Rohingyas : les responsabilités du monde impérialiste

Brève
30/12/2022

Après avoir dérivé en mer pendant des semaines, 200 Rohingyas ont fini par atteindre les rives de l’Indonésie. Vingt personnes au moins sont mortes durant ce périple et une autre embarcation, avec autant de réfugiés à son bord, aurait sombré avant d’arriver en Malaisie.

Avec près de 400 personnes ayant trouvé la mort en mer, l’année 2022 aura été l’une des plus meurtrières pour les Rohingyas. Persécutée en Birmanie, cette minorité a dû fuir ces dernières années vers le Bangladesh, où des centaines de milliers d’entre eux se retrouvent parqués dans des camps s’apparentant à de véritables prisons à ciel ouvert.

La responsabilité de cette situation n’incombe pas seulement aux politiciens xénophobes de cette partie du monde. Ce sont d’abord les colonisateurs britanniques qui, divisant pour mieux régner, ont créé et aiguisé toutes les oppositions entre les peuples de cette région. A leur suite, le régime birman a pu utiliser les Rohingyas comme des boucs émissaires vis-à-vis de sa population. Enfin, jusqu’à encore très récemment, la dictature birmane a bénéficié du soutien de grands groupes pétroliers, notamment celui du français Total, et des grandes puissances soucieuses avant tout de défendre les intérêts de leurs capitalistes.

SNCF : pour les bénéfices, ça roule

Brève
28/12/2022

Le bénéfice de la SNCF, estimé à au moins 2,2 milliards pour 2022, devrait dépasser le record de 2017. Mais il n’est pas question pour l’instant d’augmenter les salaires des cheminots. Ni d’ailleurs d’en faire profiter les voyageurs puisque la direction de la SNCF a annoncé une augmentation de 5% des billets des TGV en 2023, sous prétexte de faire financer par les usagers eux-mêmes la hausse du coût de l’énergie.

Ce résultat financier conforte la nécessité pour les cheminots de poursuivre les mobilisations et les grèves pour les salaires et les embauches.

Drame de Melilla : migrants condamnés !

Brève
28/12/2022

87 migrants étaient jugés en appel le 24 décembre. Des dizaines d’entre eux ont été condamnés par la justice marocaine à deux ou trois ans de prison et à de fortes amendes suite au drame de Melilla. Le 24 juin 2022, entre 23 et 37 migrants sont morts en tentant de passer la frontière de cette enclave espagnole, frappés par les policiers espagnols et marocains, chutant et s'écrasant les uns contre les autres.

La veille, la justice espagnole venait de blanchir sa police. Cela illustre à quel point les autorités marocaine et espagnole s’entendent parfaitement pour massacrer et terroriser les migrants. Pour appliquer leur politique de fermetures des frontières, les dirigeants de l’Union européenne sont prêts à mettre en œuvre les moyens les plus criminels.

Imprimer txt