Brèves

Logement : la crise s’aggrave

Brève
02/02/2021

Un logement surpeuplé

Dans son rapport annuel, la fondation Abbé-Pierre a dénombré 4,1 millions de personnes mal logées en France aujourd'hui, dont 300 000 sans domicile. Baisse des attributions de HLM, accès difficile aux services d'urgence pendant les confinements, et surtout augmentation de la pauvreté et donc des impayés pouvant conduire à des expulsions : le bilan de 2020 constitue une vraie « bombe à retardement » pour les mois qui viennent, souligne l'association.

La construction de logements HLM, qui ne répond que très partiellement à l'appauvrissement des plus démunis, est par ailleurs insuffisante. Elle l'était déjà avant la crise, mais la pénurie s'aggrave : moins de 95 000 HLM ont été construits en 2020, contre un peu plus de 100 000 en 2019, et le nombre de permis de construire déposés s'est effondré.

L'État se refuse à consacrer les moyens suffisants pour le logement des classes populaires : les milliards sont réservés au sauvetage des profits capitalistes.

Loi « séparatisme » : une loi pour diviser

Brève
02/02/2021

Ouvriers de toutes origines sur les chaînes de montage automobile

L'Assemblée commence l'examen d'une loi dont le gouvernement prétend qu'elle aidera à lutter contre l'islamisme radical.

Derrière les croyances religieuses, une forme d'extrême droite, parfois prête à toutes les violences pour s'imposer, avance masquée. L'islamisme est un courant politique qui cherche à régenter la vie des musulmans ou de ceux considérés comme tels. Cette menace concerne toute la classe ouvrière car la division en « communautés » ne peut que l'affaiblir face à la bourgeoisie.

Mais quelle que soit la mouture finale de cette loi, il serait bien naïf de croire qu'elle soit destinée à lutter contre le terrorisme. En spéculant sur le racisme et en stigmatisant les musulmans, le gouvernement cherche à accroître la division au sein du monde du travail.

Russie : nouvelles manifestations anti-Poutine

Brève
01/02/2021

Poutine

Malgré les arrestations brutales et nombreuses de la semaine précédente, la pression policière et les températures glaciales, de nombreuses manifestations le 31 janvier ont encore dénoncé le régime de Poutine et demandé la libération de l'opposant Navalny,

Les manifestants ne partagent pas tous les idées respectueuses envers le système capitaliste qui sont celles de Navalny, mais se retrouvent dans le refus de l'autoritarisme et de la corruption qui règnent en Russie. La répression brutale dont a à nouveau fait preuve la police, et les 5 000 arrestations, plus que la semaine dernière, n'arrêtent pas ces dizaines de milliers de manifestants déterminés, dont beaucoup de jeunes et des travailleurs.

Espérons que cela puisse entraîner des pans bien plus larges de la société d'autant que la crise économique lamine les salaires, qui ne sont pas toujours versés, et appauvrit rapidement les classes populaires.

Birmanie : les militaires de retour sur le devant de la scène

Brève
01/02/2021

Aung San Suu Kyi

En Birmanie, un coup d'État militaire vient de conduire à l'arrestation de la dirigeante Aung San Suu Kyi et d'autres membres de la LND, le parti au gouvernement depuis 2015. Les chefs de l'armée contestent la régularité des élections de novembre 2020, qui ont vu la LND remporter 82 % des voix, loin devant le parti des militaires, l'USDP. Le général Min Aung Hlaing serait donc désormais le nouveau maître du pays.

La population birmane, dont une grande partie vit au bord de la famine, a déjà connu une dictature militaire féroce, de 1962 à 2011. Depuis, l'armée n'a jamais été loin derrière le pouvoir civil. Aung San Suu Kyi a eu beau fermer les yeux sur les persécutions envers la minorité musulmane des Rohingya, et déclarer les généraux « plutôt gentils », elle n'a pas été payée en retour.

Si les États-Unis condamnent en paroles ce coup d'État, les capitalistes des pays impérialistes, Total en tête, ont toujours su faire des affaires en Birmanie, que la façade du régime soit démocratique ou dictatoriale. Ils sauront s'accommoder du nouveau virage.

Racket énergétique

Brève
01/02/2021

Ce 1er février, la facture moyenne d'électricité des 23 millions de foyers encore abonnés aux tarifs bleus d'EDF va augmenter de 1,6 %, soit d'environ 15 € annuellement.

EDF justifie cette nouvelle hausse des tarifs réglementés par des coûts de production et de distribution plus élevés, mais pas seulement : EDF se prémunit ainsi par anticipation d'une hausse du nombre de factures impayées du fait de la crise économique.

À cette hausse s'ajoute pour certains l'harmonisation « par le haut » de la taxation locale (TCFE) : cela va toucher les foyers de milliers de communes où ce taux était jusqu'ici bas, et se traduire par un alourdissement de la facture, jusqu'à plusieurs dizaines d'euros par an.

Pendant qu'EDF préserve ses profits, les pouvoirs publics corsent l'addition...

Préjudice d’exploitation

Brève
01/02/2021

Après de nombreuses années de procédure judiciaire, 726 anciens mineurs de charbon lorrains ont enfin obtenu la reconnaissance du « préjudice d'anxiété » pour avoir été exposés à des substances toxiques.

La cour d'appel elle-même admet que les Charbonnages de France, qui les employaient, n'ont pas pris « toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des travailleurs ». Et en effet, des centaines d'anciens mineurs ont développé ou risquent de développer des maladies graves suite aux conditions de travail qui leur ont été imposées.

Ils recevront 10 000 euros chacun. Même s'il ne compense pas la mise en danger de leur santé, ce jugement est au moins une victoire morale contre les dirigeants qui les ont sciemment exposés à des risques mortels.

Acharnement du gouvernement polonais contre les droits des femmes

Brève
29/01/2021

Mercredi 26 janvier est paru en Pologne le décret d’interdiction de l'IVG lorsque le fœtus est mal formé. C'est une quasi-interdiction de l’avortement. Désormais, les médecins qui pratiqueraient une interruption de grossesse risquent trois ans de prison. Des milliers de femmes seraient contraintes à des avortements clandestins avec les risques que cela comporte. Le gouvernement polonais, soutenu par l'Église catholique, sera responsable de mutilations graves, voire de morts. En octobre dernier, face aux manifestations, les autorités avaient dû suspendre une première fois ce décret. Les milliers de manifestants qui descendent aujourd'hui dans la rue ne renoncent pas à le faire reculer de nouveau.

Par-delà les frontières, la force des travailleurs, c'est la grève !

Brève
29/01/2021

Les travailleurs de l'usine du groupe PSA à Kenitra au Maroc ont fait grève mercredi 27 janvier. Ils dénoncent, entre autres, les salaires insuffisants et les primes comme les heures supplémentaires non payées. La majorité d'entre eux ont des contrats de douze mois sans couverture médicale ni protection en cas d’accident, et des salaires ne dépassant pas 2400 dirhams, soit moins de 250 euros.

Le groupe Peugeot a ouvert cette usine en 2019, profitant des avantages fiscaux de la zone franche « Atlantic » ouverte en 2012, pour y produire la Citroën Ami.

Les travailleurs n'ont pas mis longtemps à donner à Peugeot la réponse que méritent ses méthodes.

Répression des manifestants au Liban : le savoir-faire français

Brève
29/01/2021

Depuis plusieurs jours, les manifestations se succèdent au Liban. Elles dénoncent les mesures de confinement imposées par le gouvernement, mais surtout la dégradation continuelle des conditions de vie conséquence de la crise économique. À Tripoli, plus de 220 personnes ont été blessées, mercredi 27 janvier, dans les affrontements entre manifestants et policiers, qui utilisent des grenades lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des lance-grenades de fabrication française.

Réduire la liberté de manifester et réprimer la population quand elle proteste, voilà bien un domaine d'excellence de le France.

Imprimer txt