Brèves

Argent sanglant

Brève
25/09/2020

Des associations portent plainte contre la BNP, la plus importante banque européenne, pour complicité de crime contre l’humanité, de génocide et d’actes de torture commis au Soudan.

En effet cette banque a continué de délivrer ses services bancaires au gouvernement soudanais, y compris entre 2002 et 2008, période pendant laquelle ce gouvernement menait la guerre au Darfour ayant fait plus de 300 000 morts.

La même banque avait déjà été poursuivie pour complicité de crime contre l’humanité à propos du génocide du Rwanda.

Si la BNP finance les régimes sanguinaires, c’est que cela rapporte copieusement. On dit que l’argent n’a pas d’odeur. Mais si, trop souvent il en a une: celle du sang humain.

Lyon : la solidarité au tribunal

Brève
24/09/2020

Pierre-Alain Mannoni, un universitaire niçois, était jugé par la cour d'appel de Lyon pour avoir transporté dans sa voiture trois jeunes migrantes d’Erythrée. « Je l'ai fait. J'étais content de montrer l'exemple à ma fille. Je n'arrive pas à imaginer comment j'aurais pu assumer d’abandonner ces jeunes femmes à leurs souffrances physiques et psychologiques », ajoutant « Évidemment, je le referais ! »

Pour cet acte tout simplement d’humanité, il risque cinq ans de prison et 30 000 euros d’amende. L’État français ferme ses frontières aux migrants qui fuient les guerres et la misère et, dans cette même logique, il menace d’emprisonner ceux qui les aident à survivre dans leur dangereux périple. La justice n’est pas du côté des juges, ni de ceux qui la commandent et nous gouvernent !

Promesses de Valéo, promesses pipeau

Brève
24/09/2020

Le trust équipementier automobile Valéo vient d’annoncer qu’il ne procéderait pas à des plans sociaux, des plans de licenciement, pendant deux ans en échange, promet-il, d’un gel des salaires. Il compte économiser ainsi 100 millions par an sur le dos des salariés.

Pas de plans de licenciements peut-être – et encore -, mais Valéo ne s’interdit pas pour autant de se débarrasser de travailleurs par des ruptures conventionnelles collectives ou des départs volontaires, comme il l’a déjà fait pour 2000 salariés au premier semestre.

Comme tous les autres groupes riches à milliards, Valéo fait la guerre aux travailleurs pour maintenir et même augmenter ses profits. Il faut que se prépare la riposte, tous ensemble.

Climat : ça n’a pas fini de chauffer

Brève
24/09/2020

Le dernier rapport de l’Agence internationale de l’énergie reconnaît que les compagnies pétrolières ne font à peu près rien contre le changement climatique.

Leurs prétendus « plans climats » consistent en général à investir des sommes minimes (de 1 à 5 % de leurs investissements) dans d’autres sources d’énergie comme l’éolien, pour faire joli sur la photo.

Pour le reste, elles ne répondent qu’à la logique du marché, c’est-à-dire de leur profit. Et beaucoup planifient d’augmenter leur production de pétrole et de gaz.

Les accords de Paris, dont les pétroliers se moquent, ne sont là que pour faire croire que les dirigeants des États prennent le problème de la protection de l’environnement à bras le corps. Mais qui peut y croire encore ?

USA : injustice institutionnelle

Brève
24/09/2020

Breonna Taylor, une jeune infirmière afro-américaine, avait été abattue chez elle au printemps dernier lors de l’assaut de la police. Un jury vient d’inculper un autre policier… qui avait tiré sur un appartement voisin, mais sans rien retenir contre les trois policiers qui avaient abattu Breonna Taylor. Ce jugement a, à nouveau, fait réagir des centaines de milliers de personnes pour faire entendre ce même cri de rage et de révolte : "Black lives matter" (La vie des Noirs compte)

C’est pas beau de balancer

Brève
24/09/2020

Les tests de positionnement en français pour les élèves de seconde comprennent des questions du type : « Comment vos professeurs vous donnaient du travail à faire ? » ou « Comment votre professeur vous faisait-il le retour  ?» (du travail envoyé pendant la période de confinement)

Le ministère s'abaisse à interroger les élèves pour contrôler le travail des enseignants.

On ne sait pas si Blanquer a prévu de donner un « mininuts » aux élèves qui se laisseront piéger par ce questionnaire tendancieux. Parions plutôt qu’ils passeront à des réponses aux questions plus sérieuses, comme par exemple: Pourquoi n’y a –t-il pas assez de professeurs ?

États-Unis/Chine : une guerre verbale lourde de dangers

Brève
23/09/2020

L'Assemblée générale de l'ONU a été l’occasion pour Trump de déverser jusqu’à la nausée ses accusations contre la Chine, qu’il rend responsable d’avoir voulu « infecter le monde ». Il est en pleine campagne électorale, et il cherche donc un moyen de faire oublier l’incurie de la première puissance mondiale dans la gestion de la pandémie et les 200 000 morts de son pays. Mais derrière ces rodomontades et ces pitreries, il y a la montée des mesures protectionnistes réelles, la guerre économique et commerciale que mènent les grandes puissances pour préserver leur domination. Et avec l’accélération de la crise, la menace d’une véritable guerre n’est pas que virtuelle.

Camions Nikola : un scandale éclairant

Brève
23/09/2020

Milton, PDG du groupe américain Nikola, vient de présenter sa démission. Censée mettre au point et construire des camions électriques et à hydrogène, l’entreprise avait été introduite en bourse il n’y a que trois mois, ce  qui avait suffi pour que la capitalisation boursière atteigne le double de celle de Renault. Le tout, sans avoir produit un seul camion ! Sa seule production à ce jour est une vidéo truquée, pour duper les gogos. La frénésie spéculative des parasites de la finance est telle qu’elle cherche, de façon de plus en plus grossière, à nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Il est urgent de leur arracher les clés du camion !

Liberté de circulation et d’installation pour tous !

Brève
23/09/2020

Les garde-côtes algériens ont repêché dix corps de noyés et intercepté 485 migrants sur des embarcations de fortune clandestines entre le 15 et le 19 septembre au large de l’Algérie.

Ces départs clandestins ne cessent de s’amplifier en Algérie comme en Tunisie et encore plus avec la pandémie du Covid.

On comprend que des femmes, des hommes, des jeunes fuient la pauvreté et la misère dans l’espoir d’une vie un peu meilleure. Mais la fermeture des pays riches, comme ceux des plus riches pays de l’Union européenne (UE) fait que ces migrants risquent y compris leur vie en tentant la traversée la Méditerranée. La barbarie à nos frontières.

Imprimer txt