Brèves

Kosovo : des bruits de bottes, encore et toujours…

Brève
28/12/2022

L'armée serbe en parade, en 2019 (crédit photo : S. Popovic)

L’armée serbe est en train de masser des troupes aux frontières du Kosovo. Cette montée des tensions n’est que le dernier épisode d’un conflit qui n’a jamais cessé depuis la fin de la guerre qui fit éclater la Yougoslavie dans les années 1990.

La Serbie n’a jamais accepté l’indépendance du Kosovo en 2008. Quant aux gouvernements kosovars, ils n’ont eu de cesse de rendre la vie difficile aux plus de 100 000 Serbes sur leur territoire. Pendant quelques mois, ils ont ainsi interdit les plaques d’immatriculation serbes, conduisant de nombreux Serbes du Kosovo à quitter leur emploi… et à ériger, en représailles, des barrages routiers.

Dans cette région, des cliques nationalistes cherchent à enrégimenter les populations derrière elles en les dressant les unes contre les autres, les menant ainsi dans des guerres sans fin. Mais la responsabilité principale de cette situation incombe d’abord à l’impérialisme qui maintient ces États dans le sous-développement et qui, en utilisant voire en suscitant les divisions nationalistes pour assoir sa domination, a créé cette poudrière.

Inondations aux Philippines : des catastrophes naturelles mais aussi sociales

Brève
28/12/2022

Inondations à Manille, la capitale, en 2012

Aux Philippines, des pluies torrentielles ont provoqué des inondations et des glissements de terrain contraignant 80 000 personnes à fuir leur domicile. Le bilan provisoire, de 25 morts, risque de s’alourdir.

Dans ce pays frappé tous les ans par une vingtaine de typhons, ces catastrophes naturelles sont tout sauf une surprise. Mais elles sont à chaque fois bien plus meurtrières que dans un pays riche comme le Japon, où la construction des logements prend en compte ce risque.

Or les Philippines, occupées successivement dans leur histoire par l’Espagne, le Japon et les Etats-Unis, restent un pays sous-développé. La population philippine en paye de nouveau le prix fort ces jours-ci.

Chômage : attaque contre tous les travailleurs

Brève
26/12/2022

Le gouvernement a annoncé qu'il comptait réduire la durée d'indemnisation des chômeurs encore davantage que ce qu'il disait depuis quelques mois. Et ce, alors qu'un premier bilan de sa précédente réforme montre qu'elle a fait chuter de 16 % en moyenne les allocations des chômeurs, et touché particulièrement les jeunes et les travailleurs précédemment en intérim ou en CDD.

Des allocations de misère, versées pour peu de temps : c'est ainsi que le gouvernement compte forcer les chômeurs à accepter n'importe quel emploi, et éviter aux patrons de devoir augmenter les salaires.

Santé : crise sans fin

Brève
26/12/2022

Avec la triple épidémie de grippe, bronchiolite et Covid, les hôpitaux publics sont de nouveau complètement saturés, résultat de décennies de sous-investissement.

La solution du ministre de la Santé ? « Une espèce d'union sacrée ». Celle de la directrice de l'Agence régionale de santé d'Ile-de-France ? « La mobilisation de tous ». Concrètement, cela veut dire : « Débrouillez-vous avec des moyens insuffisants » !

Retraites : mensonges à répétition

Brève
26/12/2022

Lors de la dernière réforme des retraites avait été créé le « compte professionnel de prévention », censé permettre à des travailleurs de partir plus tôt à la retraite en prouvant qu'ils avaient subi des conditions de travail reconnues. Mais les conditions sont tellement restrictives qu'il n'est quasiment pas utilisé. À l'époque, le gouvernement le présentait comme une protection pour les travailleurs, afin de faire passer la pilule de sa réforme.

C'était un mensonge. Et c'est le même que nous ressert Macron aujourd'hui, à propos de sa nouvelle réforme des retraites.

Les colonies, ce n’est pas fini

Brève
26/12/2022

Macron en août 2021 lors d'une visioconférence internationale d'aide au Liban

En voyage au Proche-Orient, Macron a déclaré que pour régler les problèmes du Liban, il fallait « dégager » les dirigeants politiques. Il se croit revenu au temps des colonies, quand les dirigeants du pays étaient nommés à Paris !

Car le Liban est une ancienne colonie française dans laquelle les banques tricolores ont toujours gardé des intérêts. Et si ses dirigeants peuvent jouer un rôle aussi nuisible, c'est grâce au système politique instauré par le colonialisme français, toujours protégé par les troupes occidentales stationnées dans la région.

Alors si le Liban connait une telle crise aujourd'hui, l'impérialisme français en est aussi responsable. Et c'est lui et ses semblables qu'il faut « dégager » du Proche-Orient.

Grève à la SNCF : les chiens aboient...

Brève
23/12/2022

Macron s'est joint à la meute des ministres, commentateurs pro-patronaux et experts en tout genre qui répandent leur rage impuissante contre la grève des contrôleurs. Condamnant les syndicats, qui ne maîtrisent pas ce mouvement, et la SNCF, qui serait « une entreprise qui s'habitue à tolérer la grève », il rêve, avec les patrons, de supprimer le droit de grève.

Mais ce sont les travailleurs qui font rouler les trains et tourner la société. Et lorsqu'ils sont déterminés à faire valoir leurs intérêts, ils font la démonstration de leur pouvoir.

Loi sur l’immigration : à droite toute

Brève
23/12/2022

Le ministre de l'Intérieur a déposé au Conseil d'État son projet de loi sur l'immigration. En présentant son nouvel arsenal législatif, qui va pourrir la vie de tous ceux qui doivent renouveler leur titre de séjour, Darmanin a précisé : « tout ce que les LR ont toujours demandé sur l'immigration, nous le proposons. » De son côté la droite, Ciotti en tête, court derrière le RN.

Pour amener les parlementaires de droite dans leur majorité, Darmanin et Macron se montrent durs avec les travailleurs immigrés. Et après, les électeurs seront appelés à voter Macron pour se protéger de Le Pen...

Choléra : maladie de la faim et de la misère

Brève
23/12/2022

La liste des pays frappés par le choléra ne cesse de s'allonger : Liban, Haïti, Congo, Malawi, Somalie, Soudan, Afghanistan... Selon l'OMS, 3 millions de personnes seraient touchées chaque année et 95 000 personnes en mourraient.

Il existe bien un vaccin, mais il est peu efficace et surtout peu disponible. Une seule compagnie sud-coréenne assure 80 % de la production. Le reste est fabriqué par une filiale indienne de Sanofi qui a décidé de bientôt arrêter sa production.

Le choléra peut être éradiqué grâce à une meilleure alimentation et aux progrès de l'hygiène. Sa recrudescence actuelle reflète l'impasse mortelle dans laquelle l'économie capitaliste conduit l'humanité.

Imprimer txt