Brèves

Boeing : une politique criminelle connue de ses salariés

Brève
14/01/2020

La direction de Boeing a battu sa coulpe en publiant les commentaires de ses salariés sur le modèle 737 MAX, celui dont deux exemplaires se sont écrasés, tuant 346 personnes et clouant au sol les autres appareils jugés peu sûrs.

Plusieurs dénoncent le choix de sous-traitants les moins chers possibles pour les composants et les délais intenables pour livrer coûte que coûte les avions dans les délais. « C'était une question de dollars » a conclu l'un d'eux. La priorité est aux profits, bien avant la sécurité.

Réanimations pédiatriques à l’agonie

Brève
14/01/2020

Les réanimations pédiatriques du Mans, préfecture de la Sarthe, viennent de fermer faute de médecins. Les enfants devant être réanimés seraient transférés vers Tours ou Angers. Sauf que Angers n’a pas les moyens de les accueillir et Tours est déjà débordé par ses petits patients et ceux d’Orléans, dans la même situation que Le Mans…

Cette situation kafkaïenne se retrouve aussi en région parisienne, où cet automne, au moins 25 enfants ont été transférés hors Ile de France pour avoir un lit de réanimation pédiatrique.

Bien sûr, cela fait courir de gros risques pour la santé des enfants. Mais cela est le cadet des soucis du gouvernement qui continue sa casse des hôpitaux.

Dans ses rêves

Brève
14/01/2020

Édouard Philippe, au journal télévisé de 20 heures sur  France 2 dimanche a tenté de présenter sa tentative d’enfumage sur son vrai-faux retrait de l’âge pivot de la loi sur la réforme des retraites. Il continue à afficher son mépris et son arrogance, prenant les travailleurs pour des ballots en leur tendant ce chausse trappe aussi grossier.

Et de jouer les matamores vis-à-vis des grévistes « la décroissance progressive du nombre de grévistes est réelle. Il faut savoir terminer une grève, on n’en est pas loin ».

De quoi convaincre qu’il faut amplifier la grève pour faire reculer gouvernement, patronat et leur faire ravaler leur morgue.

Circulez, y’a rien à voir !

Brève
14/01/2020

Samedi à Lyon, lors de la manifestation contre la réforme des retraites, des étudiants en train de filmer depuis leur balcon des policiers qui tiraient des grenades lacrymogènes sur des manifestants en ont reçu une dans leur appartement.

Pour se dédouaner, la police a twitté qu’elle n’avait « aucune velléité » d’atteindre ce groupe d’étudiants. De quoi s’inquiéter du manque de dextérité des policiers lanceurs de ces  grenades.

Plus crédible : la police n’aime pas qu’on voit et qu’on divulgue la brutalité de la répression. Aurait-elle mauvaise conscience de ce qu’elle fait ?

Une bavure qui ne passe pas

Brève
14/01/2020

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées dimanche, à Levallois, dans  la banlieue de Paris, en hommage à Cédric Chouviat, ce  livreur assassiné suite à une interpellation policière musclée.

Elles exigent que justice soit faite, et que la responsabilité de ces policiers soit clairement établie. Elles dénoncent du même coup la multiplication des violences policières que les ministres osent qualifier  de « réactions proportionnées ».  De « réactions proportionnées en réactions proportionnées », le bilan s’alourdit gravement.

L'impérialisme français ne supporte aucune contestation

Brève
14/01/2020

Macron a convoqué ce lundi à Pau cinq chefs d’État africains de la région du Sahel, pour qu'ils affirment « explicitement » leur soutien à l'intervention française  en Afrique et étouffent les critiques dans leur propre pays.

Cette  présence militaire française ne parvient pas à endiguer la progression des groupes djihadistes. En revanche elle est pesante pour la population.

Cette présence française rappelle la passé colonial  qui a laissé de tristes souvenirs. Elle est de plus e plus mal supportée  par les populations d'Afrique, une contestation que Macron voudrait bien voir réprimée.

Dividendes record pour les entreprises du CAC 40

Brève
10/01/2020

En 2019, les actionnaires ont reçu 60 milliards d'euros provenant des 40 entreprises qui sont cotées à la bourse française, 12 % de plus qu'en 2018 et plus encore que le record de profit établi en 2007, juste avant le crash de 2008.

Ce sont donc 88,5 milliards de profits réalisés en 2018 qui se sont ainsi retrouvés dans les coffres de ces actionnaires. Les analystes financiers prévoient que ce sera encore mieux l'an prochain « compte tenu de la progression des résultats 2019 que l'on entrevoit ».

Quand les manifestants scandent : « De l'argent il y en a dans les caisses du patronat »... ce n'est pas qu'un slogan !

Ghosn et ses pleureuses

Brève
10/01/2020

Le gouvernement français, qui l'a longtemps encensé, est prudent depuis l'arrestation de Carlos Ghosn en automne 2018 et surtout depuis sa fuite récente du Japon. Mais l'ancien PDG de Renault et Nissan ne manque pas de défenseurs dans la classe politique.

Après d'autres, Marine Le Pen trouve que « Le gouvernement n'a strictement rien fait (...) pour le respect des droits de la défense de M. Ghosn, qui est un Français. ». Quelques jours plus tôt Jean-Luc Mélenchon déclarait : « Les droits de l'Homme et de la défense ne s'appliquent pas en fonction des critères de classe. M. Ghosn y a le droit comme les autres. La maltraitance à laquelle s'est livrée la justice japonaise est inacceptable. »

Le « pôvre » Ghosn, ex- PDG, entre autres, de Renault n'a que licencié des milliers de travailleurs, en a exploité des dizaines de milliers d'autres, en toute légalité certes. En outre il s'est pas mal servi au passage, moins légalement cette fois. Laissons ceux qui pleurent sur son triste destin verser leurs larmes.

Mousse verte

Brève
10/01/2020

Raffinerie du trust français pétrolier Total

Aujourd'hui Macron va essayer de se faire mousser auprès des 150 personnes tirées au sort qui planchent depuis quelques mois sur la transition écologique.

Ce genre de mise en scène peine à cacher que le gouvernement encourage les gros actionnaires à poursuivre leur course au profit dans tous les secteurs de l'économie, y compris les plus polluants.

Imprimer txt