Brèves

Déficit de l’État : le résultat des cadeaux au patronat

Brève
30/09/2009

Toute la classe politique fait semblant de pleurer sur le déficit record de l'État annoncé pour 2010 : 140 milliards d'euros.

Il faut une bonne dose d'hypocrisie pour s'en étonner : les banques et les industriels ont reçu une véritable pluie d'argent public depuis le début de la crise ; les exonérations de cotisations patronales sont plus importantes que jamais ; et une nouvelle ressource va disparaître l'an prochain avec la suppression de la taxe professionnelle, un cadeau que les patrons réclamaient depuis longtemps.

La seule politique du gouvernement, c'est de faire payer ce déficit aux classes populaires.

Tsunami dans le Pacifique sud

Brève
30/09/2009

Le tsunami qui a frappé l'archipel des Samoa a fait des dizaines de victimes. Dans ces régions, les dispositifs d'alerte et de prévention sont notoirement insuffisants.

Cet événement a permis, entre autres, de constater que dans les îles voisines de Polynésie française, quasiment aucun dispositif d'alerte n'existe - même pas de sirène pour prévenir les habitants de l'approche d'un tsunami.

Malgré tous les discours, le gouvernement continue à traiter les habitants des DOM et des TOM comme des citoyens de seconde zone.

Le gouvernement aux ordres des patrons

Brève
30/09/2009

Un article du journal Les Echos, journal qu'on ne peut soupçonner d'être anti-patronal, titre « Comment les milieux d'affaires ont pesé dans l'élaboration du projet de loi de Finances ». L'auteur de l'article précise même que, entre autres avec la suppression de la taxe professionnelle, « les organisations patronales ont collectivement arraché une victoire quasi historique : un gain d'au moins 10 milliards d'euros ».

Cela illustre bien dans quel sens circulent les ordres entre gouvernement et patronat.

TCL - En grève pour les conditions de travail

Brève
29/09/2009

Depuis jeudi 24 septembre, les employés des TCL (Transports en Commun Lyonnais) sont en grève, avec un préavis de grève allant jusqu'au 1er janvier 2010. Au 5e jour, la grève continue d'être très suivie.

La colère des traminots est provoquée par la renégociation des accords d'entreprise. Car, sous prétexte de « modernisation », on veut empirer leurs conditions de travail, avec des amplitudes horaires pouvant atteindre 13 heures et l'affectation sur plusieurs lignes au lieu d'une seule, entre autres. Il y avait déjà eu de nombreuses grèves et débrayages au printemps, pour les mêmes raisons.

Les TCL sont gérés par Kéolis, qui possède 40 % du marché des transports urbains du pays et fait de gros bénéfices. C'est pour les accroître qu'il veut aggraver les conditions de travail des traminots ; et ce ne sont même pas les usagers (qu'on essaie de dresser contre les grévistes) qui en profitent, puisque les tarifs augmentent régulièrement.

Rachats d’entreprise : l’immense gâchis

Brève
29/09/2009

Un trust de l'industrie pharmaceutique, Abbott, vient de racheter la branche pharmaceutique d'un géant belge de l'industrie chimique. 5,2 milliards d'euros dépensés, pour une opération financière qui ne crée aucune richesse supplémentaire, et qui ne fabriquera, au final, probablement que des chômeurs.

Comme on le voit, pour la « moralisation du capitalisme », il va falloir attendre encore un peu.

Proglio devient patron d’EDF

Brève
29/09/2009

Henri Proglio va prendre la tête du groupe EDF. Les salariés du groupe et les consommateurs ont du souci à se faire : Proglio était jusqu'à présent patron du géant Veolia (ex-Vivendi), qui rackette chaque jour des millions d'usagers dans l'énergie, les déchets, les transports...

Sa nomination est tout un symbole : celui de la volonté du gouvernement de tenter de transformer l'ex-service public de l'électricité en machine à cracher du profit pour des actionnaires privés.

Nestlé condamné pour discrimination syndicale

Brève
27/09/2009

La multinationale Nestlé a été condamnée à verser 608 000 euros à un syndicaliste, victime de discrimination syndicale. En effet, dès que cet ingénieur chimiste a déposé une liste CGT, en 1967, il a été mis en quarantaine. « Tous les syndicalistes étaient surveillés en permanence, parfois jusqu'aux toilettes », se souvient-il. Jusqu'à sa retraite en 2003, son indice n'a pas varié. Les 608 000 euros ne sont que la compensation du préjudice subi. Bien d'autres travailleurs sont victimes de sanctions comparables et cette réparation n'est que justice... tardive.

La SNCF lâche encore du Fret

Brève
27/09/2009

La direction de la SNCF se prétend à la veille d'engager de grands projets qui vont permettre un développement du fret ferroviaire et donc la diminution du transport de marchandises par camion. Voire...

Parce que, sous prétexte d'économies, la seule mesure prévue à effet assez rapide est la réorganisation du « wagon isolé », qui permettait à des entreprises d'acheminer par rail une quantité limitée de marchandises. Il s'agit tout simplement de restreindre cette offre, de la rendre plus chère. Conséquences attendues pour l'année prochaine : de 50 000 à 1 000 000 de trajets de camions supplémentaires sur les routes.

Il est pas beau le développement durable ?

Sarkozy à New York : les gros yeux pour les spéculateurs, les coups durs pour les travailleurs

Brève
26/09/2009

Les gesticulations de Sarkozy à l'encontre des spéculateurs ne trompent personne : ni les paradis fiscaux, ni le secret bancaire, ni les bonus des traders ne sont menacés par le G20 qui s'est ouvert hier à Pittsburgh (États-Unis). Tout au plus fera-t-on quelques déclarations de principe pour rassurer l'opinion. Mais la finance mondiale peut en rire : les chefs d'État des pays riches sont à son service.

En revanche, Sarkozy a confirmé une nouvelle série d'attaques pour les couches populaires : la hausse du forfait hospitalier (de 16 à 18 euros, soit + 12,5%), la mise en oeuvre de la taxe carbone et la taxation des indemnités versées aux accidentés du travail. Toutes ces mesures diminueront encore le pouvoir d'achat des salariés. Alors que la Bourse repart et que le chômage continue d'augmenter, c'est aux classes populaires que Sarkozy s'attaque de nouveau.

Imprimer txt