Brèves

Routine réactionnaire au Vatican

Brève
18/03/2013

L'ONU vient de voter à l'arraché un texte dénonçant les violences faites aux femmes et aux filles, malgré l'opposition des régimes les plus rétrogrades de la planète, dont le Vatican.

Ce n'est pas le nouveau pape qui va changer quoi que ce soit aux traditions moyenâgeuses de l'Église catholique. Déjà responsable religieux en Argentine sous la dictature des généraux (1976-1983), il avait fermé les yeux sur les tortures et les assassinats de militants de gauche, sur les enlèvements d'enfants dont ils étaient victimes. Ce pape aime les pauvres, mais surtout quand ils ne se révoltent pas.

Et ce sont ces gens-là - devant lesquels Ayrault va se prosterner avec des dizaines de chefs d'État - qui prétendent donner des leçons de morale au monde entier !

Persépolis censuré… dans des écoles américaines

Brève
18/03/2013

La bande dessinée qui raconte l'Iran du shah, la révolution iranienne de 1979, et le pouvoir islamique des années 80 à travers le regard d'une jeune fille, était interdite en Iran, puis en Tunisie.

Ce mois-ci c'est un groupe d'écoles de Chicago qui l'a écarté des bibliothèques, prétendument à cause de scènes de torture pouvant choquer les jeunes. Ils sont choqués par les images. Il vaudrait mieux qu'ils soient choqués par la torture, et par ceux qui la pratiquent.

Fantasmes et mensonges à la Une

Brève
18/03/2013

L'hebdomadaire pro-patronal Valeurs actuelles affiche en grand format : « syndicats voyous », ajoutant « ils ruinent l'économie, cassent l'outil de travail et minent le dialogue social ».

Il est à souhaiter que les cauchemars de ces gens-là deviennent réalité, que les luttes des travailleurs se multiplient et s'étendent. On verra alors que les patrons peuvent céder à de nombreuses revendications, de peur de tout perdre.

Les pompiers pyromanes

Brève
15/03/2013

Après un nouvel assassinat en plein jour de deux jeunes dans la cité des Bleuets à Marseille, Valls vient d'y envoyer 300 policiers supplémentaires. Comme le remarquait un policier marseillais : « À chaque fait divers, les gouvernements successifs ont les mêmes réactions épidermiques et envoient des renforts de surface ».

En fait, ce qui fait le lit des trafiquants de toutes sortes, c'est la misère, le chômage, les services publics défaillants, l'avenir bouché pour des milliers de gamins. La moitié des habitants des « zones prioritaires » de Marseille doivent survivre avec moins de 520 € par mois.

Plutôt que de combattre cette violence sociale, Ayrault et Hollande l'aggravent tous les jours avec leur politique anti-ouvrière... puis envoient toujours plus de renforts policiers.

Droit de vote des étrangers : Hollande capitule une fois encore

Brève
15/03/2013

Le gouvernement vient d'enterrer une nouvelle fois l'un de ses « engagements » de campagne : celui d'accorder aux étrangers extra-communautaires le droit de vote aux élections locales.

Sous prétexte qu'il pense ne pas réunir les trois cinquièmes du Parlement - ce qu'il n'ignorait pas avant de prendre cet engagement - , Hollande a choisi de reculer, sans même se battre et essayer. Il a renoncé à intégrer cette réforme dans le projet de révision constitutionnelle présenté en conseil des ministres. On peut même douter qu'en faisant cette promesse, il avait l'intention de la tenir.

Ça ne fait guère que 32 ans, depuis l'élection de Mitterrand de 1981, que le Parti socialiste a fait cette promesse pour s'asseoir dessus. Il dénie ce droit élémentaire à des millions de travailleurs qui produisent des richesses pour enrichir les capitalistes de ce pays.

Mali : l'Onu dénonce les exactions de l'armée malienne

Brève
14/03/2013

Les observateurs du Haut-commissariat des Nations-Unies aux droits de l'Homme ont publié un rapport accusant l'armée malienne d'avoir mené des représailles contre des groupes de Peuls, de Touareg et d'Arabes.

À l'ombre de l'intervention française, l'armée malienne se venge, brutalise, viole, assassine ceux qu'elle accuse d'avoir soutenu la rébellion touareg ou les islamistes. D'ores et déjà plus de 20 000 Touareg ont dû fuir ces violences en se réfugiant au Burkina Faso.

Divisions ethniques, représailles, vengeances : l'engrenage de la terreur se prépare aujourd'hui. Nourrir les haines et préparer les massacres de demain, voilà l'un des premiers résultats de l'intervention militaire française au Mali.

Nauseus Papam

Brève
14/03/2013

Tous ceux qui ne sont pas adeptes de l'Église catholique et romaine vont finir par avoir la nausée devant le matraquage médiatique autour de la désignation du nouveau pape. Il est pourtant très conforme à ses prédécesseurs : un haut cadre de l'appareil catholique, responsable des Jésuites argentins au moment de la dictature du général Videla entre 1976 et 1983. Durant cette période, l'Église argentine soutenait sans réserve la junte militaire pendant qu'elle traquait et torturait les opposants, y compris des prêtres liés aux quartiers populaires.

François, Benoît ou les autres, c'est la continuité : depuis des siècles, le goupillon n'est jamais très loin du sabre !

Valls dans les pas de Guéant et Hortefeux

Brève
14/03/2013

Dans une circulaire adressée aux préfets, Valls prétend rompre avec « la politique du chiffre » de ses prédécesseurs. Mais il précise aussitôt : « Cela ne veut pas dire que nous éloignerons moins du territoire ». En clair, il préfère la discrétion et l'efficacité plutôt que l'affichage. Pour les 20 à 30 000 immigrés expulsés chaque année, cela ne sera ni moins brutal ni moins dramatique !

Quant aux Roms, sous prétexte que leurs campements de fortune sont insalubres et dangereux - ce qui est une triste réalité -, il entend poursuivre leur démantèlement... sans pour autant proposer de solution pour loger décemment les familles dont les abris et les maigres biens sont systématiquement détruits.

Un ministre de l'Intérieur du PS, c'est comme un de l'UMP, l'hypocrisie en plus.

Renault : une signature qui n’engage pas les travailleurs

Brève
13/03/2013

Carlos Ghosn jubile parce qu'il a trouvé trois syndicats pour signer son « accord de compétitivité » chez Renault. Cet « accord », contre lequel des milliers de travailleurs ont débrayé ces dernières semaines, entérine 8 200 suppressions d'emplois à l'échelle du groupe, une flexibilité et une augmentation du temps de travail, un blocage des salaires pendant trois ans, et veut rendre les travailleurs de plus en plus mobiles entre les différents sites du groupe. Cet « accord » illustre le genre d'attaques que la nouvelle loi, concoctée par le patronat et reprise telle quelle par le gouvernement, voudrait imposer.

Mais ni la loi ni la signature de syndicats prêts à céder au chantage des patrons n'engagent les travailleurs.

Imprimer txt