Brèves

Main basse sur les retraites

Brève
27/04/2010

Le gouvernement prépare ses attaques sur les retraites et lance diverses propositions toutes plus anti-ouvrières les unes que les autres. La dernière en date envisage, tout en prétendant « maintenir l'âge légal de la retraite à 60 ans », de pénaliser par une décote les salariés qui partiraient à 60 ans. Autant dire : « Vous avez le droit... de ne pas toucher votre retraite. » Les syndicats l'ont unanimement dénoncée.

En tout cas, cette proposition illustre que derrière le matraquage sur le vieillissement de la population, l'objectif du gouvernement et du patronat, c'est de diminuer le montant des pensions, d'une manière ou d'une autre.

L’impérialisme règle ses comptes avec son homme de main, Noriega

Brève
27/04/2010

L'ex-dictateur panaméen Noriega vient d'être extradé des États-Unis pour être jugé en France. Noriega a été pendant des années un bon serviteur des intérêts américains et même un agent de la CIA. Il était aussi en bons termes avec l'impérialisme français et fut décoré de la Légion d'honneur par Mitterrand en 1987.

Et puis, Noriega est tombé en disgrâce. Les États-Unis sont allés le capturer en 1992 en déclenchant une opération militaire d'envergure, comme ils n'en avaient pas faite depuis la guerre du Vietnam. Et la France veut le juger depuis 1999 pour blanchiment d'argent de la drogue.

Évidemment, toutes les affaires sales dans lesquelles Noriega avait trempé entre son arrivée dans les sommets de l'État en 1968 et 1987 n'ont absolument jamais posé le moindre problème aux grandes puissances. Ce n'est que parce qu'il ne représentait plus fidèlement les intérêts des uns et des autres qu'il est devenu gênant à leurs yeux.

Et de l’argent, il y en a…

Brève
27/04/2010

Selon un journal anglais, la richesse cumulée des 1000 plus grandes fortunes vivant au Royaume-Uni a augmenté cette année de 30%. Cela correspond à 77 milliards de livres sterling, environ 90 milliards d'euros de plus en un an !

Il paraît que certains milliardaires aiment bien se domicilier en Grande-Bretagne parce le taux d'imposition leur est favorable, mais il est à parier qu'une étude similaire en France mettrait aussi en évidence la croissance des grandes fortunes.

En Angleterre ou bien ici, les mesures que les gouvernements ont prises, en prétendant lutter contre la crise, ont avant tout permis aux plus riches de continuer à s'engraisser.

Le sale boulot récompensé

Brève
26/04/2010

Les 40 dirigeants des plus grandes entreprises françaises se sont partagé l'année dernière 79,5 millions d'euros, certains émargeant à plus de 4 millions d'euros.

Ces gens-là décident et justifient les salaires bloqués et les licenciements des travailleurs par dizaines de milliers pour augmenter les profits des actionnaires dont ils sont les serviteurs dévoués.

La finance : pile, elle gagne, face… elle gagne aussi

Brève
26/04/2010

La banque américaine Goldman Sachs est accusée d'avoir vendu à ses clients des produits financiers de type « subprimes » alors qu'elle misait elle-même sur leur effondrement. Au final, la crise n'a peut-être même pas du tout écorné ses profits. Ce qui n'a pas empêché cette banque, une des plus puissantes de la planète si ce n'est la plus puissante, de profiter ensuite largement du plan d'aide de l'État américain.

Grandes banques et grands groupes industriels collaborent intimement au sein des conseils d'administration des banques pour profiter de ces bénéfices financiers. Le seul moyen de mettre fin à ce parasitisme immense, c'est la nationalisation de tout le système bancaire et son contrôle par les travailleurs et la population.

La famine au Niger

Brève
26/04/2010

Au Niger, une grave crise alimentaire touche dix millions de personnes. L'ONU a lancé un appel d'urgence de 200 millions de dollars il y a deux semaines, mais le responsable des affaires humanitaires de l'ONU constate que les fonds tardent à arriver.

Qu'est-ce que 200 millions de dollars ? C'est la moitié de ce que coûte chaque jour l'intervention militaire des États-Unis en Irak et en Afghanistan. Qu'est-ce que la vie de dix millions de personnes pour les dirigeants de cette société ? Pas grand-chose.

La population grecque refuse d’avaler les potions amères du FMI

Brève
26/04/2010

Vendredi 23 avril une manifestation a eu lieu à Athènes avec comme slogan « FMI go home ». La population n'accepte pas devoir payer la dette de l'État grec par de nouvelles mesures d'austérité comme la baisse générale des salaires.

Et elle est 100% dans son bon droit, car en Grèce, exactement comme ici, le déficit de l'État est fondamentalement dû à toutes les largesses des gouvernements pour les capitalistes, et c'est à eux qu'il faut s'en prendre.

Grèce : la crise s'aggrave

Brève
23/04/2010

Le déficit public de la Grèce a été brutalement revu à la hausse. Il est maintenant de 13,6 % du PIB. Les marchés financiers ont aussitôt réagi, et les taux auxquels la Grèce peut emprunter ont à nouveau augmenté.

La Grèce va donc payer encore plus cher pour financer son déficit, aggravant du coup sa situation. Les spéculateurs ne lâchent pas leur proie.

La générosité sans bornes de l’État

Brève
23/04/2010

Nous écrivions hier que l'État ne faisait rien pour aider les touristes bloqués à l'étranger, et qui allaient devoir payer de leur poche les frais supplémentaires.

Ce n'est plus tout à fait vrai : le gouvernement vient de débloquer un million d'euros pour les 30 000 passagers bloqués.

Ça fait 33 euros par personne. Sympa.

Imprimer txt