Brèves

Les chiens de garde

Brève
07/02/2013

Du Figaro - qui appartient à Dassault - à Libération - propriété de Rothschild - en passant par Les Echos - qui appartient à Bernard Arnault -, les éditorialistes se sont déchaînés contre la grève des salariés de Presstalis, qui bloque la distribution des quotidiens. Le syndicat patronal de la presse en a rajouté, insistant sur les pertes financières qui menaceraient l'avenir des quotidiens.

Tous voudraient que les travailleurs de Presstalis acceptent docilement la suppression de 1 250 postes sur les 2 500 existants et disent merci par-dessus le marché. Face à ces chiens de garde du patronat - quand ce n'est pas directement le patronat lui-même qui tient la plume -, les travailleurs du Livre ont mille fois raison de montrer les dents.

La seule réponse possible

Brève
07/02/2013

Les marins grecs, non payés depuis des mois, se sont mis en grève. La seule réponse du gouvernement a été une campagne pour plaindre les habitants des îles, privés de produits frais. C'est ce même gouvernement qui se prépare à vendre des îles à des spéculateurs privés, et qui affame la population en licenciant par milliers et en baissant salaires et allocations.

Le pouvoir a décidé la réquisition des marins par des pouvoirs spéciaux en cas de force majeure. Mais le cas de force majeure, c'est le sort des travailleurs et de leur famille. Alors vive la grève des marins !

Transfert de fonds

Brève
07/02/2013

Une étude officielle estime que le crédit d'impôt dont les entreprises vont bénéficier dès cette année créerait 150 000 emplois en 2018. Ces emplois verront-ils le jour ? Le gouvernement n'en sait rien. Par contre, la dépense publique sera bien réelle : pour 20 milliards d'euros chaque année.

L'enquête ne dit pas combien d'emplois publics seront détruits dans le même temps. Car pour financer ces cadeaux au patronat, l'État va réduire encore plus ses dépenses. Avec ces milliards, l'État pourrait créer des emplois partout où c'est utile. Mais ce n'est pas le souci du gouvernement, dont le seul but est de transférer l'argent public vers les caisses du patronat.

Les coulisses de la « démocratie »

Brève
07/02/2013

Une enquête menée par une organisation humanitaire a révélé que 54 pays, dont 25 en Europe, y compris l'Allemagne et la Grande Bretagne, ont participé aux côtés de la CIA à la « chasse aux terroristes » organisée par le gouvernement américain après les attentats du 11 septembre 2001. En accueillant des prisons secrètes sur leur sol, en aidant à la capture et au transfert des détenus, en organisant la détention et la torture de centaines de suspects.

Les grandes puissances invoquent sans cesse le droit international et la lutte contre la barbarie pour justifier leurs interventions militaires contre des pays pauvres. Mais qui sont les barbares ?

Il y a loin de la coupe aux lèvres

Brève
06/02/2013

Ce mercredi matin, Montebourg annonçait en fanfare que cinq repreneurs, dont deux « très sérieux », avaient déposé un projet pour reprendre la raffinerie Pétroplus. Mercredi après-midi, les administrateurs affirmaient dans un communiqué qu'aucune des offres n'est recevable en l'état et déclenchaient un PSE, autrement dit un plan de licenciement.

Cela fait des mois que les annonces contradictoires succèdent aux faux espoirs, patronat et ministres jouant avec les nerfs et l'avenir des 470 travailleurs de la raffinerie, en lutte depuis plus d'un an.

Si à la fin tous les emplois étaient réellement sauvés, ce ne sera pas grâce au gouvernement, mais grâce à la détermination des travailleurs de Pétroplus.

Ministre du Redressement des profits patronaux

Brève
06/02/2013

Montebourg, à qui on a demandé si la fermeture de l'usine PSA Aulnay était inéluctable, a répondu par l'affirmative, car « nous n'avons pas trouvé d'autre solution ». Quelques jours plus tôt, il demandait à la CGT de Goodyear, qui refusait très légitimement d'accepter des sacrifices pour le maintien de l'usine d'Amiens, de « mettre de l'eau dans son vin ».

Les masques tombent. Montebourg se fait ouvertement le porte-parole des intérêts du patronat. Il prêche la soumission et pèse de tout son poids contre les ouvriers en lutte pour sauver leur emploi.

Le patronat à l’attaque

Brève
06/02/2013

Le Medef voudrait imposer à nouveau la dégressivité des indemnités chômage. Non content de mettre les gens dehors, de réduire au minimum la durée et le montant des indemnités, les patrons voudraient maintenant accélérer la descente vers la misère des travailleurs. Pas question de les laisser faire.

Dans la continuité de Sarkozy

Brève
06/02/2013

Pour financer les cadeaux au patronat, le gouvernement Hollande va encore diminuer l'argent que l'État verse aux collectivités locales pour financer les services publics : 1,5 milliard en moins l'année prochaine, et le double l'année d'après. C'est autant d'argent en moins pour les écoles, les routes, les aides multiples qui permettent à la population de faire face à une situation toujours plus catastrophique.

Gestion à la mode patronale

Brève
06/02/2013

La ministre de la Fonction publique, face à la grogne montante des salariés du public dont les salaires sont encore bloqués cette année, n'a rien trouvé d'autre à annoncer qu'une éventuelle « clause de meilleure fortune ». Autrement dit, si la croissance revient on verra.

Résultat : des salaires dévorés par l'inflation, alors que le travail ne cesse d'augmenter dans tous les services publics avec la diminution des effectifs.

Et certains avaient l'illusion, avant les élections, que ça ne pourrait « pas être pire que Sarkozy » !

Imprimer txt