Brèves

Médiator : après le scandale sanitaire, le scandale judiciaire ?

Brève
04/10/2012

Le Médiator, ce médicament des laboratoires Servier, a tué, selon les rapports officiels, de 500 à 2 000 personnes et provoqué des handicaps chez des milliers d'autres. On avait promis que les victimes seraient indemnisées. Une commission d'experts avait été désignée à cette fin.

Cette commission, qui traite les demandes à pas de tortue, en rejette plus des neuf dixièmes, en appliquant des critères extrêmement restrictifs qui n'étaient pas ceux annoncés au départ.

Les dirigeants de Servier ayant un porte-monnaie à la place du cœur, sont de ce fait protégés d'un malaise cardiaque, plus que les malades qui ont utilisé le Médiator.

Ikea efface les femmes

Brève
04/10/2012

Dans son catalogue en Arabie Saoudite, la société suédoise de vente de meubles a consciencieusement gommé toute présence féminine sur les photos, pour s'incliner devant les pratiques misogynes et faciliter les ventes, dans un pays où elles progressent "avec un taux à deux chiffres". Cela a provoqué un tollé en Suède, où les ventes restent bien plus importantes, et la direction d'Ikea a dû s'excuser et promettre de demander des explications à son franchisé saoudien.

Reste qu'elle n'a, pour l'heure, même pas promis de refaire le catalogue.

Derrière les façades du grand hôtel

Brève
04/10/2012

Les salariés de l'hôtellerie se sont rassemblés hier contre des mises en garde adressées par la direction de l'hôtel de luxe Concorde Opéra à des militants CGT. Elle leur reproche de ne pas l'avoir avertie, alors qu'ils ont prévenu associations et police, pour faire libérer une domestique éthiopienne maintenue en esclavage par ses riches employeurs, clients de l'hôtel. L'attitude de la direction est plus que honteuse, alors que le moindre sens de la dignité et de la justice devrait au contraire la conduire à féliciter les salariés et les syndicalistes.

Cela montre que ceux-ci avaient bien raison de se méfier du directeur et de donner la priorité à la solidarité entre travailleurs.

Un silence assourdissant

Brève
03/10/2012

Pas facile, hier, de trouver dans l'actualité de quoi alimenter cette rubrique : les salariés de la télévision et de la radio publiques étaient en grève, pour protester contre les restrictions budgétaires que l'État compte leur imposer en 2013, et contre les suppressions d'emplois que cela annonce.

Sans leur travail, pas d'informations !

Qui a dit que les grèves, aujourd'hui, ça ne se voit ni ne s'entend plus ?

Un plan qui ne passe pas

Brève
03/10/2012

Les travailleurs de Sanofi, "Sanofric" comme ils ont rebaptisé l'entreprise, manifestent aujourd'hui à Paris contre le dernier plan de plus de 900 suppressions d'emplois ( qui succède à 4 000 autres en quatre ans). Toutes les suppressions d'emplois sont inacceptables dans une période de chômage comme celle que nous connaissons. Mais le cas de Sanofi est d'autant plus révoltant que l'entreprise a fait 8,8 milliards de bénéfices l'an dernier et aligne en ce moment des sommes colossales pour racheter un laboratoire colombien.

Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait la gueule de bois

Brève
02/10/2012

Le gouvernement socialiste vient de prendre une décision radicale. Finie la "Révision Générale des Politiques Publiques" (RGPP) également appelée "réforme de l'État", lancée par Sarkozy en 2007 et qui avait conduit au massacre des services publics par la réduction drastique des effectifs des fonctionnaires. Celle-ci a en effet été "mal vécue" par les agents, dixit Marylise Lebranchu, ministre de la Fonction publique.

Les économies budgétaires et les suppressions de postes se poursuivront... mais sous une autre rubrique : on ne parlera plus de "réforme de l'État", mais de "modernisation de l'action publique".

Et dire qu'après ça, certaines mauvaises langues oseront encore dire qu'Hollande ne change rien par rapport à Sarkozy...

Arroseurs arrosés

Brève
02/10/2012

Les opérateurs de téléphonie se plaignent de dizaines de milliers de clients qui les escroqueraient (même s'ils se gardent d'être précis pour ne pas montrer qu'ils sont débordés). Pour ne pas payer le prix prohibitif de certains téléphones, des petits malins ont eu l'idée de souscrire à des abonnements chers leur donnant droit à un beau téléphone, puis d'arrêter de payer leur abonnement et de le remplacer par un low-cost.

Au vu des sommes ahurissantes que les opérateurs exigent de leurs clients depuis des années avec des offres alléchantes qui coincent ensuite les gens pendant des mois, ils sont mal placés pour se plaindre.

Immobilier : patrons et salariés pas logés à la même enseigne

Brève
02/10/2012

Dans le secteur de l'immobilier, les patrons d'agence laissent entendre qu'ils pourraient être « contraints » de licencier jusqu'à 5 000 des 100 000 salariés qu'ils emploient actuellement - car le nombre de transactions a, disent-ils, baissé de 20% en un an.

Pourtant, entre 1998 et 2008, les prix de l'immobilier ont doublé en France, et Century 21, Orpi, Guy Hoquet ou encore Laforêt, ont empoché des bénéfices confortables.

Le marché immobilier n'est peut-être plus si florissant, mais ce n'est pas aux salariés du secteur de payer les pots cassés !

Des guerres impérialistes qui n’en finissent pas de tuer

Brève
01/10/2012

Ce week-end, une vague d'attentats à Bagdad et dans sa banlieue a fait près d'une trentaine de morts, portant à 250 le nombre de personnes tuées en Irak depuis le 1er septembre.

Pendant le même temps, l'armée américaine perdait son 2 000ème soldat en Afghanistan depuis le début de son intervention militaire en 2001.

On a beau nous répéter que la guerre est finie en Irak et qu'elle est presque finie en Afghanistan, l'impérialisme n'a pas fini d'y faire des dégâts.

Imprimer txt