Brèves

Peut mieux faire

Brève
21/09/2012

L'annonce tonitruante par Vincent Peillon que le ministère de l'Éducation nationale allait recruter 40 000 enseignants en 2013, a provoqué des réactions. Outrancières à droite où l'on devient enragé dès qu'on prononce le mot « fonctionnaire » et gênées du côté de Matignon où l'on prêche la rigueur à tout va.

Même si cette annonce devait se concrétiser, ce qui reste à vérifier, il n'y a pas de quoi s'extasier. Si l'on déduit le remplacement des 22 000 départs à la retraite, il ne reste plus que 18 000 créations de postes. Or en cinq ans, Sarkozy en a supprimé près de 80 000, dégradant gravement les conditions d'accueil des élèves. Le ministre Peillon a de la marge pour améliorer sa copie et pour que l'on revienne à une situation plus acceptable dans l'enseignement.

Handicapés et laissés pour compte

Brève
21/09/2012

Cette année encore, 6 000 élèves handicapés n'ont pas pu faire leur rentrée scolaire, faute de postes d'auxiliaires de vie scolaire individuels (AVSi) en nombre suffisant. Le gouvernement avait annoncé en juillet la création de 1 500 postes d'AVSi supplémentaires, mais le recrutement n'a pas encore été organisé !

Bien que, depuis des années, les associations de parents d'élèves handicapés demandent la création d'un véritable métier d'accompagnement, les AVS sont, à l'heure actuelle, des contrats précaires, sous-payés et en CDD de trois ans renouvelables une fois.

Il faut embaucher en CDI les AVS qui le souhaitent, en recruter et en former en nombre suffisant tout de suite !

La ministre du Logement construit sa niche

Brève
20/09/2012

La loi « Scellier » accordait une belle réduction fiscale à des gens assez fortunés pour acheter des logements neufs destinés à la location. Duflot, la ministre « écolo » du Logement, va remplacer cette niche fiscale par une loi accordant... des réductions d'impôts. La ristourne serait encore plus grosse mais limitée à des investissements inférieurs à 300 000 € et à condition de louer à un ménage gagnant moins de 4 500 € par mois... Duflot prétend ainsi favoriser le logement social ! Il ne lui faut pas grand-chose pour être contente... d'elle.

Car, face à la pénurie de logements, l'État devrait et pourrait construire dans l'urgence et en embauchant directement tous les personnels nécessaires, depuis les architectes jusqu'aux maçons. Mais cette idée est sans doute trop socialiste pour ce gouvernement.

Le service minimum, c’est toute l’année

Brève
20/09/2012

Le ministre du Transport a tenu à rectifier la rumeur : le gouvernement n'envisage pas de supprimer la loi sur le service minimum. Cette loi, l'une des premières du quinquennat de Sarkozy, entrave le droit de grève en obligeant, entre autres mesures, les grévistes des transports à se déclarer personnellement 48 heures à l'avance.

Plutôt que d'obliger la RATP, la SNCF ou les compagnies aériennes à embaucher le personnel suffisant et correctement payé pour assurer un service de transport maximum toute l'année, le PS au gouvernement confirme une mesure anti-grève. Il choisit son camp.

Silence et mensonges pour le profit

Brève
20/09/2012

Une étude menée par des chercheurs de l'INSERM et des médecins du CHU de Pointe-à-Pitre vient de montrer que le chlordécone retarde le développement cognitif des nourrissons qui y sont exposés. Ce pesticide a été utilisé aux Antilles dans la culture du bananier, pendant plus de 20 ans jusqu'en 1993, alors qu'il était interdit aux Etats-Unis depuis 1976.

Vingt années pendant lesquelles le poison a pénétré les sols, contaminant les nappes phréatiques et les récoltes, mettant en danger jusqu'à aujourd'hui la santé de la population. Et cela pour le profit de grands planteurs et avec la complicité des gouvernements successifs.

Nous on trime, eux encaissent

Brève
19/09/2012

L'année prochaine, les entreprises du CAC 40 prévoient de distribuer 38 milliards d'euros à leurs actionnaires : une augmentation des dividendes alors que tous les économistes pronostiquaient des profits en baisse. Cela signifie que tous les efforts demandés aux salariés sous prétexte de la crise, le blocage des salaires, les licenciements en masse, l'augmentation des cadences, ne servent qu'à engraisser une poignée d'actionnaires qui alimentent sans fin l'immense casino de la spéculation financière.

Réquisitionner ces milliards pour maintenir les emplois et les salaires, c'est vital pour les travailleurs. Et c'est un objectif à nos luttes.

La proie pour l’ombre

Brève
19/09/2012

La campagne du gouvernement pour l'adoption du Traité budgétaire européen démarre aujourd'hui au Conseil des ministres. Ce traité dit « TSCG » servira de caution à chaque État européen pour justifier l'austérité qu'il impose de toute façon aux classes populaires, avec ou sans traité. Le Front de gauche, c'est-à-dire le Parti de Gauche de Mélenchon et le PCF, ont lancé une campagne pour réclamer que le gouvernement organise un référendum sur le sujet. Car la mise en place de cette consultation dépend uniquement du bon vouloir de la majorité en place.

Traité ou pas, ce n'est pas une institution comme l'Union européenne qui est responsable du chômage et des bas salaires. C'est le patronat et sa soif de profit. Une campagne contre le traité européen est une diversion puisqu'elle détourne les travailleurs de leur véritable priorité : la lutte contre la politique patronale, ici en France.

Société à irresponsabilité illimitée

Brève
18/09/2012

Une étude réalisée parmi 87 grandes banques mondiales révèle que celles qui ont été secourues lors de la crise de 2008 ne sont pas devenues plus prudentes dans leurs opérations financières. Au contraire, comme des joueurs invétérés, elles tentent de se refaire en prenant plus de risques.

Elles le font avec l'assurance que leurs pertes futures seront prises en charge par les États comme l'ont été leurs pertes passées. La moitié de ces banques ont déjà reçu 350 milliards d'euros. L'économie capitaliste est un casino bien particulier, où les spéculateurs qui perdent se voient remboursés de leurs pertes.

Le gouvernement et le droit de vote des étrangers : courage, fuyons !

Brève
18/09/2012

Le droit de vote des étrangers aux élections locales, promis par Mitterrand en 1981 puis enterré pendant ses 14 ans à l'Élysée, promis de nouveau par Hollande au printemps, semble en passe d'être rangé aux oubliettes. C'est ce que craignent 75 députés du PS qui ont signé une pétition.

Tous ceux qui vivent en France et créent des richesses dans ce pays doivent avoir le droit de vote à toutes les élections. Même si le bulletin de vote pèse peu face au pouvoir de l'argent, le droit de vote reste un moyen d'expression pour le monde du travail. Priver les étrangers de ce droit, c'est bâillonner plusieurs millions de travailleurs.

Imprimer txt