Brèves

Le Vatican, autorité universitaire ?

Brève
15/05/2009

L'accord Kouchner-Vatican entre en application. Les diplômes délivrés par le Vatican, par l'intermédiaire des cinq universités catholiques françaises, pourront être reconnus par la France. Ce faisant, non seulement l'État reconnaît à l'Eglise des compétences en matière d'enseignement des sciences ou de l'économie. Mais en outre, l'accord ouvre porte à la reconnaissance de diplômes délivrés par les universités privées, encore rares, mais susceptibles de se multiplier pour les enfants des classes aisées.

Du PS à l’UMP, suite…

Brève
15/05/2009

Kouchner et Besson ont montré qu'une figure emblématique du Parti socialiste pouvait rapidement devenir un digne serviteur des basses oeuvres de Sarkozy, tout étant question d'opportunités. Claude Allègre, qui fut ministre de l'Education nationale sous Jospin, se verrait bien ministre de Sarkozy. Sarkozy voudrait aussi.

Les seuls qui renâclent sont les ministres de Sarkozy. Parce qu'Allègre leur piquerait une place au prochain remaniement ? Pas seulement : Allègre, qui fut contraint à la démission par des grèves, rappelle qu'un ministre ça peut aussi être viré sous la pression de la rue !

Obama au secours des exactions de l’armée

Brève
15/05/2009

Une association avait obtenu une décision de justice obligeant l'armée américaine à publier des photos de tortures et mauvais traitements pratiqués en Irak et en Afghanistan.

Mais finalement l'administration, Obama en tête, s'oppose à cette publication sous prétexte de ne pas enflammer les théâtres de combat dans ces pays. Ainsi sous Obama comme sous Bush, la censure couvre les basses oeuvres des militaires.

Des militants du Front National passent a l'acte

Brève
15/05/2009

De retour d'un meeting, cinq militants du Front National, abreuvés de discours xénophobes et de bière, ont tabassé un jeune sur une aire d'autoroute, pour la seule raison qu'il était noir. Pour un groupe de nazillons passé à l'acte, combien l'encouragent pas leurs propos et leur attitude ?

Les idées nationalistes et racistes restent un poison actif, à combattre résolument.

Monopole et concurrence

Brève
15/05/2009

La commission européenne vient d'infliger au fabricant de microprocesseurs Intel une amende de plus d'un milliard d'euros. Ce qui paraît beaucoup mais représente cinq fois moins que les profits 2008 d'Intel. Il est reproché à cette firme sa situation de monopole qui lui permet d'empêcher son principal concurrent AMD de se développer. Et il est vrai qu'Intel domine plus de 80 % du marché mondial des processeurs.

On touche là une des principales contradictions du capitalisme. Les États aident habituellement les grandes entreprises, qui sont souvent qualifiés de "champions", à conquérir des marchés. Les plus grosses d'entre-elles rachètent d'ailleurs leurs concurrents à coup d'OPA, au point de dominer entièrement le marché. Mais cette concentration des capitaux amène, sous la forme des monopoles, la négation de la concurrence, tant vantée par les chantres du capitalisme.

Les États naviguent ainsi entre les contradictions toujours plus fortes du systéme capitaliste, dont la société ne peut sortir qu'en changeant totalement de système économique.

ArcelorMittal : la folie du capitalisme

Brève
13/05/2009

1500 sidérurgistes ont manifesté à Luxembourg à l'occasion d'une réunion des actionnaires d'ArcelorMittal. Les actionnaires prévoient de se partager un milliard d'euros alors que des milliers de leurs employés vont leurs salaires diminuer à cause du chômage partiel, quand ils ne sont pas purement licenciés.

Pendant des années, cette multinationale a amassé les fruits du travail des sidérurgistes et a racheté ses concurrents, jusqu'à devenir le premier producteur d'acier au monde. Pour au bout du compte réduire sa production mondiale de près de moitié. En Europe plus de la moitié de ses 25 hauts-fourneaux sont à l'arrêt.

Cet immense gâchis montre en quoi l'économie capitaliste n'est pas synonyme de progrès pour la société.

Loi Hadopi : création, internet et… profits

Brève
13/05/2009

La loi « création et internet » instituant une haute autorité chargé de combattre le téléchargement illégal et le piratage informatique a été finalement adoptée par le Parlement.

Cette loi a connu bien des péripéties opposant entre eux des clans politiciens surtout soucieux de faire parler d'eux. Mais elle a quand même soulevé des débats plus larges entre ceux qui mettent l'accent sur la liberté individuelle d'utilisation gratuite d'internet, et ceux qui veulent un contrôle et une forme de paiement pour rémunérer artistes et surtout producteurs.

Ce débat n'est pas près d'être clos car la nouvelle loi va relancer de plus belle la course technologique entre ceux qui veulent continuer à s'échanger gratuitement des fichiers par internet et qui trouveront les moyens de rester anonymes, et la nouvelle autorité, Hadopi, qui cherchera à les pister et à les en empêcher.

Une chose est certaine : la propriété privée, y compris dans le domaine des arts et de la création, est un sérieux frein à la libre diffusion et au libre accès de tous à la culture.

Les profits sont bien partagés… entre profiteurs

Brève
13/05/2009

L'INSEE remet aujourd'hui un rapport concernant le partage des profits à Sarkozy. Ce rapport fait le constat que depuis 1993, les salaires nets ont stagné, sauf ceux des dirigeants d'entreprise qui ont eux beaucoup augmenté. Quant aux dividendes, ils ont été multipliés par cinq dans la même période.

Sur 100 euros de profits, 57 euros sont réinvestis, 36 vont aux actionnaires, et les salariés se partagent les 7 euros restants. Après cela, il y aura encore des bonimenteurs pour faire miroiter les avantages de la participation et l'intéressement.

Des augmentations de salaires pour tous, c'est nécessaire. Et c'est possible, à condition de prendre sur la part qui, sous forme de dividende ou d'investissement (financier par exemple), entre dans la bourse des capitalistes. Mais ça n'est pas Sarkozy qui le fera !

Hôpitaux en crise : un premier recul

Brève
12/05/2009

Face à la grogne des patrons et à la mobilisation des personnels hospitaliers contre la loi Bachelot, Sarkozy s'est senti obligé de lâcher du lest. Le directeur, qui devait être érigé en patron unique d'un CHU, sera finalement entouré d'un « directoire » où les médecins auront en théorie leur mot à dire.

Mais sur l'essentiel, c'est-à-dire sur l'étranglement financier des hôpitaux publics et sur les 20 000 suppressions d'emploi qui y sont prévues cette année, Sarkozy n'a pas encore reculé.

Raison de plus pour amplifier la pression sur le gouvernement, notamment au travers de la journée de mobilisation de jeudi 14 mai.

Imprimer txt