Brèves

Pour Areva, la sécurité, c’est secondaire

Brève
04/11/2009

Les autorités de sûreté nucléaire française, britannique et finlandaise ont sérieusement critiqué la sécurité du réacteur EPR, qu'Areva construit. Ce réacteur, présenté comme un progrès majeur, ne serait guère meilleur que le précédent et il serait plus dangereux. En revanche, c'est un marché juteux, d'où l'empressement d'Areva et d'EDF à le commercialiser.

En matière de sécurité nucléaire, les capitalistes sont irresponsables et ce qu'il faut, c'est le contrôle de la population.

Justice : selon que vous serez jeune de banlieue ou policier…

Brève
04/11/2009

En 2005, deux policiers avaient roué de coups un jeune à terre, devant six autres policiers. Comme France 2 filmait la scène, ils ont été traduits en justice et viennent d'être condamnés, avec un troisième policier, à des peines avec sursis. Bref, le juge leur a dit de ne surtout pas recommencer, sinon il se fâcherait...

Il y a trois mois, 10 jeunes de 20 à 25 ans ont été jugés pour « caillassage » à Villiers-le-Bel en 2007. Les jeunes ont écopé de peines de un à trois ans de prison ferme. Dans ce pays qu'on nous dit être une démocratie, la loi interdit de critiquer une décision de justice... mais on peut quand même en penser ce qu'on veut !

Hortefeux veut un couvre-feu pour les mineurs délinquants de moins de 13 ans

Brève
04/11/2009

Cette mesure ne limiterait aucune délinquance, car si ces enfants sont vraiment des délinquants, le pire risque qu'ils prennent n'est certainement pas de se faire reconduire chez eux par la police. En outre, elle serait inapplicable, car comment reconnaître un enfant délinquant, à moins de le marquer au front au fer rouge... ce qu'Hortefeux n'ose tout de même pas proposer.

Mais le soldat Hortefeux n'est jamais avare d'un petit propos démagogique pour chasser sur les terres du Front National.

La Poste « imprivatisable » ?

Brève
03/11/2009

C'est ce à quoi s'est engagé, les yeux dans les yeux, le ministre de l'Industrie Christian Estrosi. Et pourtant, le même Estrosi est en train de faire de La Poste une « société anonyme ». Un peu comme Sarkozy, en 2004, avait changé le statut de GDF, en jurant qu'elle ne serait pas privatisée - elle l'a été depuis...

Aujourd'hui, le trafic postal est déjà largement privé ; et une entreprise comme Alternative Post distribue déjà même une partie des courriers de moins de 50 grammes, en toute illégalité, à Lyon en l'occurrence. Et demain, le gouvernement voudra privatiser La Poste pour qu'elle soit mieux armée contre cette « concurrence »...

Alors, une devinette : de Sarkozy et d'Estrosi, lequel est le plus menteur ?

Chirac devant la justice ?

Brève
03/11/2009

L'ancien président va-t-il être jugé en correctionnelle pour un système organisé d'emplois fictifs à la Mairie de Paris ? En tout cas, ils sont nombreux, à gauche comme à droite, ceux qui volent à son secours, au nom des « services » qu'aurait rendus Chirac au pays, voire de son opposition lors de la guerre en Irak, et sous prétexte que ce sont des faits anciens. Mais si ces faits anciens n'ont jamais été jugés, ce n'est pas seulement parce que la justice est lente, c'est surtout parce que Chirac s'est abrité derrière l'immunité que lui conférait la fonction présidentielle. Et c'est cette immunité qui est scandaleuse.

L’arnaque de Tarnac

Brève
03/11/2009

Il y a un an, Alliot-Marie en tête, le gouvernement « révélait » dans tous les médias une gigantesque opération de sabotage SNCF, menée par un groupe de terroristes de l'« ultra-gauche », neuf jeunes vivant dans le village de Tarnac (Corrèze). Aujourd'hui, la baudruche s'est dégonflée : tous les suspects ont été relâchés, certains après plusieurs mois de prison. Les avocats des neuf jeunes ont livré une contre-enquête, qui souligne les invraisemblances matérielles du dossier et les contradictions des policiers, qui ont parfois filé les suspects en permanence, sans établir aucune preuve contre eux.

Les neuf de Tarnac sont toujours mis en examen pour « association de malfaiteurs, destructions et dégradations en lien avec une entreprise terroriste ». Ils doivent être relaxés !

Près de 5000 sans-papiers en grève pour la régularisation

Brève
02/11/2009

Trois semaines après le début, le 12 octobre, de la grève des salariés sans-papiers pour leur régularisation, ils sont presque 5 000 en grève sur 44 piquets de grève à Paris et en banlieue. Ils occupent notamment la Tour Axa à La Défense, le siège de la Sogeres (groupe Sodexo, restauration collective) à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), des agences d'intérim, des entreprises de nettoyage ou encore un restaurant du musée Beaubourg. Car bien des secteurs, bien des entreprises ne tournent qu'avec des sans-papiers !

Ils sont confrontés aux expulsions policières, aux vigiles patronaux parfois aussi, et à l'indifférence de la presse. Mais ils ont droit au soutien de tous les travailleurs : ils vivent ici, ils bossent ici, ils doivent rester ici !

Rififi chez les sénateurs UMP sur la taxe professionnelle : c’est une révolte ? non, sire, c’est pour faire semblant

Brève
02/11/2009

24 sénateurs UMP, emmenés par l'ancien Premier ministre Raffarin, ont critiqué le projet de loi concernant la suppression de la taxe professionnelle. Cette réforme va priver les collectivités locales d'une partie de leurs recettes et certains des sénateurs, élus locaux, redoutent ainsi de devoir gérer la pénurie.

Mais les élus UMP ne demandent ne demandent que de modestes aménagements - moyennant quoi, ils voteront la réforme. Avec une contestation comme celle-ci, Sarkozy et son gouvernement peuvent encore dormir sur leurs deux oreilles.

Haro sur les hôpitaux de proximité

Brève
02/11/2009

Le gouvernement veut fermer 182 des 1075 établissements qui pratiquent des interventions chirurgicales. Il explique en effet qu'en-deçà de 1500 interventions annuelles, la « qualité des actes » et la « sécurité des malades » sont en cause. Balivernes ! Comme pour les maternités auparavant, l'objectif réel est de faire de sordides économies sur la santé publique. La suppression d'hôpitaux de proximité implique souvent un long trajet et donc un danger plus grand, par exemple en cas d'accident. Alors, salariés et usagers auront tout intérêt à se mobiliser non seulement pour préserver tel ou tel bloc opératoire, mais plus généralement contre le saccage du service public de santé.

Imprimer txt