Brèves

Médiator : une indemnisation qui ménage Servier

Brève
18/01/2013

Depuis plus d'un an, les victimes du Médiator, cet antidiabétique prescrit comme coupe-faim par les laboratoires Servier, peuvent demander une indemnisation. Mais, à l'heure actuelle, sur les 7 721 dossiers de demande d'indemnisation, l'Office National des victimes d'accidents médicaux, n'en a étudié que 1 493. Et seuls 68 avis favorables ont été transmis à Servier pour une proposition d'indemnisation... A peine 5 % !

Après des années d'impunité de Servier, les associations de malades vont donc devoir continuer le combat pour que soient réellement reconnus les dégâts du Médiator.

Les conditions indignes de détention en France

Brève
18/01/2013

L'État vient d'être condamné à verser 12 000 euros de réparation au préjudice subi par un détenu à la maison d'arrêt de Valenciennes. Celui-ci, atteint de schizophrénie, a passé plus d'un an sans recevoir les soins appropriés avant d'être finalement transféré dans un hôpital psychiatrique.

Avant cela, pendant son séjour à la maison d'arrêt, il avait même dû pendant plusieurs semaines dormir sur un matelas posé à même le sol, partageant sa cellule avec deux autres codétenus subissant l'entassement.

Rendu public jeudi, ce jugement met en lumière, une fois de plus, la situation dans les prisons françaises : surpeuplées, avec des détenus souffrant de graves troubles mentaux ou de maladies graves sans aucune prise en charge médicale. La maison d'arrêt de Valenciennes en est un exemple mais ce n'est pas la seule.

Les salariés de Sanofi ne se démobilisent pas !

Brève
18/01/2013

Hier, jeudi 17 janvier, des centaines de travailleurs de Sanofi ont manifesté à Paris et à Lyon pour réclamer le gel des plans sociaux annoncés en juillet 2012. Les sites de Toulouse et Montpellier sont particulièrement visés. D'ici 2015, 914 suppressions nettes d'emplois et 800 redéploiements par mobilité interne, dont 300 d'une région à l'autre, sont prévus. Sans compter Sanofi chimie à Neuville-sur-Saône qui doit fermer fin 2013 avec une cinquantaine de personnes qui ne savent pas où elles iront.

Sanofi, premier groupe pharmaceutique en Europe et devenue la première capitalisation du Cac 40 en 2012, a engrangé près de 9 milliards de bénéfices en 2011. Encore une direction à qui il faudrait imposer le partage du travail entre tous les salariés sans perte de salaire. Sanofi en a largement les moyens.

Les spéculateurs « punis »… mais pas sur la paille

Brève
17/01/2013

La banque américaine JPMorgan Chase annonce avoir augmenté son bénéfice net de 12 % sur l'ensemble de l'année 2012 et avoir atteint un niveau "record" de 21,3 milliards de dollars. "Pour la troisième année consécutive, le groupe a réalisé un bénéfice net record", s'est félicité son PDG.

Le dirigeant de la banque touchera, pour cette année, une rémunération totale en diminution... de 11,5 millions de dollars. Il a été « sanctionné » pour avoir réalisé des opérations spéculatives douteuses : son bonus a été diminué de moitié et ne sera « que » de 10 millions de dollars... Le pauvre !

Avec ce genre de sanctions, pas étonnant que les banquiers continuent de spéculer en saignant les populations.

Portugal : des « aides » qui poussent les travailleurs vers la misère

Brève
17/01/2013

Le FMI a annoncé mercredi qu'il approuvait le versement d'une nouvelle tranche d'aide de 838,8 millions d'euros pour le Portugal... Mais ces centaines de millions - qui s'ajoutent aux précédents - sauvent essentiellement les classes riches, les financiers, qui peuvent ainsi mettre de l'huile dans les rouages de l'économie et continuer à en tirer des profits... en faisant payer la note aux travailleurs.

En contrepartie de ce versement, le FMI exige que soient réalisés 4 milliards d'euros d'économies supplémentaires, en réduisant encore le nombre des fonctionnaires et en rognant encore sur leurs salaires et leurs retraites.

Au Portugal comme partout, les travailleurs n'ont pas à accepter les sacrifices imposés pour le maintien des profits de leurs exploiteurs.

Vive la grève des mineurs sud-africains !

Brève
17/01/2013

Mardi 15 janvier, la société Anglo American Platinum (Amplats), numéro un mondial du platine, a annoncé son intention de licencier 14 000 mineurs en Afrique du Sud, soit près de 25 % de ses salariés. La direction de l'entreprise, filiale à 80% d'un géant minier, l'Anglo American - qui a plus que largement de quoi faire face à la crise - prétend ainsi « sauver la compagnie et l'emploi de 45 000 autres personnes ». Refusant de céder à ce chantage, les mineurs de platine de la région de Rustenburg, au nord-ouest de Johannesburg, se sont mis en grève.

Il y a quelques mois, les mineurs d'Afrique du Sud ont été capables d'imposer par leurs luttes des augmentations de salaires malgré une répression sans pitié. Face à leurs patrons, les mineurs rendent les coups.

Un exemple et un encouragement pour tous les travailleurs d'Afrique du Sud et d'ailleurs.

Renault supprime des emplois, Montebourg le félicite

Brève
16/01/2013

Renault vient d'annoncer son intention de supprimer 7 500 postes en France d'ici 2016. Cette annonce intervient dans le cadre des « négociations » d'un « accord sur la compétitivité » que la direction du groupe automobile veut imposer. Au programme du patron de Renault : augmentation du temps de travail sans augmentation de salaire, mobilité d'une usine à l'autre au sein du groupe pour les travailleurs... Le chantage à l'emploi est utilisé à fond puisque, si les syndicats refusaient de signer, la direction menace de fermer un site de production.

Montebourg, le ministre du « Redressement productif » se réjouit du fait que la direction n'annonce aucune fermeture d'usine. Sauf que 7500 postes de travail en moins, c'est l'équivalent de deux usines en moins. Ou bien ce ministre n'a rien appris en calcul, ou bien il se moque du peuple... C'est la seconde hypothèse qui est la bonne !

Nouvelles attaques en vue contre les retraités

Brève
16/01/2013

Depuis mardi dernier, patronat et syndicat ont engagé des négociations sur les retraites complémentaires Agirc (pour les cadres) et Arrco (pour le reste des salariés) pour « diminuer un déficit chiffré à 10 milliards d'euros d'ici cinq ans ». On connaît cette rengaine, qui n'annonce que de nouvelles attaques contre l'ensemble des travailleurs.

Le Medef a rendu publiques ses propositions : gel des pensions dans un premier temps, suivi d'augmentations plus faibles que l'inflation pendant cinq ans ; baisse des pensions de reversion, les veuves ou veufs ne touchant plus que 56 % de la retraite complémentaire de leur conjoint décédé, au lieu de 60 % actuellement ; enfin, un nouveau recul de l'âge de la retraite.

Nous voilà prévenus : contre de nouveaux reculs concernant le régime des retraites, il faudra se battre pour défendre nos droits pour une fin de vie qui ne soit pas sacrifiée.

Des services d'hébergement d'urgence... sans hébergement, ni urgence !

Brève
15/01/2013

D'après la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (Fnars), près d'un appel sur deux (49%) au numéro du Samu social, le 115, n'a pas abouti à une solution d'hébergement en décembre, par manque de place; une proportion qui passe à 61% pour les couples avec enfants.

Et pendant que des familles sont condamnées à rester dans la rue, la ministre du Logement continue d'étudier la possibilité de réquisitionner des logements vides... Pour l'hiver prochain peut-être ?

Imprimer txt