Brèves

Un "plan jeunes" au profit des patrons

Brève
24/04/2009

Pour avoir l'air de faire quelque chose contre le dramatique niveau de chômage des jeunes, qui a augmenté de 32 % en un an, Sarkozy sort son "plan jeunes" aujourd'hui.

Ce plan prévoit surtout des subventions aux entreprises dans le cas où elles prennent des jeunes en alternance ou bien qu'elles embauchent des stagiaires.

De toute façon les grandes entreprises sont surtout occupées à supprimer des emplois. Et tant que les licenciements ne seront pas interdits, le chômage frappera les jeunes et les autres.

Licenciements et profits à Toulouse

Brève
24/04/2009

Freescale, multinationale qui produit des semi-conducteurs, vient d'annoncer la fermeture de deux usines : une au Japon, et une à Toulouse où 900 emplois seront supprimés.

Cette entreprise, qui s'apprête à priver tant de travailleurs de leurs revenus, a pourtant engrangé 1,76 milliard de dollars de bénéfices au premier trimestre 2009.

Il faut d'urgence interdire les licenciements dans ces entreprises qui font des bénéfices. Sous peine de réquisition.

Perpignan : le maire et la fraude à la chaussette

Brève
24/04/2009

Lors de l'élection municipale de Perpignan, en mars 2008, un président de bureau de vote, frère d'un adjoint du sénateur-maire UMP Jean-Paul Alduy, avait été surpris en plein dépouillement avec des enveloppes et des bulletins dans les chaussettes et dans les poches.

Certes, Jean Tiberi et d'autres ont fraudé pendant 20 ans et sont toujours dans leur fauteuil. Mais là, il faut croire que la fraude était un peu trop grosse : la réélection d'Alduy vient enfin d'être invalidée. Il était temps !

Mobilisation dans les hôpitaux parisiens

Brève
23/04/2009

Les médecins et personnels des hôpitaux parisiens commencent à se mobiliser contre le démantèlement de l'hôpital public prévu dans la loi Bachelot.

Il s'agit pour le gouvernement, qui de son côté creuse allègrement les déficits publics pour donner des milliards aux banques et aux grandes entreprises, d'obliger les hôpitaux à être à l'équilibre financier. Ce qui signifie des fermetures de lits, car les exonérations de cotisations sociales au profit du patronat et les licenciements diminuent drastiquement les ressources de la Sécu, et donc le financement des hôpitaux.

Pour faire appliquer cette politique, la loi donnerait tout pouvoir aux directeurs d'hôpitaux qui deviendraient de véritables patrons et les hôpitaux des entreprises, avec ce que cela suppose de critères de rentabilité.

C'est pour s'opposer à cette évolution néfaste, qui se traduit dès cette année par un millier de suppressions d'emploi dans les hôpitaux parisiens, qu'une manifestation est organisée mardi 28 avril.

Dexia : erreur de la banque en sa propre faveur ?

Brève
23/04/2009

Il n'y a pas qu'aux États-Unis que les banquiers peuvent tout à la fois licencier, toucher de l'argent public et s'en mettre plein les poches. La banque franco-belge Dexia en est un exemple : sauvée de la faillite en septembre 2008 par les États à hauteur de 6,4 milliards d'euros, elle supprime 900 postes. Son PDG a touché 825 000 euros de bonus ; en outre, la banque a versé quelque 8 millions d'euros de primes à une centaine de dirigeants français. Se faire aider par l'État pour s'enrichir - c'est le capitalisme assisté !

Sarkozy et Besson en guerre contre les migrants

Brève
23/04/2009

En 2003, le ministre de l'Intérieur Sarkozy avait fait fermer le centre de Sangatte (Pas-de-Calais) qui accueillait les migrants voulant passer outre-Manche. Depuis, les migrants sont dans des conditions plus précaires encore, et se réfugient notamment dans la « jungle », un bois où plusieurs centaines d'entre eux s'entassent dans des conditions lamentables. Le gouvernement veut maintenant faire place nette et chasser les migrants. C'est le sens de la visite d'Éric Besson, ministre de l'Immigration et de l'identité nationale, à Calais ce jeudi. Cela ne résoudra bien sûr rien, mais le but n'est pas là : il s'agit de faire la guerre aux malheureux, qui fuient l'Irak ou l'Afghanistan en direction de la Grande-Bretagne.

« Nicolas Sarkozy enfile le costume de Le Pen », écrivait en 2007 un certain... Éric Besson, alors au PS, mais qui trouve maintenant que le costume lui va très bien aussi.

Gaspillage capitaliste colossal

Brève
23/04/2009

Le Fonds Monétaire International (FMI) prévoit que la crise économique va coûter plus de 4 000 milliards de dollars au système financier mondial.

Avec des sommes bien plus modestes, on pourrait nourrir, soigner, loger et éduquer ceux des êtres humains qui manquent de tout sur notre planète.

Le capitalisme accumule de telles sommes et les concentre dans les coffres de la bourgeoisie qui n'en a pas besoin pour vivre, puis les détruit sans qu'elles servent à la population. Un système aussi fou mérite mille fois de disparaître.

Universités : le gouvernement tente de passer en force

Brève
23/04/2009

En faisant adopter en conseil d'État, puis en conseil des ministres, le décret sur le statut des enseignants-chercheurs, le gouvernement tente de passer en force. Il mise sur la fatigue des grévistes et peut-être aussi sur le fait que la plupart des universités sont en vacances, tout comme avec la loi sur l'autonomie des universités qui avait été adoptée en... août 2007 !

Pourtant, ce décret est, comme d'autres projets, très largement rejeté par les principaux intéressés. Dans les universités où les vacances ont pris fin cette semaine, la grève a souvent été reconduite. Et à la rentrée des autres, dans quelques jours, le gouvernement, qui voudrait que tout revienne à la normale, risque bien de retomber sur... un os.

Les banques américaines touchent le jackpot

Brève
22/04/2009

3 milliards de dollars pour Wells Fargo, 1,8 milliard pour Goldman Sachs, 2,14 milliards pour JP Morgan Chase, 1,6 milliard pour Citigroup : tels sont les bénéfices inespérés réalisés par les grandes banques américaines au premier trimestre 2009.

Il faut dire que l'État américain les a aidées à guichet ouvert. Les banques parlent maintenant de rembourser une partie de ces aides. Par honnêteté ? Pas du tout, mais pour pouvoir fixer librement bonus et rémunérations pour leurs dirigeants. En revanche, elles n'envisagent surtout pas de réembaucher les 262 000 salariés des banques qui ont perdu leur emploi depuis début 2008 !

Imprimer txt