Brèves

Le parquet refuse d’inquiéter trois dictateurs « amis de la France »

Brève
10/05/2009

Trois chefs d'État africains qui entretiennent de très bonnes relations avec la France : Omar Bongo pour le Gabon, Denis Sassou-Nguesso pour le Congo et Teodoro Obiang pour la Guinée équatoriale, sont soupçonnés d'avoir détourné des sommes importantes des budgets de leurs États pour s'acheter des biens immobiliers en France.

Que ces dictateurs se soient enrichis au détriment de leur peuple, cela n'étonnera personne. Mais ces détrousseurs ne sont en réalité que des « hommes de main ». Ce sont de grands trusts en l'occurrence français comme Total, très présent au Gabon, qui profitent et pillent les richesses de ces pays.

Carrefour accusé de fraudes multiples

Brève
10/05/2009

Le groupe de grande distribution Carrefour a été épinglé par la justice pour au moins 2 500 « entorses à la loi », autrement dit pour fraudes.

Dans ces fraudes on trouve : des produits périmés, des étiquettes fausses sur le poids des barquettes de viande, des heures sup' non payées... Dans un magasin de la région parisienne, des contrôles ont montré que 1625 produits frais et surgelés étaient entreposés à température ambiante.

La loi du profit nuit terriblement à la santé !

Ce n’est pas la crise pour les actionnaires

Brève
10/05/2009

En 2008, le groupe PPR (Printemps-Pinault-Redoute) a décidé de supprimer 1800 emplois à La Redoute, chez Conforama et à la Fnac, et de fermer cinq magasins du chausseur Sergio Rossi aux États-Unis, la Fnac Bastille à Paris et plusieurs magasins Conforama en Espagne et en Italie. Pendant ce temps, les actionnaires du groupe ont touché 418 millions d'euros de dividendes.

Lors d'une assemblée générale du groupe, François-Henri Pinault, son dirigeant, a réaffirmé aux actionnaires présents : « Ce qui importe, c'est que le groupe se renforce et puisse assurer une politique de dividende sérieuse et équilibrée à l'ensemble de ses actionnaires ».

Ils avaient été accueillis par des salariés leur lançant des oeufs et les traitant de voyous. Qui sème le chômage récolte la colère !

8 millions de pauvres en France

Brève
10/05/2009

L'INSEE vient de publier les résultats d'une étude sur le niveau de vie menée en 2006. Le seuil de pauvreté, selon l'INSEE, se trouve aujourd'hui à 880 euros par mois, et 8 millions de personnes en France sont sous cette barre. En 2004, ils étaient 7 millions.

Cela signifie qu'en deux ans, un million de personnes en plus sont passés sous le seuil de pauvreté. Et ces chiffres datent de 2006, c'est-à-dire bien avant l'aggravation de la crise.

Ce que montrent ces chiffres, c'est que ce système mène à la catastrophe et qu'il nous y mène de plus en plus vite.

La grippe A : la misère augmente les risques de pandémie

Brève
10/05/2009

Si la manière dont est apparu le virus responsable de la grippe A n'est pas encore clairement établie, on sait déjà que les dangers qu'elle représente viennent avant tout des inégalités dans l'accès au soin. Bien des Mexicains victimes de la grippe A se sont rendus à l'hôpital à un stade avancé de la maladie et n'ont pu être soignés à temps, du fait de la pauvreté d'une partie de la société et de l'incurie des systèmes de santé.

En France comme dans les pays les plus riches de la planète, les attaques contre les services de santé éloignent déjà bien des malades pauvres ou SDF. Alors en cas de pandémie les risques augmenteront.

La société, en fabriquant des exclus pour sauvegarder les profits - y compris ceux des trusts pharmaceutiques - engendre des maux qui peuvent être encore plus graves que les virus.

Sarkozy et sa démagogie crasseuse

Brève
08/05/2009

Dans un discours prononcé devant un parterre de militants de l'UMP, Sarkozy a osé affirmer que pour sortir de la crise, il faudrait « travailler plus ». Quand on songe qu'il y a 3000 chômeurs en plus chaque jour dans ce pays, ces propos sont une véritable provocation.

Pour que tout le monde puisse travailler « tout court », il faut surtout interdire les licenciements. Et ça Sarkozy ne le fera jamais.

Monopoly géant dans l’automobile

Brève
08/05/2009

Fiat cherche à acquérir Opel - une filiale de la GM en Europe-, après avoir racheté Chrysler. Mais pour faire cette opération, l'entreprise ne veut pas débourser d'argent, elle préfère que les États s'en chargent.

Le patron de Fiat demande donc à l'État allemand de payer cette fusion en promettant de maintenir les sites de production Opel en Allemagne. Il n'y a aucune raison de croire aux promesses des patrons, l'exemple de Continental le montre.

Pour les requins capitalistes de l'automobile, la crise sert non seulement à licencier et à amplifier la pression sur les salariés, mais aussi à se battre entre eux pour améliorer leurs positions.

Les profits se portent bien

Brève
08/05/2009

Un rapport vient de confirmer ce que chacun savait déjà : depuis des années les profits augmentent. Et surtout, à l'intérieur des bénéfices, la part versée aux actionnaires explose. Entre 1993 et aujourd'hui, les dividendes versés ont doublé.

Alstom, par exemple vient d'annoncer pour 2008 des bénéfices de plus de un milliard et une hausse de 40% des dividendes versés. En même temps, le groupe prévoit des « réductions de coûts », c'est-à-dire une pression supplémentaire sur les travailleurs.

Voilà le sens du « partage » pour les patrons : nous produisons, ils profitent !

Pour PSA, c'est la cagnotte à tous les coups

Brève
08/05/2009

Beaucoup d'usines du groupe PSA ont connu du chômage partiel, ces derniers mois. À ce titre, le groupe a bénéficié de l'aide de l'État.

Avec la prime à la casse, qui est encore une aide de l'État, les ventes de voitures ont remonté et PSA fait maintenant faire des heures supplémentaires. Là, il a le droit aux exonérations des cotisations sociales.

Il est vital que ce parasitisme cesse et que l'argent public soit utilisé dans l'intérêt des victimes de la crise pas des profiteurs.

Imprimer txt