Brèves

Irlande : l’Église et l’État complices de milliers de morts

Brève
13/01/2021

Depuis quelques années, on savait que, durant des décennies, l’Église d’Irlande avait enfermé, exploité et laissé mourir des enfants, rejetés par leurs familles ou arrachés à elles. Et ce, avec la complicité de l’État. Un rapport officiel qui vient d’être publié donne le chiffre de 9 000 bébés et mères célibataires décédés dans ces mouroirs portant le nom de « maisons mère-enfant ». En matière de mépris des femmes et d’inhumanité, l’Église catholique a décidément un lourd passif. Ses positions actuelles, notamment contre le droit à l’avortement, sont toujours un obstacle pour l’émancipation de l’humanité.

Algérie : scandale et corruption généralisée

Brève
13/01/2021

Jugé pour financement occulte de la campagne présidentielle d’avril 2019, l’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia a avoué avoir reçu des millions, levant ainsi une partie du voile du système de corruption qui gangrène l’État algérien depuis des décennies. Il a évoqué notamment les lingots d’or revendus sur le marché noir reçus de riches émirs du Golfe en échange du droit de venir chasser des espèces protégées. De quoi révolter les milieux populaires, qui ont montré depuis deux ans leur réactivité et leur combativité derrière le slogan « système dégage ». Un système qui va bien au-delà de ces scandales à répétition et qui implique toute la bourgeoisie algérienne et ses protecteurs, en France et ailleurs.

Israël : un apartheid qui dit enfin son nom ?

Brève
13/01/2021

B’Tselem, une ONG israélienne de défense des droits de l’homme, se basant sur la définition juridique admise internationalement, accuse l’État israélien de pratiquer un véritable apartheid à l’encontre des Palestiniens, citoyens ou non d’Israël. Elle rappelle que ceux-ci sont privés de leurs droits fondamentaux, comme ceux de circulation ou d’expression. Ces faits sont établis et dénoncés de longue date par les Palestiniens et tous ceux qui soutiennent leurs droits. Mais c’est la première fois qu’une organisation israélienne aussi importante les reprend en ces termes. Le combat pour la libération des peuples ne connaît pas de frontières : il trouvera une issue sur le terrain de l’internationalisme ouvrier.

 

Au Brésil, Ford licencie 5 000 travailleurs

Brève
12/01/2021

Manifestation au Brésil en 2019

Après avoir mis à la rue plus de 3 000 personnes l’an passé, Ford vient d’annoncer qu’il ferme ses trois dernières usines du Brésil, laissant sans ressources plusieurs milliers de travailleurs et leurs familles. Comme ses concurrents du secteur automobile, Ford profite de la pandémie pour rentabiliser sa production et fermer les sites qu’il estime les moins profitables. Et ce, alors que le groupe a dégagé des bénéfices l’an passé et distribué de larges dividendes à ses actionnaires.

Le principal objectif de ces capitalistes, ce n’est pas de produire des voitures, ou des pots de yaourt, ou n’importe quoi. Mais d’accumuler des profits, toujours plus de profits.

Aux travailleurs de réglementer

Brève
12/01/2021

Les tarifs « réglementés » d’électricité devraient augmenter de 1,73 % au 1er février pour les particuliers, selon la Commission de Régulation de l’Énergie. Pour un ménage, la hausse représenterait 16 euros par an en moyenne. Or les travailleurs, les chômeurs, les retraités n’ont pas vu leur pouvoir d’achat augmenter du tout.

La justification serait une augmentation des coûts d’approvisionnement en énergie, mais on ne nous parle pas des profits accumulés de tous les mastodontes fournisseurs d’énergie.

En fait, ce devrait être aux travailleurs de contrôler les prix de l’Énergie, comme du reste… et tant pis pour les profits des profiteurs.

Justice : une affaire enterrée avant même d’être jugée

Brève
12/01/2021

Au motif que le procès n’avait pas été tenu dans des délais « raisonnables », le tribunal de Nanterre a mis fin au procès de l'affaire de corruption présumée de « la chaufferie de la Défense ». La procédure avait été engagée en… 1998 et les prévenus, dont un ancien dirigeant des ex-Charbonnages de France, étaient certes très âgés. Mais cela évitera ainsi de faire la lumière sur une affaire qui mêlait spéculateurs et notables.

Quand il s’agit de faire la lumière sur les pratiques de ces milieux bourgeois, la justice n’est jamais pressée et ne connaît pas la « comparution immédiate ».

Grande-Bretagne : confinement mais expulsions quand même

Brève
12/01/2021

En Grande-Bretagne, qui compte déjà 76 000 morts du Covid, le gouvernement confine totalement la population. Mais cela ne l’empêche pas de s’apprêter à renvoyer par charters une soixantaine de migrants détenus en centre de rétention, vers la Roumanie et vers la Pologne.

Ainsi il n’hésite pas à faire courir des risques pour la santé publique, notamment pour les pays de retour, d’autant que le mois dernier une expulsion de la sorte avait révélé un cluster de Covid dans un centre de rétention de Londres.

Inhumanité et irresponsabilité : le gouvernement britannique ne recule devant rien pour flatter les préjugés anti-migrants.

 

Peine de mort : l’État américain exécute à tout va

Brève
12/01/2021

Trump et son administration mettent les bouchées doubles dans l’horrible, durant les quelques jours qui restent de leur mandat. Aujourd’hui aux États-Unis, une femme doit être exécutée par décision du gouvernement fédéral : la première femme exécutée par ce gouvernement fédéral depuis 70 ans. Ce sera aussi la 11ème exécution depuis le mois de juillet, alors que nombre d’États ont repoussé les exécutions du fait, entre autres, des risques de contamination au coronavirus.

Depuis longtemps il est démontré que la peine de mort, cet acte barbare, ne fait pas baisser le nombre d’homicides, au contraire. On est donc loin d’être sorti de la barbarie, et cela dans l’économie la plus développée de la planète.

 

États-Unis : avec ou sans Trump, la crise et les menaces perdurent

Brève
11/01/2021

Critiqué ou renié par ses concurrents politiques et les cadres de son parti pour avoir incité ses partisans à marcher sur le Capitole, Trump risque de faire l’objet d’une procédure de destitution qui, si elle aboutissait, l’empêcherait de se représenter à la prochaine présidentielle. Mais quelle qu’en soit son issue, c’est d’abord de l’approfondissement de la crise que dépend le basculement de plus en plus réactionnaire de la situation politique aux États-Unis, comme ailleurs. Une destitution de Trump ne changerait rien non plus à la nécessité pour les travailleurs de s’organiser afin de défendre leurs conditions d’existence et celles de leurs familles.

Imprimer txt