Brèves

Se laver les mains chez soi, un geste inaccessible pour beaucoup

Brève
25/03/2020

Alors que la pandémie touche progressivement tous les pays, des milliards d'êtres humains ne peuvent même pas faire le plus simple et le plus efficace des « gestes-barrières », se laver les mains. Selon l'Unicef, trois milliards de personnes sur la planète n'ont pas d'accès direct à l'eau potable ou pas de moyens pour se payer du savon. Quant aux habitants des bidonvilles ou des camps de réfugiés surpeuplés, comment envisager la moindre « distanciation » !

Les multinationales de l'eau comme Veolia, Suez et d'autres ont bâti leurs fortunes en rachetant les réseaux d'eau existants et en obtenant le monopole de la distribution, y compris dans des pays pauvres. Pour satisfaire les besoins d'hygiène de tous, il faut les exproprier.

Tests de dépistage : un retard criminel

Brève
25/03/2020

Au fil des jours, on constate l'impréparation totale des autorités ici en France. Après les masques chirurgicaux ou FFP2, un produit pourtant peu coûteux, la même pénurie touche les tests de dépistage. L'Organisation mondiale de la santé (OMS), les associations de médecins, tous insistent sur l'importance vitale d'un dépistage massif. Un dépistage systématique dès le début de l'épidémie, comme l'a pratiqué la Corée du sud, aurait pu éviter un confinement général selon les spécialistes.

Mais à ce jour, les hôpitaux ne peuvent même pas effectuer tous les tests pour les soignants. Certains laboratoires ont été contraints d'arrêter ces tests par manque de consommables. Et il a fallu attendre ces tout derniers jours pour que le ministre de la Santé annonce une accélération de la production de ces moyens de tester.

Cela n'est pas qu'une négligence irresponsable. C'est la conséquence de ce système qui protège les intérêts des capitalistes avant ceux de la population. Pas besoin de tester ce comportement, on le vérifie chaque jour !

Hôpitaux privés : Soignants ou commerçants ?

Brève
24/03/2020

Dans une clinique privée

Au détour d'une interview du chef des urgences de l'hôpital Pompidou sur France inter, on apprend que les hôpitaux privés, dont beaucoup disposent d'appareils respiratoires et de lits de réanimation, ne sont pas réquisitionnés d'office. L'accueil des malades en détresse et en surnombre dans le public reste donc au bon vouloir de chaque responsable de clinique privée. Selon ce chef des urgences « on perçoit des réticences pour prendre des malades ».

Il faut exiger la réquisition immédiate des cliniques privées ! C'est du bon sens, mais pour Macron, le privé, c'est intouchable. Mais même s'il finit par s'y résoudre, ce sera avec retard. Impardonnable !

Airbus : le virus du profit plus fort que le Covid

Brève
24/03/2020

Alors que les avions sont cloués au sol partout dans le monde, alors que les médecins demandent le renforcement du confinement, Airbus a fait reprendre le travail lundi matin dans toutes ses usines de production française. La semaine dernière, après les protestations des travailleurs, sa direction avait arrêté les lignes de production mais seulement «le temps de prendre les mesures sanitaires ». Pour relancer coûte que coûte la machine à profit, elle a acheté des masques en Chine. Grand seigneur, elle en donnera quelques-uns aux hôpitaux qui en manquent cruellement...

Obliger des ouvriers, des techniciens, des agents du nettoyage à se déplacer, à se croiser dans des vestiaires et dans des carlingues pour assembler des avions qui resteront stockés sur des parkings n'est pas seulement absurde, c'est criminel.

États-Unis : une société malade

Brève
24/03/2020

Aux États-Unis comme ailleurs, l'épidémie de Covid-19 révèle les injustices criantes aux dépens des travailleurs. Dans le pays le plus riche du monde, un salarié sur quatre n'a droit à aucun congé payé en cas de maladie; et parmi les plus petits salaires, c'est un sur deux. Quand ils existent, ces congés sont plafonnés à sept ou huit jours par an.

La vague épidémique s'accompagne d'une vague de licenciements. Les entreprises se débarrassent des travailleurs en fonction de la baisse de leur activité. Les droits à l'allocation de chômage sont si réduits que des États ont dû les augmenter en urgence. Et cette allocation ne dure que cinq à six mois selon les États.

Trump et la banque fédérale volent au secours des capitalistes américains. Mais pour sauver leurs intérêts, les travailleurs doivent s'en occuper eux-mêmes.

L’Afrique menacée par le coronavirus… et ravagée par l’impérialisme !

Brève
22/03/2020

Le continent africain est encore aujourd’hui le continent le moins touché par l’épidémie de coronavirus, mais d’après l’Organisation mondiale de la Santé, l’OMS, les conséquences y seront probablement les plus graves. Elle envisage même un taux de mortalité proche de 10 % des malades.

En cause, l’absence quasi-totale de moyens de santé : très peu de centres de dépistage (une quarantaine pour tout le continent), des pays entiers sans service de réanimation, un personnel soignant sous-équipé qui sera atteint en premier par le virus.

L’Afrique paiera une fois de plus les conséquences de dizaines d’années de pillages par les grandes puissances, entre autres de la France. Tel est le tragique bilan de la colonisation de ce continent.

État d'urgence sanitaire : au bon vouloir des patrons

Brève
22/03/2020

Le gouvernement vient de faire adopter l'état d'urgence sanitaire. Entre autres dispositions, ce texte prévoit que les patrons pourront imposer « unilatéralement » à leurs salariés d'utiliser leurs congés pendant la période de confinement. C’est une façon de faire reposer les conséquences de cette crise sanitaire exclusivement sur les travailleurs.

Les travailleurs doivent se voir garantir le paiement à 100 % de leur salaire. Et pour financer cette mesure, il faut prendre sur les profits accumulés des grands actionnaires et des bourgeois.

Budget de la Recherche : paroles, paroles...

Brève
20/03/2020

Le CNRS

En visite à l'institut Pasteur, Macron a annoncé une hausse de 5 milliards d'euros sur 10 ans du budget de la Recherche. « La crise du COVID-19 nous rappelle le caractère vital de la recherche scientifique et la nécessité d’investir massivement pour le long terme » a déclaré le président. En septembre dernier, lors de l'annonce du budget 2019, le secrétaire général du syndicat des chercheurs rappelait que le CNRS avait perdu 1 500 postes ces dernières années.

Au-delà des discours grandiloquents et des effets de manche, la recherche fondamentale a le tort de n'être pas rentable immédiatement, dans cette société où le profit est roi. Quitte à mettre des centaines de milliers de vie en jeu.

Manque de masques : l’irresponsabilité criminelle de ceux qui nous gouvernent

Brève
20/03/2020

Le personnel des hôpitaux et des Ehpad, les médecins, les salariés en contact avec le public, tous dénoncent l’absence quasi-totale de masques capables de protéger de la contamination et d’en limiter la propagation. Interrogé à ce sujet le 19 mars à l'Assemblée nationale, le ministre de la Santé Olivier Véran a expliqué : « Nous disposons d’un stock d’Etat d’environ 150 millions de masques chirurgicaux et d'aucun stock de masques FFP2. Il avait été décidé, suite aux crises sanitaires précédentes – je remonte pour cela à 2011 et 2013 – qu’il n’y avait plus lieu de conserver des stocks massifs de masques dans le territoire. »

C’est une façon de se dédouaner sur ses prédécesseurs mais le gouvernement auquel il appartient a eu la même politique, pour la même raison : faire des économies pour verser des milliards aux plus grandes entreprises. On voit aujourd’hui à quel point cette politique était criminelle !

Imprimer txt