Brèves

Procès contre Monsanto : la toxicité des trusts capitalistes

Brève
08/02/2019

Après 15 années de procédure et des pressions répétées, Paul François un agriculteur des Charentes, victime d’une intoxication après avoir inhalé des vapeurs de Lasso, un herbicide commercialisé par Monsanto, a engagé un quatrième procès  devant la cour d’appel de Lyon. Comme dans toutes les affaires dans lesquelles Monsanto est au rang des accusés, le courage et la ténacité des victimes font face à un géant de l’agro-business, qui utilise  toutes les combines que lui offrent les  arcanes juridiques pour échapper  à ses responsabilités. Et elles sont  nombreuses, ces astuces juridiques !  Jusque-là, Monsanto n’a été que rarement condamné par une Justice qui tranche la plupart du temps en faveur des puissances d’argent. C’est cela qu’ils appellent justice dans cette société !

Non aux frappes militaires françaises

Brève
08/02/2019

Depuis dimanche dernier, des avions de chasse français ont procédé à une vingtaine de frappes au Tchad en bombardant des convois  dits « rebelles » pour soutenir le dictateur Déby.

Idriss Déby, ce chef de guerre qui maintient la population tchadienne dans une misère sans nom est le défenseur des intérêts français au Tchad ce qui lui vaut son appui militaire. Et l’armée française se comporte dans cette région d’Afrique comme sur son terrain de chasse.

Troupes françaises hors d’Afrique !

Afghanistan : vers un accord entre Etats-Unis et Talibans

Brève
08/02/2019

Après des années de discussions, le gouvernement américain vient de signer un texte avec le représentant des Talibans, ces forces islamistes qu’ils prétendaient combattre depuis plus de quinze ans. Incapables malgré les forces déployées, malgré  les bombardements et les assassinats, de ramener un semblant de stabilité dans ce pays dévasté, ils comptent sur ces anciens  partisans de Ben Laden pour maintenir un semblant d’ordre. Et ils se disent les défenseurs de l’ordre. Un ordre qui génère le chaos, la misère et la mort.

Barils de pétrole et super profits

Brève
08/02/2019

Les cinq plus grands groupes pétroliers mondiaux, dont le français Total, ont encaissé plus de 80 milliards de dollars  de profits en 2018. Ces résultats sont en hausse. Et spectaculairement dans le cas de BP, qui triple ses bénéfices.

Ils sont même supérieurs à ceux de 2014, alors que les cours du pétrole étaient beaucoup plus élevés.

Du même coup les dividendes versés aux actionnaires seront en hausse, de 25 milliards de dollars pour Chevron et Shell dans les années à venir.

Dans un monde en crise, les  groupes pétroliers continuent  à amasser  des profits record.

Mariage de Ghosn à Versailles : Royal !

Brève
08/02/2019

La direction de Renault a signalé –spontanément ?- à la justice que son ex dirigeant Carlos Ghosn, avait profité personnellement d'une offre de service somptueuse des administrateurs du château de Versailles.

Ghosn y avait  organisé en 2016 une cérémonie pour son mariage, en disposant gratuitement alors du Trianon dont le tarif pour ce genre de prestation se monte à 50 000 euros.

Aujourd'hui, bien tardivement il est vrai, Renault lâche son ex-PDG. Pourtant, on peut parier que bien des dirigeants de l'entreprise  et d’autres sans doute ont participé à cette modeste  sauterie, au frais de la princesse  La vie de château, rien de plus banal dans ce petit monde de la bourgeoisie et assimilés.

Papeterie Arjowiggins : une colère amplement justifiée

Brève
07/02/2019

Les 240 travailleurs de la papeterie Ex-ArjoWiggins de Jouy-sur-Morin en Seine-et-Marne refusent la fermeture de leur usine.

Cette usine a été rachetée par un groupe d'investissement il y a dix mois, qui a profité de l'argent public sans débourser un euro d'investissement. Il a maintenant, décidé de mettre la clé sous la porte pour ses seuls intérêts financiers. La vie des hommes, des femmes, de leurs familles, ne comptent pour rien pour les financiers et les capitalistes.

Ce sont ces gens-là qu’il faut exproprier si nous ne voulons pas crever de leur égoïsme, de leur parasitisme, de leur soif jamais étanchée de profits. Car ce sont les travailleurs qui ont produit tout ce qui est sorti de cette usine. Ce sont eux toujours qui créent les richesses.

Ce sont les parasites du travail dont il faut se débarrasser. Il y a va de notre survie à tous. 

Le gouvernement handicapé du porte-monnaie

Brève
07/02/2019

Mercredi 6 février, les Accompagnants d’Élèves en Situation de Handicap étaient en grève pour protester contre leurs conditions de travail.

Le nombre d’accompagnants est notoirement insuffisant pour les 340 000 élèves handicapés scolarisés. Les contrats des AESH sont précaires, les formations sur le handicap des élèves qu’ils accompagnent insuffisantes. Quant à leurs salaires, c’est une misère : 700 euros en moyenne !

Au bout du compte, les élèves handicapés pâtissent de cette situation.

Alors que les élèves handicapés devraient bénéficier d’efforts particuliers pour leur permettre de suivre une bonne scolarité, les moyens que le gouvernement met à la disposition des enseignants sont misérables.

Voilà pourtant un secteur où nos impôts et toutes les taxes pourraient s’investir utilement !

 

« Prolétaires de tous les pays, unissons-nous ! » (K. Marx)

Brève
07/02/2019

Le refus de la Commission européenne d’accepter la fusion entre Alstom et Siemens a provoqué une série de réactions. En Allemagne comme en France, gouvernements, politiciens de droite comme de gauche ont dénoncé une décision favorable au géant chinois, concurrent sur la construction de trains à grande vitesse. D’autres, ont applaudi cette décision comme allant dans le sens de la sauvegarde de ce qu’ils appellent « un fleuron de l’industrie française ».

Quelle que soit l’option choisie, en France, en Allemagne, en Europe, au Canada ou même en Chine, les intérêts des travailleurs compteront pour du beurre. Leurs emplois, leurs salaires, leurs conditions de travail, ne peuvent être garantis que par leurs seules forces… et elles seront énormes lorsqu’ils en useront.

Retour vers l’esclavage ?

Brève
07/02/2019

Pour parer au bonus-malus, le patronat de l’hôtellerie propose un contrat de mobilité à durée indéterminée : un CDI qui n’en est pas un comme le CDI intérimaire. Le salarié se retrouverait soumis à une plate-forme et le patronat paierait une partie des jours de chômage en abondant une caisse de sécurisation.

Pour le salarié ce serait l’insécurité permanente avec en prime, l’impossibilité de choisir au moins en partie sa mission.

Imprimer txt