Brèves

Les autoroutes : à Vinci ou aux usagers ?

Brève
07/02/2019

Les actionnaires de Vinci peuvent sabler le champagne : le chiffre d’affaire du groupe explose, ainsi que les profits : 3 milliards, en hausse de près de 9 %. « Une performance remarquable » annonce sa direction.

Les actions des gilets jaunes aux péages et la colère des automobilistes contre le racket opéré par le groupe sur une partie du réseau autoroutier n’ont entamé ni ses bénéfices ni son mépris.

On a déjà payé les autoroutes avec nos impôts, avec les péages, avec les taxes et le reste.

Alors, aujourd’hui, les autoroutes devraient appartenir aux usagers et devraient être gratuites, et les milliards de Vinci servir à les entretenir enfin correctement.

Les larbins des capitalistes nous font la morale

Brève
07/02/2019

Comme chaque année le rapport de la Cour des comptes prétend dénoncer des aberrations dans les dépenses publiques. On s’attendrait à y trouver épinglés les dizaines de milliards du CICE déversés à fonds perdus aux entreprises, les milliards que coutent la fin de l’ISF… mais non. Les « sages » comme ils aiment à s’appeler, dénoncent les salaires d’EDF qui seraient trop élevés, ou des services d’urgence d’hôpitaux qu’ils conseillent -sans honte- de fermer purement et simplement.

Une belle brochette de « sages » larbins des capitalistes dont la fonction est de trouver comment dépouiller les travailleurs pour servir la soupe aux riches.

Au fait ils nous coûtent combien pour faire ce sale boulot ?

PSA veut continuer à supprimer des emplois

Brève
07/02/2019

La direction de PSA a annoncé la fermeture du site d'Hérimoncourt, dans le Doubs. L'activité serait transférée à Vesoul, à 80 km. Deux cents emplois sont menacés.

La direction promet des reclassements, mais on sait ce que valent de telles promesses, et les contraintes pour les salariés sommés de choisir entre un emploi à plusieurs dizaines de kilomètres et un licenciement.

Les milliards de bénéfices réalisés par le groupe sur le dos des salariés doivent servir à conserver les emplois.

C’est la nuisance des capitalistes qui ruisselle

Brève
06/02/2019

La direction du constructeur automobile PSA vise à obtenir 1900 départs « volontaires » d’ici la fin de l’année. Le nombre de ses salariés en France passera donc  sous le seuil des 50 000, alors qu’ils étaient encore 76 000 en 2012 !

Les bénéfices du groupe, eux, vont bien : 1,9 milliards d’euros en 2017 et de près de 1,5 milliard au premier semestre 2018. Des  profits faits sur la peau des salariés licenciés, sur la surexploitation de ceux qui restent et des précaires dont PSA abuse avec quelques 8000 intérimaires et prestataires.

Les Peugeot et autres actionnaires parasitent et nuisent à la société par l’exploitation et le chômage. Il est grand temps que les travailleurs leur arrachent la propriété de leurs entreprises pour les empêcher de nuire.

Il y a toujours moyen de s'arranger

Brève
06/02/2019

La multinationale Apple a conclu un arrangement avec le fisc français d'un montant de 500 millions d'euros, pour solder dix ans d'arriéré d'impôts. Le contentieux porte sur la sous-estimation du chiffre d'affaire réalisé en France, sachant qu'en Europe il a été multiplié par sept en dix ans, atteignant 47,7 milliards d'euros en 2017.

C'est dire que le fisc égratignera à peine Apple. Amazon, entre autres, avait déjà bénéficié d'une telle mansuétude, à géométrie variable.  Selon que vous serez riches ou misérables ...

Google : leur alphabet et le nôtre

Brève
06/02/2019

Alphabet, la maison mère de Google, vient d’annoncer un bénéfice de 31 milliards de dollars, en hausse de 142 % pour 2018. De l’alphabet, elle ne retient que les lettres P R O FITS . Pour les quelques groupes capitalistes et leurs actionnaires qui dominent ce secteur, internet est devenu une gigantesque « toile » à récupérer le cash, s’insérant dans tous les domaines de la société et de la vie privée de milliards de personnes. Pour en faire un service gratuit et ouvert à tous, il faudrait qu’on les exproprie au profit de la collectivité.

Viols dans l’Église : la fin de l’omerta ?

Brève
06/02/2019

Le pape vient d’admettre publiquement que des prêtres et des évêques avaient agressé sexuellement des religieuses, ajoutant que ces viols, sans employer le mot, pouvaient se rencontrer « partout ». Cela vient après plusieurs siècles de silence et de secrets sur les turpitudes et les mœurs du monde fermé de l’Église catholique, pour ne parler que d’elle Mais au vu de la longue timidité dont la même Église a fait preuve  pour reconnaître  les actes pédophiles en son sein, on peut s’interroger sur le fait  que les voix des victimes soient vraiment entendues et que ces pratiques, aussi vieilles que le catholicisme, disparaissent.

Mépris…sidentiel

Brève
05/02/2019

Dernière macronnerie en date : dans le cadre de son « grand » débat, Macron a affirmé devant des élus d’Outre-Mer, à propos du chlordécone, « il ne faut pas dire que ce pesticide est cancérigène ».

Qu’importe que ce pesticide toxique et perturbateur endocrinien soit classé « cancérigène possible » par l’OMS depuis 1979. Qu’importe que la Guadeloupe et la Martinique aient le triste record mondial de cancers de la prostate, que les industriels de la banane aient empoisonné leurs ouvriers et toute la population antillaise au chlordécone jusqu’en 1993…

Qu’importe toutes ces vérités, leur zélé serviteur Macron ment pour couvrir leur crime.

Venezuela : l’ordre impérialiste

Brève
05/02/2019

A la suite des États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et d’autres puissances impérialistes ont décidé de reconnaître l’homme de la bourgeoisie vénézuélienne, Juan Guaido, comme président par intérim, appuyant ainsi son coup d’état contre le chaviste Maduro. En parallèle à ces entorses à la légalité institutionnelle, dont ces dirigeants politiques sont d’ordinaire des défenseurs sourcilleux, Trump laisse planer la menace d’une intervention militaire.

Les puissances impérialistes ont toujours vu d’un mauvais œil le régime chaviste parce qu’il avait su trouver le soutien de la population laborieuse du Venezuela en redistribuant une partie de la manne pétrolière et parce qu’il  n’était pas complètement à leurs pieds. Aujourd’hui, elles profitent de la crise et poussent à la déstabilisation et au chaos pour imposer un régime à leurs bottes.

Imprimer txt