Brèves

CAC 40 : les actionnaires ne connaissent pas la crise

Brève
27/04/2021

Malgré le ralentissement de l’économie lié à la pandémie, les grands groupes du CAC 40 vont distribuer 51 milliards d’euros à leurs actionnaires en 2021, un chiffre en hausse de 22 % par rapport à 2020, selon les premières estimations.

Entre rachats d’actions, qui permettent de pousser artificiellement la valeur des entreprises à la hausse, et taux d’intérêt bas qui permettent d’emprunter à peu de frais, les ficelles sont nombreuses pour arroser les actionnaires. Sans oublier les dizaines de milliards reçus de la part de l’État au nom d’une relance... qui n’est que celle des profits d’une toute petite couche de privilégiés.

Migrants : l'hécatombe se poursuit

Brève
27/04/2021

Le 26 avril, un bateau de migrants subsahariens a été trouvé au large des Canaries, avec 17 morts à bord et trois survivants déshydratés. Malgré les dangers de forts courants, de bateaux surchargés et de très grandes distances à parcourir (1 000 km depuis le Sénégal), cette traversée est tentée encore et encore, car la pandémie aggrave la misère et le chômage en Afrique.

En Méditerranée, une centaine de Marocains ont tenté de rallier l'enclave espagnole de Ceuta, en nageant sept kilomètres dans l'eau froide et agitée, les 24 et 25 avril. Ceux-là ont été secourus. Mais la semaine précédente, le naufrage d'une embarcation au large de la Libye a fait 130 morts.

Comme le dénonce une plateforme d'aide aux migrants : « Ces morts ne sont pas un accident mais le résultat d'actions et d'inactions des [gouvernements] européens et libyens ».

 

Rambouillet : un meurtre et son exploitation

Brève
26/04/2021

Après le meurtre d’une secrétaire de la police à Rambouillet, la surenchère xénophobe fait rage dans la classe politique à droite. De Le Pen à Pécresse, l’immigration est accusée.

Quant au gouvernement, il répond en annonçant 10 000 policiers et gendarmes supplémentaires, qui ne pourront pourtant pas empêcher ces attaques imprévisibles.

Les politiciens rivalisent de démagogie sécuritaire dans leur course à la présidentielle. Non seulement les travailleurs n’ont aucune confiance à avoir dans ces promesses illusoires de sécurité, mais ils doivent combattre tout ce qui les divise, donc les affaiblit.

Assurance-chômage : qui sème la misère récoltera la colère

Brève
26/04/2021

Rassemblement à Nantes (23 avril)

Vendredi 23 avril, des milliers de personnes ont manifesté dans les grandes villes du pays pour dénoncer les attaques contre l’assurance-chômage.

Côte à côte, se sont retrouvés des travailleurs, en activité ou sans-emploi, des intermittents du spectacle et des travailleurs de la culture qui occupent les théâtres depuis plusieurs semaines, réclamant la prolongation de l’année blanche et la réouverture des lieux culturels.

Le gouvernement veut durcir les conditions d'accès aux allocations chômage et en réduire le montant au 1er juillet. Alors que les grands patrons, principaux responsables des licenciements massifs et du chômage, reçoivent des milliards d’argent public, s'attaquer encore à l’indemnisation des chômeurs est inacceptable : c'est aux capitalistes de payer leur crise !

Pantouflage en marche

Brève
26/04/2021

La députée LREM Brune Poirson vient de démissionner de l’Assemblée nationale pour rejoindre le groupe hôtelier Accor en tant que directrice du développement durable. Cette ex-secrétaire d’Etat macroniste a déclaré vouloir poursuivre « sous d’autres formes un combat concret et sans renoncements en faveur de la transition écologique et solidaire ». Quelle blague !

En fait, il s’agit de la vieille pratique du pantouflage, qui voit le personnel politique de la bourgeoisie faire des allers et retours entre secteurs public et privé, en faisant profiter le monde patronal de leur carnet d’adresses et en se sucrant au passage.

Inde : la spirale du pire

Brève
26/04/2021

Du chiffre déjà grave de 100 000 nouvelles contaminations par jour, l’Inde vient de passer à plus de 300 000. Dans ce pays de plus d’un milliard d’habitants, le système de santé craque : des malades décèdent faute d’oxygène et les chiffres officiels – 180 000 morts du Covid en un an – sont loin de refléter la magnitude de la catastrophe en cours.

Les grandes puissances impérialistes, des États-Unis à la France en passant par le Royaume-Uni, ont promis quelques aides d’urgence. Biden, Macron et Johnson tiennent à soigner leur image, et même eux savent que la flambée de la pandémie dans les pays pauvres est une menace pour la santé dans les pays riches.

Mais ces sparadraps, s’ils arrivent, seront bien tardifs face à une pandémie dont les meilleurs auxiliaires sont l’extrême pauvreté de la population (dont la colonisation est à l’origine) et le dévouement total du premier ministre Modi à la classe capitaliste, d’où l’insuffisance criante des moyens dévolus à la santé publique.

Renault : destructeur d’emplois

Brève
26/04/2021

La Société Aveyronnaise de Métallurgie (SAM), à Viviez dans l’Aveyron, a été placée en redressement judiciaire, menaçant 360 salariés de perdre leur emploi.

Cette fonderie, qui travaillait jusqu’ici pour Renault, est victime comme celle de Caudan (Morbihan) ou de Saint-Claude (Jura) des choix des patrons de l’automobile. Renault, le donneur d’ordre, est engagé dans un plan de suppression de 15 000 emplois à l’échelle du groupe, un plan de guerre qui cible les travailleurs de la sous-traitance.

Le 25 avril, ce sont plusieurs milliers de personnes qui se sont rassemblées près de l'usine à Decazeville en protestation contre la perte de ces emplois. Les salariés de la SAM, soutenus par la population, entendent ne pas se laisser jeter dehors comme de vulgaires kleenex pour accroître la fortune des actionnaires de Renault.

Mali : la population prise entre deux feux

Brève
23/04/2021

Au Mali, la population continue d'être la cible des bandes armées, djihadistes tout comme soldats des armées officielles. Selon l'association Human Rights Watch, l'armée malienne a tué une cinquantaine de civils ces derniers mois. Les soldats agissent comme des prédateurs, s'attaquant aux populations qu'ils prétendent protéger.

L'armée malienne est l'alliée de la France dans ce qu'on nous présente comme une guerre contre le terrorisme et une guerre pour notre sécurité. Mais les exactions contre les civils par des soldats maliens et les bavures de l'armée française, loin d'affaiblir les djihadistes, poussent une partie de la population dans leurs bras.

L'impérialisme français ne combat pas le terrorisme, il le nourrit.

Macron au Tchad : au dictateur reconnaissant

Brève
23/04/2021

Le fils Déby proclamé chef de la transition

Sans surprise Macron s'est rendu aux obsèques d'Idriss Déby, président du Tchad mort au combat face à des rebelles. Il vient montrer à tous les chefs de guerre régionaux que l'armée française soutiendra sans faille le fils Déby, général à 37 ans, qui s'est proclamé chef à la place de son père. Comme l'a déclaré un général français : « Il est essentiel de soutenir le gouvernement de transition à base de militaires ».

Idriss Déby était un officier couvert de sang, au pouvoir depuis 30 ans après un coup d'État. Quand les intérêts de la Françafrique sont en jeu, oubliés le blabla sur les droits de l'Homme et la démocratie.

Imprimer txt