Brèves

G7 Hiroshima : un nid de faucons

Brève
20/05/2023

Dans le cadre du sommet du G7 à Hiroshima, Biden vient de donner son feu vert à l’envoi d’avions de combat F16 à l’Ukraine. C’est ajouter du combustible sur un brasier déjà destructeur.

La veille, avec tout le cynisme de faucons posant en colombes, les représentants des sept pays occidentaux les plus riches de la planète s’étaient fait photographier devant le mémorial de la paix. Mais c’est bien la marche vers une troisième guerre mondiale – avec à la clé de nouveaux Hiroshima – qu’ils préparent.

Canada : de belles résolutions... engluées dans le pétrole

Brève
19/05/2023

BP vient d’être autorisée à pratiquer des forages sous-marins alors que l’État canadien s’est engagé, lors de la conférence de l'ONU sur la biodiversité en 2022, à protéger les océans.

Une aire marine protégée de 55 000 km² au large de Terre-Neuve avait été délimitée pour protéger éponges, coraux et grenadiers, en interdisant aux pêcheurs « toute activité de pêche entrant en contact avec le fond ». Mais des réserves en hydrocarbure de cette zone sont convoitées par les compagnies pétrolières.

La survie des espèces ou celle des magnats du pétrole, chaque jour c’est l’intérêt des seconds qui prime.

Précarité alimentaire en aggravation

Brève
19/05/2023

Selon un rapport récent du CREDOC (Centre de Recherches pour l'Étude et l'Observation des Conditions de Vie), la proportion de personnes déclarant « ne pas manger à leur faim » est passée de 12 à 16 % en 5 mois. La hausse des prix contraint de plus en plus à restreindre le budget alimentaire pour faire face aux dépenses de logement et aux abonnements.

Pour s'en sortir, les travailleurs doivent imposer l'augmentation des salaires, allocations et pensions et leur indexation sur la hausse des prix.

États-Unis : continuité antimigrants

Brève
19/05/2023

Crédit photo : Sandor Csudai

Avec l’expiration récente du « Title 42 », qui avait été l’habillage sanitaire anti-Covid de la politique xénophobe de l’État américain, les républicains – relayés par des médias complaisants – ont prétendu que l’entrée aux États-Unis allait être facilitée aux travailleurs fuyant les violences et la misère dans leur pays d’origine.

Démocrates et républicains, en vue des élections de 2024, se livrent à une surenchère sur le dos des migrants, traités comme des criminels, aussi démagogique qu’odieuse. Obama avait procédé à 3 millions d’expulsions, Trump en avait renvoyé 2,8 millions grâce au Title 42 et Biden à son tour en a expulsé 2 autres millions avec cette loi.

En bardant la frontière de policiers et de militaires, en introduisant une foule de restrictions nouvelles, Biden va continuer cette politique inhumaine qui vise à introduire la division parmi les travailleurs.

« C'est pas à Matignon qu'on obtiendra satisfaction ! »

Brève
18/05/2023

Borne a rencontré les dirigeants syndicaux les 16 et 17 mai. Il n'en est évidemment rien ressorti qui aille dans le sens des intérêts des travailleurs. Borne a redit qu'elle maintiendra le recul de l'âge de la retraite à 64 ans.

En se rendant à ces rendez-vous, les dirigeants des syndicats savaient que la première ministre n’aurait à leur offrir que le café, les biscuits et la promesse de nouveaux rendez-vous. Ils s’y sont prêtés complaisamment.

Si une des raisons d’être des bureaucrates syndicaux est d’être reconnus comme des « partenaires sociaux » par le patronat et l’État, les travailleurs, eux, n’ont rien à attendre de ces bavardages au sommet. Seules leurs luttes, leurs manifestations et leurs grèves pourront faire reculer les capitalistes et le gouvernement à leur service.

Birmanie : un cyclone et une pauvreté meurtrières

Brève
17/05/2023

Un camp de réfugiés rohingyas au Bangladesh. Crédit photo : Peter Biro (EU Civil Protection and Humanitarian Aid)

Les 14 et 15 mai, le cyclone Mocha a fait des dizaines de victimes dans l’ouest de la Birmanie, dans l’État Rakhine, où vit l’essentiel de la minorité rohingya. Au Bangladesh voisin, le cyclone a causé de graves destructions dans les camps de réfugiés où s’entassent un million de Rohingyas.

Si un tel cyclone, bien qu’annoncé depuis des jours, a fait tant de dégâts humains et matériels, ce n’est pas seulement parce que le régime birman est une dictature militaire qui n’a que faire de secourir les Rohingyas. C’est d’abord parce que la région, où une large partie de la population vit dans un habitat précaire et sans infrastructures de santé correctes, a été et reste pillée par l’impérialisme.

Ukraine : au bonheur des marchands de mort

Brève
17/05/2023

Missiles de longue portée, systèmes de défense antiaériens, chars de combat et munitions en quantité : à l’occasion de la tournée européenne de Zelensky, les gouvernements européens rivalisent de promesses pour accroître encore l’aide militaire à l’Ukraine… et les profits de leurs marchands d’armes. Sans compter qu’ils préparent l’après-guerre et cherchent à positionner leurs multinationales dès aujourd’hui dans la course aux marchés qu’ouvrira la reconstruction.

En attendant, ils contribuent à prolonger une guerre sans fin, que paient au prix du sang les peuples d’Ukraine et de Russie.

Inflation : à quand un trimestre anti-baratin ?

Brève
17/05/2023

« Le trimestre anti-inflation a été un vrai succès, il a permis de faire baisser les prix (…) de 13 % en moyenne », a eu le culot de déclarer Bruno Le Maire en annonçant la prolongation de cette opération commerciale dans laquelle des supermarchés, en accord avec le gouvernement, s'engagent à vendre une sélection de produits au « prix le plus bas possible ».

Il prend les travailleurs pour des gogos ! Il suffit d’entrer dans un supermarché pour constater que les prix s’envolent. L’association Que Choisir a même calculé que les prix des produits concernés par l’opération n’ont pas baissé. Quoiqu’en dise Le Maire, les industriels et les distributeurs continuent de se gaver.

Dividendes du CAC 40 : une « magie » toujours renouvelée

Brève
16/05/2023

Les dividendes versés à leurs actionnaires par les entreprises du CAC 40 ont atteint un nouveau record en 2022, avec 67 milliards d’euros. « Il n’y a pas d’argent magique », déclarait Macron, il y a quelques années, pour justifier le manque de moyens de l’hôpital public.

Il oubliait de préciser que la magie capitaliste fonctionne très bien lorsqu’il s’agit de transférer les richesses produites par les travailleurs entre les mains de ceux qui ne font rien.

Imprimer txt