Brèves

Les rois du pétrole ne laissent rien au hasard

Brève
08/01/2020

En 2019, selon les estimations d'une ONG, les grandes entreprises pétrolières du monde auraient dépensé 200 millions de dollars dans des activités de lobbying visant à retarder ou à bloquer l'adoption de lois protégeant l'environnement. Ce n'est pas cher payé quand des milliards de profits sont en jeu. C'est juste un peu d'huile dans les rouages, pour s'assurer que la machine à faire du fric ne se grippe pas.

BP et Shell, en tête du peloton, auraient dépensé autour de 50 millions, et Total, quatrième de la liste, 29 millions.

Pour préserver le droit de piller les réserves pétrolifères de la planète et de continuer à la polluer, ils sont prêts à écorner légèrement leur profit, mais ils sauront se rattraper sur les consommateurs.

Missiles iraniens contre les bases américaines, une réaction dissymétrique

Brève
08/01/2020

2011, quand les USA annonçaient en fanfare la fin de leur occupation de l'Irak, envahi en 2003. En 2020 ils y sont encore...

Le pouvoir iranien a fait tirer la nuit dernière des missiles contre deux bases américaines en Irak. Les dégâts exacts ne sont pas encore connus, mais ne semblent pas inquiéter Trump, ni l'armée américaine.

Le régime iranien se devait de réagir après l'assassinat par un drone américain de son principal général, sans avoir les moyens militaires des USA. En 1988 - en pleine guerre Iran-Irak - ce même régime n'avait pas riposté après qu'un bateau de guerre américain avait abattu un avion de ligne iranien tuant 290 passagers.

Au Moyen-Orient, c'est l'impérialisme américain qui est l'envahisseur, un envahisseur qui génère un immense chaos, auquel s'ajoutent les décisions d'un Trump, comme cet assassinat programmé du général iranien Soleimani, qui risque de provoquer une escalade incontrôlée.

Mortelle bavure et mensonges officiels

Brève
08/01/2020

2014, protestation à Toulouse

Le 3 janvier à Paris, quatre policiers ont arrêté un père de famille pour une banale utilisation de téléphone en circulant à scooter, qui a abouti à sa mort.

Comme après chaque bavure, les autorités ont commencé par mentir pour couvrir les policiers. Elles ont d'abord prétendu que la victime était violente, insistant sur les douleurs au genou d'un policier ! Le parquet de Paris a parlé de malaise cardiaque, alors que la cause de la mort est l'asphyxie provoquée par l'écrasement de son larynx.

Grâce à des vidéos de ce tragique événement, les mensonges des autorités ont pu être prouvés. Espérons que sa famille puisse obtenir justice face à ce qu'il faut bien qualifier de crime.

États-Unis : la chasse aux immigrés continue

Brève
07/01/2020

La politique de déportation des immigrés n'ayant pas les papiers nécessaires est une constante, d'un président américain à un autre, d'Obama à Trump.

Le cas de Rocio Rebollar Gomez, une femme de 50 ans, venue du Mexique il y a 31 ans, a été rendu public par sa famille. Grand-mère de trois petits-enfants, elle s'était rendue elle-même à une convocation de l'ICE, la police de l'immigration, pour être emmenée immédiatement de l'autre côté de la frontière. Elle n'a même pas eu l'autorisation de dire au revoir à sa famille, dont son fils officier dans l'armée américaine.

Cette politique inhumaine cherche à faire porter sur les immigrés la responsabilité des problèmes d'une société dominée entièrement par la grande bourgeoisie.

Éducation : rien n’est fait pour stopper la dégradation

Brève
07/01/2020

L'administration de l'Éducation nationale a reconnu que la responsabilité du suicide de Christine Renon, directrice d'école à Pantin en Seine-Saint-Denis, en septembre, était « imputable au service ».

En clair : tout ce que cette femme avait dénoncé dans sa lettre d'adieu - dégradation des conditions de travail, manque de moyens, surcharge de travail - est une réalité dont la politique gouvernementale est responsable. Les enseignants et les parents d'élèves le savent depuis longtemps.

L'État reconnait sa faute, pour cette fois. Quant à mettre les moyens nécessaires pour changer profondément les conditions d'éducation de la jeunesse, il n'en est pas question...

Charlie Hebdo : cinq ans après la tuerie

Brève
07/01/2020

Il y a cinq ans exactement, le 7 janvier 2015, plusieurs membres de la rédaction du magazine satirique Charlie Hebdo étaient assassinés par des terroristes islamistes. Quleques jours plus tard, un autre terroriste tuait dans un hypercacher. Le 13 novembre de la même année, la tuerie du Bataclan, perpétrée elle aussi par des djihadistes, confirma qu'en France on n'était pas à l'abri d'une telle barbarie - écho, sur le sol parisien, des guerres menées par les armées occidentales au Moyen-Orient et en Afrique subsaharienne.

Les guerres impérialistes n'ont pas cessé, facilitant le recrutement d'hommes de main et de kamikazes par des nouveaux Ben Laden. Le monde capitaliste est une poudrière, comme l'illustre Trump qui n'hésite pas à jeter de l'huile sur le feu d'un Moyen-Orient déjà dévasté.

Les guerres « contre le terrorisme » n'ont pas rendu la planète plus sûre. Elles se retournent contre les peuples.

La grève est bien vivante

Brève
07/01/2020

Les directions de la RATP et de la SNCF, et avec elles le gouvernement, veulent faire croire que le mouvement de grève s'affaiblit en annonçant une amélioration du trafic. La réalité est bien différente : la SNCF réussit certes à faire rouler plus de TGV, notamment en faisant appel à ses conducteurs de réserve, mais sur les TER, le Transilien ou encore dans le métro parisien, le trafic reste très faible.

Les directions de la RATP et de la SNCF peuvent raconter ce qu'elles veulent, mais elles ne peuvent pas faire rouler les trains ni les bus sans travailleurs. Or la grève continue à être importante chez les conducteurs.

Les grévistes ne veulent pas lâcher. Le jeudi 9 janvier sera l'occasion pour les salariés des autres secteurs de les rejoindre dans une lutte qui concerne tous les travailleurs.

Grande-Bretagne : selon que vous serez PDG ou salarié...

Brève
06/01/2020

Bourse de Londres

En Grande-Bretagne, les PDG du FTSE 100 (le CAC 40 britannique) gagnent en moyenne 117 fois plus qu'un travailleur payé au salaire médian - soit 900 livres par heure contre 14.

Au soir du lundi 6 janvier, ces PDG auront donc déjà empoché les 30 000 livres que les salariés payés au salaire médian toucheront sur toute l'année 2020 !

Les salaires astronomiques des PDG des grandes compagnies sont révoltants. Et les revenus des actionnaires qui leur versent ces rémunérations indécentes ne le sont pas moins.

Australie : face aux incendies, un pouvoir en dessous de tout

Brève
06/01/2020

En Australie, des incendies sans précédent ravagent depuis des semaines les États de Victoria et de Nouvelle-Galles du Sud. C'est l'équivalent de plusieurs départements français qui ont déjà brûlé, des dizaines de milliers de personnes ont été évacuées et 25 ont déjà péri. Selon les pompiers, il faudra au moins un mois pour venir à bout des feux.

Cette catastrophe n'est pas que naturelle. La sécheresse et les fortes températures qui ont favorisé la propagation incontrôlée des incendies, semblent liées au réchauffement climatique que le Premier ministre de droite Scott Morrison se refuse à reconnaître. Il soutient les compagnies charbonnières, qui génèrent beaucoup de profits et de... pollution.

En visite à des rescapés, Morrison s'est fait copieusement insulter - à juste titre. Car dans un pays aussi riche que l'Australie, la lenteur des réactions des autorités et l'incapacité à mettre en oeuvre les moyens techniques pour faire face à ce désastre pourtant prévisible ont de quoi révolter les victimes.

Imprimer txt