Brèves

La santé minée par le fric

Brève
15/09/2020

La Ligue nationale contre le cancer lance une campagne de mobilisation pour dénoncer la pénurie de médicaments contre les cancers. En 2019, 1 499 médicaments ont été signalés en difficulté ou en rupture d'approvisionnement auprès de l'Agence du médicament, 34 fois plus de pénuries qu'en 2008.

Les pénuries concernent essentiellement des médicaments anciens, qui ne sont plus couverts par les brevets, dont les prix ont été tirés par le bas par la concurrence et qui sont peu rentables pour les laboratoires de pays comme la France ou les États-Unis, fabriqués en Inde ou en Chine par une seule usine pour toute la planète.

La recherche du profit fait, de ces médicaments peu rentables et moins coûteux mais utiles, des produits de second ordre. C'est ça, leur loi du fric.

Méditerranée : bruits de bottes et de caisses enregistreuses

Brève
14/09/2020

Le Premier ministre grec a annoncé un important achat d'armes, au moment où les tensions montent avec la Turquie en Méditerranée. La France va fournir à la Grèce 18 avions de combat Rafale - les premiers vendus à un pays européen - et quatre frégates.

La France ferait ainsi d'une pierre deux coups. Elle réalise une vente d'armement pour le compte de Dassault et de Naval Group ; et soutient son allié grec contre la Turquie pour le contrôle du sous-sol riche en hydrocarbures de la Méditerranée orientale, ce qui permettra à Total d'être parmi ceux qui se partageront les profits de l'exploitation du filon.

Mais ce dont le peuple grec a besoin, et de toute urgence, ce sont d'équipements hospitaliers et scolaires et d'infrastructures, pas de ces engins de mort, au mieux inutiles, au pire préparant un prochain conflit armé.

Chômage partiel : Borne aux petits soins pour le patronat

Brève
14/09/2020

À partir du 1er octobre, les entreprises qui ont recours au chômage partiel de longue durée auraient dû assumer 20 % du paiement des salaires, contre 15 % actuellement.

Mais la ministre du Travail, Elisabeth Borne, a reporté ce léger basculement. La contribution patronale n'augmentera donc pas tout de suite et l'argent public continuera à irriguer le patronat à grands flots.

Pour ce gouvernement, les moindres désirs patronaux sont des ordres !

Italie : rentrée scolaire sans moyens

Brève
14/09/2020

C'est aujourd'hui la rentrée des classes en Italie, pays parmi les premiers et les plus touchés par la pandémie.

Jurant qu'il mettrait les moyens pour que le retour à l'école se passe le mieux possible, le gouvernement italien avait promis plus de 80 000 embauches d'enseignants. Mais ce ne sont que moins de 30 000 recrutements qui ont été effectués, ce qui fait qu'un quart des écoles ne seront pas en mesure de rouvrir à temps plein.

Comme ici, l'éducation et la santé des élèves ne sont pas les priorités. Et tant pis pour les enfants des classes populaires qui auront plus de peine à s'accrocher.

APC : un anniversaire patronal

Brève
14/09/2020

En 2017

Il y a trois ans étaient adoptées les « ordonnances Macron ». Poussant plus loin des mesures inaugurées sous Hollande, elles permettaient la signature d'accords d'entreprise dit de « performance et de compétitivité » (APC) moins avantageux pour les travailleurs que les accords de branche. Au prétexte d'aider les entreprises à passer un cap difficile, l'allongement du temps de travail et les heures supplémentaires moins bien payées permettraient, disait-on, de sauver des emplois voire d'en créer.

Trois ans plus tard, le patronat a tout lieu de se réjouir de ce dispositif qui a été utilisé par nombre d'entreprises qui n'ont aucune difficulté économique, mais qui ont sauté sur l'aubaine en vue d'accroître l'exploitation et leurs profits, sans pour autant enrayer la montée du chômage.

Avec l'aggravation de la crise, les tentatives de signature d'APC se multiplient, accompagnées de chantages sur l'emploi. Mais pour sauver réellement les emplois il faut que le monde du travail s'organise afin d'imposer la répartition du travail entre tous, sans baisse des salaires !

Pesticides nocifs : drôle de "transition écologique"

Brève
14/09/2020

Un rapport d'ONG dénonce l'hypocrisie des États de l'Union européenne concernant leur législation sur des dizaines de pesticides dont le paraquat, le dichloropropène ou la cyanamide, reconnus nocifs pour la santé humaine comme pour l'environnement. Car si leur commercialisation à l'intérieur de l'Union européenne est interdite, leur production et leur exportation ne l'est pas.

Les géants de l'agrochimie peuvent donc continuer à écouler leur marchandise-poison, qui expose au danger les travailleurs agricoles du Brésil, du Maroc ou d'ailleurs. Ainsi la France a exporté en 2018 plus de 7 600 tonnes de pesticides interdits ici.

À Macron les déclarations d'intention sur la « transition écologique ». Aux trusts de l'agrochimie les profits...

Réfugiés : à peine un petit doigt

Brève
14/09/2020

Arrivée de migrants à Lesbos, où se situe le camp de Moria

Cinq jours après l'incendie du camp de réfugiés de Moria, en Grèce, où s'entassaient 13 000 personnes dans des installations prévues pour quatre fois moins, la France a décidé de faire un geste.

Mais un geste minuscule : le secrétaire d'État aux Affaires européennes, Clément Beaune, a indiqué que la France pourrait accueillir une « centaine » de réfugiés. Même pas 1 % de ces gens qui ont fui la guerre, la misère et la dictature pour survivre et qui ont à nouveau tout perdu dans l'incendie. Et il faudra vérifier que cet engagement se concrétise !

L'humanisme, à très petite dose, c'est bon pour les discours. Mais la réalité, c'est la chasse à haute dose aux migrants.

Congo : l’or sanglant

Brève
14/09/2020

Une mine en République démocratique du Congo, où des enfants travaillent

À Kamituga, dans la province du Sud Kivu de la République démocratique du Congo, des pluies torrentielles ont fait s'effondrer trois mines d'or artisanales le 11 septembre. Au moins une cinquantaine de mineurs sont morts au fond.

Ces travailleurs s'esquintent ordinairement dans la boue pour des revenus leur permettant tout juste de survivre.

Par contre, loin de ces bagnes mortels, le marché de l'or est florissant pour les capitaux qui s'y investissent...

Anthony Smith : recul de la ministre du Travail

Brève
11/09/2020

Anthony Smith, inspecteur du travail et militant CGT, avait été mis à pied en avril, en plein confinement, puis sanctionné par une mutation d'office dans une autre région. Il lui était reproché d'avoir exigé la mise à disposition de masques et la mise en oeuvre de mesures de protection contre le Covid pour les salariés d'une association d'aide à domicile. Pourtant il ne faisait que son travail en tentant de protéger les salariés en demandant que leur direction applique les mesures barrières préconisées par le gouvernement.

Les manifestations et la mobilisation en soutien à Anthony ont obligé la ministre à le réintégrer dans sa région d'origine. Elles ont fait échouer cette tentative. Ce n'est que justice !

Imprimer txt