Brèves

Chauffeurs routiers : attaque sur leur pouvoir d’achat

Brève
05/12/2018

A la demande des organisations patronales, le conseil d'État a annulé les dispositions rémunérant les heures supplémentaires des chauffeurs routiers avec une majoration un peu meilleure que pour les autres salariés. C'était une dérogation à la loi El Khomri qui, elle, diminuait la rémunération des heures supplémentaires pour l'ensemble des salariés.

La CGT et FO des transports appellent à une grève dans ce secteur la semaine prochaine. Les chauffeurs n'ont en effet aucune raison de voir leur paie diminuée, et les profits de leurs patrons augmenter d'autant.

À George Bush, l'impérialisme américain reconnaissant

Brève
05/12/2018

Les capitalistes américains ont toutes les raisons de célébrer ce George Bush, qui fut président des États-Unis de 1989 à 1993. Sa carrière fut un constant va-et-vient entre le monde des affaires et celui de la politique. Issu de la haute bourgeoisie, il fit fructifier le patrimoine familial dans le pétrole tout en devenant un dirigeant du Parti républicain. Directeur de la CIA en 1976, il occupa ensuite des fonctions dirigeantes dans la banque et l'industrie pharmaceutique, avant de devenir le vice-président de Reagan puis son successeur.

Bush fut celui qui déclencha la guerre contre l'Irak en 1991, guerre courte mais meurtrière qui accéléra la plongée du Moyen-Orient dans le chaos et la barbarie.

C'est à cet homme, à la fois serviteur et profiteur de ce monde bourgeois, que ses semblables rendent hommage.

Salon de l'armement en Egypte : la France en pole position

Brève
04/12/2018


Florence Parly, la ministre des Armées

En Égypte, un « salon de l'armement » vient d'être inauguré en grande pompe par le président, le général et dictateur Al Sissi, accompagné de la ministre française des Armées Florence Parly. Et c'est plus que symbolique.

Pendant trois jours, 400 entreprises font étalage de leur savoir-faire en matière d'engins de morts, depuis les chars jusqu'aux bombardiers en passant par les missiles et les drones, le tout afin de décrocher des contrats auprès des représentants d'une quarantaine d'États.

Le régime égyptien est un excellent client pour les industriels français, Dassault et compagnie, lui qui a acheté 24 Rafale, deux Mistral, deux BPC, etc., pour un total de 6 milliards d'euros. Dans ce festival des marchands de mort, la France n'a pas volé sa position en tête de gondole.

1er décembre : ultra-violence... de policiers

Brève
04/12/2018

Une vidéo circule sur les réseaux sociaux, montrant le long tabassage d'un homme par un groupe casqué des forces dites de l'ordre, dans une rue de Paris lors de la manifestation des gilets jaunes samedi 1er décembre. Ils lui portent de nombreux coups de matraque et coups de pieds. La victime, simple passant, a dû se faire opérer de l'oeil et porte plainte.

Mais ce même samedi soir ce sont essentiellement les images d'un policier frappé par un groupe de gilets jaunes que les chaînes de grande audience passaient et repassaient pour illustrer ce qu'elles qualifiaient de déchaînement d'une extrême violence des manifestants. Et devant les députés, le ministre de l'Intérieur Castaner dénonçait une « volonté de tuer nos forces de l'ordre » chez les manifestants.

Mais ni lui ni les médias aux ordres ne pourront cacher leur volonté de travestir la réalité pour dénigrer la révolte.

Un parti d'extrême droite perce en Espagne

Brève
04/12/2018

Santiago Abascal, dirigeant de Vox

Le parti Vox, qui se caractérise par un ultranationalisme tonitruant accompagné de prise de positions contre l'avortement, contre la loi qui condamne les violences faites aux femmes, contre celle qui empêche l'apologie de la dictature de Franco, contre les migrants, etc., a obtenu 11 % des voix et douze députés à l'élection du parlement régional d'Andalousie, alors qu'il n'en obtenait que moins de 2 % à l'élection précédente.

Cela s'inscrit dans la montée de partis et groupes réactionnaires. Le pourrissement de la société capitaliste et ses conséquences, non seulement économiques, sociales, environnementales, mais aussi politiques, mettent en évidence l'urgence que se constitue une force pour y faire face : un parti communiste révolutionnaire.

Lycées : la mobilisation s'amplifie

Brève
04/12/2018

Lundi 3 décembre, de nombreux lycéens ont participé à des blocages et manifestations dans tout le pays. Des manifestations ont rassemblé plusieurs milliers de jeunes, à Nice, Dunkerque, Bordeaux, Aubervilliers, Limoges et ailleurs.

Les lycéens protestent contre Parcoursup, ce système d'affectation des bacheliers qui renforce la sélection à l'entrée à l'université, et contre la réforme du bac, qui se traduit par une diminution des heures de cours.

Et ce qui est à souligner, c'est ce que ce mouvement s'inscrit dans la contestation croissante de la politique du gouvernement. Une contestation qui l'a contraint à faire un premier recul en décidant de différer l'augmentation de la taxe sur les carburants. Un recul qui en appelle d'autres. En particulier sur les salaires, les pensions de retraites, ce qui concerne la classe ouvrière.

Ce gouvernement préfère subventionner les grandes entreprises capitalistes que de financer une éducation correcte pour tous. Pour se faire entendre, les lycéens ont choisi la bonne voie : la manifestation !

Medef : les capitalistes ne veulent pas payer

Brève
04/12/2018

Geoffroy Roux de Bézieux, dirigeant du patronat

Roux de Bézieux, dirigeant du Medef, affiche tout haut sa morgue dans une interview au Parisien. Il déclare : « Je ne suis pas sûr qu'il y ait un problème de pouvoir d'achat partout en France ». C'est bien le seul...

Si le gouvernement envisage de lâcher du lest en augmentant le SMIC, comme il le craint, il faudrait, dit-il, que « cela se [fasse] sous forme de baisse de cotisations, très bien ! ». Généreux, ce monsieur serait donc d'accord, mais à condition que cela se fasse en puisant dans les caisses de la Sécu ou autres, et donc que le monde du travail paie la note.

Il ajoute, chantage classique, que « si la hausse du SMIC est payée par les entreprises, cela se traduira par des destructions d'emplois »

Le grand patronat ne veut rien lâcher. Les salariés devront donc utiliser leur arme de classe, la grève, s'ils veulent ne pas être les laisser-pour compte dans ce mouvement.

BNP Paribas : grève pour les salaires

Brève
04/12/2018

Les implantations de la multinationale BNP Paribas

Les syndicats de BNP Paribas organisent une grève pour les salaires. Depuis des années cette grande banque encaisse autour de 8 milliards d'euros de bénéfice annuel. Or l'an dernier les salaires de ces 40 000 employés n'ont eu que 0,6 % d'augmentation générale, Autant dire quasiment rien.

Les employés de banque, sans qui ces trusts bancaires, véritables machines à profits, ne fonctionneraient pas, n'ont aucune raison de laisser l'inflation rogner leurs salaires.

Macron chouchoute les CRS

Brève
04/12/2018

Il n'est pas vrai que Macron ne fasse rien pour le pouvoir d'achat : en déjeunant avec des CRS, il leur a promis une prime exceptionnelle. Les forces de « l'ordre », CRS, gendarmes mobiles, etc. vont donc voir leur pouvoir d'achat rehaussé !

Macron ne manque pas une occasion de leur rendre hommage, mais il s'est bien gardé d'évoquer les victimes de la police : ni cette vieille dame de Marseille décédée après avoir reçu une grenade lacrymogène alors qu'elle fermait ses volets, ni ce manifestant toulousain entre la vie et la mort suite à un tir de flash-ball en plein tête.

Imprimer txt