Brèves

Mayotte, département français, archipel de misère

Brève
02/07/2020

Selon la dernière étude sur Mayotte, ce confetti de l’empire colonial français dans l’océan Indien devenu récemment département français, 77 % de ses 250 000 habitants vivent sous le seuil de pauvreté. Le revenu médian se situe à 260 euros par mois et le fossé entre la grande masse de la population, dont des dizaines de milliers d’immigrés venus notamment des Comores voisines, et la petite minorité de nantis ne cesse de s’élargir. Mais, comme l’avaient montré les manifestations contre la vie chère en 2011, rien ne dit que la population supportera sans réagir cette situation.

Airbus débarque ses salariés par milliers

Brève
01/07/2020

Airbus vient d’annoncer sa décision de supprimer 15 000 emplois  dont 5 000 en France. Une hécatombe pour les travailleurs qui supprimerait plus de 10 % de l’effectif des salariés sous contrat Airbus. Pourtant ce groupe riche à milliards a accumulé les bénéfices ces dernières années, il va largement bénéficier des 15 milliards de cadeaux de l’Etat français au secteur aéronautique.

Sa  direction voudrait donc faire payer la baisse de ses profits aux seuls travailleurs. Pas un seul travailleur ne doit rester sur le carreau, il faut partager le travail entre tous et prendre sur les profits accumulés pour maintenir les salaires !

Un ministre stylé et zélé

Brève
01/07/2020

Le ministre de l’économie Bruno Le Maire a dit trouver « excessif » le nombre de suppressions d’emplois annoncé par Airbus. Pour Air France, dans un numéro bien mis en scène, le même avait  « conseillé » à l’entreprise de ne pas dépasser 8000 suppressions de postes. Air France vient d'en annoncer… 7585.

Le gouvernement ne fait même pas semblant de protester contre les suppressions d’emplois, il  les accompagne, voire les orchestre au rythme des milliards dont il arrose ces entreprises.

Covid-19 : Buzyn avait « tout vu »…

Brève
01/07/2020

Interrogée par la mal nommée commission d’enquête de l’Assemblée nationale, Agnès Buzyn, ancienne ministre de la Santé, qui avait démissionné de son poste au début de l’épidémie pour mener campagne aux municipales à Paris, a défendu son action et celle du gouvernement dont elle était membre. Elle a prétendu avoir « tout vu » et jamais « sous-estimé le risque ». La même Buzyn expliquait il y a un mois que le maintien du premier tour des élections municipales avait été une « mascarade » et que le gouvernement « aurait dû tout arrêter ». Heureusement pour elle, et contrairement au Covid-19, le ridicule ne tue pas.

 

Le virus, c’est le capitalisme

Brève
01/07/2020

Au jeu de qui sera le lampiste chacun y va de ses contre-vérités : « le système de Santé était prêt», « ce n’est pas de ma faute s’il manquait des masques », « il y avait les tests nécessaires dans les hôpitaux… » Bref on se demande pourquoi on a été confiné. Ces mensonges ont de quoi énerver.

Ce qui est vrai, c’est que tous ces responsables ont contribué chacun leur tour à dépouiller les services hospitaliers pour économiser des milliards sur les services publics pour financer les cadeaux aux entreprises. Gestionnaires du capitalisme, responsables et coupables sans le moindre alibi.

Macron, le climat et la santé des actionnaires

Brève
30/06/2020

Parmi les trois mesures de la Convention pour le climat retoquées lundi par Macron, il y a la taxation de 4 % des dividendes.

Macron veut bien parler d’environnement et de climat, surtout que c’est porteur politiquement en ce moment. Mais à condition que ça ne coûte par un sou aux actionnaires. Et pourtant la pollution économique de  « l’argent dingue » qu’ils accumulent fait de plus en plus de dégâts.

Gesticulations politiciennes

Brève
30/06/2020

Macron prépare un voire deux référendums sur le climat et l’environnement en 2021. Dans la perspective de la présidentielle de 2022, il cherche un terrain sécurisé sur lequel il pourrait redorer son blason. Et ce terrain écolo qui en appelle à la responsabilité individuelle, évitant soigneusement de mettre en cause le système économique et les entreprises capitalistes, s’y prête à merveille.

Mais en réalité, pour le climat ou pour l’environnement, rien ne changera vraiment sans en finir avec l’exploitation, le profit et le marché. Il faudra autre chose que des simulacres référendaires pour cela.

Des entreprises prises la main dans le sac

Brève
30/06/2020

La ministre du Travail a dû reconnaître 850 suspicions de fraude au chômage partiel pendant la période de confinement, sur 3 000 contrôles… seulement. Parmi eux, il y a quatre cas de fraudes avérées. Rien n’est dit sur les sanctions que le gouvernement prendra … ou non.

Faire payer par l’État les salaires de travailleurs en activité en période de confinement, c’était très tentant pour des entreprises que les gouvernements ont habituées à considérer les fonds publics comme leurs fonds propres.

Fillon et le Penélope Gate : un scandale en cache un autre

Brève
30/06/2020

Pour avoir détourné plus d’un million de fonds publics ayant permis le versement à son épouse (et à ses enfants !) d’un salaire – non fictif – pour un emploi qui l’était, lui, totalement, Fillon vient d’être condamné à deux ans de prison ferme et à rembourser une partie de la somme. Et ses avocats de crier au scandale, à l’acharnement judiciaire. Ayant fait appel, l’ancien Premier ministre et candidat à la présidentielle, reconverti dans le business, peut continuer à vaquer à ses affaires et nul ne sait s’il purgera un jour le moindre jour de prison.

Dans le fond, Fillon n’est qu’un petit joueur : chaque année, les gouvernements vident les caisses et distribuent par dizaines de milliards l’argent public à la grande bourgeoisie. Fillon, bien placé pour le savoir, a voulu s’en attribuer sa petite part.

 

Imprimer txt