Brèves

Soudan : la lutte contre la dictature continue

Brève
09/04/2019

Omar el Bechir

Des centaines de milliers de Soudanais manifestent tous les jours depuis le 6 avril dans la capitale Khartoum pour réclamer la démission du président-dictateur Omar el-Béchir au pouvoir depuis 1989. Ce mouvement a débuté après l’annonce du triplement du prix du pain. Malgré la répression et l’instauration de l’état d’urgence fin février, la mobilisation n’a cessé de prendre de l’ampleur.

Les manifestants défilent devant le siège de l’armée, appelant cette dernière à lâcher Béchir. Mais pour défendre leurs intérêts, les classes populaires ne devront compter que sur leur propre mobilisation, sans remettre leur sort entre les mains d’un politicien de l’opposition ou d'un militaire qui n’aspirent qu’à prendre la place du président actuel sans rien changer à la situation des exploités.

Amiante : aucun patron condamné

Brève
08/04/2019

Après des années d'attente, une décision de justice prévoit désormais qu'un travailleur ayant été exposé à l'amiante pourra faire valoir un préjudice dit d'anxiété et demander une indemnisation. Et cela quelle que soit la branche ou l'entreprise où il avait travaillé.

L'amiante a tué de 61 000 à 118 000 personnes entre 1995 et 2009 ? et l'on prévoit qu'il en tuera entre 68 000 et 100 000 d'ici à 2050.

On sait depuis longtemps que l'amiante tue, pourtant son interdiction ne date que de 1997. Et nul patron n'a jamais été condamné pour y avoir exposé ses salariés.

Bel exemple d'une justice soumise au patronat.

Quand il fait noir, c’est la nuit

Brève
08/04/2019

Une loi risque d'être adoptée qui consacrerait l'ouverture de magasins d'alimentation tard le soir. Certains le sont déjà, même illégalement, mais il est question que la tranche de 21 h à 24 h ne soit plus considérée comme du travail de nuit. Cela, bien sûr, afin que les employeurs puissent moins payer les salariés auxquels ils imposent de tels horaires.

Une aubaine de plus pour les géants de la distribution.

La cantine scolaire à 1 euro ?

Brève
08/04/2019

Dans le cadre de son plan Pauvreté, le gouvernement annonce le lancement de la cantine scolaire à 1 euro d'ici fin avril, puis l'octroi de petits déjeuners gratuits pour les enfants qui viennent à l'école le ventre vide.

Il reste à voir qui y aura droit ou pas, et quelles subventions recevront les communes pour cela.

Mais une chose est sûre : il est révoltant que dans le cinquième pays le plus riche au monde, beaucoup de familles ne puissent plus payer la cantine de leurs enfants ni même leur assurer un petit déjeuner.

C'est la conséquence du chômage, de la précarité, des bas salaires voulus par un patronat rapace.

Il n’était que temps

Brève
08/04/2019

Le premier monument aux 639 soldats fusillés sur le front durant la guerre de 1914-1918 a enfin été élevé. Il se trouve à Chauny dans l'Aisne, près des champs de bataille où des millions d'ouvriers et de paysans français, allemands, anglais, etc., furent envoyés à la mort par leur État pour défendre les intérêts de sa bourgeoisie.

Les conseils de guerre condamnèrent alors à mort 2 500 poilus, souvent choisis au hasard, pour terrifier leurs camarades qui s'interrogeaient sur le sens de cette boucherie.

On le vit bien quand, en 1917, des dizaines de milliers d'entre eux, refusant d'aller combattre, se révoltèrent contre « cette guerre infâme », comme le disait la chanson de Craonne écrite dans les tranchées, en proclamant : « Les gros (...), si vous voulez la guerre, payez-là de votre peau ».

Le grand cru des gilets jaunes

Brève
08/04/2019

Pour leur 20ème samedi de mobilisation, des gilets jaunes du sud-ouest se sont invités au « Printemps des châteaux », un week-end portes ouvertes dans les châteaux des grands crus du Bordelais.

Du coup, leurs propriétaires, qu'ils soient parmi les dix Français les plus riches ou qu'il s'agisse de sociétés financières, se sont barricadés.

Le Grand débat façon Macron, ça ne les gêne pas. Mais pas question pour eux de laisser dénoncer publiquement les conditions réelles de travail et de salaires qu'ils imposent à leur personnel. Ni de laisser dire qu'ils bénéficient de subventions publiques, tout en plaçant leur fortune dans des paradis fiscaux.

Chapeau… le tour de passe-passe

Brève
08/04/2019

À la suite du nouveau scandale du patron d'Airbus parti avec une retraite chapeau de 1,3 million par an, le gouvernement a annoncé qu'il allait sévir.

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a annoncé qu'une ordonnance limitera ces bonus, prévus par contrat, à 30 % du salaire annuel antérieur des grands patrons.

Pour contourner cette mesure, si toutefois elle voit le jour, il ne restera aux hauts cadres des grandes entreprises qu'à trouver une astuce contractuelle ou simplement à augmenter en conséquence leur salaire avant de partir en retraite...

Gafa et gouvernement : gaffe au bluff

Brève
08/04/2019

Le gouvernement avait promis de faire payer Google, Amazon, Facebook, Apple... ces multinationales championnes de l'évasion fiscale qui ont réalisé 9,74 milliards de chiffre d'affaires non déclarés en France en 2017.

La nouvelle taxe prévue aurait dû rapporter 623 millions d'impôts : une goutte d'eau dans l'océan de leurs profits. Ce sera en fait une gouttelette car le projet présenté aux députés rapportera, au mieux, 162 millions.

Pour le gouvernement, c'est l'occasion de faire de la mousse, mais pour Bezos, le propriétaire d'Amazon, et ses copains à la tête des autres Gafa, c'est à peine un jour d'argent de poche.

Algérie : tout par la base, rien par le sommet

Brève
08/04/2019

Après avoir obtenu le départ de Bouteflika, les manifestations en Algérie sont toujours énormes. Toute la population continue de manifester, car elle ne se laisse pas abuser par les manoeuvres multiples et variées de dirigeants qu'elle rejette. Elle veut que ce soit la base qui décide, et non plus les gens actuellement au pouvoir.

Un nouveau slogan est apparu le « Bouteflixit » qui invite à « dégager » non seulement Bouteflika, mais tous les corrompus qui dirigent le pays.

Voilà qui donne des idées...

Imprimer txt txt