Brèves

Nouvelle pénurie de médicaments pas assez rentables.

Brève
24/05/2019

La cortisone et ses dérivés commencent à manquer dans les pharmacies. L'absence de cet antidouleur et anti-inflammatoire efficace pour de nombreuses pathologies peut être dramatique, entre autres pour des patients asthmatiques ou atteints de poussées d'arthrose ou de graves tendinites. Mais les industriels de la pharmacie n'en ont cure et veulent produire en priorité les molécules qu'ils peuvent vendre au prix fort.

La course au profit est fortement contre-indiquée pour la santé !

L'État français fait pression sur des journalistes qui le dérangent

Brève
24/05/2019

Huit journalistes de Disclose, Quotidien et Le Monde qui ont fait des révélations sur les ventes d'armes françaises ou l'affaire Benalla ont été convoqués par la DGSI. Les enquêteurs du contre-espionnage français voulaient visiblement faire révéler leurs sources aux journalistes qui ont, à juste titre, refusé de céder.

Le gouvernement se dit pour la liberté de la presse, mais à condition... qu'elle ne serve pas !

Inégalités : une aggravation mondiale

Brève
24/05/2019

Mumbai (Bombay), Inde, en 2015

Dans un rapport sur les inégalités mondiales, l'École d'économie de Paris, qui n'est pourtant pas un repaire de contestataires, encore moins de révolutionnaires, dit constater un creusement des inégalités à l'échelle mondiale depuis les années 1980.

Dans des pays comme l'Inde ou le Brésil, les 10 % les plus riches accaparent désormais 55 % du revenu national, et ce pourcentage a aussi augmenté en Chine, pour atteindre les 41 %. Les pays les plus riches de la planète ne sont pas en reste. De 1980 à 2016, la part du gâteau perçue par les 10 % les plus riches serait passée en Europe de 32 à 37 %, et aux États-Unis de 35 à 47 %.

Cette aggravation des inégalités reflète le détournement croissant des richesses que produisent les travailleurs par la classe des propriétaires de capitaux. Et aucune loi sociale ne mettra fin à cette mécanique. Pour y mettre un coup d'arrêt, il faudra renverser ce système.

Accès à l’eau potable : un privilège ?

Brève
24/05/2019

Dans le monde, la moitié de la population - soit 3,5 milliards d'individus - vit dans des zones où l'accès à l'eau potable n'est pas garanti toute l'année. C'est le cas des habitants de mégalopoles comme Djakarta, Mexico ou Le Caire. Des scientifiques estiment même que d'ici à 2050, cette situation pourrait concerner presque 6 milliards de personnes.

C'est que la gestion capitaliste de cette ressource si indispensable à l'humanité est insensée, anarchique, irresponsable, entre pollution des cours d'eau par les industriels et gestion indigne des réseaux de distribution d'eau, quand ils existent.

Les jeunes qui manifestent aujourd'hui, vendredi 24 mai, pour la défense de l'environnement ont bien raison de se mobiliser. Mais ce combat n'aboutira que s'ils ne se contentent pas de pousser un cri d'alarme, et trouvent la voie du combat pour le renversement du capitalisme, principal responsable de la dégradation de l'environnement.

Une nouvelle île en Méditerranée : l'île Déchets

Brève
23/05/2019

Déchets plastiques dans un port de Malte (Flickr : Alain Bachellier).

Un amoncellement de détritus plastiques de plusieurs kilomètres a été découvert entre la Corse et l'île d'Elbe. Le vent pourrait les pousser sur les côtes corses.

De telles îles de plastique se multiplient sur les mers de la planète, comme la gigantesque décharge flottante découverte en 1997 dans le Pacifique ou une autre dans les Caraïbes. Ces matières plastiques vont mettre des siècles à se dégrader et d'ici là intoxiquer de nombreux animaux.

Oui, il y a urgence à prendre des mesures limitant l'usage des plastiques, mais elles arrivent bien tard et n'auront que peu d'impact... avant les nouvelles atteintes à l'environnement dues à la course au profit des industriels et accélérées par une concurrence indissociable du système capitaliste.

L'urgence est surtout d'aller vers une économie planifiée et raisonnée, ce qui suppose l'expropriation du grand capital.

Crèches en colère, crèches en grève

Brève
23/05/2019

Aujourd’hui, jeudi 23 mai, une grève est organisée dans les crèches pour protester contre les projets du gouvernement qui prétend créer 30 000 places de plus pour les bébés dans le pays, non seulement sans créer d’emplois, mais en réduisant le taux d’encadrement !

Les puéricultrices s’élèvent contre ce recul programmé, qui ferait passer le taux de un adulte pour cinq enfants à un pour huit.

Et comme il n’est pas non plus question d’aider les crèches à se multiplier ni à s’agrandir, il est couru d’avance que l’espace par enfant va être réduit, en particulier dans les quartiers populaires, les plus peuplés.

Ceux qui orchestrent ces attaques méritent d’être envoyés au piquet. Définitivement.

Nathalie Arthaud : « J’appelle les travailleurs à voter pour leurs intérêts »

Brève
23/05/2019

Bien que seuls six candidats, intronisés « grands » candidats par les médias, aient eu le privilège de débattre en début de soirée, Nathalie Arthaud a pu défendre, en fin de soirée – pendant 12 petites minutes – le camp des travailleurs contre le grand capital.

Notre camarade a pris le contre-pied de tous ceux qui rêvent de rajouter des barbelés aux frontières de la France, de l’Union européenne ou des deux à la fois, en choisissant comme symbole de son combat un globe terrestre. « Mon pays, c’est la terre, ma patrie c’est l’humanité », a-t-elle déclaré d’emblée.

Placée sur le plateau entre deux souverainistes rivalisant de chauvinisme, elle a expliqué que « les travailleurs ne sont souverains de rien du tout dans cette société capitaliste » et qu’ils ne seront jamais protégés de l’exploitation ni de la crise par les frontières.

Il n’y avait personne d’autre sur le plateau pour dénoncer la folie, la barbarie du capitalisme ni pour contester la dictature de la grande bourgeoisie sur la société !

Enrichissement des actionnaires : 2019 commence très fort

Brève
22/05/2019

De janvier à mars 2019, les groupes cotés en bourse à travers le monde ont distribué pour 263 milliards de dollars à leurs actionnaires. Près de 50 % de cette somme ont été distribués par des compagnies basées aux États-Unis, confirmant que le capitalisme américain reste le plus puissant.

De l'avis de la presse patronale, des chiffres pareils, c'est du jamais vu. Depuis la crise de 2008, les dividendes empochés par les actionnaires à l'échelle mondiale ont doublé, pour atteindre aujourd'hui un sommet historique.

Cet enrichissement sans précédent ne vient pas de nulle part, mais d'une exploitation accrue de la classe ouvrière internationale. Et, alimentant une spéculation frénétique, il menace toute l'économie d'un nouvel effondrement.

Attaques contre les travailleurs du public : la forme change (un peu), pas le fond

Brève
22/05/2019

Manifestation 9 mai 2019

Le gouvernement a récemment fait mine de revenir sur son engagement à supprimer 120 000 postes de fonctionnaires avant la fin du quinquennat.

Mais Édouard Philippe vient de demander aux ministères de réorganiser, voire de supprimer, toute agence publique qui emploie moins de 100 personnes ! Et il invite l'administration centrale à se délester de certaines de ses missions sur les régions et les collectivités locales...

Bref, comme on pouvait le prévoir, le rétropédalage n'en était pas un. Il s'agit encore et toujours de demander aux travailleurs du secteur public d'en faire plus à moins nombreux, et de demander aux usagers de subir un service dégradé.

Imprimer txt