Brèves

Lesbos : les dirigeants européens sont les vrais incendiaires

Brève
09/09/2020

Un incendie a ravagé mercredi le camp de réfugiés de Moria sur l'île grecque de Lesbos, où survivaient près de 12 700 migrants demandeurs d'asile, plus de quatre fois la capacité d'accueil prévue.

Depuis une semaine, suite à l'apparition de cas de Covid-19, le gouvernement grec avait décidé d'enfermer tous les habitants du camp, alors qu'il leur est impossible de respecter un minimum d'hygiène et de gestes barrières, dans les taudis insalubres auxquels ils sont condamnés. Les voilà à présent sans abri.

Les dirigeants des pays riches de l'Union Européenne peuvent verser aujourd'hui d'hypocrites larmes de crocodile, mais c'est bien leur refus d'accueillir dignement ces migrants qui les transforme ainsi en parias.

On n’est pas des moineaux, on ne veut pas des miettes

Brève
09/09/2020

Quelques patrons français se disent favorables à l'augmentation des impôts des plus riches. « Il s'agit là d'une nécessité, sans cela nous assisterons à une dégradation du climat social » a déclaré Nicolas Théry, le président du Crédit mutuel. C'est qu'avec la crise actuelle, les inégalités et la pauvreté prennent des proportions encore plus abyssales.

Inquiets devant les colères que ces inégalités ne manqueront pas de provoquer, ces patrons proposent, préventivement, que les riches paient un peu plus, pour un temps limité. Pensent-ils sérieusement qu'un petit su-sucre, en supposant même que les richards acceptent de faire ce geste -ce qui est loin d'être fait - suffise pour éteindre la colère populaire ? Ils peuvent toujours rêver !

Les HLM victimes d'un détournement de fonds

Brève
08/09/2020

Dans le plan de relance de 100 milliards du gouvernement, il n'y a rien pour l'hôpital ou l'Éducation. Rien non plus pour le logement social. Au contraire : le gouvernement s'apprête à prélever un milliard sur Action Logement, organisme qui finance la rénovation des HLM. Il envisage aussi de baisser la participation financière des entreprises à la construction de logements sociaux.

Macron et Castex parlent d'écologie, de rénovation des logements mal isolés... mais c'est pour faire de nouveaux cadeaux au patronat du BTP. Déshabiller les quartiers populaires pour mieux relancer les profits du grand patronat, tel est l'objectif de ce plan.

Odeurs nauséabondes sur la Côte d'Azur

Brève
08/09/2020

Lors de son discours de rentrée à Fréjus, Marine Le Pen a brodé sur le thème de l'insécurité. Dans la surenchère avec la droite, de LR à LREM ou encore avec les membres du gouvernement qui s'affrontent sur ce terrain fangeux, elle en a fait des tonnes. Elle a parlé de « naufrage sécuritaire », de la « barbarie » qui s'installerait dans les quartiers et dénoncé une campagne antiflics.

Le RN, comme tous les partis dits de gouvernement, incapables d'enrayer le chômage et les licenciements en rafale ni la précarité, qui aggravent la déliquescence de la société, brasse cet air... malodorant. Elle a pris comme slogan: « Français réveillez-vous ». Vaudrait mieux qu'elle aille se coucher dans son château de Montretout !

Plan de relance : la poule aux œufs d’or

Brève
08/09/2020

Ce plan de relance est une litanie de subventions en direction des entreprises. Pour le justifier, l'écologie tient une bonne place. Ainsi le ministre de l'Agriculture annonce que, pour lutter contre la souffrance animale, les abattoirs recevront 125 millions d'aides pour moderniser leurs équipements.

Comme ce plan n'est soumis à aucune condition, rien ne garantit que les animaux seront mieux traités ni que les salariés des abattoirs ne seront plus soumis à des conditions de travail infernales. Par contre le gavage de patrons, lui, n'en finit pas !

Relocalisations : "Prends l'oseille et tire-toi"

Brève
08/09/2020

Les délocalisations de certaines productions, en particulier dans la pharmacie, ayant provoqué des ruptures d'approvisionnement pendant le confinement, le gouvernement prétend agir pour faire revenir les productions en France. Quelque 15 milliards du plan de relance sont ainsi dédiés "à l'innovation et aux relocalisations".

Mais les industriels ne s'engagent à rien. "Les projets de relocalisations ne tiendront que si la compétitivité est au rendez-vous" , a déclaré le représentant de l'UIMM, l'organisation patronale de la métallurgie. Patrick Artus, économiste reconnu, prévoit même dans le journal Les Échos que la crise va provoquer "des suppressions d'emplois, des baisses de salaires et des délocalisations encore plus massives". Et la réalité subie par le monde du travail illustre chaque jour ce sombre pronostic.

Comme d'habitude, le patronat prendra les milliards et continuera de faire ce qu'il voudra.

Condamnés à retourner au travail

Brève
07/09/2020

Fin du dispositif pour les personnes à risques

Du fait de l'épidémie de Covid-19, les diabétiques, les obèses, les malades atteints de pathologies cardio-vasculaires ou respiratoires faisaient partie des personnes vulnérables pouvant avoir un arrêt de travail indemnisé par le chômage partiel.

Depuis le 1er septembre, c'est fini : ces salariés présentant des risques de santé accrus doivent retourner au travail ou ne plus être indemnisés.

Le Covid-19 frappe pourtant toujours, et d'autant plus qu'on est médicalement fragile. Le gouvernement le sait, mais il trouve que protéger ces salariés coûterait trop cher.

Leurs « valeurs républicaines »

Brève
07/09/2020

L'armée de Thiers,premier président de la 3ème république, fusille les communards

Macron a célébré le 150e anniversaire de la proclamation de la Troisième République. Il en a profité pour flatter l'opinion réactionnaire avec le sécuritaire, un thème cher à la droite.

Il a juste « oublié » le premier fait d'armes de cette république qui massacra, emprisonna et déporta des dizaines de milliers d'ouvriers et de militants de la Commune de Paris.

Leur crime aux yeux des bourgeois ? Avoir fait la preuve que les travailleurs et les petites gens pouvaient se passer du patronat pour établir une société plus juste, fraternelle et rationnelle.

Le prix du mépris

Brève
07/09/2020

La ministre à l'Égalité femmes-hommes se vante de « ne pas héberger dans n'importe quelles conditions » les femmes victimes de violences conjugales.

Elle leur octroie 25 euros par jour, alors qu'un rapport du Sénat préconise au moins 40 euros...

Ce gouvernement n'est guère généreux pour les femmes. Il ne l'est que pour le patronat... des deux sexes.

Imprimer txt