Brèves

Industries à risque : surveillance sur le papier

Brève
07/07/2021

 

Le gouvernement vient de placer treize sites industriels sous « surveillance renforcée » pour « incidents ou non conformités réguliers ».

C’est sa réponse à l’incendie de Lubrizol à Rouen en 2019. Ces industriels pourront facilement se soustraire à cette « surveillance » de l’État, qui a fait défaut pour ce qui est de Lubrizol, en donnant quelques « garanties ».

La seule façon de protéger les travailleurs et les populations contre les risques industriels, c’est-à-dire contre ceux que le capitalisme lui-même fait courir à tous, sera de placer les entreprises sous la surveillance et le contrôle de ceux qui les font tourner, les travailleurs, et plus largement de la population. Cela, il faudra l’imposer.

L’appétit insatiable des capitalistes

Brève
07/07/2021

 

La direction de Flunch a annoncé la fermeture de 39 restaurants avec à la clef peut-être 900 licenciements. Elle justifie ces fermetures par la baisse de moitié du chiffre d’affaires.

Flunch appartient pourtant à la famille Mulliez, qui possède Auchan et bien d’autres enseignes. Maintenir les emplois ne serait vraiment pas un problème pour elle. Le groupe Mulliez a siphonné les dividendes pendant des années et au moindre problème, il présente l’addition aux travailleurs.

Interdire les licenciements est une nécessité, quoiqu’il en coûte aux capitalistes !

« Mouvements sociaux » : leurs craintes, notre espoir

Brève
07/07/2021

 

L’OCDE, qui réunit et conseille des représentants des pays riches, énumère les raisons qui lui font craindre une explosion de « mouvements sociaux » dans le monde, notamment dans les pays dits émergents où la fréquence des grèves et manifestations a été multipliée par deux depuis la crise financière de 2008.

Le rapport pointe, avec des mots choisis pour ne rien dire, « des attentes non satisfaites » et le développement d’un « sentiment de vulnérabilité » dans une partie de la population. C’est peu dire pour décrire les effets de l’explosion du chômage, de la misère, du chaos et de la barbarie.

Les travailleurs ont la force d’y mettre un terme, à condition de s’organiser dans ce but. La peur qu’ils inspirent est un gage pour l’avenir.

Les patrons nous pompent l’air !

Brève
07/07/2021

 

La Cour des comptes européenne a publié, le 5 juillet, un rapport dénonçant le fait que le coût de la pollution industrielle serait en grande partie pris en charge par l’argent public ou par la population, plutôt que par les entreprises pollueuses.

Pour l’eau par exemple, les consommateurs individuels payent 70 % des coûts d’assainissement alors même qu’ils n’en consomment que 10 %.

Les capitalistes sont incapables d’organiser l’économie sans polluer l’air, l’eau et les sols, et ils nous présentent la facture de leur irresponsabilité. Il est grand temps que les travailleurs prennent la société en main.

Migrants en danger

Brève
06/07/2021

 

369 migrants, dont de nombreux enfants, ont été secourus par le navire Ocean Viking, sur lequel se trouvent désormais près de 600 rescapés. Sans l’intervention et le dévouement de ces humanitaires, combien seraient morts ? Et quel sera le sort de ceux qui viennent d’être sauvés ?

Guerre, misère et dictature engendrées par la domination impérialiste d’un côté, fermeture des frontières, gardes armés et centres d’accueil indignes de l’autre : voilà le visage du capitalisme du 21e siècle.

Régime capitaliste

Brève
06/07/2021

 

Dans le sillage de la pandémie au Covid-19, qui a déjà privé de leur gagne-pain des masses de femmes et d’hommes sur la planète, l’inflation des prix alimentaires, en hausse de 40 % sur un an, frappe désormais. Le prix des céréales a bondi de 36 % (dont le maïs 90 %), les produits laitiers de 28 %. Celui des huiles végétales a plus que doublé.

En France pour l’instant, la répercussion sur les prix à la consommation reste encore limitée, mais dans les pays pauvres, cette flambée fait des ravages et plonge des populations de plus en plus nombreuses dans la précarité alimentaire. En dehors des zones de guerre, la faim s’étend dramatiquement à Madagascar.

Sous le capitalisme, l’agriculture n’a pas pour but de nourrir les humains, mais les profits de l’agrobusiness.

Spéculateurs sans limite

Brève
06/07/2021

 

Les fonds d’investissement (hedge funds en anglais), et notamment les plus gros d’entre eux, n’ont jamais disposé d’autant d’argent pour spéculer, 3 800 milliards de dollars à ce jour. Ils empruntent à des taux dérisoires, pour jouer ensuite ces milliards au casino géant que sont les places financières du monde entier.

En 30 ans, leurs actifs ont été multipliés par 100 ! Plus les classes populaires souffrent et se voient imposer chômage, bas salaires et précarité, plus leurs actionnaires prospèrent.

Pas d’autre vaccin contre cette maladie sociale que la révolution.

Pollution : les enfants premières victimes

Brève
05/07/2021

 

Une récente étude révèle qu’arsenic, cadmium, chrome, cuivre, mercure ou nickel sont présents dans l’organisme de l’ensemble de la population, et ce dès le plus jeune âge. Ces métaux lourds sont à l’origine de maladies chroniques, de cancers ou de déficience immunitaire.

En cause la pollution notamment des sols et des mers et la contamination qui s’en suit de la chaine alimentaire jusque dans les céréales du petit-déjeuner.

Mais sa source est la course au profit, l’opacité de l’économie capitaliste qui protège des industriels de tout contrôle et de toute sanction. C’est à tout cela que les travailleurs devront mettre fin pour protéger également la santé de l’humanité.

Éducation : une priorité…électorale

Brève
05/07/2021

 

Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, se fait chevalier blanc de la formation et de l’éducation, qui doit être selon lui la « priorité absolue du prochain quinquennat ».

Quel cynisme ! Après cinq ans d’attaques contre le personnel de l’Éducation nationale, les milliers de suppressions de postes, les conséquences dramatiques du confinement sur les plus jeunes, voilà que les incendiaires du gouvernement prétendent au rôle de sauveur.

Dans les histoires racontées aux enfants, le chevalier tue le dragon. A l’ère de Macron, c’est le dragon qui se déguise en chevalier. Heureusement qu’on ne croit plus aux contes de fée !

Imprimer txt