Brèves

Plan anti-drogue : un air de déjà vu

Brève
18/09/2019

Le ministre de l'Intérieur, à l'époque où il était au PS... et racontait déjà n'importe quoi

Une brochette de ministres, dont celui de l'Intérieur Castaner, se sont rendus dans un quartier populaire de Marseille pour annoncer de nouvelles mesures de lutte contre le trafic de drogue - essentiellement une réorganisation des services de répression et l'annonce de sanctions plus sévères contre les dealers et les consommateurs.

Force est de constater que c'est dans les quartiers pauvres que les trafics prospèrent sur fond de chômage, de pauvreté, d'absence de transport et de services publics. Ce gouvernement, comme les précédents, les laisse à l'abandon ; et là où la population se mobilise pour réclamer les moyens de changer l'atmosphère et les règles des quartiers, on lui répond qu'il n'y a pas d'argent pour les bus, les écoles, les centres d'animation.

Alors, comme les précédents, ce nouveau plan anti-drogue est plutôt fait pour les caméras.

Michelin : une accusation indigne

Brève
18/09/2019

L'usine Michelin de Cataroux, à Clermont-Ferrand

Depuis sa nomination en mai, le PDG de Michelin, Menegaux, a répété qu'aucune usine ne devait se sentir à l'abri. Il exerce un chantage continuel pour obtenir encore plus d'efforts des salariés, sur lesquels il met le pistolet de la fermeture sur la tempe. Ce groupe est pourtant le numéro deux mondial du pneu et a affiché un bénéfice net de 1,6 milliard d'euros en 2018.

Accentuant sa pression, la direction de Michelin a transmis un « diagnostic » aux syndicats, accusant quatre usines, Cataroux, Avallon, La Roche-sur-Yon et Cholet, de ne pas être assez compétitives. Ce sont en réalité les ouvriers qui sont accusés de ne pas être assez productifs.

Question productivité, on pourrait s'interroger sur celle des gros actionnaires, qui n'ont jamais produit un seul pneu de leur vie.

Caravelle Ajaccio-Nice : 51 ans après, l'armée toujours muette

Brève
17/09/2019

Cet avion s'était crashé en septembre 1968 au large d'Antibes. Les familles des 95 personnes à bord, toutes décédées dans la catastrophe, soupçonnent depuis longtemps qu'il s'agisse d'un tir de missile militaire. Ils ont réussi à relancer une plainte pour destruction de preuves et viennent d'obtenir de Macron qu'il demande la levée du secret-défense. Va-t-on enfin savoir ce qui s'est vraiment passé ?

Les familles sont certaines d'une chose : l'armée et les gouvernements ont jusqu'ici tout fait pour ne pas rendre de comptes. La version officielle de 1972 était « un incendie d'origine indéterminée » ; des journalistes s'étaient fait confisquer la bande-son d'un reportage où un militaire s'écriait « merde, on l'a perdu ».

La récente décision de Macron risque bien de ne pas plus aboutir...

Israël : Netanyahou surenchérit à droite

Brève
17/09/2019

Netanayhou avec l'ambassadeur américain, aux côtés des militaires et des rabbins

À deux jours des élections législatives en Israël, le Premier ministre sortant Netanyahou a donné le feu vert à la légalisation d'une nouvelle colonie sauvage juive sur un territoire palestinien de la vallée du Jourdain.

En quête de voix, il a même promis l'annexion de l'ensemble des colonies juives de cette zone palestinienne - soit 30 % de la Cisjordanie - afin de complaire aux électeurs les plus réactionnaires.

Pas sûr que cela suffise à le faire élire de nouveau. Mais cela alimente un climat de surenchère nationaliste réactionnaire et raciste, dont les travailleurs d'Israël, juifs comme palestiniens, écrasés par de plus en plus de pauvreté, ne peuvent que pâtir.

Tunisie : le « printemps » reste à venir

Brève
17/09/2019

Manifestation en 2011

Lors du premier tour des élections présidentielles en Tunisie dimanche 15 septembre, le Premier ministre Youssef Chahed a obtenu moins de 8 % des voix, preuve de l'impopularité du pouvoir en place.

Moins d'un électeur sur deux s'est déplacé, beaucoup moins qu'en 2014. Car ceux qui espéraient que le départ du dictateur Ben Ali, en 2011, marquerait le début d'une ère nouvelle ont eu largement le temps de juger qu'il n'en était rien. Tous les problèmes sociaux demeurent, voire se sont aggravés.

Pour les travailleurs et pour toutes les classes populaires, l'amélioration de leur situation ne passe pas par les politiciens qui briguent leurs suffrages.

Macron : même démagogie que Le Pen

Brève
17/09/2019

Devant ses députés et sénateurs, Macron a annoncé la couleur : il entend faire des voix avec la peau des immigrés. Il reprend les discours démagogiques et odieux du Rassemblement national contre l'immigration et dénonce les demandes soi-disant abusives de droit d'asile.

Il dit vouloir éviter de passer pour un « parti bourgeois » sur la question, mais il n'est que le valet de tous ces grands bourgeois qui, eux, voient dans les immigrés une main d'oeuvre à bon marché, bons pour suer leurs profits. Macron prétend répondre aux attentes des « classes populaires », mais il les attaque de toutes les façons possibles.

Face à ce « président des riches », il faut réaffirmer : « travailleurs français-immigrés, une seule classe ouvrière » et que les seuls étrangers parmi nous sont les grands patrons.

Pétrole : les incendiaires sont chez nous

Brève
16/09/2019

Une attaque a mis à l'arrêt d'importantes installations pétrolières d'Arabie saoudite, l'équivalent de 5 % de la production mondiale de brut. Cela va à coup sûr faire grimper le prix de l'essence à la pompe ici.

Cette attaque est un des épisodes de la guerre meurtrière que mène l'Arabie saoudite au Yémen, dans le cadre de sa rivalité avec l'Iran. Mais la responsabilité essentielle de cet affrontement revient aux grands pays impérialistes, États-Unis en tête mais aussi la France qui l'alimente en vendant de l'armement, qui dressent les puissances régionales les unes contre les autres pour maintenir leur influence au Moyen-Orient.

Pour ce faire ils n'hésitent pas à attiser ces conflits meurtriers.

Grève à General Motors

Brève
16/09/2019

Près de 50 000 salariés de General Motors aux États-Unis sont appelés à la grève à partir du 16 septembre par le syndicat de l'automobile UAW. C'est la première grève de cette ampleur depuis de nombreuses années chez ce constructeur. Elle entre dans le cadre de la négociation d'un nouveau contrat collectif pour les années à venir entre les directions syndicales et le patron.

General Motors veut fermer 4 usines aux États-Unis et faire payer à ses salariés une plus grande part de leur couverture maladie.

Les travailleurs ne peuvent pas l'accepter. D'autant moins que cette multinationale a engrangé 8 milliards de dollars de profits l'an dernier, et 35 milliards en Amérique du nord ces 3 dernières années.

Finances publiques en grève

Brève
16/09/2019

Grève précédente, mai 2019 à Brest

5 800 suppressions d'emplois aux Finances publiques d'ici 2022 : voilà la saignée que voudrait imposer dans son ministère Gérald Darmanin, dans le cadre des suppressions d'emplois dans la fonction publique voulues par Macron.

Cela se traduirait par une aggravation de la pression quotidienne sur les salariés qui resteraient, alors qu'ils ont déjà bien du mal à faire face à leur tâche actuelle. En outre plus de 900 trésoreries locales sont menacées de fermeture, ce qui compliquerait la vie des habitants en les obligeant à des déplacements accrus pour leurs démarches.

Ces travailleurs sont appelés à faire grève ce lundi 16 septembre. C'est la voie à suivre pour faire ravaler son plan au gouvernement !

Imprimer txt