Brèves

Union européenne : droits humains à géométrie variable

Brève
25/03/2021

En décembre dernier, les pays de l'Union européenne se sont entendus sur un dispositif de « sanctions ciblées » contre les pays violant les droits de l'homme. Quatre dirigeants chinois ont ainsi subi les foudres de l'Union européenne à cause des persécutions subies par les Ouïgours. Ce qui est à l'origine de la passe d'arme diplomatique entre l'ambassadeur de Pékin à Paris et le ministère des Affaires étrangères du gouvernement Macron.

Tout cela n'est qu'un théâtre cynique. Le gouvernement chinois continuera évidemment de piétiner les droits des Ouïgours. Quant aux pays de l'Union européenne, ils continueront de piétiner ceux des migrants laissés se noyer en Méditerranée. Pas question pour la France et les autres États européens de « s'autosanctionner de façon ciblée » pour cette politique criminelle.

Épidémie : chronique d’une catastrophe annoncée

Brève
25/03/2021

Le directeur de l'Agence régionale de santé d'Île-de-France évoque dans une interview une épidémie « extrêmement violente » qui conduira à un report de 80 % des interventions chirurgicales car un maximum de lits sont modifiés pour accueillir des malades du Covid-19. Ces annulations d'actes chirurgicaux auront des conséquences sur la santé des patients que l'hôpital ne peut plus prendre en charge en raison de la pénurie de moyens.

Un an après le début de l'épidémie, l'hôpital reste aussi démuni qu'avant et doit gérer la pénurie dans l'improvisation. Comment ne pas parler de politique criminelle des pouvoirs publics ?

Fonderie de Bretagne : menaces sur l’emploi

Brève
24/03/2021

Des centaines de personnes ont manifesté, mardi 23 mars, devant la Fonderie de Bretagne à Lorient. Elles dénonçaient le choix de Renault de vendre l'usine, même s'il prétend chercher un repreneur « plus à même de pérenniser les activités et les emplois ». La seule réalité tangible est que le groupe automobile veut se débarrasser de cette fonderie et de ses 350 salariés pour faire des économies.

Les travailleurs ne sont pas dupes, ils savent que leurs emplois et leurs salaires sont en jeu. Pour se sauver, ils ne peuvent pas compter sur les ministres et autres dirigeants du conseil régional qui éventuellement verseront des larmes de crocodiles, mais n'agiront qu'en faveur des patrons. Ils ne pourront compter que sur leur mobilisation et la solidarité des autres travailleurs.

Congo-Brazzaville : un pilier de la Françafrique reste en place

Brève
24/03/2021

Sans surprise, le protégé de l'impérialisme français Denis Sassou-Nguesso a officiellement gagné l'élection présidentielle au Congo-Brazzaville, continuant plus de trente-sept ans de dictature.

Le Congo-Brazzaville, ancienne colonie française, assure des profits confortables aux trusts pétroliers, en particulier Total ou Eni, sous le patronage intéressé du dictateur. Mais 40 % de la population vit sous le seuil de pauvreté, elle manque d'eau potable ou d'électricité, alors que le clan Sassou-Nguesso est connu pour ses achats immobiliers à Paris et fait l'objet de plusieurs enquêtes pour ses montages financiers en Suisse ou dans des paradis fiscaux.

L'impérialisme laisse de confortables pourboires à ses fidèles serviteurs.

Protection contre le Covid-19 en entreprise : du vent !

Brève
24/03/2021

Le gouvernement a défini de nouvelles règles pour le covoiturage pour aller au travail ou au moment des pauses-repas. Dans les ateliers, sur les chantiers, les cadences et l'organisation du travail rendent souvent impossible toute distanciation physique. Et près d'une contamination sur trois a lieu au travail.

Mais comme le gouvernement ne veut imposer aucune contrainte réelle au patronat, il fait juste semblant de faire quelque chose sur les à-côtés. Il complique ainsi la vie de nombreux travailleurs sans ralentir la diffusion du virus.

Israël : un Parlement toujours plus réactionnaire

Brève
24/03/2021

En provoquant des élections législatives ce 23 mars, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou espérait profiter du succès de la campagne de vaccination. Son pari est largement raté, mais Netanyahou va tout de même essayer de former une majorité autour de lui en marchandant avec les députés les plus réactionnaires pour former un gouvernement.

Sur fond d'abstention grandissante et de dégoût de la fraction progressiste du pays, les partis ultra-orthodoxes et de droite extrême ont encore progressé au Parlement, propageant racisme et machisme.

Ce résultat électoral est le fruit du pourrissement de la société israélienne, plongée dans l'impasse du sionisme radical et de la colonisation à outrance. Les Palestiniens des Territoires occupés en subissent depuis longtemps les conséquences les plus dramatiques. Mais les Arabes israéliens et les Juifs en paient aussi le prix.

Unef : une campagne scandaleuse

Brève
23/03/2021

Mélanie Luce et Sonia Mabrouk sur Europe 1

Sous prétexte que l'Unef organise parfois des réunions en « non mixité raciale », c'est-à-dire entre adhérents qui estiment subir du racisme permanent, une campagne l'accusant de « racisme anti-Blancs » a été déclenchée contre ce syndicat étudiant. Le ministre de l'Éducation nationale, Blanquer, taxe l'Unef de « dérive fasciste », les LR Ciotti et Bellamy réclament sa dissolution et Le Pen veut que ce syndicat soit poursuivi en justice.

Cette campagne est odieuse, ses initiateurs visent uniquement à discréditer tous ceux qui contestent leurs postures xénophobes et sécuritaires.

Bangladesh : Sanofi a de quoi payer

Brève
23/03/2021

Après le décès d'un gréviste de la faim en février dernier, les travailleurs de Sanofi à Dacca au Bangladesh continuent leur combat. Sanofi a cédé la participation de sa filiale bangladaise à un capitaliste local, Beximco, en promettant de maintenir les salaires et avantages sociaux pendant trois ans.

Les travailleurs ne lui font aucune confiance car le repreneur Beximco a dit que la reprise se ferait « dans le respect des règles, règlements et lois du travail du pays », c'est-à-dire bien peu en faveur des ouvriers. Ils demandent des garanties ainsi qu'une compensation financière.

Ils ont mille fois raison et le trust multimilliardaire Sanofi a largement de quoi payer.

Haro sur le baudet !

Brève
23/03/2021

Un carnaval à Marseille qui a réuni quelques milliers de personnes vient à point pour servir de paravent au cirque gouvernemental et à son troisième confinement partiel. Le gouvernement se pique de faire la morale et menacer des foudres de la justice ceux qui ne respectent pas les interdictions de regroupement.

Mais lui qu'a-t-il fait, en une année, pour mieux préparer les hôpitaux à soigner alors que l'épidémie flambe et que les services de réanimations sont aux abois ? Que fait-il depuis des mois pour garantir une couverture vaccinale la plus large ? Il n'imagine pas de réquisitionner les entreprises pharmaceutiques, mettant le respect de la propriété des capitalistes bien avant la santé de la population.

Tout ça ressemble à la fable de La Fontaine, « les animaux malades de la peste » : l'âne est puni pour avoir mangé la largeur de sa langue de pelouse mais le lion, lui, sauve sa peau malgré ses crimes.

Imprimer txt