Brèves

Ubu président

Brève
04/04/2019

Des militants écologistes sont poursuivis pour des actions de « décrochage » du portrait présidentiel de Macron en mairies, actions  pour dénoncer le « vide de la politique climatique » de Macron.

Ces dangereux « terroristes » sont poursuivis pour ce geste de lèse-présidence pour  « atteinte à la sécurité de l’État ». Rien moins ! Et en Sarthe des journalistes ont même été convoqués par la gendarmerie pour avoir couvert médiatiquement une telle action.

Heureusement pour Macron que le ridicule en politique ne tue pas…

La « Mal vie » tue

Brève
04/04/2019

Une étude scientifique révèle qu’à l’échelle mondiale les décès dus à un mauvais régime alimentaire s’élèvent à 11 millions, soit plus que ceux liés au tabac. Mais dans ce domaine comme dans d’autres, c’est avant tout la pauvreté, et les problèmes d’accès aux soins, qui expliquent cette hécatombe. Plus que la « mal bouffe », c’est la « Mal vie » contre laquelle se bat ces dernières semaines la population algérienne. Entre autres.

Flambée boursière : jusque-là tout va bien (pour eux)

Brève
04/04/2019

Malgré tous les signaux annonçant une nouvelle plongée de l’économie capitaliste, le Cac 40 est aujourd’hui au plus haut. Toutes les occasions pour spéculer, à la hausse ou à la baisse, sont bonnes pour les jongleurs en bourse. Les mêmes nous expliqueront qu’il n’y a pas d’argent pour augmenter les salaires ou financer les retraites !

Ça plane pour lui

Brève
03/04/2019

En voilà un qui ne partira pas en retraite avec une décote. Tom Enders, le patron d’Airbus se voit attribuer une retraite de… 36,8 millions d’euros !

Pour les salariés d’Airbus, ce n’est pas la même chose question salaires, et surtout question avenir, puisque l’arrêt de production de l’A380 devrait supprimer 3 000 à 3 500 postes. Certains commentateurs disent que cette retraite dorée serait mal venue compte tenu de ces suppressions d’emplois, mais c’est justement parce qu’il mène la guerre aux travailleurs que les actionnaires le rémunèrent grassement. Mais attention au crash quand les travailleurs demanderont des comptes.

Économies assassines

Brève
03/04/2019

Un document interne révélé par la presse montre la responsabilité totale de la SNCF dans le déraillement d’un train à Brétigny-sur-Orge qui, en juillet 2013, avait tué sept personnes et fait une trentaine de blessés.

Un déficit de plus de 200 agents, un manque patent d’agents d’entretien dans cette zone, des alertes de la direction générale francilienne de l’entreprise exhortant la direction de la SNCF à « passer en mode gestion de crise », autant de signaux qui mettent en cause la politique d’économies faites sur le personnel d’entretien.

Les voyageurs doivent supporter chaque jour les retards, les trains bondés, et autres problèmes liés à ces économies. Des économies qui, parfois, tuent.

Carlos Ghosn : la vie avant la retraite…

Brève
03/04/2019

Selon l’enquête interne menée, bien après son arrestation, par les dirigeants de Renault, Carlos Ghosn aurait fait payer, outre le château de Versailles pour son mariage, un yacht pour sa famille, des investissements dans l’entreprise de son fils, des frais liés à 4 jets privés, ceux de son divorce… et des cadeaux faits à des « amis » telle Rachida Dati, qui a touché 600 000 euros pour un travail dont personne n’a encore trouvé de trace. Si les comptes des capitalistes étaient sous le contrôle de travailleurs, pas un euro n'aurait pu être ainsi détourné. Le mettre en place est non seulement une question de justice mais de salubrité publique.

 

… et après

Brève
03/04/2019

Le désormais ex-PDG de Renault Carlos Ghosn a fait valoir ses droits à la retraite en janvier dernier. Ceux-ci devraient s’élever à 765 000 euros par an jusqu'à sa mort, soit près de 64 000 euros par mois. Somme à laquelle viendront s’ajouter des « éléments de salaires » qui peuvent atteindre jusqu’à  1,2 million, auxquels  s’ajoute encore  tout ce qu’il a lui-même su mettre  de côté depuis des années. Contrairement aux oiseaux, les patrons ne s’arrêtent jamais de voler. Les travailleurs peuvent en revanche les y contraindre.

Algérie : Bouteflika promet de partir, mais rien n’est terminé

Brève
02/04/2019

Bouteflika, pressé de toute part, a donc annoncé qu’il démissionnerait avant la fin de son mandat, ce qu’il se refusait à faire jusque-là. On verra si cet engagement sera tenu, ou s’il s’agit encore d’une filouterie des tenants du pouvoir ! De toute façon c’est une nouvelle preuve de la puissance du mouvement en cours. L’armée et ceux qui se préparent dans l’ombre à prendre sa succession demandent l’application de l’article 102 de la Constitution algérienne, qui leur permettrait de piloter la transition. En réponse, les millions de manifestants avaient exigé vendredi dernier : « Plutôt que l’article 102, l’article 2019 : partez-tous ! » Quoi mettre à la place de ce système aux mains des généraux, des millionnaires et de leur clan ? Les travailleurs d’Algérie devront s’organiser pour en discuter et imposer leurs exigences, et surtout leurs intérêts.

Une attaque de plus contre les chômeurs

Brève
02/04/2019

Qu'a voulu dire ou insinuer la ministre du travail Pénicaud, en prétendant qu'un chômeur sur cinq touchait plus que son ancien salaire ? A l’évidence que les chômeurs seraient des privilégiés et des truqueurs, trop bien payés à ne rien faire.

L'Unedic a contesté ses propos, en démontrant que ce n'était le cas que de 4 % des allocataires, dans des situations de précarité, pour des allocations minables. D’autant que les situations évoquées concernent le plus souvent des périodes, durant lesquels ces chômeurs gagnent plus que s’ils travaillaient… lors de missions de quelques mois, voire quelques semaines.

Cette fois encore le mensonge est grossier. Mais rien n’arrête ce gouvernement dans sa démagogie anti-ouvrière.

Imprimer txt