Brèves

Déserts médicaux en expansion

Brève
05/02/2021

Selon une étude publiée par l'Association des maires ruraux de France, le nombre de cantons dépourvus de médecins a augmenté de 62 % entre 2010 et 2017. De 9 à 12 % de la population vit dans un désert médical, parfois aussi dans des quartiers populaires de grandes villes.

Cela fait des années que l'État laisse cette situation se dégrader. Le numerus clausus, qui limite le nombre d'étudiants autorisés à se former à la médecine, a été réformé en 2020, mais comme les capacités de formation des universités et des hôpitaux n'ont pas été augmentées, cela ne permettra pas d'inverser la tendance. Et la liberté d'installation des médecins a toujours été privilégiée par rapport aux besoins de la population.

Mais pour les gouvernements successifs, assurer l'accès aux soins de toute la population n'est pas son urgence !

« Affaire du siècle » : les pollueurs peuvent dormir tranquille

Brève
04/02/2021

Hier, 3 février, le tribunal administratif de Paris a condamné l'État français à verser un euro symbolique à quatre associations qui l'accusaient de manquer à ses devoirs en matière de lutte contre le dérèglement climatique.

Ces associations, qui ont baptisé cette campagne « l'affaire du siècle », se sont félicitées du jugement, qui liste les manquements de l'État. Mais tout comme l'euro, cette sentence, cette victoire n'est que symbolique.

Ceux qui se soucient véritablement de l'avenir de la planète ne peuvent croire que cette décision signifie un coup d'arrêt au saccage de l'environnement. Car les vrais perturbateurs du climat sont les grands groupes industriels: l'État ne fait que couvrir leurs exactions en refusant de leur imposer la moindre contrainte.

Empêcher enfin ces pollueurs de nuire implique d'arracher le pouvoir à ces groupes et à cette classe sociale, la grande bourgeoisie, qui agit à sa guise pour s'enrichir quitte à tout saccager.

Ensemble dans la rue !

Brève
04/02/2021

Les syndicats CGT, Solidaires et FSU appellent ce 4 février à la mobilisation interprofessionnelle et à manifester contre l'aggravation des conditions d'existence des travailleurs.

C'est une bonne occasion d'affirmer les exigences du monde du travail contre le chômage et la précarité, de dénoncer des salaires bloqués ou même en baisse qui ne permettent pas de vivre et de faire vivre sa famille.

Après ce premier pas, face à la catastrophe qui s'avance, la classe ouvrière doit se redresser et, unie, s'organiser pour stopper les licenciements et partager le travail entre tous avec maintien des salaires, avec une embauche massive dans tous les secteurs, en prenant sur les profits des actionnaires ; et imposer le contrôle de ce que font les entreprises des fonds publics que leur verse l'État.

Camps de migrants : cachez ces brutalités que l’État ne veut pas montrer

Brève
04/02/2021

Confirmant un arrêt du Tribunal administratif, le Conseil d'État a débouté deux journalistes qui se plaignaient d'avoir été tenus à l'écart en décembre de l'évacuation de camps de migrants près de Calais et Dunkerque. Les policiers pourront donc continuer sans témoins à matraquer, à tirer violemment les migrants hors de leurs tentes, et à les lacérer.

Liberté de la presse, dit-on. Mais à condition qu'elle ne révèle pas la violence d'État.

Siemens : nouvelle attaque sur le front de l’emploi

Brève
04/02/2021

Des bénéfices affichés en 2020 de plus de 4 milliards d'euros n'empêchent pas le groupe Siemens d'annoncer un plan de suppression de 7 800 postes dans les deux années qui viennent. La transition énergétique est le prétexte invoqué pour tailler dans les effectifs, avec le déclin annoncé des centrales à gaz et à charbon.

Bruch, le PDG de Siemens, présente ce plan comme le prix à payer pour faire doubler d'ici deux ans la marge opérationnelle du groupe, c'est-à-dire ses profits. Il table sur la collaboration des syndicats pour accompagner cette coupe claire dans les effectifs.

Espérons que les travailleurs de Siemens ne lui laisseront pas les mains libres pour s'attaquer ainsi à leur gagne-pain.

Pfizer : un vaccin qui rapporte gros

Brève
03/02/2021

Si le prix exact payé par les États à Pfizer en commandes de vaccins contre le Covid-19 reste secret, les patrons du groupe ne font pas mystère des bénéfices que ces contrats vont leur permettre d'engranger.

Ils viennent d'annoncer que la vente des vaccins devrait leur rapporter en 2021 un chiffre d'affaires de 15 milliards de dollars, soit une augmentation d'un tiers par rapport à 2020. Ils estiment que la marge dégagée sera de 25 à 30 %, les profits nets s'élevant à 4 milliards de dollars. En pleine crise, les actionnaires de Pfizer vont s'engraisser sur le dos des finances publiques.

Des marges pareilles, c'est dans la moyenne des « retours sur investissements » pratiqués dans l'industrie pharmaceutique, expliquent ceux qui justifient la loi du profit, journalistes ou politiciens. Mais pourquoi faudrait-il que la soif de s'enrichir d'une minorité soit le moteur qui fasse fonctionner la société, et non l'intérêt de la collectivité ?

Chômage des jeunes en Europe : le virus s’étend

Brève
03/02/2021

23,5 % de chômeurs en France chez les moins de 25 ans, 30 % en Italie et 40 % en Espagne : ces chiffres, même sous-estimés par les statistiques officielles, donnent un aperçu de l'ampleur de la crise sociale en cours. Dans l'ensemble de la zone euro, il y aurait 2,6 millions de jeunes sans emploi, soit 350 000 de plus qu'en 2020 - et là encore les données sont à l'évidence bien en-dessous de la réalité.

Quand toutes les prévisions des experts pour 2021 vont dans le sens d'une aggravation du chômage, il est clair que le monde du travail est face à une offensive du patronat sans merci. Les jeunes travailleurs, dont les emplois précaires ont d'ores et déjà été brutalement rayés de la carte, sont sacrifiés.

Face au virus du chômage, c'est la répartition du travail entre tous qui est à l'ordre du jour. Et les jeunes travailleurs peuvent être l'avant-garde de ce combat.

Pollution au Nigeria : Shell condamné

Brève
03/02/2021

Le groupe pétrolier Shell a été condamné le 29 janvier 2021 par un tribunal néerlandais à indemniser trois des quatre fermiers nigérians qui le poursuivaient depuis 13 ans.

Depuis un demi-siècle le pétrole est exploité dans le delta du Niger par les multinationales aux dépens des populations : on leur a pris des terrains pour des installations et les nombreuses fuites d'hydrocarbures polluent les eaux et les terres. Des paysans protestataires ont été exécutés par le régime dans les années 1990. L'espérance de vie dans le delta reste 10 ans plus faible que celle du reste du pays.

La condamnation de Shell ne règle rien et égratigne peu la multinationale, mais c'est une victoire morale qui peut, espérons-le, encourager d'autres luttes.

Émirats Arabes Unis : une nationalité octroyée au compte-goutte

Brève
02/02/2021

Ouvriers du bâtiment à Dubaï

Le petit État formé par sept émirats, dont Dubaï, vient d'annoncer qu'il ouvre la possibilité à des étrangers d'obtenir la nationalité émirienne. Mais cela s'adresse uniquement à des investisseurs, docteurs, ingénieurs ou artistes, supposés avoir une « valeur » plus grande que les autres travailleurs tout autant indispensables et à la base de la richesse du pays.

Dans ce pays de 10 millions d'habitants, plus de 80 % sont étrangers. La grande majorité sont ouvriers du bâtiment ou de l'industrie, de la restauration, domestiques ou femmes de ménage. Originaires du sous-continent indien ou d'Afrique, ils restent soumis à l'humiliant système de « tutorat » qui permet à leur employeur de détenir leur passeport.

L'an dernier, des centaines de milliers ont été jetés au chômage, sans même le droit de mendier ou de vendre à la sauvette. D'autres voient leur paye de moins de 400 euros divisée par deux, tout en devant payer 90 euros pour une place dans un dortoir sordide.

Dans ce contexte, la mesurette des autorités est juste révoltante.

Imprimer txt