Brèves

Canicule : l’enfer pour les précaires 

Brève
20/07/2022

Les fortes chaleurs touchent davantage les plus précaires, à commencer par les sans-abris. Ils accèdent difficilement à des points d’eau fraîche, sans parler de douches ou de lieux climatisés. Ils ne peuvent compter que sur la solidarité des associations qui organisent des maraudes, car l’État s'en désintéresse.

Interpellé sur le sujet, le nouveau ministre délégué à la Ville et au Logement a d’ailleurs affirmé avec cynisme que la situation « ne se réglerait pas tout de suite ». En effet Macron, après d'autres, prétendait en 2017 qu’il n’y aurait plus de SDF à la fin de son mandat…

Salaires : ce n’est pas au Palais Bourbon qu’on obtiendra satisfaction

Brève
20/07/2022

grève et manifestation en décembre 2019

Le mal-nommé projet de « loi sur le pouvoir d’achat » est en discussion à l’Assemblée nationale. Pendant que les députés de tous bords jacassent en s’envoyant des noms d’oiseaux, ce sont les travailleurs, les chômeurs et les retraités qui continuent à payer la crise et la hausse des prix.

 

Ce n’est pas en comptant sur les amendements et autres tractations entre députés que le monde du travail pourra inverser la vapeur, mais en reprenant confiance dans ses capacités à se mobiliser pour imposer une augmentation massive des salaires et leur indexation sur les prix.

Aide aux migrants : une décision scandaleuse et inhumaine

Brève
19/07/2022

La Caisse des dépôts et consignations, qui agit pour le compte de l'État au nom de l'« Intégration professionnelle des réfugiés », vient d’annoncer qu’elle coupait les subventions promises à l’AMI (accompagnement migrants intégration), une association de Nantes qui vient en aide à 1 400 migrants.

Le motif invoqué par l’État ? L’AMI utiliserait ces subventions « de façon non conforme », puisque ses aides bénéficient aux demandeurs d’asile munis d’autorisation de travail, mais non régularisés.

Quant il s’agit de trouver des prétextes pour aggraver la misère et le sort des exilés ou des demandeurs d'asile, l’État sait y faire.

Grande distribution : une « sobriété » très intéressée

Brève
19/07/2022

Les patrons de la grande distribution se sont engagés à réduire l'éclairage dès la fermeture de leurs magasins (et non une heure après...) et à mettre en œuvre d'autres mesures symboliques de «sobriété énergétique » lors des « périodes critiques de consommation ».

 

Ces mesures entraîneront une baisse de leurs factures, mais ces grands groupes ont exigé en échange que le gouvernement supprime certaines taxes et leur accorde de nouvelles aides sur leurs équipements frigorifiques.

 

Et les mêmes défendront demain le gel... des salaires !

Émirats arabes unis : des contrats et le silence sur la dictature

Brève
19/07/2022

Six mois après la visite de Macron aux Émirats arabes unis, qui s'était soldée par 15 milliards d’euros de contrats, notamment de Rafale pour Dassault, Mohammed ben Zayed, le dirigeant de ce micro-État dont le sous-sol est gorgé d'hydrocarbures, a été reçu en grande pompe à l'Élysée et à Versailles.

Les pétromonarchies du Golfe sont des dictatures où règne un ordre social moyenâgeux avec exécutions et tortures à la clé. La main-d'œuvre immigrée y est brutalement exploitée. Mais cela n'a jamais gêné les capitalistes et les gouvernements « démocratiques », bien au contraire tant qu'il y a de bonnes affaires à y faire.

« Super profits » : le gouvernement protège les profiteurs de crise

Brève
19/07/2022

Interrogé sur l'hypothèse d'une taxe sur les « super profits » des entreprises, à commencer par celles de l'énergie comme TotalEnergie, Benjamin Haddad, porte-parole des députés macronistes à l'Assemblée nationale, prétend que le gouvernement reste « extrêmement vigilant » mais qu'il n'est « pas encore dans cette démarche ».

En d'autres termes : les spéculateurs et les profiteurs de crise et de guerre, à l'instar de TotalEnergie peuvent dormir tranquilles. La « sobriété », c'est pour les travailleurs, les chômeurs et les retraités des classes populaires !

Luxembourg : le gouvernement veut faire plus... pour ses capitalistes

Brève
19/07/2022

Si le duché du Luxembourg est un paradis fiscal pour les capitalistes, un tiers de ses travailleurs ont du mal à boucler leurs fins de mois, selon un organisme officiel. 12 % vivent même en dessous du seuil de pauvreté et peinent à se loger.

Une situation qui va s'aggraver si le gouvernement mène à bien son projet de mettre fin à l'indexation des salaires sur les prix appliquée quand l'inflation dépasse 2,5 %, ce qui est le cas depuis des mois. Cette mesure représenterait un cadeau au patronat de 9 milliards par an : elle a suscité la légitime colère des travailleurs et des manifestations.

Au Luxembourg comme ailleurs, la rapacité des capitalistes ne pourra être combattue que par une riposte collective du monde du travail.

Biden : la politique du « check »

Brève
19/07/2022

Biden, le président des États-Unis, s'est rendu en Arabie Saoudite et s'est fait photographier en train de saluer par un « check » le prince héritier, Mohammed ben Salman.

Il était le commanditaire de l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, dont le corps avait été dépecé par les sbires du régime saoudien. Celui-ci exécute chaque année des dizaines de prisonniers politiques. Il mène aussi une guerre au Yemen pour le compte de l'impérialisme qui a déjà fait plus de 400 000 morts.

Le pétrole saoudien, les dollars et les ventes d'armes qu'il génère valent bien le renforcement de l'alliance des USA, comme de la France, avec ce régime criminel.

Canicule : une catastrophe annoncée dans les EHPAD et les établissements hospitaliers

Brève
19/07/2022

En 2003, la canicule avait entraîné le décès d'environ 20 000 personnes âgées, notamment en raison du manque de moyens et de personnel dans les EHPAD et les hôpitaux. Depuis, si des protocoles ont été adoptés et des climatiseurs installés, la pénurie de personnel demeure. Elle a même été amplifiée par la politique menée face à la crise du covid, au point que 130 services d'urgence fonctionnent de façon chaotique ou sont tout bonnement fermés.

Les gouvernements successifs, de droite et de gauche, n'ont réglé aucun des problèmes et les ont aggravés rendant infernales les conditions de travail des personnels.

Imprimer txt