Algérie : deux ans après le début du Hirak

Brève
23/02/2021

Des dizaines de milliers d'Algériens ont manifesté lundi 22 février dans tout le pays. Deux ans après le début du Hirak, ils ont ainsi affirmé que les raisons de combattre le régime demeurent. Bouteflika a été remplacé par Tebboune, mais le "système" dénoncé en 2019 et ses privilégiés est toujours là. Des patrons privés, tel Issad Rebrab, continuent d'exploiter les travailleurs pour leur seul profit.

Si la libération de certains prisonniers politiques a été médiatisée, les arrestations de militants n'ont jamais cessé. Des centaines de manifestants ont d'ailleurs été arrêtés le matin même du 22 février. A cette répression s'ajoutent les ravages du chômage, fortement aggravé par la crise sanitaire, et la misère qu'il signifie pour les classes populaires algériennes.

Le succès des manifestations montre que la combativité n'a pas disparu et que le mécontentement populaire reste profond.

Sur le même sujet