Brésil : les femmes doublement victimes du covid-19

Brève
30/06/2020

Tandis que la pandémie continue de faire des ravages au Brésil, notamment dans les quartiers pauvres les plus densément peuplés, il est devenu presque impossible aux femmes d’avorter. Si l’avortement, interdit sauf en cas de viol ou de malformation, est passible de trois ans de prison, des centaines de milliers d’avortement étaient jusque-là réalisés de façon illégale, occasionnant l’hospitalisation de 200 000 femmes et la mort de 200 d’entre elles chaque année. La situation sanitaire catastrophique, et l’impossibilité de se rendre dans des cliniques ou à l’étranger pour celles qui en ont les moyens, a considérablement aggravé les choses. Là encore, la crise du Covid-19 ne fait que rendre plus inique et révoltant tout un ordre social barbare.

Les dernières brèves