Mobilisation des jeunes : halte aux violences policières

Brève
06/12/2018

Face à la mobilisation des lycéens, les violences policières se sont multipliées ces derniers jours. Mardi, une lycéenne de Grenoble a été touchée au visage mardi par un tir de flash-ball. Le lendemain, un élève d’un lycée de Saint-Jean-de-Bray, dans le Loiret, a été touché, lui aussi au visage, par un tir tendu de lanceur de balle de défense et laissé blessé sur le trottoir par les forces de l’ordre qui n’ont pas même appelé les secours. Mercredi toujours, un élève d’un lycée de Garges, dans le Val-d’Oise, a été à son tour victime de l’un de ces tirs en pleine face, qui lui a partiellement emporté la mâchoire et la joue. Dans le même département, devant le lycée Louis-Jouvet de Taverny, un rassemblement de lycéens a été encerclé, les élèves gazés à bout portant. Toujours en banlieue parisienne, six élèves du Lycée Romain-Rolland d’Ivry-sur-Seine ont passé trente heures en garde à vue, accusés d’avoir tagué « Macron démission » sur un panneau d’affichage du lycée.

Les lycéens protestent contre la politique du gouvernement et l’éducation au rabais qu’il veut leur imposer et sont la cible d’une politique de la matraque insupportable.