Naturalisation : et les autres ?

Brève
14/09/2021

Selon le ministère de l'Intérieur, 12 000 travailleurs étrangers « en première ligne » pendant la crise du Covid (soignants, caissiers, agents de sécurité...) vont se voir faciliter l’acquisition de la nationalité française.

Ce serait la moindre des choses d’accorder la nationalité aux travailleurs qui le veulent et qui, comme tant d’autres, n’ont jamais cessé leur activité pendant les confinements, au péril de leur santé. Mais en France, ce sont au moins deux millions de travailleurs étrangers qui, tout en occupant les emplois les plus ingrats, restent privés du droit de vote, entre autres.

Les prolétaires n’ont pas de patrie. Celles et ceux qui travaillent ici doivent pouvoir bénéficier des mêmes droits que chacun.

Les dernières brèves