Tunisie : la révolte… à nouveau

Brève
14/10/2020

Sidi Bouzid, en février 2011

Dans la petite ville de Sbeïtla, au centre de la Tunisie, en détruisant au bulldozer un kiosque à journaux qui n'avait pas d'autorisation officielle, les autorités municipales ont tué le père du propriétaire, qui s'y était installé pour dormir.

Révoltée par le mépris des autorités envers ceux qui essayent de gagner leur pain dans l'économie informelle, la population est immédiatement descendue dans la rue, et des affrontements ont eu lieu avec la police.

Le gouvernement ne peut ignorer que la région de Kasserine, où le chômage et la misère sont élevés, est une poudrière et que des explosions sociales comme celles de 2010-2011 peuvent s'y reproduire. Il a réagi en limogeant des responsables, mais aussi en envoyant des renforts de police. Pas sûr que cela éteindra l'incendie !

Les dernières brèves