Pendant les discours électoraux, la guerre contre les travailleurs continue

Editorial  | English version
01/04/2019

Dimanche 31 mars, c’était la fin de la trêve hivernale. D’après les chiffres de la Fondation Abbé Pierre, les expulsions locatives ont bondi de 46 % en dix ans. En 2017, plus de 15 500 ménages avaient été expulsés par une intervention de la force publique. Et la Fondation souligne que le travail, trop précaire et trop mal payé, «ne protège plus du risque de perdre son logement ».

Quant aux annonces faites le lendemain, elles ressemblent à un mauvais poisson d’avril ! Avec 0,3 % de revalorisation de plusieurs prestations sociales, on est tellement en-dessous de l’inflation que personne n’a osé dire qu’il s’agirait d’un coup de pouce pour le pouvoir d’achat.

C’est dans ce contexte que les troupes du gouvernement se lancent dans la campagne des Européennes. Nathalie Loiseau, ex ministre, a revêtu ses habits de candidate et les discours et promesses qui vont avec. Mais la réalité pour les classes populaires, c’est une société où il est de plus en plus difficile de vivre dignement et où les attaques contre les conditions de travail et de vie se succèdent.

Les moyens en baisse pour l’école ont mis dans la rue des dizaines de milliers d’enseignants et de parents. Dans le reste de la Fonction publique, l’objectif de supprimer 120 000 emplois est toujours d’actualité. Pour résumer l’esprit de la réforme présentée la semaine dernière, le ministre des Comptes publics Darmanin a précisé que « l’État doit être un meilleur DRH ». Il veut avoir les mains libres pour embaucher davantage de précaires, contraindre les travailleurs à la mutation, voire au départ.

Cette réforme a été précédée de l’habituelle campagne contre les prétendus « privilèges » des fonctionnaires. Dans le monde du patronat et du gouvernement à son service, les attaques contre une catégorie de travailleurs sont toujours justifiées ainsi. Les reculs ayant déjà été imposés à d’autres, le gouvernement voudrait les faire subir à tous et faire passer cela pour de la justice !

Quant aux retraites, de plus en plus de voix s’élèvent dans le gouvernement pour dire qu’il faudra bien se résoudre à reculer l’âge de départ, pour aller jusqu’à 65 ans. Au nom de la sauvegarde du système de retraites par répartition pour les générations futures, bien sûr ! De nombreux salariés arrivent à l’âge actuel de la retraite en étant déjà sans travail. Alors, reculer encore l’âge de départ, cela signifie économiser de l’argent sur le dos des retraités en leur versant des pensions amputées.

Le gouvernement justifie les attaques présentes, passées et à venir au nom de la lutte pour l’emploi, pendant que les grands groupes, riches à milliards, continuent à les supprimer massivement. Qu’il s’agisse de fermetures de sites, comme l’usine Ford de Blanquefort ou les papeteries Arjowiggins dans la Sarthe et dans l’Aisne, ou de plans de licenciements comme chez Castorama ou Carrefour, des centaines de travailleurs et leurs familles risquent la catastrophe sociale.

L’économie capitaliste est engluée dans une crise permanente. C’est l’exploitation accrue, l’augmentation du chômage et de la précarité qui permettent à la grande bourgeoisie de continuer à augmenter ses profits. Ces milliards qui s’accumulent dans les coffres des classes riches ne s’investissent pas dans la production mais vont grossir les flux de la spéculation, augmentant la menace d’un nouveau krach boursier à l’échelle mondiale.

Dans la campagne européenne, il y aurait, d’un côté, un Bardella, poulain de Le Pen, ou un Salvini, ouvertement xénophobes et nationalistes, qui font mine de s’insurger contre la « dictature de Bruxelles ». Et, de l’autre côté, on aurait de prétendus progressistes, favorables à l’Europe, comme Merkel ou Macron. Tous nous mentent !

Dans les deux cas, derrière les discours, ce sont des politiciens au service du grand patronat. C’est la bourgeoisie qui est à l’origine de cette Union bancale qui sert ses intérêts. C’est aussi elle qui se retranche derrière son État national quand c’est bon pour ses profits. La fausse alternative entre pro et anti Union européenne conduit les travailleurs dans une impasse, car elle cache la seule véritable opposition dans cette société : celle entre les exploités et leurs exploiteurs.

La liste Lutte ouvrière, conduite par Nathalie Arthaud et Jean-Pierre Mercier, met en avant la nécessité de contester la domination de la bourgeoisie sur l’économie. Affirmer les intérêts du camp des travailleurs contre le grand capital est le seul geste utile que le monde du travail pourra faire avec son bulletin de vote.