Hôpital de Cadillac

En grève contre la politique de la direction

Brève
16/05/2021

Depuis le matin du mercredi 12 mai 2021, l’entrée de l’Unité pour malades difficiles (UMD) de l’hôpital psychiatrique de Cadillac est occupée par une partie du personnel de santé en grève. Seuls peuvent entrer les services indispensables : blanchisserie, alimentation, médicaments.

Les agents se sont mobilisés pour dénoncer la situation dans l’hôpital : le manque d’effectifs dans les services, les agents constamment rappelés sur leurs repos et leurs congés pour venir en catastrophe boucher les trous, des services dégarnis pour envoyer un renfort dans d’autres services en situation difficile. Les conséquences sont graves pour beaucoup d’agents : épuisement, burn-out et le sentiment général de ne pas pouvoir faire correctement le travail quotidien avec les patients.

La direction est responsable de cette situation. Sa politique est bien de gérer l’effectif en flux tendu. Et, au niveau de l’UMD, elle veut mettre en place un projet qui va aggraver les conditions de travail. Actuellement, dans chaque unité, quatre infirmiers et un aide-soignant s’occupent en 3x8 de 20 patients, ce qui permet de dégager 2 agents s’il faut accompagner un patient, à l’infirmerie par exemple. Mais, après l’audit demandé à une société privée, il est question de passer à trois infirmiers pour 18 patients. Ce qui aura pour conséquence qu’il n’y aura plus qu’un seul infirmier pour s’occuper de toute l’unité en l’absence de ses collègues. Cela n’est pas possible tant au niveau des soins apportés aux patients qu'au niveau du danger que cela représente.

L’objectif est clair : il s’agit de fermer des lits dans des services pour récupérer des agents pour boucher les trous dans les effectifs sans embaucher.

Les agents ont raison de se mobiliser contre cette nouvelle attaque. Ils ont bien conscience que cela ne concerne pas que l’UMD, mais bien l’ensemble de l’hôpital.

Les dernières brèves