Présentation de candidat

Chantal GOMEZ - Tête de liste Lutte ouvrière à ÉCHIROLLES (Isère)

Brève
23/02/2020

J’ai 63 ans et suis retraitée de la fonction publique. Je touche moins de 1200 euros par mois pour une pension complète. Je fais partie de ces “privilégiés” selon Macron qui manifestent depuis 3 mois contre sa réforme.

J’ai été élue Lutte ouvrière au conseil municipal à Échirolles, banlieue de Grenoble, de 2008 à 2014. J’ai pu constater à quel point la commune était sous contrainte de l’État et pas seulement sur le plan financier.

Aucun élu local n’a pu enrayer la dégradation des conditions de vie. Dans ma cité ouvrière, le taux de chômage des jeunes avoisine les 50%. La précarité, les petits boulots se sont généralisés. Je croise des femmes de ménage, des auxiliaires de vie, mal payées, épuisées, qui rentrent tard le soir, en tramway. Parmi les hommes, beaucoup travaillent dans le BTP mais là aussi l’intérim, les CDD et les auto-entrepreneurs sont devenus la norme.

Élus, Préfet, ont été impuissants quand Caterpillar a décidé, en 2009, de licencier six cent travailleurs et des centaines d’intérimaires des usines d’Echirolles et Grenoble.

Mais la révolte des travailleurs finira bien par s’exprimer.

En tant que communiste, je sais que la classe ouvrière est capable de faire tourner cette société mille fois mieux que tous ces politiciens juste bons à servir les capitalistes et à nous faire la morale.

Militante syndicale dans mon entreprise, j’ai vécu la grève de 1995 et d’autres. Mais les grèves qui m’ont le plus marquées sont celles du secteur du nettoyage où j’interviens dans mon union locale. J’ai vu des femmes et des hommes redresser la tête, se faire respecter, être capables de soulever des montagnes quand ils décident, ensemble, de se battrent pour leur intérêts. Alors imaginez ce que serait une telle force collective à une tout autre échelle. Eh bien, je pense qu’on doit s’y préparer, s’organiser contre Macron ou un autre mais surtout contre tous ces exploiteurs du capital. Un vrai parti communiste, ça se construit même à l’échelle d’une commune.

Les dernières brèves