Groupe DOMO (Saint- Fons et Valence)

Salaires en berne, production à la benne !

Brève
26/01/2024

Les salariés en grève du site de Valence

     Dans les usines chimiques de DOMO Belle-Etoile (Saint-Fons) et Valence, des travailleurs en équipe 5x8 et quelques journaliers ont fait grève ou des débrayages depuis vendredi 19 janvier ; ils étaient en colère contre la proposition de 2 % d’augmentation de salaire sans talon, alors que tout augmente.

     À Belle Etoile, où il faudrait plusieurs semaines pour arrêter et surtout redémarrer la production avec des installations qui tournent en continu, la direction utilise la lourdeur d’arrêt et de redémarrage comme argument pour demander aux grévistes de continuer à produire même quand ils sont en grève.

     Mais faire grève et produire, même moins, pas question ! Accepter qu’une partie de la production se fasse, c’est affaiblir le mouvement et c’est une atteinte au droit de grève. Les ouvriers ont donc mis des tonnes de production dans de grosses bennes à déchets, la rendant inutilisable. Un comble pour la direction, qui est venue menaçante faire une descente dans l’atelier.

     La direction a dû revoir sa copie, en accordant un talon de 55 euros en janvier et 30 euros en juillet. C’est bien inférieur aux 200 euros revendiqués, car il a manqué l’élargissement du mouvement à d’autres secteurs de l’usine pour obtenir plus. Mais c’est le résultat de la lutte.

Les dernières brèves