Renault Trucks (Vénissieux) :  Seule la mobilisation peut protéger les travailleurs

Echo d'entreprise
23/03/2020

     À Renault Trucks, ce n’est qu’à la suite d’arrêts de travail dans les usines de Bourg, Vénissieux et Blainville, au début de la semaine du 16 mars, que la direction avait finalement annoncé la fermeture de tous les sites de production. Mais en fait certains secteurs tournent toujours. C’est le cas à Vénissieux à la Pièce de rechange et aussi à la Fonderie.

     Une délégation de travailleurs est allée interpeller la direction de la PR mercredi 18 pour demander la fermeture du secteur et de ne servir que les pièces urgentes. Car la direction, qui prend prétexte de la nécessité légitime d’assurer un bon fonctionnement des camions transportant du matériel soit pour les services de santé, soit qui approvisionnent la population en nourriture, en profite pour servir toutes sortes de pièces urgentes ou pas. Elle avait promis une diminution des effectifs à partir du lundi 23, il n’en a rien été, bien au contraire : l’effectif a même augmenté avec des intérimaires et des étudiants.

     Ce même lundi, au début de l’équipe du matin, les travailleurs ont eu la surprise de constater que des affichettes étaient placées à l’entrée d’une « zone infectée par le COVID 19 ». Et aux travailleurs qui ont arrêté le travail pour obtenir des explications, la direction et la médecine du travail ont affirmé qu’il y avait peu de risque d’attraper le virus. Il n'y a que par leur mobilisation qu’ils feront passer leur santé et leur vie avant la production et les profits.