Communiqué de Lutte ouvrière Grenoble :  Une charge policière révélatrice

Communiqué
23/03/2018

     Jeudi 22 mars, une cinquantaine de militants associatifs avaient choisi de se saisir de la tenue d’un colloque organisé par la faculté de Droit de Grenoble sur Frontex, l’agence européenne de garde-côtes et garde-frontière, pour dire leur refus de cette Europe hérissée de frontières et de barbelés, dont Frontex est l’un des bras armés contre les migrants. Une partie des manifestants, qui avaient réussi à pénétrer dans les locaux, ont été violemment repoussés par l’intervention des CRS. Plusieurs personnes ont dû être hospitalisées, dont deux pour des blessures assez graves. Les organisateurs invoquent « la liberté d’expression ». Celle des matraques et des gaz lacrymogènes ?

     Lutte Ouvrière affirme sa solidarité envers tous ceux qui entendent protester contre la politique migratoire révoltante des dirigeants de l’Union Européenne, et en premier lieu ceux de la France, et proteste contre l’agression dont ces militants ont été les victimes par ses forces de police.