Fonderie MBF de Saint-Claude

Aucun travailleur à la rue !

Brève
25/05/2021

Les travailleurs de la fonderie MBF de Saint-Claude, menacée de fermeture, sont en grève depuis 54 jours. Ils multiplient les actions, manifestation à Paris aux côtés des travailleurs d'autres fonderies, déplacement à 150 aux portes de l'usine PSA de Sochaux... Dans l'attente de la validation par le tribunal de commerce du projet du seul repreneur, ils menacent de faire sauter les machines. 

Aujourd'hui l'Etat et la Région Bourgogne Franche-Comté jouent aux sauveurs, parce qu'ils entreraient au capital de l'entreprise pour soutenir ce repreneur. Mais ils soutiennent et accompagnent Renault et PSA, qui ont choisi de réduire leurs commandes à cette fonderie.

Depuis 20 ans, la plupart des fonderies du pays ont connu des repreneurs les uns après les autres. Ainsi en 2012, un PDG italien, par ailleurs président du club de football de Gênes, a pu reprendre la fonderie MBF pour 1 € et 50 000 € pour le stock. Il a ensuite repris GMS à La Souterraine pour déposer le bilan deux ans plus tard. Mais derrière ces margoulins qui s'enrichissent en reprenant puis fermant les usines, on trouve les vrais responsables qui dictent leur loi : les patrons de Renault et PSA.  Ces grandes entreprises de l'automobile suppriment des milliers d'emplois pour faire encore plus de profit.  

De la Bretagne à la Lorraine en passant par le Jura, les travailleurs des fonderies sont attaqués par les mêmes patrons, sous-traitants comme donneurs d'ordre. Pour stopper toutes ces suppressions d'emplois, il n'y a pas d'autre solutions que d'interdire tout licenciement et de leur imposer de répartir le travail entre tous en prenant sur les profits accumulés. 

Les dernières brèves