SNCF – Dijon

Coup de colère dans un ciel serein

Brève
31/03/2022

Samedi 19 mars, chez les ouvriers de l’équipement de la brigade voie de Dijon, les six cheminots qui étaient de nuit ce soir-là, se sont mis en grève sitôt arrivés au travail, bloquant un chantier à 30 000 euros.

Ce n’était pas arrivé depuis des années, mais c’était la première fois qu’on leur imposait des nuits le samedi et c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Lorsque le grand chef est venu les voir le mardi suivant, les travailleurs étaient intarissables et ont tout mis sur la table : leur refus de faire les nuits le samedi, mais aussi tout ce qui ne va pas. Les contrats de travaux des chantiers ne sont plus préparés à l’avance et sont pleins de fautes.

Pour que le travail se fasse, les cheminots sont obligés de rattraper les erreurs en permanence. Les petits chefs auxquels ils le signalent s’en moquent tandis que le grand chef fait semblant de découvrir les problèmes. Les grévistes ont bien compris que ce dernier les prend pour des imbéciles, d’autant qu’il les a volés sur le paiement des heures de nuit.

Les travailleurs n’aiment pas le travail de nuit, dangereux. Depuis des années, ils expliquent que beaucoup des travaux programmés la nuit pourraient se faire en journée. Mais la direction fait une question de principe de les faire travailler quand et comme elle le veut. Inquiets, les chefs ont demandé si la deuxième moitié de l’équipe, prévue pour la nuit le samedi 26 mars, serait elle aussi en grève.

Les travailleurs avaient déjà leur petite idée, car cette partie de l’équipe compte des syndiqués et elle a bien fait grève aussi. Prévoyante, la direction avait réservé plusieurs jours à l’avance les services d’une entreprise privée et a aussi fait venir des cadres sur le chantier, sous prétexte de venir en aide à l’équipe. En tout cas, les grévistes étaient fiers d’avoir été unanimes et d’avoir contraint la direction à réagir.

Le grand chef doit revenir les voir, mais ils savent qu’il ne fera rien et que la seule chose qui l’inquiète, c’est que ce soit contagieux !

Les dernières brèves